Cotation du 22/08/2019 à 18h05 CAC 40 -0,87% 5 388,25
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 redonne un peu de terrain

Clôture Paris : le CAC 40 redonne un peu de terrain
Clôture Paris : le CAC 40 redonne un peu de terrain
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC 40, qui s'était offert un puissant rebond de 2,7% vendredi dernier, a reperdu 0,38% ce lundi, à 4.719 points en clôture. Les marchés financiers avaient été soutenus en fin de semaine dernière par les propos rassurants de Jerome Powell concernant la possible flexibilité de la politique de la Fed en matière de taux d'intérêt. Les opérateurs avaient également salué les chiffres solides de l'emploi mensuel américain et de nouveaux espoirs autour des discussions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. Outre-Atlantique, Wall Street, qui avait également enregistré une séance euphorique vendredi, tente de poursuivre son rebond actuellement, soutenu par ailleurs par une actualité "fusacq" relativement riche.

ECO ET DEVISES

Rappelons également que l'intervention du Président de la Fed Jerome Powell, en fin de semaine dernière à Atlanta à l'occasion d'un événement de l'American Economic Association, avait été saluée par les marchés. Powell, confirmant son optimisme économique, avait toutefois nuancé le propos concernant l'évolution future des taux, manifestant une relative souplesse. La Banque centrale américaine entendrait selon lui demeurer patiente, prête à mener une politique flexible. "Nous sommes toujours prêts à changer de posture de politique (monétaire)", avait même lancé Powell, selon lequel la Fed serait capable d'ajuster rapidement cette politique en fonction des nouveaux développements.

La dernière proposition de Trump, destinée sans doute à parvenir enfin à un compromis avec le Congrès afin de mettre un terme au 'shutdown' administratif partiel aux Etats-Unis - qui bloque un quart des administrations depuis le 22 décembre 2018 -, a surpris. Trump a fait ainsi état sur Twitter d'une "réunion productive" du vice-président Mike Pence et de son groupe avec des représentants de Chuck Schumer (sénateur démocrate de l'Etat de New York au Congrès et chef du groupe démocrate au Sénat) et de Nancy Pelosi (nouvelle présidente - ou 'house speaker' - de la Chambre des représentants). "De nombreux détails à propos de la Sécurité aux Frontières ont été discutés", assure Trump. "Nous envisageons désormais une Barrière d'Acier plutôt que du béton", indique le Président américain, selon lequel "c'est à la fois plus solide & moins envahissant". Trump semble satisfait de cette "bonne solution", d'autant que la fameuse barrière d'acier serait "construite aux Etats-Unis".

Donald Trump a déclaré hier dimanche que les négociations avec la Chine se déroulaient très bien, et que la faiblesse économique locale actuelle donnait à Pékin des raisons de travailler à trouver un accord... Une équipe américaine menée par le représentant adjoint du commerce des États-Unis, Jeffrey Gerrish, se rend donc à Pékin pour mener des discussions espérées 'positives et constructives' avec des intervenants chinois. Les échanges auront lieu aujourd'hui et demain. Après une année 2018 marquée par l'escalade des menaces commerciales et des sanctions réciproques, Washington et Pékin vont donc tenter de renouer le dialogue, dans cette période de trêve.

L'indice ISM américain des services pour le mois de décembre 2018 est ressorti à 57,6, contre un consensus de place de 59,6 et un niveau de 60,7 un mois auparavant. L'indicateur traduit donc un ralentissement un peu plus prononcé que prévu de l'expansion de l'activité dans les services, aux États-Unis, en fin d'année dernière.

Enfin un indicateur de conjoncture plus solide que prévu dans la zone euro. Selon les données d'Eurostat, les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont augmenté de 0,6% en novembre après avoir progressé au même rythme le mois précédent. Le consensus tablait sur une hausse limitée à 0,2%. En glissement annuel, les ventes affichent une augmentation de 1,1% contre +0,4% attendu par le marché.

Statistiques mitigées en Allemagne. Les commandes à l'industrie, ajustées des variations saisonnières, des prix et des effets calendaires, ont flanché de 1% en novembre après avoir progressé de 0,2% le mois précédent. Le marché tablait sur un repli limité à 0,1%. En glissement annuel, les commandes reculent de 4,3% contre une baisse de 2,7% anticipée par le consensus. Sur la même période, l'Office fédéral de la statistique annonce que les ventes au détail une hausse de 1,4% en séquentiel et de 1,1% sur un an, contre une progression de 0,4% et un repli de 0,7% attendu par le marché.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1465$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 49,4$ et le Brent s'affiche à 58,3$.

