Cotation du 16/11/2018 à 18h05 CAC 40 -0,17% 5 025,20
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 dans le rouge, Michelin et Bouygues plongent !

Clôture Paris : le CAC 40 dans le rouge, Michelin et Bouygues plongent !
Clôture Paris : le CAC 40 dans le rouge, Michelin et Bouygues plongent !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Troisième séance consécutive de baisse pour le CAC 40, qui perd ce vendredi 0,63% à 5.084 points en clôture. Les opérateurs se montrent toujours prudents face au dossier italien, au ralentissement confirmé de la croissance chinoise (sur fond de guerre commerciale avec les États-Unis), et au mouvement de hausse des taux outre-Atlantique. Les investisseurs suivent également avec méfiance l'évolution de l'affaire "Khashoggi"... Du côté des valeurs à Paris, Michelin et Bouygues enregistrent une séance particulièrement compliquée, en baisse de plus de 11% ! Outre-Atlantique, Wall Street reprend un peu de hauteur actuellement, soutenu par quelques publications trimestrielles de bonne qualité.

Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 cède 0,2%.

ECO ET DEVISES

L'impact de la guerre commerciale entre Washington et Pékin commence à se faire ressentir, puisque la croissance chinoise est ressortie à 'seulement' 6,5% en rythme annuel pour le troisième trimestre 2018, d'après le Bureau national de la statistique. Il s'agit de la plus faible performance depuis le premier trimestre 2009 pour l'économie chinoise. Les économistes de la place anticipaient une expansion un peu plus importante, de l'ordre de 6,6% sur le troisième trimestre, après une croissance de 6,7% sur le second trimestre. En revanche, l'objectif officiel de la Chine d'une croissance annuelle 2018 de 6,5% demeure à portée, le consensus des économistes se situant pour sa part à 6,6%.Yi Gang, gouverneur de la banque centrale chinoise, a estimé que les valorisations boursières ne reflétaient plus les réalités économiques. Yi et les régulateurs chinois ont par conséquent annoncé des mesures ciblées, destinées à atténuer l'impact des problèmes de financement des entreprises et à inciter les banques commerciales à accorder plus de crédits aux entreprises privées.

Les tensions autour de l'Italie sont remontées d'un cran, jeudi, Bruxelles ayant entamé un bras de fer avec la coalition populiste au pouvoir en Italie, dont le projet de budget ne respecte pas les règles européennes. La Commission européenne, à qui les Etats membres de la zone euro ont tous remis lundi leurs projets de budgets pour l'an prochain, a réclamé officiellement jeudi des "clarifications" à Rome, en qualifiant son dérapage budgétaire "sans précédent dans l'histoire du Pacte de stabilité et de croissance". Dans sa lettre adressée à Rome, la Commission demande à l'Italie de lui présenter ses observations avant "le lundi 22 octobre à midi". Bruxelles dénonce un risque de "non-conformité grave" du budget italien avec les règles européennes, qui pourrait l'amener à rejeter ce budget, un événement qui ne s'est encore jamais produit dans l'histoire de l'UE...

D'après la National Association of Realtors américaine ce vendredi, les reventes de logements existants pour le mois de septembre 2018 sont ressorties au nombre de 5,15 millions, contre un consensus de place au rythme de 5,3 millions et un niveau de 5,33 millions pour le mois antérieur (révisé en légère baisse).

Le Président américain Donald Trump a durci le ton face à l'Arabie saoudite. Trump, interrogé dans le bureau ovale de la Maison Blanche par des reporters, a estimé que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi était "certainement" mort. Trump a ajouté que sa disparition était "une très mauvaise affaire". Khashoggi est rappelons-le porté disparu depuis le 2 octobre et sa visite au consulat d'Arabie saoudite d'Istanbul. Le Président américain paraît donc sûr du décès du journaliste, même s'il attend toujours le résultat des investigations. L'agence Reuters précise pour sa part que de source turque, Jamal Khashoggi, exilé depuis un an aux Etats-Unis et écrivant dans le 'Washington Post', aurait été assassiné le 2 octobre dans le consulat. Son corps aurait ensuite été emporté. Les autorités turques seraient en possession d'un enregistrement audio attestant du crime commis dans le consulat, ont dit des sources turques à Reuters. Enfin, plusieurs médias américains ont évoqué cette semaine le décès du journaliste lors d'un interrogatoire.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1491$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 69,2$ et le Brent s'affiche à 79,9$.

VALEURS EN HAUSSE

* Fnac Darty se démarque avec une forte hausse de 12,7%. Le chiffre d'affaires de "l'agitateur culturel" atteint 1 751 millions d'euros au troisième trimestre 2018, en recul de -2,3% en données comparables et -2,2% en données publiées, ce qui est au-dessus des attentes du consensus. Le distributeur a fait face ce trimestre à une base de comparaison fortement défavorable (+6% au T3 2017) du fait de nombreux lancements de produits l'année dernière, notamment en téléphonie. Par rapport au troisième trimestre 2016, le groupe affiche des ventes en croissance de +3,6%. Le groupe a indiqué que plan stratégique Confiance+ se déploie rapidement, accompagnant l'achèvement de l'intégration Fnac Darty. Le déploiement des synergies de 130 ME devrait être finalisé, conformément à l'objectif, dès la fin de l'année 2018.

