Cotation du 16/11/2018 à 18h05 CAC 40 -0,17% 5 025,20
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 recule encore mais Carrefour s'envole !

Clôture Paris : le CAC 40 recule encore mais Carrefour s'envole !
Clôture Paris : le CAC 40 recule encore mais Carrefour s'envole !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Au terme d'une séance hésitante, le CAC 40 affiche une perte de 0,55% ce jeudi, à 5.116 points en clôture. Le marché est animé par plusieurs publications trimestrielles, dont certaines bien accueillies, à l'image de Carrefour et Publicis. Aux Etats-Unis, le compte rendu de la réunion de politique monétaire de septembre de la Réserve fédérale a confirmé que les membres du FOMC étaient très majoritairement favorables à la poursuite de la remontée progressive des taux, au risque de susciter de nouvelles critiques du président américain, Donald Trump. Wall Street s'affiche pour le moment en nette baisse...

ECO ET DEVISES

Les critiques acerbes émises par Donald Trump ces dernières semaines ne semblent avoir aucun effet sur les membre de la Fed, qui comptent bien garder le cap du resserrement progressif de leur politique monétaire. Ainsi, les Minutes (le compte-rendu) de la dernière réunion de la Fed, les 25 et 26 septembre, publiées mercredi soir, montrent que les banquiers centraux jugent "qu'il serait certainement cohérent" de continuer à relever progressivement les taux directeurs dans un contexte économique porteur, marqué par le retour du plein emploi et une inflation remontée près de l'objectif de 2% de la Fed.Cette approche graduelle permettrait "d'équilibrer les risques" entre resserrer trop rapidement la politique monétaire et au contraire la resserrer trop lentement. La Fed se dit consciente du fait que des hausses trop rapides "pourraient conduire à un brusque ralentissement de l'économie et le retour de l'inflation sous l'objectif de 2%". A l'inverse, souligne aussi la Fed, agir trop lentement "comporterait le risque de pousser l'inflation durablement au-dessus de l'objectif, et de possiblement créer des déséquilibres financiers".

L'OMS a prévenu à son tour des risques économiques de la guerre commerciale actuelle. L'Organisation mondiale du commerce a ainsi rappelé aux opérateurs qu'en dehors du récent accord nord-américain revisitant l'Aléna, aucune avancée concrète n'avait été observée dans les différents conflits opposant les USA à leurs partenaires. En particulier, le duel au sommet entre Washington et Pékin se poursuit, sans espoir d'une résolution à court terme... Rappelons d'ailleurs que le yuan chinois est revenu cette nuit sur ses plus bas niveaux depuis janvier 2017.

L'indice des indicateurs avancés américains du Conference Board pour le mois de septembre 2018 est ressorti en progression de 0,5% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus des économistes de la place, après une augmentation de 0,4% pour le mois d'août.

L'indice manufacturier régional de la Fed de Philadelphie a dépassé les attentes pour le mois d'octobre 2018, ressortant à 22,2 contre un consensus de place de 19,7. L'indice se situait à 22,9 un mois plus tôt.

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont reculé de 5.000 la semaine passée à 210.000. Le consensus tablait sur 211.000.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1512$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 69,7$ et le Brent s'affiche à 79,7$.

VALEURS EN HAUSSE

* La performance meilleure qu'attendue de Carrefour au troisième trimestre est logiquement saluée par le marché avec un titre qui bondit de 9,3%. Le distributeur, pénalisé par la baisse du real brésilien, a vu ses ventes reculer de 2,8% à 21,09 milliards d'euros en données publiées, mais ces dernières ont progressé de 2,1% en comparable (contre +0,7% au 1er semestre). La croissance a été tirée par le rebond en France (+1,6%) où tous les formats se sont améliorés, et par la nette amélioration au Brésil (+5,1%). Interrogé sur le consensus des analystes sur le résultat opérationnel courant attendu pour 2018 (1,86 milliard d'euros, en baisse par rapport aux 2,01 MdsE de 2017), Matthieu Malige a estimé que ce chiffre était "en ligne avec les performances du groupe". Le directeur financier de Carrefour précisant que les investissements dans les prix se poursuivraient tandis que les réductions de coûts liées notamment aux baisses d'effectif ne se feraient sentir qu'en 2019.

