Cotation du 23/10/2019 à 18h05 CAC 40 -0,07% 5 653,44
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 flambe sur les 5.400 pts

Clôture Paris : le CAC 40 flambe sur les 5.400 pts
Clôture Paris : le CAC 40 flambe sur les 5.400 pts
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'indice phare parisien, le CAC 40, a terminé la journée sur un rebond de 1,7% en clôture à 5.435 pts, repartant ainsi en vive hausse suite à sa consolidation de la veille. Le secteur automobile et le luxe se sont distingués. Technicolor et SEB ont même cédé à une certaine euphorie ce jour, suivis de près par Vallourec et Dassault Aviation.

Les opérateurs ont ignoré cette fois l'incertitude politique en Italie, alors que le président de la République Sergio Mattarella vient d'entamer les consultations afin de déterminer la possibilité de former un gouvernement de coalition suite à la démission hier du président du Conseil italien, Giuseppe Conte... Le segment automobile, vedette du jour, a profité des informations provenant de la presse italienne, concernant une potentielle reprise des discussions entre Renault et Fiat Chrysler.

La cote américaine, qui n'attend pas grand chose de plus des Minutes de la Fed (ce soir) ou de l'intervention de Jerome Powell (vendredi à Jackson Hole), grimpe ce mercredi, stimulée surtout par d'excellents résultats des détaillants Lowe's et Target. Ces derniers chiffres confirment la très bonne tenue de la consommation aux USA. Le DJIA et le Nasdaq prennent désormais 1%. Le S&P500 s'adjuge pour sa part 0,9%.

Sur le marché des changes, l'indice dollar se stabilise à 98, tandis que l'euro se traite à 1,11$ - sans grande évolution. Du côté des matières premières, le baril de brut WTI s'adjuge 0,3% à 56,3$, alors que le Brent de la mer du Nord prend 1,2% à 60,7$. La hausse semble donc se confirmer après le rapport sur les stocks pétroliers domestiques américains.

Trump assure (toujours) le spectacle

Donald Trump, qui vient d'annuler sa visite au Danemark suite au rejet de sa proposition sur le Groenland, a livré quant à lui hier soir quelques commentaires plutôt appréciables concernant d'éventuelles baisses de taxes aux Etats-Unis. Le président américain a donc confié qu'il réfléchissait à des réductions d'impôts, tout en assurant que le pays serait très loin d'une récession. Aucune décision immédiate n'est toutefois prévue sur les mesures fiscales éventuelles. L'administration Trump étudie par ailleurs "depuis longtemps" la question des cotisations sociales des salariés et employeurs, a confirmé le leader de la Maison blanche.

Les mesures fiscales ultérieures pourraient concerner aussi bien les salaires que les plus-values boursières, a indiqué Trump devant la presse à l'occasion d'une visite à la Maison blanche de Klaus Iohannis, son homologue roumain.

Trump a expliqué que son administration envisageait aussi depuis longtemps des mesures fiscales. Il affirme qu'il n'a pas besoin de l'accord du Congrès pour éventuellement indexer l'imposition des plus-values sur l'inflation - mesure qui aurait pour effet de diminuer fortement ces taxes sur les plus-values boursières. Trump a estimé qu'une telle chose serait "très facile à faire", tout en soulignant qu'il y "pensait beaucoup".

Donald Trump a aussi maintenu hier soir la pression sur la Fed, qui devrait selon lui réduire les taux d'un point de pourcentage.

Une baisse des taux donnée pour sûre

La Fed a réduit ses taux d'un quart de point fin juillet, la première baisse depuis 2008. Les opérateurs anticipent très majoritairement une nouvelle baisse d'un quart de point en septembre. Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'une telle baisse le 18 septembre, et donc de taux ramenés entre 1,75 et 2%, serait de 97%, contre 3% de probabilité d'un statu quo (taux maintenus entre 2 et 2,25%).

L'inénarrable président américain Donald Trump poursuit son offensive ce mercredi sur le réseau social Twitter, contre la Fed et son patron Jerome Powell. "Alors l'Allemagne paye Zéro intérêt et est actuellement payée pour emprunter de l'argent, alors que les U.S., au crédit bien plus fort et plus important, payent un intérêt et viennent juste d'arrêter (j'espère!) le Resserrement Quantitatif. Le Dollar le plus Fort de l'Histoire, très dur sur les exports. Pas d'inflation! OU EST LA RESERVE FEDERALE?"