* Sur le CAC40, L'Oréal grimpe de 2,4%, avec Danone (+1,5%), EssilorLuxottica (+1,1%) ou encore Pernod Ricard (+1%).

* Nicox remonte de 1,8%, au lendemain d'une baisse de 4,2%.

VALEURS EN BAISSE

* Sopra Steria plonge de 25,7%. La société de conseil et de services informatiques a lancé un gros avertissement sur ses résultats, pénalisée notamment par les difficultés apparues dans son activité de "banking software". Elle table désormais sur un taux de marge opérationnelle d'activité d'environ environ 7,5% (soit un résultat opérationnel d'activité légèrement supérieur à 300 ME), contre un consensus de 8,5%, et sur une croissance organique du chiffre d'affaires d'au moins 4,5% pour l'année 2018, et non plus le haut de son objectif initial ("entre +3% et +5%").

* Bouygues chute de 11,8%. Le groupe a révisé les perspectives de ses activités de construction pour 2018, tout en confirmant celles de TF1 et de Bouygues Telecom. Lors de la présentation de ses résultats semestriels 2018, le groupe faisait état des difficultés de Bouygues Construction dans la finalisation de trois projets dans les Energies et Services ainsi que de Colas dans les activités de spécialités, en particulier dans le Ferroviaire en France. "Cette situation s'est dégradée au troisième trimestre 2018", a indiqué Bouygues.

* Michelin (-11,3%) a revu à la baisse ses prévisions de marché pour 2018, évoquant un tassement de la demande chinoise et l'impact des nouvelles normes européennes en matière d'émissions polluantes. Le pneumaticien ne prévoit plus qu'une hausse de 0,5% du marché mondial des pneus pour les voitures de tourisme, contre une projection précédente de +1,5%. Sur le seul dernier trimestre, ce marché est même attendu en baisse de 0,5%. Dans le segment des camions, le groupe anticipe désormais une contraction de 1,5% contre une augmentation de 0,5% attendue précédemment. Michelin table quand même sur un progrès du résultat opérationnel sur activités courantes supérieur d'au moins 200 ME par rapport à 2017, à taux de change constants, avec un effet net prix-mix/matières premières neutre sur le deuxième semestre et un plan de compétitivité qui compense l'inflation sur l'année.

* Atos chute de 5%, sous les 93 Euros.

* Les équipementiers automobiles Valeo (-4,3%) et Faurecia (-3,6%) sont à nouveau sanctionnés.

* Groupe Open (-4,1%) anticipe une croissance de son chiffre d'affaires supérieure à celle de son marché ainsi que des résultats comparables à ceux de 2017. Jusque-là, la société visait une amélioration de ses résultats.

* Air France KLM (-3%) a indiqué avoir trouvé un accord salarial avec plusieurs organisations syndicales, représentant 76,4% des suffrages exprimés aux dernières élections. Si la CFDT, la CFE-CGC/UNAC, FO/SNPNC, la SPAF et l'UNSA aérien Air France (sol et PNC) ont signé cet accord, le SNPL, principal syndicat de pilotes, n'a comme attendu pas validé cette proposition. L'accord ne comporte pas de surprise puisque les principales mesures avaient largement filtré dans la presse... Il comprend notamment une augmentation générale des salaires de 2%, avec effet rétroactif au 1er janvier 2018, et une augmentation générale des salaires de 2% au 1er janvier 2019.

* AccorHotels perd du terrain (-1,6%) au lendemain d'une publication trimestrielle plutôt solide. Le groupe hôtelier a réalisé, au troisième trimestre, un chiffre d'affaires de 1,033 milliard d'euros, en progression de 22,3% en données publiées et de 7,6% en données comparables. Le revenu par chambre disponible (RevPar), principale mesure d'activité du secteur, progresse de 5,9% sur le trimestre, après une hausse de 5,6% au premier semestre, une croissance qui résulte essentiellement d'un fort effet prix (76%). Le groupe anticipe désormais un excédent brut d'exploitation dans le haut de la fourchette communiquée en juillet dernier, soit entre 700 et 720 millions d'euros.

* Casino reperd 0,1%. Le distributeur a réalisé au troisième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 8,9 milliards euros, en recul de -2,4% par rapport au 3e trimestre 2017, impacté par un effet de change défavorable de -7,6%. La croissance des ventes est de +5,4% en organique et de +3,3% en comparable. En France, les ventes totales s'établissent à 4,83 milliards euros sur le trimestre, en croissance de +2% en organique et de +1,9% en comparable.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com