Cotation du 13/11/2018 à 18h05 CAC 40 +0,85% 5 101,85
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 recule, prudence avant les élections américaines

Clôture Paris : le CAC 40 recule, prudence avant les élections américaines
Clôture Paris : le CAC 40 recule, prudence avant les élections américaines
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC 40, qui avait terminé sa course à l'équilibre hier, a cédé 0,51% ce mardi, à 5.075 points en clôture. Sans surprise, les investisseurs ont préféré jouer la prudence aujourd'hui dans l'attente des résultats (cette nuit) des élections de mi-mandat aux Etats-Unis... Une victoire des démocrates à la Chambre des représentants et des républicains au Sénat semble être (pour le moment) le scénario le plus probable. Ces élections américaines ont décalé d'un jour la réunion de la Réserve fédérale qui rendra de ce fait sa décision sur ses taux jeudi soir (statu quo largement anticipé). Wall Street tente pour le moment un petit rebond de son côté, alors que le titre Apple se stabilise après avoir plongé de plus de 9% en seulement deux séances...

ECO ET DEVISES

Les élections américaines de mi-mandat constituent le premier grand rendez-vous de la semaine. Les sondages les plus récents montrent que le parti Démocrate pourrait récupérer le contrôle de la Chambre américaine des représentants, alors que les Républicains l'emporteraient au Sénat - conservant ainsi leur majorité. Les résultats seront connus dans la nuit.

La zone euro a enregistré sa plus faible croissance depuis plus de 2 ans en octobre. Bien que dépassant son estimation flash (52,7), l'Indice PMI Final IHS Markit Composite de l'activité globale dans l'Eurozone se replie en effet de 54,1 en septembre à 53,1, son plus bas niveau depuis septembre 2016. Même son de cloche pour l'Indice PMI Final IHS Markit de l'activité de services. A 53,7 en octobre, ce dernier se redresse légèrement par rapport à son estimation flash (53,3) mais se replie par rapport à son niveau de septembre (54,7), signalant ainsi le plus faible taux d'expansion depuis le début de l'année 2017.

L'Indice IHS Markit de l'activité dans les services se redresse en France de 54,8 en septembre à 55,3 en octobre, signalant une vingt-huitième hausse mensuelle consécutive de l'activité. Bien que moins élevé que son estimation flash (55,6), l'indice signale une croissance soutenue, tendance que les entreprises interrogées expliquent fréquemment par la solidité actuelle de la demande. Parallèlement, l'Indice final IHS Markit Composite de l'activité globale en France, se redresse légèrement par rapport au plus bas de vingt et un mois enregistré en septembre (54) pour s'établir à 54,1.

Les commandes à l'industrie allemande, ajustées des variations saisonnières, des prix et des effets calendaires, ont progressé de 0,3% en septembre après avoir bondi de 2,5% le mois précédent (contre +2% annoncé initialement). Les commandes domestiques ont progressé de 2,8% alors que celles provenant de l'étranger ont reculé de 1,4%. En glissement annuel, les commandes affichent un repli de 2,2% contre une baisse de 0,8% anticipée par le marché.

Après un rapport gouvernemental exceptionnellement bon sur la situation de l'emploi américain, publié vendredi par le Département US au Travail (250.000 créations de postes non-agricoles et 3,7% de chômage en octobre 2018 - soit un taux de chômage au plus bas depuis 1969 aux États-Unis), les opérateurs prennent connaissance ce mardi d'un rapport un peu plus mitigé concernant l'emploi américain. Ainsi, les ouvertures de postes aux USA pour le mois de septembre 2018 sont ressorties légèrement inférieures aux attentes des économistes de la place, au nombre de 7,01 millions d'unités, contre 7,1 millions de consensus de place et 7,29 millions un mois auparavant. Notons tout de même que la lecture du mois d'août 2018 a été révisée en assez nette hausse, passant de 7,14 millions à 7,29 millions de postes.

La Fed devrait quant à elle maintenir ses taux inchangés jeudi soir, entre 2% et 2,25% sur les fonds fédéraux, à l'issue de son avant-dernière réunion de l'année 2018. La probabilité d'un tel statu quo serait de 94%, selon l'outil FedWatch du CME Group.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1417$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 62,1$ et le Brent s'affiche à 72$.

