Cotation du 15/12/2017 à 18h05 CAC 40 -0,15% 5 349,30
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : en forte baisse de 1,9%

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 termine en forte baisse de 1,9% à 3.162 points et abandonne plus de 3% sur la semaine (de 4 jours) avant un week-end d'élections, en France pour les présidentielles mais aussi en Grèce avec les élections législatives. La bourse de Paris avait commencé la séance en baisse et les mauvais chiffres de l'emploi américain publiés en début d'après-midi ont eu raison de la tendance qui a viré au rouge vif à Wall Street comme en Europe. Les créations de postes sont limitées à 115.000 en avril, loin du consensus d'environ 165.000 créations d'emplois non-agricoles. Le taux de chômage a quand même reculé de 8,2% à 8,1% alors que les chiffres de mars ont été revus en hausse à 154.000, contre 120.000 initialement.

VALEURS EN HAUSSE

PagesJaunes rebondit de 6,8% à 2,27 Euros. Le groupe subit pourtant deux ajustements de cours. D'une part, la Deutsche Bank réaffirme sa recommandation de 'Conserver' et ajuste de 3,2 Euros à 2,9 Euros son cours cible. D'autre part, Barclays Capital reste encore prudent sur le dossier. Le broker maintient sa préconisation de 'Souspondérer' pour un objectif de cours abaissé de 2,6 Euros à 1,85 Euro.

* Steria gagne 1,4% à 14,95 Euros. La hausse du chiffre d'affaires de Steria au premier trimestre a été de 8,6% à 465,8 ME. L'impact de la consolidation par intégration globale de la JV NHS SBS sur la croissance du chiffre d'affaires est de 1,3 point et celui de l'appréciation de la livre sterling et des couronnes scandinaves est de 1,2 point.

* France Telecom remonte de 1% à 10,4 Euros. Les trimestriels de France Telecom ont reçu un bon accueil parmi les analystes, même s'ils ne changent pas fondamentalement leur perception du dossier. Les analystes d'UBS ont quand même relevé leur recommandation de "Vendre" à "Neutre" avec un objectif de cours inchangé de 10 Euros. UBS s'attend à ce que France Telecom continue à sous-performer son secteur mais estime que le niveau de cours actuel limite le potentiel de baisse.

* Legrand préserve une hausse de 2,5% à 26,25 Euros. Le chiffre d'affaires s'établit à 1,09 MdE en hausse de +4,8% par rapport au premier trimestre 2011. L'évolution des ventes à structure et taux de change constants ressort à -0,9%. Le résultat opérationnel ajusté progresse de 1,70% à 221,9 ME. Mais le taux de marge recule de 21,1 à 20,4%. Le résultat net part du groupe recule de -3,3% à 123,3 ME. Soit un taux de marge nette de 11,4%, contre 12,3% au premier trimestre 2011. Hors gains et pertes de change nets d'effets d'impôt, le résultat net part du groupe est en hausse de +2,4%.

VALEURS EN BAISSE

* Peugeot reste sous pression et perd 4% à 8,33 Euros, nouveau plus bas historique. Un mois après son premier lancement en France, Peugeot souligne pourtant que la 208 enregistre déjà d'excellentes performances en Europe avec 35.000 commandes enregistrées à ce jour. La marque au lion estime que ce niveau de commandes dépasse ses objectifs commerciaux (115%) et contribue ainsi largement au meilleur chiffre de prise de commande réalisé sur le segment B depuis 18 mois. "Cette première phase de lancement qui concerne 10 pays est d'excellent augure pour les lancements à venir en mai et juin", annonce Peugeot. Peugeot avait déjà précisé cette semaine que la remplaçante de la 207 suscite un réel engouement avec plus de 19.000 commandes en France". Grâce à ce renouvellement majeur, Peugeot constatait, sur l'ensemble de sa gamme et au cumul de l'année, des prises de commandes en progression de 7% à fin avril en France.

* Renault reperd 5% à 32,5 Euros au lendemain de la confirmation d'un protocole d'accord pour l'acquisition d'AvtoVAZ en Russie.

* Alcatel-Lucent perd 3% à 1,12 Euro. Les points bas de décembre 2011, autour de 1,10 Euro, se rapprochent donc de nouveau pour le groupe, redevenu la plus petite capitalisation du CAC40.

