Cotation du 14/12/2018 à 12h19 CAC 40 -0,92% 4 852,01
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 poursuit sa chute

Clôture Paris : le CAC 40 poursuit sa chute
Clôture Paris : le CAC 40 poursuit sa chute
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC 40, qui avait chuté de près de 1,5% hier, a encore perdu 0,95% ce vendredi, repassant brutalement sous les 5.400 points, à 5.359 points en clôture. Les marchés actions restent plombés par la vive remontée des taux, dans le sillage du "10 ans" américain (3,22% actuellement), et par les craintes de ralentissement de la demande en Chine, notamment sur les secteurs de l'automobile et du luxe. Outre-Atlantique, Wall Street, au lendemain d'une nette correction des indices, poursuit sa décrue également, après un rapport sur l'emploi particulièrement contrasté, faisant ressortir des créations de postes décevantes en septembre, mais également un taux de chômage extrêmement bas, sur des niveaux plus revus depuis près de 50 ans...

ECO ET DEVISES

Les créations d'emplois non-agricoles aux États-Unis pour le mois de septembre 2018 sont ressorties décevantes, au nombre de 134.000, contre un consensus de place voisin de 180.000. Le taux de chômage américain, en revanche, est s'affiche en retrait à 3,7% contre 3,9% un mois auparavant, alors que le consensus de place se situait à 3,8%. Il faut remonter à près d'un demi-siècle (1969 pour être précis) pour retrouver un marché américain du travail en telle forme. Les créations de postes du mois de juillet 2018 ont été révisées de 147.000 à 165.000. Par ailleurs, les créations du mois d'août ont été ajustées en forte hausse à 270.000, contre 201.000 précédemment évalué. En septembre, le taux de participation à la force de travail est resté à 62,7% (en ligne avec le consensus). Le salaire horaire moyen progresse quant à lui de 0,3% par rapport au mois précédent (en ligne avec les attentes) et grimpe de 2,8% en glissement annuel (contre +2,9% de consensus).

Le déficit commercial américain pour le mois d'août 2018 est ressorti à 53,2 milliards de dollars, contre 53,7 Mds$ de consensus de place et 50 Mds$ pour le mois de juillet 2018.

Après avoir diminué de 2,7 milliards en juillet, le déficit commercial de la France a augmenté de 2,2 milliards en août et atteint 5,6 MdsE. Une progression due au rebond des importations alors que les exportations se maintiennent à un niveau élevé, précisent les douanes. Le consensus tablait sur un déficit de 4,5 MdsE. Sur les huit premiers mois de 2018, le déficit cumulé de la balance commerciale atteint 42,4 milliards d'euros, contre 44,3 MdsE un an plus tôt.

Les commandes allemandes à l'industrie, ajustées des variations saisonnières, des prix et des effets calendaires, ont rebondi de 2% en août après avoir reculé de 0,9% le mois précédent. Le consensus tablait sur une hausse limitée à 0,8%. Les commandes domestiques ont décliné de 2,9% alors que celles à l'international ont progressé de 5,8%, précise l'Office fédéral de la statistique. Sur un an, les commandes affichent en revanche un repli de 2,1% contre une baisse de 3% attendue par le marché.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1513$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 74,7$ et le Brent s'affiche à 84,6$.

VALEURS EN HAUSSE

* Eutelsat (+6,9%) est soutenu par une note de Goldman Sachs qui a rehaussé sa recommandation de 'neutre' à 'acheter'. L'objectif de cours est également relevé de 20,5 à 26 euros.

* Avenir Telecom grimpe de 6,8% avec Atari (+4,1%) ou encore Archos (+2,1%).

* M6 est bien orienté (+2,2%) alors que Kepler Cheuvreux a réitéré son opinion 'achat' et son objectif de 22,5 euros sur le dossier. Malgré cette belle hausse de fin de semaine, le titre du groupe de médias affiche encore près de 20% de pertes depuis le premier janvier.

* Sur le CAC40, Publicis monte de 1,2% avec Michelin (+1,1%), Axa (+0,1%) ou encore L'Oréal (+0,1%).

* Safran grappille 0,2% après avoir été pénalisé en début de semaine par le placement de 2,35% du capital opéré par l'Etat.

* Valeo stoppe sa chute et se stabilise ce vendredi, en hausse de 0,3%.

VALEURS EN BAISSE

* STMicroelectronics reperd 4,9%. Crédit Suisse avait pourtant réitéré hier son conseil "surperformance" en visant 27 euros, alors que la valorisation lui apparaît attractive.

* Eurofins Scientific (-4,7% ). Le flux vendeur est attisé par une note de Berenberg dans laquelle le bureau d'analyse abaisse son avis sur le dossier de d'"acheter" à "conserver" et ajuste son objectif de 610 à 500 euros.

* Sur le CAC40, ArcelorMittal chute de 3,8% avec Carrefour (-3,3%) ou encore Dassault Systemes (-3,6%).

* La fin de semaine reste compliquée pour le secteur du luxe. Après avoir fortement décroché hier, Kering (-2%), LVMH (-0,6% ), ou encore Hermes (-0,9%) restent malmenés. Les craintes récurrentes de ralentissement du marché chinois expliquent ce coup de moins bien de l'industrie du luxe en bourse. Des inquiétudes renforcées par une rumeur apparue hier dans la presse et sur les réseaux sociaux selon laquelle les autorités locales surveilleraient de plus en plus les achats de biens réalisés à l'étranger par leurs citoyens. Les Chinois revenant de voyage à l'étranger doivent déclarer à la douane si la valeur des marchandises qu'ils ramènent dépasse le montant de l'exonération fiscale, a rapporté la radio nationale chinoise, citant un employé des douanes basé à Shanghai. "Le fait est que nous ne serions pas surpris que le gouvernement chinois puisse prendre des mesures de limitation de cette nature pour réorienter les achats de ses ressortissants en produits de luxe au niveau domestique. Alors même qu'une diminution des taxes sur les produits concernés portant notamment les sacs et les montres vient d'être mise en oeuvre", explique Invest Securities.

* Saint-Gobain (-1,8%) a signé un accord en vue d'acquérir 100% du capital de Kaimann, un des principaux acteurs européens de produits isolants à base d'élastomère.

* Engie (-0,2%). Les députés ont approuvé la disposition permettant à l'Etat de passer sous le seuil d'un tiers du capital d'Engie et d'ouvrir à des investisseurs privés le capital de GRTgaz, sa filiale spécialisée dans le transport du gaz.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com