Cotation du 20/11/2018 à 18h05 CAC 40 -1,21% 4 924,89
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : enfin un vrai rebond pour le CAC 40 !

Clôture Paris : enfin un vrai rebond pour le CAC 40 !
Clôture Paris : enfin un vrai rebond pour le CAC 40 !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Il aura fallu attendre la dernière séance d'un mois d'octobre particulièrement difficile en bourse pour que le CAC 40 s'offre enfin un vrai rebond de 2,31%, de retour à proximité des 5.100 points, à 5.093 points en clôture ce mercredi. Sur l'ensemble du mois, l'indice parisien affiche tout de même une perte de plus de 7%... Les rachats à bon compte sont visiblement lancés, aidés par la performance de Wall Street, alors que les investisseurs, qui saluent des résultats solides des deux côtés de l'Atlantique, se remettent à espérer la conclusion d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine...

ECO ET DEVISES

L'inflation annuelle s'est légèrement renforcée dans la zone euro en octobre, à 2,2%, après +2,1% le mois précédent. L'inflation est ainsi supérieure à l'objectif de la Banque centrale européenne (proche de 2%) depuis maintenant cinq mois, bien que l'énergie contribue pour une part importante à la hausse des prix à la consommation. Malgré le ralentissement de la croissance dans la zone euro, Mario Draghi s'est dit confiant quant au fait qu'un marché du travail robuste et des salaires en hausse augmenteraient également les prix de base, justifiant un retrait progressif des mesures de relance monétaire de la BCE. Les dernières données d'Eurostat semblent donner raison au patron de l'Institution européenne puisque l'indice ICPH, hors éléments volatils, a accéléré à 1,1% en octobre, après +0,9% en septembre. Le consensus tablait sur une inflation globale de 2,1% et sur une inflation sous-jacente de 1%.

En france, l'inflation annuelle se serait maintenue à 2,2% en octobre. Dans son estimation préliminaire, l'Insee souligne que l'accélération des prix de l'énergie et des prix des services serait compensée par une baisse plus marquée de ceux des produits manufacturés et par un ralentissement des prix des produits frais. Sur un mois, les prix à la consommation se redresseraient à peine : +0,1% après -0,2% en septembre. Harmonisé aux normes européennes, l'indice des prix à la consommation augmenterait de 2,5%, comme en septembre. Le consensus tablait sur un niveau de 2,6%

D'après le dernier rapport d'ADP sur le sujet, les créations de postes aux États-Unis, dans le secteur privé non-agricole, et pour le mois d'octobre 2018, sont ressorties au nombre de 227.000, contre un consensus de place de 188.000 et un niveau révisé à 218.000 pour le mois antérieur. La précédente estimation du mois de septembre se situait à 230.000 créations. Les créations de postes dans les petites entreprises sont ressorties au nombre de 29.000 en octobre 2018, contre 96.000 pour les moyennes entreprises et 102.000 pour les grandes entreprises. Le secteur de la production de biens a généré 38.000 postes sur le mois d'octobre (17.000 pour la construction, 17.000 emplois manufacturiers et 4.000 dans le segment minier), alors que le secteur des services a créé 189.000 postes (dont 61.000 sur le segment transport, commerce et utilities). Les créations totales d'emplois dans le secteur privé étaient de 161.000 seulement un an avant, en octobre 2017.

Parmi les autres statistiques du jour outre-Atlantique, l'indice trimestriel du coût de l'emploi s'est apprécié de 0,8% au T3, en comparaison de la période antérieure, contre +0,7% de consensus.

Enfin, l'indice manufacturier régional PMI de Chicago du mois d'octobre 2018 est ressorti inférieur aux attentes à 58,4, contre 60,1 de consensus et 60,4 un mois avant. Il traduit cependant toujours une expansion assez solide de l'activité manufacturière dans la zone considérée.

Données hebdomadaires partagées pour le marché pétrolier américain. Selon le rapport du Département à l'Energie, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont augmenté de 3,2 millions de barils lors de la semaine close au 26 octobre, à 426 millions de barils. Le consensus tablait sur une hausse du même ordre. Les stocks d'essence ont eux, en revanche, reculé de 3,2 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont diminué de 4,1 millions de barils.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1318$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 66,4$ et le Brent s'affiche à 75,8$.

VALEURS EN HAUSSE

* Catana Group bondit de 29,6%. Le fabricant de catamarans de croisière anticipe un chiffre d'affaires global supérieur à 65 millions d'euros sur son exercice 2018-2019, en hausse d'environ 20% par rapport à 54,4 ME en 2017-2018. Le groupe s'appuie sur un carnet de commandes de 67 ME deux mois seulement après le début de l'exercice alors qu'il n'était que de 37,5 ME un an plus tôt. Le groupe explique percevoir une forte dynamique sur l'ensemble des premiers salons nautiques mondiaux, notamment à Cannes, Gênes, Southampton, La Rochelle, Barcelone et Annapolis.

