Cotation du 22/02/2019 à 18h05 CAC 40 +0,38% 5 215,85
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 monte encore, avec les bancaires

Clôture Paris : le CAC 40 monte encore, avec les bancaires
Clôture Paris : le CAC 40 monte encore, avec les bancaires
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Tiré notamment par les valeurs bancaires, le CAC 40, pour sa deuxième séance consécutive de rebond, a encore gagné 0,51% ce mercredi, repassant ainsi au-dessus des 4.800 points, à 4.810 pts en clôture, les marchés restant soutenus par la volonté affichée de la Chine de soutenir son économie. Outre-Manche, le rejet hier de l'accord de Brexit par le Parlement britannique permet d'envisager des scénarios nouveaux qui ne semblent pas forcément déplaire aux marchés (nouvel accord, report du Brexit au-delà de la date butoir du 29 mars, second référendum, ou encore abandon pur et simple du Brexit...), alors que celui d'un Brexit dur (sans accord) paraît peu probable... Aux Etats-Unis, Wall Street rebondit également, profitant par ailleurs des comptes, plus solides que prévu, des géants bancaires Bank of America et Goldman Sachs !

ECO ET DEVISES

Mardi soir, la Chambre des communes britannique a fait subir une défaite historique à la Première ministre Theresa May. 432 députés ont voté contre l'accord de Brexit qu'elle avait conclu en novembre avec l'Union européenne, alors que seulement 202 ont voté en sa faveur. Ce vote négatif était assez largement anticipé ces derniers jours, mais l'ampleur du rejet constitue tout de même une surprise. Il plonge le Royaume-Uni dans la plus grande incertitude, alors que le Brexit doit en théorie entrer en vigueur le 29 mars prochain à minuit... Désormais, les possibilités sont multiples, allant d'un Brexit sans accord (porte ouverte au chaos, selon de nombreux observateurs) à la suspension pure et simple du Brexit, en passant par un nouveau référendum, ou une renégociation (improbable) de l'accord avec Bruxelles... Si l'on se fie à l'évolution de la ivre sterling, les cambistes semblent davantage tabler sur un report, voire un abandon du Brexit, que sur une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'UE, qui aurait des conséquences très négatives pour l'économie britannique à court et à moyen terme, selon la plupart des économistes. La Première ministre britannique devra faire face dès ce mercredi à une nouvelle motion de défiance (la deuxième en un mois), déposée contre elle par le leader travailliste Jeremy Corbyn. Le vote de cette motion aura lieu mercredi à 20h00 heure de Paris.

L'indice du marché immobilier américain pour le mois de janvier 2019, mesuré par la National Association of Home Builders, est ressorti supérieur aux attentes, à 58 contre un consensus de place de 57. Il était de 56 un mois plus tôt.

L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois de janvier 2019 est ressorti à +2%, alors qu'il était de +2,3% un mois auparavant. Cet indicateur mesure les anticipations d'inflation à un an du point de vue des firmes.

Mario Draghi ne craint pas une récession de la zone euro mais estime que le coup de moins bien de l'économie européenne pourrait durer plus longtemps que prévu. S'exprimant mardi devant le Parlement européen à Strasbourg, le patron de la BCE a déclaré : "Nous voyons toujours une situation où la consommation est en expansion, relativement forte, l'investissement toujours en expansion, soutenu par notre politique monétaire, la croissance des exportations est encore bonne et le marché du travail continue d'être très soutenu". Malgré tout, le dirigeant estime qu'un "degré élevé de soutien monétaire demeure nécessaire pour soutenir le renforcement des pressions sur les prix intérieurs et l'évolution de l'inflation globale à moyen terme". "Notre pilotage des anticipations ("forward guidance") sur les taux directeurs de la BCE, renforcé par les réinvestissements des stocks importants de titres que nous avons acquis, continue à apporter le degré nécessaire de soutien monétaire", a précisé Mario Draghi.

L'indice des prix à l'import aux États-Unis pour le mois de décembre 2018 est ressorti en retrait de 1% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de -1,2% et une lecture révisée de -1,9% pour le mois antérieur. L'indicateur des prix à l'export s'est tassé pour sa part de 0,6%, contre -0,3% de consensus et -0,8% un mois auparavant. En glissement annuel, les prix à l'import régressent de 0,6%, alors que les prix à l'export augmentent de 1,1%.