* En nette progression ce matin Lafarge perd finalement 2% à 29,3 Euros, le cimentier est parvenu à faire croître de 5% son chiffre d'affaires au 1er trimestre 2012, à 3,35 Milliards d'Euros, pour un EBITDA en hausse de 8% à 516 ME, qui permet à la marge de passer de 14,9 à 15,4%. Le résultat d'exploitation courant est en nette progression de 28% (+17% sur une base identique) à 267 ME, mais le résultat net part du groupe est déficitaire de -44 ME, en-deçà cependant des craintes du consensus (-84,5 ME). Le cash-flow libre ressort à -434 ME sur la période, contre -275 ME un an avant. La dette du groupe a cependant baissé de 13% à 12,36 MdsE. Du côté des volumes écoulés, Lafarge a vendu 31,3 millions de tonnes de ciment (+1%), 33,2 tonnes de granulats (-4% en données publiées, -6% à données constantes) et 7,1 millions de mètres cubes de béton prêt à l'emploi (-7% en publié, -3% en comparable). Le groupe reste sur ses anticipations antérieures : une demande de ciment en hausse et une progression du marché comprise entre 1% et 4% en 2012 par rapport à 2011. "Les marchés émergents demeurent le principal moteur de croissance de la demande. Lafarge en bénéficiera grâce à la qualité et à la très bonne répartition géographique de ses actifs", explique la direction, qui pense que les prix devraient être en hausse cette année, et l'inflation des coûts plus modérée qu'en 2011.

* Idem pour Saint-Gobain qui perd finalement 0,3% à 31,8 Euros après la publication d'un chiffre d'affaires trimestriel dépassant les 10 Milliards d'Euros, en croissance de 3,7% et en légère progression organique, une performance saluée par les analystes. Comme attendu, les volumes sont en effet en retrait (-1,5%) tandis que les prix de vente progressent de +2,4% après une augmentation de déjà 2,7% en 2011. Pour l'ensemble de l'année 2012, Saint-Gobain a confirmé ses objectifs d'une croissance interne "modérée", essentiellement tirée par les prix de vente, avec une "bonne résistance" du résultat d'exploitation et de la rentabilité. Le groupe compte stabiliser ses investissements industriels au niveau de 2011 (environ 2 Milliards d'Euros).

* Air France KLM cède 0,8% à 3,48 Euros. Le transporteur est encore déficitaire au 1er trimestre du nouvel exercice 2012 (la société a modifié ses dates d'exercice pour les réaligner sur l'année civile), comme le prévoyaient les analystes. Si le chiffre d'affaires a progressé de 6% à 5,64 Milliards d'Euros, l'EBITDAR a chuté de 205 à 37 ME, emportant le résultat opérationnel courant à -597 ME, après -403 ME un an avant. En données ajustées, il ressort à -521 ME contre -333 ME auparavant. La perte nette part du groupe s'établit ainsi à -368 ME, quasi-identique à celle de l'année précédente. Le chiffre d'affaires est légèrement meilleur que prévu (5,55 MdsE au consensus) et la perte opérationnelle plus importante (consensus -510 ME). "La conjoncture économique demeure toujours incertaine tandis que le prix du pétrole en euros continue être à des niveaux record. Ainsi la facture pétrolière annuelle devrait augmenter d'1,1 milliard d'euros", commente le transporteur, qui estime toujours que les négociations en cours avec ses personnels devraient lui permettre "d'améliorer sensiblement son efficacité économique d'ici 2014". Les objectifs 2012 sont confirmés : une réduction du coût unitaire à change et prix du carburant constants et une dette nette maximum de 6,5 MdsE. Air France KLM précise que le résultat d'exploitation au premier semestre devrait être inférieur à celui de l'an dernier (-548 ME), mais que le second semestre sera meilleur avec "l'impact positif des premières mesures du plan Transform 2015".

* BNP Paribas abandonne 0,3% à 29 Euros après des comptes trimestriels initialement bien accueillis. La banque a enregistré au cours du 1er trimestre 2012 un net reflux de son produit net bancaire, qui a atteint 9,886 Milliards d'Euros, en baisse de -15,4% sur un an. Les exceptionnels ont pesé à hauteur de -1,06 MdE, explique la banque, dont -843 ME pour la réévaluation de la dette propre, une situation à laquelle sont confrontés tous les acteurs du secteur. Hors ces éléments, le PNB aurait reculé de -6,3%. Le résultat brut d'exploitation chute de -38,7% à 3,04 ME, mais le bénéfice net part du groupe progresse de 9,6% à 2,87 MdsE, grâce notamment à la plus-value de cession d'une partie de Klépierre. Hors exceptionnels, le bénéfice net serait ressorti à 2,04 MdsE, en ligne avec les attentes. Le ratio "common equity Tier 1" aux normes Bâle 2.5 ressort à 10,4%, en hausse de 80 points de base par rapport à la fin 2011.

©2012-2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Clôture Paris : en forte baisse de 1,9%

Partenaires de Boursier.com