Cotation du 16/08/2019 à 18h05 CAC 40 +1,22% 5 300,79
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 grimpe, mais refuse finalement les 5.600 pts

Clôture Paris : le CAC 40 grimpe, mais refuse finalement les 5.600 pts
Clôture Paris : le CAC 40 grimpe, mais refuse finalement les 5.600 pts
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'indice CAC 40 progresse finalement de 0,52% en clôture à 5.568 pts ce lundi, soutenu essentiellement par la trêve conclue entre Washington et Pékin afin de faciliter leurs négociations commerciales. L'indice phare parisien termine néanmoins au plus bas de la journée, après une ouverture à 5.584 pts et un pic intraday sur les 5.600 pts, à 5.611 pts pour être précis. La consolidation s'est produite après deux indicateurs meilleurs que prévu de l'industrie manufacturière américaine, qui ont sans doute pesé sur les anticipations de baisse des taux outre-Atlantique.

La Chine et les Etats-Unis vont, comme les opérateurs l'espéraient, reprendre leurs pourparlers. Washington n'imposera pas pour l'heure de nouvelles taxes douanières sur les importations de produits provenant de Chine, alors que Trump avait précédemment menacé de surtaxer 300 Mds$ de produits additionnels. La trêve a été annoncée samedi, après une rencontre entre le président américain et son homologue chinois Xi Jinping, à l'occasion du sommet du G20 à Osaka.

Sur le marché des changes, l'euro se traite à 1,1315$ (-0,5%). Du côté des matières premières, le baril de brut WTI et le Brent de la mer du Nord regagnent respectivement 0,7% et 0,3%, à environ 59$ et 65$... A la mi-séance à Wall Street, les indices boursiers modèrent leurs ardeurs après les sommets historiques. Le DJIA ne prend plus que 0,5%, contre +0,7% pour le S&P500 et +1,1% sur le Nasdaq.

Certains membres de la Banque centrale européenne ont confirmé l'orientation affirmée par Draghi et son engagement à intervenir si nécessaire. A l'occasion d'une conférence à Helsinki, le chef économiste Philip Lane de la BCE, ainsi que les membres du Conseil des gouverneurs Klaas Knot, Olli Rehn et Pablo Hernandez de Cos, ont donc confirmé cette volonté d'action, face notamment à une inflation extrêmement basse.

Les indicateurs PMI européens publiés ce jour sont assez contrastés dans l'ensemble. La contraction du secteur manufacturier de la zone euro s'est poursuivi en juin. L'Indice PMI final pour l'industrie manufacturière de la zone euro se replie de 47,7 en mai à 47,6 (estimation flash de 47,8), contre un consensus de 47,8. Les baisses des nouvelles commandes et de la production pèsent sur les performances du secteur. Les fabricants de la zone euro signalent une baisse des prix des achats ainsi que la plus forte diminution des délais de livraison de leurs fournisseurs depuis dix ans.

Les données PMI de juin signalent en revanche la plus forte croissance du secteur manufacturier français depuis neuf mois selon IHS Markit, tendance résultant de la première hausse de la production depuis février ainsi que d'une légère augmentation du volume global des nouvelles commandes. Parallèlement, la baisse des stocks d'intrants a ralenti au cours du mois, affichant son rythme le plus faible depuis quatre mois, tandis que le taux de création de postes a atteint un pic de près d'un an. L'Indice des Acheteurs PMI IHS Markit s'est redressé de 50,6 en mai à 51,9 en juin, signalant une expansion du secteur pour le deuxième mois consécutif et sa plus forte croissance depuis neuf mois. Le consensus était de 52 sur la période. L'indicateur ressort donc très proche des attentes.

L'indice PMI manufacturier final allemand du mois de juin s'est établi à 45, contre un consensus de 45,4. Il signale une franche contraction. L'indice espagnol n'est guère plus solide à 47,9, contre 49,6 de consensus. L'indicateur italien ressort à 48,4 contre 48,7 de consensus de place.

Le taux de chômage européen du mois de mai 2019 est ressorti à 7,5%, contre un consensus de place de 7,6% et un niveau de 7,6% également pour le mois antérieur... Ce taux de chômage de la zone euro (ZE19) corrigé des variations saisonnières s'affiche au plus bas en 11 ans selon les données d'Eurostat - office statistique de l'UE. Il faut ainsi remonter au mois de juillet 2008 pour retrouver de tels niveaux de l'indicateur. Ce taux de chômage européen se situait à 8,3% en mai 2018.