D'après les informations de Reuters, la banque centrale chinoise a injecté un montant record de 560 milliards de yuans (83 milliards de dollars ou 73 milliards d'euros) dans le système financier mercredi, cherchant ainsi à prévenir une pénurie de liquidités.

Selon le rapport du Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de pétrole, hors réserve stratégique, ont reculé de 2,68 millions de barils lors de la semaine close au 11 janvier, à 437,1 millions de barils. Le consensus tablait sur un repli de 2,5 millions de barils. Les stocks d'essence ont en revanche bondi de 7,5 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont progressé de 3 millions de barils. Des hausses supérieures aux attentes du marché.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1399$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 51,8$ et le Brent s'affiche à 60,7$.

VALEURS EN HAUSSE

* Technicolor grimpe de 7,9% ce mercredi, pour sa troisième séance consécutive dans le vert.

* Les bancaires sont bien orientées : Société Généralemonte de 4,1% avec BNP Paribas (+3,3%) et Crédit Agricole(+3,9%).

* PSA Groupe gagne 3,3%. Gefco, l'ancienne filiale de PSA Groupe va-t-elle s'introduire en bourse ? On semble en prendre le chemin puisque selon plusieurs sources citées par l'agence Reuters, le groupe de transport et de logistique a retenu Société générale, JPMorgan, Citigroup, UBS et Credit Suisse pour préparer une possible IPO. Gefco est contrôlée à 75% par le groupe russe de chemins de fer RZD tandis que PSA en détient encore 25%. "PSA entend rester un actionnaire minoritaire", a déclaré à l'agence un porte-parole du groupe français, dans l'éventualité d'une IPO. "L'opération peut intervenir aujourd'hui parce que la gouvernance est solide et stabilisée". Fin décembre, Gefco avait annoncé envisager de coter ses actions sur Euronext Paris, tout en précisant que l'opération restait soumise aux conditions de marché et aux autorisations réglementaires.

* Capgemini, qui a déjà grimpé de 3,7% hier, gagne encore 2,9% ce mercredi.

* JCDecaux (+2,1%) a remporté, à la suite d'un appel d'offres, un nouveau contrat exclusif de 11 ans (8 ans + 3) portant sur l'ensemble du mobilier urbain publicitaire analogique et digital de la ville de Rotterdam.

* Renault (+1,7%). Le gouvernement français prépare l'après-Carlos Ghosn à la tête du constructeur automobile et a demandé une réunion du conseil d'administration pour examiner les candidats à sa succession, ont dit à Reuters plusieurs sources proches du dossier.

* Getlink (+0,1%). Eurotunnel appelle les responsables politiques à préciser dès que possible la nature des accords douaniers à mettre en place entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne. "Seules des règles claires permettront aux acteurs économiques de continuer à investir et à créer des emplois et de préserver la dimension humaine, sociale et culturelle des échanges entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne. Pour rappel, 26% des échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne passent par le Tunnel, représentant plusieurs centaines de milliers d'emplois".

VALEURS EN BAISSE

* Groupe ADP perd 1,4%. Paris Aéroport a accueilli un total de 105,3 millions de passagers en 2018, soit une hausse de +3,8% par rapport à l'année précédente, dont 72,2 millions à Paris-Charles de Gaulle (+4%) et 33,1 millions à Paris-Orly (+3,4%). Neutralisée de l'impact des grèves du 1er semestre, la hausse du trafic pour Paris Aéroport aurait été de +4,5%. Par ailleurs, l'Autorité de supervision indépendante des redevances aéroportuaires (ASI) portant refus d'homologation des tarifs des redevances aéroportuaires, applicables à compter du 1er avril 2019, sur les aérodromes de Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly et Paris-Le Bourget ainsi que leurs modulations.

* Sur le CAC40, Danone recule de 1,2% avec Hermes International (-1%), Orange (-0,4%) ou encore LVMH (-0,7%).

* Pernod Ricard cède 0,8%. Le PDG Alexandre Ricard a rencontré mardi des représentants du fonds activiste Elliott Management, qui a acquis ces derniers mois 2,5% du capital du groupe français de vins et de spiritueux. A l'issue de cette rencontre, les deux parties sont convenues de "poursuivre les discussions", a indiqué l'agence Reuters, qui cite une source proche du dossier, sans donner plus de précisions.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com