Cotation du 23/09/2019 à 18h05 CAC 40 -1,05% 5 630,76
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 poursuit son rebond !

Clôture Paris : le CAC 40 poursuit son rebond !
Clôture Paris : le CAC 40 poursuit son rebond !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC 40 a encore gagné 0,84% ce mercredi, repassant au-dessus des 4.800 points, à 4.813 points en clôture. L'indice parisien affiche actuellement une hausse de 1,7% sur 2019 (6 séances). Les marchés restent portés par les espoirs de voir apparaître un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine après trois jours de négociations entre les deux premières puissances mondiales à Pékin. Wall Street s'oriente d'ailleurs actuellement vers une quatrième séance consécutive de rebond, en attendant une avalanche de publications trimestrielles dans les prochains jours. Les opérateurs suivront en outre, dans la soirée, les "minutes" de la dernière réunion FOMC de la Fed... Du côté du pétrole, les prix grimpent à nouveau, avec un baril WTI qui retrouve les 51$ et le Brent, les 60$.

ECO ET DEVISES

Le taux de chômage, corrigé des variations saisonnières, s'est établi à 7,9% dans la zone euro en novembre, en baisse par rapport au niveau de 8% du mois d'octobre et au taux de 8,7% de novembre 2017. Il s'agit du taux le plus faible enregistré dans la zone euro depuis octobre 2008. Eurostat estime qu'en novembre 2018, 16,491 millions d'hommes et de femmes étaient au chômage dans l'UE28, dont 13,040 millions dans la zone euro. Sur un mois, le nombre de chômeurs a diminué de 107.000 dans l'UE28 et de 90.000 dans la zone euro.

Les ménages français ont le moral en berne. L'indicateur de l'Insee mesurant ce moral perd 4 points en décembre et atteint 87, son plus bas niveau depuis novembre 2014, bien au-dessous de sa moyenne de longue période (100). Le marché tablait sur un indice en repli limité à 90.

Les discussions commerciales de trois jours entre les Etats-Unis et la Chine sont désormais terminées. Lu Kang, porte-parole du ministère chinois aux Affaires étrangères, a estimé que la prolongation d'une journée attestait du sérieux des échanges. "Un bon résultat bénéficierait à la Chine et aux Etats-Unis. Je pense que cela serait aussi une bonne nouvelle pour le reste de l'économie mondiale", a glissé le responsable, alors que la Chine doit publier un communiqué suite à ces nouveaux pourparlers.

Concernant le "shutdown", Donald Trump a effectué hier soir son (court) discours "à la Nation", depuis le bureau ovale de la Maison Blanche. Le Président américain avait promis de s'adresser aux Américains "à propos de la crise Humanitaire et de Sécurité Nationale" à la frontière avec le Mexique. C'est donc chose faite, et Trump a comme prévu exhorté une fois de plus le clan démocrate à accepter le financement de son fameux 'Mur' à la frontière avec le Mexique, à l'occasion de cette intervention de moins de dix minutes. "Les gens ne bâtissent pas des murs parce qu'ils détestent ceux qui sont à l'extérieur, mais parce qu'ils aiment ceux qui se trouvent à l'intérieur", a lancé Trump hier, demandant 5,7 milliards de dollars pour le financement de son projet. "C'est une crise humanitaire, une crise du coeur et une crise de l'âme", a aussi affirmé le Président US à propos de l'immigration illégale, la frontière sud étant selon lui une porte d'entrée pour le trafic de drogue. Le bras de fer se poursuit donc pour l'heure entre Trump et les démocrates sur la question du shutdown et du mur. Les interventions du Président américain et des leaders démocrates n'ont guère fait progresser les discussions. Les arguments de Trump n'ont pas évolué, et l'opposition démocrate demeure donc tenace. Un compromis budgétaire ne semble donc toujours pas à l'ordre du jour... L'agence de notation Fitch menace de son côté de retirer le fameux "triple A" des Etats-Unis si cette situation de blocage partiel des administrations US se poursuivait au-delà du mois de février...

D'après certaines rumeurs reprises dans la presse, Pékin envisagerait de mettre en place des mesures permettant de faciliter l'achat de voitures et d'appareils d'électroménager dans le but de soutenir la consommation. La Banque populaire de Chine a quant à elle annoncé sa volonté de soutenir davantage l'économie réelle pour faire face à la détérioration des conditions économiques.

Selon le rapport du Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de pétrole, hors réserve stratégique, sur la semaine close au 4 janvier, ressortent à 439,7 millions de barils, en baisse de 1,7 million de barils par rapport à la semaine précédente. En revanche, les stocks d'essence ont eux progressé de 8,1 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont grimpé de 10,6 millions de barils.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1524$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 51,2$ et le Brent s'affiche à 60$.

VALEURS EN HAUSSE

* Tessi a repris sa cotation en hausse de 28% à 160 euros en s'ajustant sur le prix d'OPA.

