Cotation du 18/12/2018 à 18h05 CAC 40 -0,95% 4 754,08
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 déprime à nouveau...

Clôture Paris : le CAC 40 déprime à nouveau...
Clôture Paris : le CAC 40 déprime à nouveau...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Au lendemain d'une chute de plus de 3% de Wall Street, le CAC 40 a encore chuté de1,36% ce mercredi, repassant une nouvelle fois sous les 5.000 points, à 4.944 points en clôture. Si la trêve commerciale de 90 jours conclue entre la Chine et les Etats-Unis le week end dernier ne semble pas réellement rassurer les investisseurs pour le moment, c'est surtout l'aplatissement de la courbe des taux obligataires américains qui provoque désormais de réelles inquiétudes. Un phénomène qui est perçu par les opérateurs comme le signal d'un possible affaiblissement de la croissance économique américaine. A noter que Wall Street est fermé aujourd'hui en mémoire du Président George Bush.

ECO ET DEVISES

La cote américaine restera fermée ce mercredi en hommage au 41ème Président américain George Herbert Walker Bush, décédé le 30 novembre à 94 ans. Ce 5 décembre a ainsi été déclaré journée de deuil national aux Etats-Unis.

Dépassant légèrement son estimation flash (52,4), l'Indice PMI Composite Final IHS Markit de l'activité globale dans la zone euro se replie en revanche de 53,1 en octobre à 52,7, son plus bas niveau depuis septembre 2016. Cet essoufflement de la croissance globale mis en évidence par l'indice PMI reflète principalement un ralentissement de l'expansion économique allemande, l'activité enregistrant en novembre sa plus faible hausse depuis près de quatre ans outre-Rhin, souligne Markit. Dans les services, l'indice PMI Final IHS Markit recule également par rapport à octobre, passant de 53,7 à 53,4, signalant ainsi le plus faible taux d'expansion depuis plus de deux ans. Chris Williamson, Chief Business Economist à IHS Markit, commente: "Si l'indice PMI composite final de la zone euro dépasse son estimation flash en novembre, il continue néanmoins de signaler une croissance seulement modeste du PIB au quatrième trimestre (environ 0,3%), l'économie de la région ne parvenant pas à s'extraire de la phase de ralentissement amorcée il y a quelques mois".

Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont rebondi de 0,3% dans la zone euro en octobre après avoir diminué de 0,5% le mois précédent. Sur un an, les ventes progressent de 1,7%. Le consensus tablait respectivement sur des hausses de 0,2% et 2%.

Le Président américain Donald Trump a livré de nouveaux commentaires sur le réseau social Twitter, à propos des négociations commerciales avec la Chine, après une première série de tweets qui avait fait vaciller hier les marchés (-3,1% sur le DJIA et -3,8% sur le Nasdaq). "Soit nous allons conclure un VÉRITABLE ACCORD avec la Chine, soit pas d'accord du tout - à ce moment-là, nous imposerions des droits de douane importants sur les produits chinois expédiés aux États-Unis. En fin de compte, je pense que nous allons conclure un accord - maintenant ou dans le futur...", a donc lancé Trump, qui juge que "la Chine ne veut pas de Tarifs douaniers!"."La Chine a officiellement fait écho à l'optimisme du président Donald Trump concernant les négociations commerciales bilatérales. Les autorités chinoises ont commencé à se préparer à redémarrer les importations de soja et de gaz naturel liquéfié provenant des États-Unis, premier signe confirmant les affirmations du président Donald Trump et de la Maison-Blanche selon lesquelles la Chine avait accepté de commencer 'immédiatement' à acheter des produits américains", tweete le Président américain ce jour, faisant référence à Bloomberg."La Chine a envoyé des signaux très forts une fois de retour de son long voyage, comprenant des arrêts, en provenance d'Argentine. Je ne veux pas paraître naïf ou quoi que ce soit, mais je pense que le président Xi a tenu compte de tout ce qu'il a dit lors de notre longue et espérons-le historique réunion. TOUS les sujets ont été discutés!", a aussi tweeté Trump. "L'une des choses les plus excitantes de ma rencontre avec le président chinois Xi est sa promesse de criminaliser la vente du fentanyl mortel aux États-Unis. Il sera désormais considéré comme une 'substance contrôlée'. Cela pourrait changer la donne".

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1347$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 54$ et le Brent s'affiche à 62,8$.

VALEURS EN HAUSSE

* Elior reprend 7,6% après avoir décroché de près de 9%. La SocGen a réduit son objectif de cours de 14,9 à 13,7 euros tout en confirmant son conseil 'achat' alors que JP Morgan a réitéré son opinion 'neutre' malgré un objectif ajusté de 14 à 13 euros.

* Technicolor remonte de 4,1%, après avoir cédé 3,1% hier.

* Seules deux valeurs sont dans le vert sur le CAC40, Orange monte de 0,4% et Engie (+0,1%).

VALEURS EN BAISSE

* Cerenis s'effondre de 64,2% après un échec pour la phase III de Tango CER-001 chez les patients atteints de déficience en HDL. Le critère principal de cette étude, une différence statistiquement significative entre le groupe placebo et celui traité avec CER-001 pour le critère principal, n'a pas été atteint.

* Altran (-8%) accuse le coup. Après deux séances de baisse, la pression reste forte sur l'entreprise de conseil en ingénierie suite à l'annonce du départ de Frank Kern, qui occupait le poste de Président d'Altran Amérique du Nord. Une entité créée suite à l'acquisition d'Aricent et dont les performances ont déçu depuis l'intégration de la société. Le marché devrait s'interroger au sujet de l'évolution de la gouvernance d'Altran Amérique du nord et de ses performances financières, note Invest Securities. Le broker fait d'ailleurs remarquer sur si le motif évoqué par Altran est un départ en retraite, le profil Linkedin de Frank Kern le présente comme Directeur Général de Huntley Enterprises...

* Sur le CAC40, PSA Groupe recule de 3,4%, avec Publicis (-3%), Saint-Gobain (-2,9%) ou encore STMicroelectronics (-3,3%).

* Saint-Gobain perd 3%. La défiance du marché à l'égard du groupe de matériaux est à mettre notamment sur le compte de JP Morgan. Dans un point sectoriel, la banque américaine a dégradé son opinion sur la firme tricolore de "surpondérer" à "neutre" en sabrant simultanément son objectif de 53 à 40 euros au regard d'un environnement macroéconomique qui se dégrade.

* EDF (-2,6%). Le gel des tarifs de l'électricité annoncé mardi par Edouard Philippe risque de menacer la survie de certains énergéticiens alternatifs, a déclaré Fabien Choné, président de l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode), qui n'exclut pas un recours en justice contre cette décision.

* Derichebourg chute de 2,5%. Le groupe de services aux entreprises et à l'environnement a dévoilé des résultats annuels quasiment inchangés par rapport à l'exercice précédent et a dit tabler de nouveau sur des résultats stables en 2018-2019 malgré une activité plutôt bien orientée. Derichebourg affiche cependant une certaine prudence relative aux facteurs d'instabilité (guerre commerciale internationale) qui ont prévalu au cours du second semestre de l'exercice 2017-2018 et qui demeurent aujourd'hui.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com