* TF1 (+8,6%) est porté par la confirmation de ses objectifs annuels après un très bon troisième trimestre. La filiale de Bouygues a enregistré des revenus de 492 millions d'euros, contre 431,7 ME un an plus tôt alors que son résultat opérationnel courant a grimpé à 23,7 ME. Des résultats supérieurs aux attentes du marché.

* Valeo remonte encore de 6,7% pour sa troisième séance consécutive de net rebond.

* L'Oreal s'adjuge 6,7% après une publication trimestrielle de tout premier choix. Le numéro un mondial des cosmétiques a enregistré une croissance interne de 7,5% au troisième trimestre, au plus haut depuis 10 ans ! Le groupe a également confirmé viser pour 2018 une croissance comparable significative de son chiffre d'affaires et une progression de sa rentabilité tout en continuant à surperformer le marché.

* Sanofi (+4,3%) a annoncé pour le troisième trimestre une progression de 10,3% du résultat net des activités à 2,3 milliards d'euros à changes constants sur la base d'un chiffre d'affaires en hausse de 6,3% à 9,4 milliards. Pour la deuxième fois de l'année, Sanofi révise à la hausse sa fourchette de prévision de bénéfice net par action. Il vise désormais une croissance comprise entre +4% et +5% (contre +3 à +5% auparavant) à taux de change constant, sur la base d'un impact de change estimé à environ -6%.

* STMicroelectronics reprend 4,2% ce mercredi, malgré le Crédit Suisse qui a ramené de 27 à 20,50 euros son objectif de cours sur le dossier, mais tout en restant à "surperformance".

* Airbus gagne 4%. Le groupe a délivré des résultats trimestriels supérieurs aux attentes du marché. Sur les trois mois clos fin septembre, l'avionneur européen enregistre un bénéfice opérationnel ajusté de 1,58 milliards d'euros pour des revenus de 15,4 MdsE, en hausse de 20%. Le bénéfice net ressort à 957 ME. Le consensus, fourni par la société, tablait sur un bénéfice opérationnel ajusté de 1,40 MdsE pour un chiffre d'affaires de 14,9 MdsE. Le bénéfice net était anticipé à 952 ME.

* Air France KLM (+0,8%). Au troisième trimestre 2018, le résultat d'exploitation du groupe Air France-KLM a bien résisté en s'établissant à 1 065 millions d'euros, en recul de 77 millions d'euros par rapport à l'année précédente, et en hausse de 11 millions à change constant. Le résultat net ressort à 786 ME.

* Nexity (+0,5%). A fin septembre, le chiffre d'affaires atteint 2.497 millions d'euros, en hausse de 12% par rapport aux neuf premiers mois de l'an dernier. A périmètre constant, les revenus progressent de 9%. Les objectifs annuels sont confirmés.

VALEURS EN BAISSE

* Eutelsat (-14,4%) a ajusté hier soir en baisse son objectif annuel 2018-2019 de chiffre d'affaires. L'opérateur de satellites a perdu un contrat avec un distributeur travaillant pour le Département américain de défense. Ainsi, le groupe n'anticipe plus qu'une stabilité du chiffre d'affaires sur l'exercice, alors qu'il envisageait auparavant une légère croissance sur la période...

* Ubisoft cède 1,8% après avoir perdu plus de 6% ce matin. Les résultats du 1er semestre 2018-2019 sont marqués par un résultat net non-IFRS de 159 ME (1,32 euro par action sur une base diluée), contre 19,4 ME un an plus tôt. Le résultat opérationnel non-IFRS pour la période se monte à 110,2 ME, contre 3,1 ME un an avant. Le résultat opérationnel IFRS se situe pour sa part à 94,3 ME, contre -34,4 ME un an plus tôt.

* Sur le CAC40, Veolia cède 0,9% avec Michelin (-0,4%) ou encore Carrefour (-0,1%).

* Teleperformance (-0,7%) a relevé son objectif annuel 2018 de croissance du chiffre d'affaires à données comparables de supérieure à +7,5% à supérieure à +8%. Le groupe confirme son objectif de marge opérationnelle courante sur l'année 2018, qui devrait être supérieure à 13,5%. Il prévoit également de poursuivre une forte génération de cash-flow. Enfin, le groupe confirme ses objectifs de chiffre d'affaires et de rentabilité à horizon 2022 avec un chiffre d'affaires supérieur à 6 MdsE et EBITA courant supérieur à 850 ME.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com