Il faut dire que Berlin vient d'émettre 824 millions d'euros d'obligations à 30 ans à un taux de -0,11%... La demande pour ce titre n'offrant aucun coupon a toutefois été très faible puisque le ratio 'Bid-to-cover' a été de seulement 1,05.

"Cela va super avec la Chine et les autres Accords Commerciaux. Le seul problème que nous ayons est Jay Powell et la Fed. Il est comme un golfeur qui ne peut faire un putt, n'a aucun toucher. Grosse croissance U.S. s'il prend la bonne décision. GROSSE REDUCTION (ndlr : des taux bien entendu) -mais ne comptez pas sur lui! Jusqu'à présent il a eu faux, et nous a seulement laissé tomber", déplore Trump, qui avait déjà utilisé cette triste métaphore du golfeur sans toucher pour décrire le comportement de Jerome Powell, leader de la Fed.

"Nous sommes en concurrence avec de nombreux pays qui ont un taux d'intérêt bien plus bas, et nous devrions être plus bas qu'eux", insiste encore le président américain, qui demande à la Fed de "se réveiller". "Un tel potentiel de croissance, presque comme jamais auparavant!", s'emporte encore le leader de la Maison blanche.

Trump s'en est pris également aux patrons du secteur automobile ce jour, critiqués pour n'avoir pas soutenu sa tentative visant à abaisser les règles d'efficacité énergétique de l'ère Obama. Le président américain assure que sa proposition "aux Compagnies Automobiles politiquement correctes" aurait réduit le prix moyen d'une voiture pour les consommateurs de plus de 3.000$, tout en rendant les véhicules bien plus sûrs. "Très peu d'impact sur l'environnement! Dirigeants stupides!", a asséné Trump.

Sur le front économique, les chiffres du logement aux USA sont ressortis robustes. Selon la National Association of Realtors américaine ce mercredi, les reventes de logements existants aux États-Unis pour le mois de juillet 2019 sont ressorties au nombre de 5,42 millions d'unités, en croissance de 2,5% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de 5,38 millions et un niveau de 5,29 millions pour la lecture révisée du mois de juin 2019.

Recul significatif des stocks américains de brut

D'après le Département américain à l'énergie, les stocks de brut domestiques, hors réserve stratégique, ont reculé de 2,7 million de barils sur la semaine close le 16 août, à 437,8 millions de barils. Le consensus tablait sur un repli de 1,5 mb. Les stocks d'essence ont quant à eux augmenté de 0,3 million de barils, alors que les stocks de produits distillés ont progressé de 2,6 millions de barils.

Les Minutes de la dernière réunion monétaire FOMC de la Fed, celle des 30 et 31 juillet, seront dévoilées dans la soirée, à 20h. Vendredi, le président de la Fed Jerome Powell s'exprimera quant à lui lors du symposium de Jackson Hole réunissant les grands argentiers mondiaux.

Valeurs en hausse

Renault bondit de 3,7%, à nouveau porté par les rumeurs de rapprochement avec Fiat Chrysler. Selon le quotidien 'Il Sole 24 Ore', les discussions entre le président du constructeur au losange, Jean-Dominique Senard, et le directeur général de Nissan, Hiroko Saikawa, se sont intensifiées ces dernières semaines, ce qui pourrait relancer les négociations avortées en vue d'une fusion entre les groupes automobile français et italien. Selon le journal, les pourparlers et les contacts entre les deux groupes n'ont d'ailleurs jamais été interrompus et les différentes parties espèrent toujours trouver un accord malgré la complexité du dossier.

Pernod Ricard gagne 4,3%. Le flux acheteur sur le groupe de spiritueux est à relier à une note de Credit Suisse qui a réitéré son opinion 'surperformer' et son objectif de 185 euros. Le marché est assez partagé sur la valeur puisque, selon le consensus Bloomberg, 10 analystes sont à l''achat', 14 à 'conserver' et 2 à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 165,7 euros.

