Cotation du 21/11/2017 à 18h05 CAC 40 +0,48% 5 366,15
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : du rouge pour finir la semaine

LA TENDANCE

Il fallait bien que cela arrive. Après trois performances hebdomadaires positives, le CAC40 a perdu du terrain sur la semaine boursière du 6 au 10 novembre, en cédant 2,5% sur cinq jours glissants. La tendance baissière n'a pas faibli en fin de semaine avec un baromètre qui termine la séance de vendredi en recul de 0,5% à 5.381 points, sur fond de craintes d'un report à 2019 de l'allègement de la fiscalité sur les entreprises promis aux marchés par Donald Trump. Le reste des places européennes est au diapason, mais pas l'Asie, où les bilans sont positifs. A Wall Street, où les dernières grandes publications trimestrielles ont eu lieu, les indices ont un peu mieux résisté qu'à Paris et Francfort, mais l'ambiance est moins insouciante que depuis la rentrée de septembre. Les prises de bénéfices sont plutôt logiques, avec de solides performances. Sur un an, le CAC40 a par exemple gagné près de 23% (dividendes réinvestis), tandis que les performances du trio d'indices à Wall Street sont encore plus élevées. Les investisseurs cherchent désormais à savoir s'il ne s'agit que d'un coup de semonce ou si le marché se prépare à affronter une phase baissière plus prononcée.

La semaine prochaine en Europe, quelques publications importantes sont encore programmées, dont celles des françaises EDF, Alstom, Sodexo, Bouygues et Vivendi, pour ne citer que les principales.

WALL STREET

L'indice préliminaire du sentiment des consommateurs américains - mesuré par l'Université du Michigan - pour le mois de novembre 2017 est ressorti à 97,8, contre un consensus de place de 100 et un niveau de 100,7 fin octobre.

Une semaine après les Républicains de la Chambre des représentants, leurs homologues du Sénat ont donc dévoilé hier jeudi leur propre mouture du projet de réforme fiscale, basée sur les propositions de campagne du président Donald Trump. Or, le texte des sénateurs républicains diffère de celui des représentants, ce qui préfigure de difficiles négociations pour tenter de parvenir à un compromis susceptible d'être adopté en tant que loi...

Le projet du Sénat envisage notamment de reporter d'un an la mise en place de la baisse de l'impôt sur les sociétés de 35% à 20%, et de remettre à plus tard d'autres mesures, afin de ne pas peser trop sur les finances de l'Etat fédéral. Or, la perspective de baisses d'impôts massives pour les entreprises et les particuliers a été l'un des principaux moteurs de la hausse des marchés depuis l'élection de Donald Trump il y a un an.

ECO ET DEVISES

En Europe, la production industrielle et manufacturière de septembre en France a dépassé les attentes sur la partie globale mais déçu sur la partie manufacturière, tandis qu'au Royaume-Uni, les deux mêmes indicateurs ont déçu.

La parité euro / dollar atteint 1,1644 dans l'après-midi. Le baril de Brent se négocie 63,98$ et le WTI 57,12$. L'once d'or se traite 1.285$ (-0,01%).

VALEURS EN HAUSSE

* Spie (+5,5% à 23,20 euros) : le groupe, qui avait dû avertir sur ses objectifs à l'issue du premier semestre, a présenté cette fois des résultats sur neuf mois qui lui permettent de confirmer ses anticipations révisées.

* ArcelorMittal (+3,4% à 25,14 euros) : des trimestriels solides mais surtout un ton optimiste pour 2018 permettent au dossier de se distinguer.

* Rubis (+3,3% à 55,91 euros) : bel accueil pour les résultats sur neuf mois, dévoilés hier soir.

* SQLI (+1,4% à 38,42 euros) : malgré un ralentissement de sa croissance organique au T3 sous l'effet d'un effet jours ouvrés défavorable, la société a confirmé sa prévision d'une hausse séquentielle de sa rentabilité au second semestre

* Vilmorin (+3,5% à 82 euros) : après avoir enregistré la veille des prises de bénéfices appuyées dans le sillage de ses chiffres du troisième trimestre, le titre du semencier s'est repris ce vendredi.

* STMicroelectronics, Soitec et Eramet sont les autres gros dossiers en forme pour clore la semaine, sur des gains de plus de 1%.

VALEURS EN BAISSE

* Transgène (-14,6% à 2,64 euros) : le laboratoire a réalisé un placement privé de 14,4 ME à 2,55 euros par action.

* Ateme (-13,4% à 14,95 euros) : le groupe n'atteindra pas ses objectifs de croissance sur la période 2017-2018.

* Recylex (-7,4% à 13,20 euros) : et pourtant, elle avait ouvert en hausse après les trimestriels ! Toujours aussi volatile, le dossier s'est retourné dès la matinée.

* Vallourec (-10,2% à 4,58 euros) : comme Recylex, le titre a démarré sur des gains avant de voler en éclats. Le groupe a revu à la hausse sa cible de résultat brut d'exploitation pour l'exercice 2017, mais certains analystes s'inquiètent pour 2018.

* Europcar (-1,4% à 10,80 euros) : déjà puni jeudi d'une baisse de 10%, le titre poursuit sa chute, après des trimestriels mi-figue, mi-raisin. Les investisseurs sont prudents sur le secteur.

* Solocal (-5,1% à 0,80 euro) : énième avertissement pour la société, qui ne tiendra pas ses objectifs 2017. Un nouveau plan stratégique sera présenté le 15 février 2018.

* Peugeot (-3,9% à 18,91 euros) : Kepler Cheuvreux abaisse sa recommandation d'achat à conserver sur le dossier. Des analystes pensent que l'intégration du dossier Opel sera compliquée.

Clôture Paris : du rouge pour finir la semaine

Partenaires de Boursier.com