Cotation du 23/07/2018 à 18h05 CAC 40 -0,37% 5 378,25
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : et de quatre pour le CAC 40 !

Clôture Paris : et de quatre pour le CAC 40 !
Clôture Paris : et de quatre pour le CAC 40 !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 termine la semaine en roue libre, en hausse de 0,18% à 5.375 points, enregistrant tout de même une quatrième séance consécutive de progression. Les investisseurs observent, impuissants, à la guerre commerciale qui se met en place, avec des mesures concrètes prises il y a quelques heures par les Etats-Unis et la Chine... Outre-Atlantique, la journée est marquée par le rapport mensuel de l'emploi. Le pays, dirigé d'une main de fer par Donald Trump, a créé plus de postes que prévu en juin, mais a également enregistré une hausse surprise de son taux de chômage. L'inflation salariale américaine, particulièrement surveillée ces derniers temps, affiche de son côté une progression un peu plus modérée que prévu.

Sur la première semaine du second semestre, le CAC40 monte de 1%.

ECO ET DEVISES

Sur le front commercial, les Etats-Unis et la Chine viennent donc de mettre en application leurs droits de douane... Pékin a annoncé que ses "tarifs" douaniers sur environ 34 Mds$ de produits importés des USA étaient entrés en vigueur, quelques heures seulement après la mise en application des prélèvements infligés par les Etats-Unis à la Chine sur un montant de 34 Mds$ de produits...

En Russie, le premier ministre, réagissant à la décision prise il y a quatre mois par Washington de taxer les importations d'acier et d'aluminium, a de son côté signé un texte imposant des droits de douane supplémentaires allant de 25% à 40% sur certains produits importés des Etats-Unis, notamment des technologies liées à la construction des routes, d'équipements pour l'industrie des hydrocarbures, d'instruments pour le traitement des métaux et le forage des roches, ainsi que la fibre optique...

D'après le rapport gouvernemental du jour sur la situation de l'emploi, les États-Unis ont créé 213.000 postes au mois de juin 2018, contre un consensus de 190.000. Le taux de chômage ressort quant à lui à 4% en juin, contre 3,8% de consensus et 3,8% un mois plus tôt. Les créations de postes dans le secteur privé pour le mois de juin ressortent au nombre de 202.000, contre 182.000 de consensus et 239.000 en mai. Le taux de participation à la force de travail s'établit à 62,9%, contre 62,7% de consensus. Le salaire horaire moyen augmente de +0,2% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus. Il grimpe de +2,7% en glissement annuel (contre +2,8% de consensus). Les créations de postes non-agricoles du mois d'avril ont été révisées à la hausse, de 159.000 à 175.000, et celles de mai ont également été revues à hausse, de 223.000 à 244.000.

D'après le Département américain au commerce ce vendredi, le déficit commercial du mois de mai 2018 est ressorti à 43,1 Mds$, contre 43,7 Mds$ de consensus de place, et un déficit de 46,1 Mds$ un mois avant.

Le déficit commercial de la France pour le mois de mai 2018 s'est élevé à 6,01 milliards d'euros selon les Douanes, contre 5,21 milliards d'euros un mois auparavant. La lecture du mois de mai avait d'ailleurs été initialement estimée à 4,95 MdsE. Les importations sont ressorties assez stables en mai, alors que les exportations ont décliné de 2%. Le déficit à 12 mois se monte à près de 62 MdsE, contre 63 MdsE sur la même période, un an avant, indique le Ministère de l'économie.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1753$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 73,4$ et le Brent s'affiche à 76,8$.

VALEURS EN HAUSSE

* Eurazeo gagne 4,9% après un changement de recommandation d'analyste. Dans une note envoyée à ses clients, HSBC a en effet relevé de "conserver" à "achat" son opinion sur le groupe de capital investissement qu'il valorise à présent à 86 euros contre 68,57 euros, selon nos informations.

* Veolia reste en hausse de 2,3%. Kepler Cheuvreux avait repris hier le suivi du groupe utilities en adoptant une opinion "achat" et un cours cible de 22 euros.

* LafargeHolcim (+1,4%) vient de remporter un contrat autoroutier d'une valeur estimée de plus de 500 millions de livres sterling au Royaume-Uni. La filiale britannique de LafargeHolcim, Aggregate Industries, a décroché ainsi ce contrat de quatre ans pour la fourniture de solutions de revêtement routier à Highways England. Highways England, qui exploite, entretient et améliore le réseau routier en Angleterre, a attribué à Aggregate cinq des six principaux lots régionaux. Aggregate Industries fournira des solutions à base d'asphalte et de ciment dans le cadre du programme d'investissement de Highways England.

* Hermes (+1,1%) bénéficie du relèvement de recommandation d'Exane BNP Paribas à "neutre" contre "sous-performance". LVMH remonte de son côté de 1,5%.

* Monsieur Bricolage (+0,3%) et Cdiscount ont annoncé un partenariat stratégique dans le domaine du bricolage et du jardin. Les deux acteurs ont décidé de valoriser la complémentarité de leurs canaux de distribution et de bâtir un partenariat en deux phases : l'une à l'amont par la mise en oeuvre d'une alliance aux achats, et l'autre à l'aval avec l'entrée de Mr.Bricolage sur la marketplace du site Cdiscount.

VALEURS EN BAISSE

* Prises de bénéfices sur le secteur automobile qui avait peut-être un peu sur-réagi hier à l'apaisement sur les droits de douanes automobiles, sachant que les constructeurs et équipementiers français ne sont pas les plus concernés par les échanges avec les Etats-Unis. Renault perd 1,4% avec PSA Groupe (-0,4%), Michelin (-1,5%) et Valeo (-0,4%).

* Sur le CAC40, Saint-Gobain perd aussi 0,6% avec Total (-0,7%) ou encore Solvay (-0,4%).

* TechnipFMC cède 0,5% alors que le baril de pétrole marque une pause à environ 73 dollars le WTI.

* Faurecia (-0,5%) et Parrot (-0,6%) ont finalisé un projet d'accord pour la prise de contrôle anticipée de Parrot Automotive à 100% par Faurecia. Cette opération souligne l'importance de Parrot Automotive dans la stratégie du Cockpit du Futur de Faurecia. La transaction serait réalisée sur la base d'une valeur d'entreprise de 100 millions d'euros identique à celle retenue lors de l'entrée au capital par Faurecia en 2017.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com