VALEURS EN HAUSSE

* Nicox (+6,8%), encore porté par le feu vert obtenu par son partenaire Bausch + Lomb pour la commercialisation de Vyzulta (solution ophtalmique de latanoprostène bunod) au Canada. Il s'agit de la première approbation obtenue par Nicox en dehors des Etats-Unis. L'action, qui aligne une sixième hausse consécutive, s'était envolée de 17% vendredi. Plus de 175.000 pièces ont déjà changé de mains après 15 minutes de négociations, soit environ 0,6% du capital.

* Sur le CAC40, STMicroelectronics remonte encore de 4,1% avec TechnipFMC (+3,6%), Valeo (+2,9%) ou encore Engie (+2,4%).

* TF1 (+3,5%) et M6 (+3%) gagnent du terrain alors que Liberum a confirmé son opinion 'achat' sur les deux groupes de média.

* Publicis (+2,5%). L'analyste Pivotal Research a rehaussé sa recommandation de 'conserver' à 'acheter' tout en portant son objectif de cours à 61 euros. Le broker salue la manière dont le groupe français et certains de ses rivaux ont su s'adapter aux évolutions du secteur de la publicité.

* Renault (+0,4%). Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé dimanche avoir demandé à la direction de constructeur automobile français de s'expliquer sur des rémunérations qui auraient été versées à de hauts cadres de l'entreprise à travers la holding néerlandaise RNBV.

VALEURS EN BAISSE

* EOS imaging plonge de 10,4% après l'annonce de revenus décevants. Le groupe a dévoilé un chiffre d'affaires de 35,3 millions d'euros en 2018, en retrait de 5%. La firme a commercialisé 64 systèmes EOS, contre 77 en 2017, en maintenant une tendance positive de son prix de vente moyen. Suite à cette publication, Gilbert Dupont a dégradé la valeur d''achat' à 'alléger'.

* Sanofi (-2%), dans le sillage de la restructuration de l'accord de 'R&D' en immuno-oncologie avec l'américain Regeneron Pharmaceuticals, lequel courait initialement jusqu'à mi-2020. Le nouvel accord prévoit la poursuite du programme de développement conjoint de deux anticorps bispécifiques au stade clinique au-delà de la date. Elle confère à Sanofi une plus grande marge de manoeuvre pour poursuivre indépendamment ses projets de développement en immuno-oncologie au stade précoce, tout en permettant au groupe américain de conserver l'intégralité des droits sur ses autres programmes de recherche et développement en immuno-oncologie. En termes financiers, la restructuration se traduit pour Sanofi par un paiement à Regeneron 462 M$.

* Alstom (-1,9%). Les rumeurs de véto de la Commission européenne sur le projet de rapprochement avec la branche transports de Siemens vont bon train. Le régulateur, qui doit rendre un avis sur ce projet de fusion au plus tard le 18 février, a fait part à plusieurs reprises de ses craintes sur ce mariage, annoncé en septembre 2017. Il s'inquiète notamment d'une réduction de la concurrence pour la fourniture de plusieurs types de trains et de systèmes de signalisation. Selon 'Les Echos', qui cite une source au fait du dossier, "les signaux qui viennent en ce moment de Bruxelles ne sont pas bons". Les concessions accordées par les deux groupes n'auraient pas suffit à convaincre le gendarme de la concurrence...

* Sur le CAC40, Pernod Ricard recule de 1,7% avec Airbus (-1,8%) ou encore Danone (-1,8%).

* Lagardère cède 1,5%. Le titre est victime d'une note de Goldman Sachs qui a dégradé le groupe d''achat' à 'neutre' avec un objectif réduit de 29 à 23,80 euros.

* Trigano abandonne 0,8% après avoir dévoilé une croissance organique en retrait de 1,2% au premier trimestre. Le spécialiste des véhicules de loisir a averti que la demande de camping-cars, restée en croissance sur les premiers mois de la saison (de septembre à décembre), pourrait être entravée par la détérioration du climat économique en France, en Italie ou au Royaume-Uni.

* Michelin (-0,5%). Loin de prévoir une éclaircie pour la filière auto, l'équipe d'analystes de JP Morgan anticipe un environnement toujours difficile sur les six premiers mois de 2019, que ce soient sur les fronts boursier ou opérationnel, alors que la visibilité sur la demande fait cruellement défaut actuellement. La banque a ainsi dégradé le groupe clermontois de 'surpondérer' à' 'neutre', en ramenant son objectif de cours de 130 à 105 euros.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com