Dans l'UE28 cette fois, le taux de chômage s'est établi à 6,3% en mai 2019, en baisse par rapport au taux de 6,4% d'avril 2019 et au taux de 6,9% de mai 2018. Ce taux est le plus bas depuis le début de la série mensuelle sur le chômage en janvier 2000...

Le taux de chômage allemand du mois de juin, également publié ce jour, se monte à 5%, inchangé selon Destatis - l'institut fédéral de la statistique allemand.

L'indice Markit PMI manufacturier américain final du mois de juin est ressorti à 50,6, contre 50,1 de consensus de place et 50,1 pour la lecture flash initiale du mois - qui représentait un plancher de dix ans. L'indice avait terminé le mois de mai à 50,5. L'ISM manufacturier américain du mois de juin 2019, qui vient également d'être publié, est ressorti pour sa part à 51,7 contre 51,1 de consensus de place. Il était logé à 52,1 au mois de mai 2019.

Valeurs en hausse

Latécoère (+32,2%) a pris acte de l'intention de Searchlight Capital Partners de lancer une offre publique d'achat volontaire en numéraire visant ses titres, ainsi que cela a été annoncé le 28 juin 2019, au prix de 3,85 euros par action. Cette offre publique d'achat serait déposée auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF) au 3ème trimestre 2019, à la suite de l'avis motivé du conseil d'administration de la Société sur le projet d'offre.

L'offre de Searchlight valorise Latécoère 365 millions d'euros. L'Américain avait acquis 26% du capital au même prix en avril. La prime ressort à 34% sur les cours de clôture de vendredi.

Saint-Gobain (+1,6%) a choisi d'appliquer la norme IFRS 16 selon la méthode rétrospective complète au 1er janvier 2019, avec effet rétroactif au 1er janvier 2018. Cette norme aligne la comptabilisation des contrats de location simple sur celle des contrats de location-financement. En se basant sur les contrats analysés, Saint-Gobain évalue l'impact à la date de transition sur le montant de la dette à 3.011 millions d'euros et le montant du droit d'utilisation des actifs à 2.744 millions d'euros. L'impact annuel pour 2018 sur l'EBE est évalué à +787 ME et à +85 ME sur le résultat d'exploitation.

Casino (+2,4%). Faisant suite à la signature d'un accord en février 2019 avec Compass Group Plc, Casino annonce avoir finalisé la cession de la société R2C, filiale de Casino spécialisée en restauration collective.

Alors que les prix du pétrole (WTI et Brent) se reprennent ce jour suite à la trêve commerciale conclue par les Etats-Unis et la Chine, les valeurs pétrolières au sens large sont recherchées. Vallourec regagne ainsi 7,8%. CGG affiche un gain comparable (+7,5%)...

STMicroelectronics (+4,1%). Le compartiment des semi-conducteurs était l'un des grands gagnants du jour sur les places boursières européennes. Les marché spéculent sur les retombées du G20 à Osaka et l'assouplissement de la position de Washington à l'égard du géant des télécoms Huawei. Larry Kudlow, conseiller économique de Donald Trump, a estimé dimanche qu'il y avait de "bonnes chances" que les entreprises américaines se voient accorder des licences pour vendre des produits à Huawei... Soitec (+0,9%) suit également le mouvement sectoriel ce jour.

Credit Agricole (+2,3%) a annoncé vendredi renforcer son partenariat dans le crédit à la consommation en Italie avec BANCO BPM pour une durée de 15 ans. Cette transaction a été validée par l'Autorité de la concurrence européenne et la Banque d'Italie. Cet accord laisse inchangée la structure actionnariale d'Agos (61% détenus par Crédit Agricole Consumer Finance et 39% par Banco BPM).

Groupe Séché (+2,3%) SAS, société holding de la famille Séché et La Caisse des Dépôts, ont conclu un accord aux termes duquel Groupe Séché acquiert la totalité de la participation de la Caisse des Dépôts dans le capital de Séché Environnement, soit 710.617 actions représentant 9,04% du capital. A l'issue du règlement-livraison de l'opération qui interviendra dans les prochains jours, la participation de Groupe Séché sera ainsi portée de 50% à 59,04% du capital de Séché Environnement.

Ymagis (+16,2%) annonce la signature d'un contrat majeur entre sa filiale CinemaNext et le circuit français Megarama pour la vente et l'installation d'un minimum de 110 projecteurs Laser Barco au sein de 15 cinémas Megarama et des nouvelles constructions à venir. Le contrat, qui s'étend jusqu'à fin 2021, vise à remplacer la première génération 'Série 1' des projecteurs numériques installés au sein des salles existantes en France, Espagne et au Maroc.