VALEURS EN HAUSSE

* Ateme grimpe de 10,2%. Après avoir pâtir ces dernières semaines en bourse de ses mauvais résultats semestriels, le spécialiste des équipements et logiciels de compression vidéo rassure le marché en dévoilant des chiffres d'activité particulièrement dynamiques pour le troisième trimestre 2018. Ateme s'attend en outre à un bon mix au quatrième trimestre, de la même veine que celui du troisième trimestre, confirmant un rebond des ventes de logiciel TITAN, et entraînant un rétablissement des marges dans la seconde moitié de l'année.

* PSB Industries (+3,4%) a décidé de distribuer les actions de sa filiale Baikowski à l'ensemble de ses actionnaires, sous réserve de l'accord d'Euronext Paris qui devrait intervenir fin novembre. En vue : l'admission des actions Baikowski sur le marché Euronext Growth à Paris. PSB Industries distribuera à ses actionnaires les actions Baikowski à hauteur de 1 action Baikowski pour 1 action PSB Industries. Le Conseil d'administration de PSB Industries a retenu pour cette distribution une valeur des capitaux propres de Baikowski de 51,8 millions d'euros.

* Publicis monte de 1,8%, mais clôture sous les 53 euros.

* Vilmorin (+1,7%). Le chiffre d'affaires consolidé du premier trimestre 2018-2019, correspondant au revenu des activités ordinaires, s'élève à 207,5 ME, stable à données courantes et en progression de 5,3% à données comparables. Vilmorin & Cie confirme ses objectifs en termes de chiffre d'affaires et de marge opérationnelle courante pour l'exercice 2018-2019.

* STMicroelectronics (+1%) reprend un peu de hauteur après sa chute de 3,7% hier.

* Airbus gagne 0,5%. Le premier A330-800 d'Airbus a décollé ce matin de Blagnac pour son premier vol d'essais sur le sud-ouest de la France. L'avion va effectuer des tests en vol pendant environ 300 heures avant une certification prévue l'an prochain. Son grand frère, l'A330-900, a récemment terminé son programme de tests de développement et de certification qui a validé les moteurs, les systèmes, les opérations en cabine en vol et au sol.

* Michelin (+0,1%) a annoncé son intention de fermer le site de Dundee au Royaume-Uni en 2020. Ce site ouvert en 1971, produisant exclusivement des pneumatiques à la marque Michelin en dimension 16 pouces et moins pour les véhicules de tourisme, est confronté ces dernières années à de graves difficultés.

VALEURS EN BAISSE

* Sur le CAC40, Bouygues recule de 2% avec Carrefour (-1,1%) ou encore LVMH (-1,7%).

* Arkema (-1,9%) a publié ses résultats du 3ème trimestre 2018 marqués par un chiffre d'affaires en hausse de +6,7% par rapport au T3 2017 (taux de change et périmètre constants) à 2.167 Millions d'euros. L'EBITDA ressort en hausse de +5,4% à 374 millions d'euros, ce qui correspond à un point haut historique sur un troisième trimestre avec une progression des trois pôles d'activités. La marge d'EBITDA est résiliente à des niveaux élevés à 17,3% (17,6% au 3T 2017). Le résultat net courant s'inscrit en forte hausse de 18% à 186 millions d'euros, soit 2,44 euros par action.

* Atos cède encore 1,5% après avoir déjà reculé de 1,9% lundi.

* Sanofi (-1,3%). La FDA a accepté d'accorder un examen prioritaire à la demande de licence de produit biologique supplémentaire (supplemental Biologics License Application ou sBLA) concernant Dupixent (dupilumab) dans le traitement de la dermatite atopique modérée à sévère de l'adolescent de 12 à 17 ans.

* Orpea (-1,3%) fait état d'un chiffre d'affaires de 865 ME au troisième trimestre 2018, en hausse de 8,5% en données publiées, et annonce l'acquisition du groupe Axion en Allemagne.

* Bonduelle (-0,3%) a réalisé au premier trimestre de l'exercice 2018-2019 un chiffre d'affaires de 682,1 millions d'euros, en baisse de -1,2% en données publiées et - 1% en données comparables.

* BNP Paribas cède 0,1%. Jefferies a abaissé son objectif de cours de 80,30 à 71,70 euros, mais reste à l'achat.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com