* CGG gagne 13%. Le groupe parapétrolier a fait état d'une activité trimestrielle en amélioration avec un chiffre d'affaires (sur le nouveau périmètre du Groupe) qui devrait s'établir autour de 432 millions de dollars au quatrième trimestre, en hausse de 16% et de 54% en séquentiel. Les revenus du segment Géosciences sont attendus autour de 108 M$, en hausse de 16% en séquentiel, tandis que les ventes du segment Multi-Clients devraient s'établir autour de 219 M$, soit le plus haut niveau depuis le dernier trimestre 2015. Les ventes externes en équipements Sercel devraient enfin s'établir autour de 105 M$, en progression de 17% en séquentiel. CGG précise par ailleurs que sa dette nette devrait diminuer de 769 M$ à fin septembre à près de 736 M$ à fin 2018. La liquidité du Groupe est prévue en hausse à près de 435 M$ à fin décembre. Le groupe annoncera ses résultats du quatrième trimestre et de l'année 2018 le 8 mars 2019, avant l'ouverture d'Euronext Paris.

* SEB (+10%) a annoncé l'acquisition de 100% des activités de Wilbur Curtis, numéro 2 américain du café filtre professionnel. L'opération, qui est soumise aux approbations réglementaires d'usage, devrait être finalisée en février 2019. Fondée en 1941, Wilbur Curtis produit et commercialise des équipements de préparation de boissons chaudes et froides, principalement des machines à café filtre et à cappuccino. Ses investissements soutenus, notamment en matière d'innovation, lui permettent de proposer une offre parmi les plus avancées du marché, et de toute première qualité.

* Valeo poursuit sa remontée de 5,8%, profitant probablement de rachats de positions vendeuses.

* STMicroelectronics profite bien sûr du bon déroulement des discussions commerciales pour reprendre 5,6% (quatrième séance dans le vert).

* Capgemini monte encore de 3,8% pour sa quatrième séance consécutive de rebond. Idem pour Sodexo qui gagne 2,5% ce mercredi.

* Airbus (+3,5%) a fourni mardi une mise à jour à propos des livraisons annuelles 2018 dans l'aérien commercial. Face aux rumeurs contradictoires des derniers jours, le constructeur aéronautique confirme avoir atteint son dernier objectif de 800 livraisons d'appareils commerciaux en 2018, "sous réserve de la finalisation du processus d'audit". Les chiffres finaux audités 2018 de commandes et de livraisons dans l'aérien commercial seront publiés après la clôture des marchés demain soir, indique encore l'avionneur. Airbus avait initialement avancé un objectif de près de 820 appareils livrés pour l'année 2018 (y compris C Series - A220). Le constructeur aéronautique avait ensuite ajusté en baisse cet objectif en octobre, suite à des difficultés en matière de production. Il restait 127 appareils à livrer en décembre pour atteindre l'objectif des 800 livraisons.

* La remontée du baril profite aussi à TechnipFMC, en hausse de 3,1%.

VALEURS EN BAISSE

* Recylex (-9,8%) a annoncé que sa filiale allemande Weser-Metall GmbH, opérant la fonderie de plomb du Groupe à Nordenham, réalise actuellement un arrêt de maintenance anticipé, suite à la constatation d'une usure avancée des briques réfractaires de son four principal (four BSF).La décision d'avancer partiellement au mois de janvier 2019 le grand arrêt de maintenance programmé, prévu initialement à la fin du second trimestre 2019, a été prise en raison d`une usure avancée du four, liée à son changement de mode de fonctionnement depuis sa connexion avec le nouveau four de réduction et aux difficultés techniques qui en ont résultées. L'arrêt de maintenance actuel durera environ trois semaines, soit une durée similaire aux grands arrêts de maintenance habituels, mais sera suivi d'un court arrêt de maintenance complémentaire d'environ une semaine à la fin du second trimestre 2019 en vue d'implémenter des modifications techniques visant à améliorer la disponibilité du four principal (BSF). La production de plomb des deux fours combinés de la fonderie de Weser-Metall GmbH devrait reprendre avant la fin du mois de janvier 2019.

* Groupe ADP trébuche de 4,6%. Selon les informations de 'BFM Business', le gouvernement envisagerait de reporter le processus de cession de sa participation dans le gestionnaire des aéroports parisiens à début 2020. La privatisation de la Française des Jeux serait également repoussée. "Bercy semble se diriger vers un calendrier qui viserait à lancer un appel d'offres en début d'année prochaine pour boucler l'opération fin 2020", peut-on lire sur le site de la chaîne d'information en continu. Le contexte politique et les mauvaises conditions de marché seraient à l'origine d'une telle décision. Si aucun calendrier précis n'a jusqu'ici été donné par l'exécutif, le lancement des grosses opérations de privatisation était plutôt attendu début 2019.

* Air FranceKLM recule de 2,6%. Le groupe a transporté plus de 100 millions de passagers pour la première fois en 2018, dont 7,7 millions en décembre 2018. Les mouvements de protestations en France ont eu un impact négatif d'environ 15 millions d'euros sur les revenus estime le groupe.

* Sur le CAC40, Air Liquide cède 1,3% avec Bouygues (-0,7%), L'Oréal (-0,8%) ou encore Pernod Ricard (-0,3%).

* Orange cède 0,3%. Si l'information a peu filtré en France, le journal espagnol 'El Economista' indiquait hier que l'opérateur télécoms français regardait de très près le dossier Euskaltel avant la prochaine vague de consolidation attendue dans le secteur. Avec plus de 800.000 clients (particuliers et entreprises), principalement dans le fixe, Euskaltel est l'un des principaux câblo-opérateurs au Pays Basque, en Galice et dans les Asturies. Le groupe, dont le principal actionnaire est la Kutxabank, avec 21,32% du capital, a réalisé en 2017 un EBITDA ajusté de 307 ME pour des revenus de 622 ME.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com