Claranova (+2,2%) a déposé, via sa filiale PlanetArt, une offre ferme de reprise des actifs de Personal Creations, l'activité de personnalisation de cadeaux du groupe américain FTD Companies, Inc pour un montant de 18,1 millions de dollars. Cette offre de reprise des actifs effectuée dans le cadre de la procédure de sauvegarde ouverte par FTD Companies, Inc (Chapter 11 du Bankruptcy Code) reste soumise à une série de conditions suspensives, d'absence d'offres supérieures et l'approbation définitive du tribunal de commerce compétent. Il est prévu que la transaction s'effectue par une acquisition d'actifs en numéraire une fois l'ensemble des conditions suspensives levées.

Onxeo (+4,9%) bondit avec la publication d'une étude d'initiation à l'achat réalisée par Kepler Cheuvreux, l'une des principales sociétés européennes indépendantes de services financiers spécialisée dans la recherche, l'exécution et le conseil.

Cafom (+4,1%) a enregistré un chiffre d'affaires de 212,5 ME en croissance de +1,5% en données retraitées, c'est-à-dire en tenant compte des activités fermées ou en cours de fermeture. En données publiées, le chiffre d'affaires s'inscrit en repli de 1%. Cafom affiche un EBITDA de 9,2 ME contre 10,6 ME. Le résultat opérationnel courant s'élève à 3,2 ME contre 5,2 ME.

Engie (+0,8%) a annoncé l'acquisition de l'Américain Conti ainsi que ses filiales Indicon, Ion Electric, LLC et McGilvray Mechanical. Conti est une entreprise de services de construction et d'énergie présente aux États-Unis et au Canada. Conti et ses filiales fournissent des services dans le domaine du bâtiment, en conception, ingénierie et réalisation que ce soit en chauffage et climatisation, systèmes électriques et mécaniques et réseaux numériques, systèmes et panneaux de contrôles industriels. En outre, Conti est l'un des leaders nord-américains en construction de fermes solaires, des projets les plus petits jusqu'aux centrales les plus importantes.

Sanofi (+1,2%). La Commission européenne (CE) a délivré une autorisation conditionnelle de mise sur le marché à Libtayo (cemiplimab) dans le traitement du carcinome épidermoïde cutané (CEC) métastatique ou localement avancé chez des patients non candidats à une chirurgie ou à une radiothérapie à visée curative.

Valeurs en baisse

Showroomprivé (-2,5%) corrige encore, après son plongeon de fin de semaine dernière dans le sillage d'un douloureux avertissement sur les résultats.

Visiomed (-1,6%) annonce la nomination de Patrick Schiltz comme nouveau Président Directeur Général. L'Assemblée Générale a révoqué l'ensemble du Conseil d'administration, dont Olivier Hua et Eric Sebban, et a désigné trois nouveaux membres du Conseil dont Patrick Schiltz.

Cybergun (-9,1%) trébuche avec le projet de renégociation de la dette obligataire. Le groupe va proposer aux porteurs obligataires un remboursement partiel anticipé, à hauteur de 20% du montant nominal (intégralement en numéraire) ou de 30% (15% en numéraire et 15% en actions Cybergun), contre un abandon du solde de leur créance. A ce jour, les coupons versés représentent près de 45% de la valeur nominale. A cet égard et dans ce contexte, Cybergun entend suspendre le paiement des coupons à venir. En cas d'accord, les porteurs d'obligations auraient alors récupéré entre 65 et 75% de la valeur nominale. S'agissant de Cybergun, la renégociation de la dette obligataire ferait économiser au groupe, en intérêts de la dette, 0,3 ME en 2019 et 0,7 ME en 2020.

PSA (-0,1%). La Commission européenne a pourtant ouvert une enquête approfondie afin de déterminer si le projet de l'Espagne visant à accorder une aide publique de 20,7 millions d'euros pour que la société investisse dans son usine automobile existante de Vigo (Espagne) était conforme aux règles de l'UE en matière d'aides d'État à finalité régionale.

Renault (-0,8%). Au cumul à la fin du premier semestre, le groupe observe un léger recul de ses volumes "à l'aube d'un nouveau cycle produit". "Renault est leader du marché français et reprend sa première place sur les marchés des VP vendus à particuliers et à flottes. Après plusieurs mois record, les ventes de Dacia se stabilisent et Alpine monte en puissance". Renault accuse une baisse de 2,5% à 379.454 unités VP + VU et un repli de 4,7% en VP, contre +6,8% sur le segment VU.

Bourbon est suspendu en bourse ce lundi dans l'attente d'un communiqué, qui pourrait fort probablement porter sur sa restructuration financière puisque telle était son actualité la plus récente.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com