* Air France KLM est en hausse de 4,8%. Un flux acheteur à mettre en relation avec l'avancée des négociations salariales chez Air France. Alors que la nouvelle direction, emmenée par Ben Smith, rencontre les syndicats cette semaine, 'La Tribune' affirme qu'un accord est sur le point d'être trouvé. "Selon des syndicalistes appartenant à toutes les catégories de personnels, le texte semble bien parti pour recueillir une majorité de signatures parmi les syndicats représentatifs de la compagnie", affirme le site d'informations. "Il y a de fortes chances pour qu'il soit signé. Vendredi au plus tard, voire en début de semaine prochaine en cas de délai de signature plus important, le conflit peut être réglé", déclare même un pilote.

* Publicis (+3,7%) a vu ses revenus rebondir au troisième trimestre, une série de gains de budgets ayant compensé les contre-performances d'une activité de santé dont le groupe publicitaire a décidé de se séparer. La croissance interne a atteint 1,3% au 3e trimestre 2018 à comparer à -0,4% au cours des six premiers mois de l'année.

* bioMérieux (+2%) a dévoilé un chiffre d'affaires sur neuf mois de 1,749 milliard d'euros, en hausse de 9,8% à taux de change et périmètre constants.

* Thales (+1,5%) compte atteindre le haut de la fourchette de ses objectifs annuels après avoir enregistré sur neuf mois une croissance organique de son chiffre d'affaires de 7,9%, tirée par ses activités militaires.

* Sur le CAC40, Michelin gagne aussi 0,6% avec Orange (+1,1%) ou encore Danone (+0,9%).

* Pernod Ricard avance de 0,7% malgré l'annonce d'une croissance organique nettement supérieure aux attentes entre juillet et septembre. Le numéro deux mondial des spiritueux a annoncé, au titre de son premier trimestre 2018-2019, un chiffre d'affaires de 2,39 milliards d'euros, en hausse de 7,2%, et de 10,4% à taux de changes et périmètre constants (contre 7,9% de consensus) après une progression de 5% au trimestre précédent. Le groupe, qui avait dit s'attendre à un très robuste premier trimestre, a profité du calendrier des fêtes de la lune (mid-autumn festival) en Chine, plus précoce cette année, et de la constitution de stocks de cognac en prévision d'un nouvel an chinois lui aussi plus avancé. Le management a confirmé viser une croissance organique de son résultat opérationnel courant comprise entre 5% et 7% pour l'ensemble de l'exercice et a précisé que l'impact de change serait "légèrement négatif".

VALEURS EN BAISSE

* Vilmorin chute de 8,5% au lendemain de la présentation de comptes annuels 2017-2018 (exercice clos au 30 juin 2018) marqués par un repli de son bénéfice net et un chiffre d'affaires consolidé de 1,346 MdE, en retrait de 4,8% à données courantes. Le groupe se donne comme objectif 2018-2019 de réaliser un taux de marge opérationnelle courante en légère progression, estimée entre 0,5 et 1 point, par rapport à l'exercice 2017-2018.

* STMicroelectronics perd 5,1%. Si le groupe franco-italien avait profité mercredi des commentaires favorables d'ASML, il fait les frais ce matin des prévisions décevantes de TSMC. Le fournisseur de puces pour iPhone a dévoilé des prévisions de revenus inférieures aux attentes des analystes puisqu'il table sur des ventes allant de 9,35 à 9,45 Mds$ sur le trimestre en cours, contre 9,55 Mds$ de consensus. La plus grande entreprise taïwanaise souffre du ralentissement du marché des smartphones mais également de la forte volatilité des crypto-monnaies, qui pèse sur la demande de semi-conducteurs utilisés pour miner les Bitcoin et autres Ripple. Les tensions commerciales croissantes entre les États-Unis et la Chine représentent également une grosse incertitude.

* Sur le CAC40, Saint-Gobain perd aussi 3,5% avec Kering (-3,3%), Valeo (-2,8%) ou encore Legrand (-2,4%).

* LafargeHolcim (-3,4%) est victime de l'avertissement sur résultats de HeidelbergCement.

* BNP Paribas perd 0,7% avec Société Générale (-0,7%) ou encore Crédit Agricole (-0,3%). Les valeurs bancaires sous-performent globalement les marchés en Europe, plombées par les établissements espagnols qui décrochent fortement suite à une décision du Tribunal suprême espagnol. Ce dernier oblige désormais les banques, et non leurs clients, à s'acquitter des droits de timbre sur les prêts immobiliers. Une décision qui pourrait coûter des milliards d'euros aux établissements de crédits ibériques.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com