Capgemini grimpe de 4%. Dans l'actualité toute récente de l'acquéreur d'Altran, FMR LLC a déclaré à l'AMF avoir franchi directement et indirectement en baisse, le 16 août par l'intermédiaire des sociétés qu'elle contrôle, les seuils de 5% du capital et des droits de vote de Capgemini et détenir 8.362.965 actions, représentant autant de droits de vote, soit 4,9990% du capital et des droits de vote de cette société.

PSA Groupe avance de 0,4%. RBC Capital Markets a revalorisé le dossier de 19 à 20 euros suite à des résultats intermédiaires meilleurs que prévu et à de solides free cash-flow. Le courtier a néanmoins toujours un avis 'sous-performer' sur la valeur, en relatif par rapport au secteur auto européen, et en raison d'inquiétudes liées à la hausse des coûts d'adaptation du groupe à la croissance des véhicules électriques.

Atos (+3,3%) a conclu un contrat de cinq ans, d'un montant de 198 millions de dollars, avec l'État de Californie, pour transformer le système d'appel d'urgence (9-1-1) de l'État en plateformes de communication de pointe à haut débit et améliorer ainsi les services d'urgence pour le public, les professionnels des appels d'urgence et les premiers intervenants.

Technicolor s'enflamme de 20,3% ! La société américaine Bain Capital Credit, agissant pour le compte de clients et de fonds dont elle assure la gestion, a déclaré à l'Autorité française des marchés financiers avoir franchi en hausse, le 14 août 2019, les seuils 5% du capital et des droits de vote de Technicolor et détenir 5,04% du capital et des droits de vote. Ce franchissement de seuils résulte d'une acquisition d'actions Technicolor sur le marché. Rappelons qu'en novembre 2018, Reuters expliquait que Technicolor discutait depuis des mois avec d'autres sociétés et des groupes de capital-investissement, dont justement l'Américain Bain Capital, à propos d'une mise en vente ou d'une fusion avec un concurrent...

LVMH rebondit de plus de 3,7% avec le secteur. Kering prend 1%, Hermès 2,9% et L'Oréal 2%.

SEB s'adjuge 6,5%, bien aidé par une note de Citi qui a débuté le suivi de la valeur avec un conseil 'acheter' et une cible de 163 euros. Le broker évoque une valorisation particulièrement attrayante alors que le titre du spécialiste du petit électroménager se négocie avec une décote historique par rapport au secteur. SEB est pourtant leader sur un certain nombre de marchés, ce qui lui confère des avantages évidents, souligne le courtier.

Vallourec s'accorde 5%, suite au gain d'un beau contrat au Moyen-Orient. Abu Dhabi National Oil Company a en effet attribué des contrats de plusieurs milliards de dollars pour l'achat de gaines et de tubes à trois entreprises, à savoir Tenaris, Marubeni et Vallourec. Le montant global des accords atteint plus de 3,6 milliards de dollars. La compagnie du Golfe souhaite fortement accroitre sa production d'or noir au cours des prochaines années en développant rapidement ses activités de forage. Elle compte ainsi atteindre une capacité de 4 millions de barils de pétrole par jour d'ici la fin 2020 et de 5 mmbj d'ici 2030. Le détail des contrats accordés à chaque entreprise n'a pas été dévoilé.

Ailleurs sur le marché, Dassault Aviation gagne 5,5%, Genfit 4,9% et Faurecia 3,7%.

Valeurs en baisse

Il n'y a pas de baisses à signaler sur le CAC 40. Sur le SBF 120, seule DBV Technologies consolide de 0,2%.

Amoéba régresse encore de 4,4%, toujours plombée en bourse suite à la mauvaise nouvelle concernant la demande pour l'utilisation de son produit aux Etats-Unis dans les tours de refroidissement.

Fermentalg (-8,1%). La Caisse des dépôts et consignations a déclaré à l'Autorité des marchés financiers avoir franchi en baisse, le 13 août, directement et indirectement, par l'intermédiaire de Bpifrance Participations et Bpifrance Investissement, le seuil de 25% de capital de la société Fermentalg, et détenir, directement et indirectement, 4.348.513 actions Fermentalg, soit 24,96% du capital et 22,05% des droits de vote. Ce franchissement de seuil résulte d'une cession d'actions Fermentalg sur le marché.

Rallye recule légèrement de 0,4%, après sa flambée d'hier et malgré une légère poursuite de la hausse de Casino, soutenu par son nouveau programme de cession d'actifs.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com