Cotation du 14/08/2018 à 18h00 CAC 40 -0,16% 5 403,41
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : dans le vert avec l'Italie, malgré le G7

Clôture Paris : dans le vert avec l'Italie, malgré le G7
Clôture Paris : dans le vert avec l'Italie, malgré le G7
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Après un G7 considéré comme un fiasco, qui, à défaut de réconcilier les Etats-Unis avec ses principaux partenaires commerciaux, est même parvenu à exacerber les tensions entre Donald Trump et le premier ministre canadien Justin Trudeau, le CAC40 a tout de même gagné 0,43% ce lundi, à 5.473 pts en clôture. Les investisseurs, qui semblent donc vouloir rapidement oublier cet épisode canadien malheureux, se montrent aujourd'hui rassurés par l'évolution de la situation en Italie, alors que le nouveau ministre de l'Economie du pays a déclaré ce weekend que le gouvernement italien n'avait aucune intention de quitter la zone euro. Une déclaration qui favorise le secteur bancaire en ce début de semaine ! La suite du programme est chargée : rencontre entre Trump et Kim Jong-un (mardi), réunion monétaire de la Fed (mardi et mercredi), réunion monétaire de la BCE (jeudi), et enfin réunion de la Banque du Japon (jeudi et vendredi)...

ECO ET DEVISES

Le sommet du G7 est donc considéré par les observateurs comme un échec, torpillé par Donald Trump, qui a quitté prématurément le Canada pour se rendre à Singapour où il doit rencontrer le leader nord-coréen Kim Jong-un. Un relatif front commun semblait pourtant initialement se matérialiser sur les questions commerciales, avant que le président américain ne s'en prenne au Premier ministre canadien Justin Trudeau via Twitter, en demandant finalement à ses représentants de ne pas cautionner le communiqué conjoint établi... "Le PM Trudeau du Canada s'est montré docile et modéré pendant nos réunions au G7, tout cela pour donner une conférence de presse après mon départ dans laquelle il déclare que 'les droits de douane américains sont presque insultants' et qu'il ne 'se laissera pas bousculer'", a expliqué Donald Trump sur Twitter. "Très malhonnête et faible. Nos tarifs douaniers sont en réponse à ses droits de 270% sur les produits laitiers!".

L'indicateur du climat des affaires dans l'industrie, calculé par la Banque de France, perd deux points en mai, à 100, et retrouve ainsi son plus bas niveau depuis octobre 2016. La BdF anticipe par ailleurs toujours une croissance de l'économie française de 0,3% au deuxième trimestre. Une prévision qui reste inférieure à celle de l'Insee, qui dans sa dernière note de conjoncture publiée en mars, visait une hausse du PIB de 0,4%.

Il n'y aura pas de statistique notable aux Etats-Unis ce lundi.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1802$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 66$ et le Brent s'affiche à 76,5$.

VALEURS EN HAUSSE

* Coup de chaud pour Geci International qui grimpe de 22,2% ce lundi après quatre séances consécutives de recul. Le prochain rendez-vous financier sur le dossier est programmé pour le 31 juillet 2018 avec les résultats annuels 2017/2018 (prévus après bourse).

* Archos s'envole de 16,7% pour sa cinquième séance consécutive de progression. Le groupe a dévoilé la semaine dernière la gamme Mate, conçue pour activer l'intelligence artificielle et le service Amazon Alexa.

* ArcelorMittal monte de 2% après deux séances consécutives de recul.

* Sur le CAC40, les bancaires s'offrent un rebond, avec Crédit Agricole (+1,6%), Société Générale (+1,6%) ou encore BNP Paribas (+1,8%).

* STMicroelectronics (+1,4%). Ça pourrait encore bouger dans l'industrie des semi-conducteurs. Dialog Semiconductor serait entré en négociations avec Synaptics en vue d'une éventuelle fusion avec ce spécialiste américain des pavés tactiles. Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, précise que les discussions sont en cours et qu'il n'est pas certain qu'elles aboutissent. Le fondeur allemand a une valorisation boursière d'environ 1,15 milliard d'euros tandis que celle de Synaptics, dont les actions ont bondi de 15% après la publication de l'information, est évaluée à 1,6 milliard de dollars (1,36 milliard d'euros).

* Rémy Cointreau (+1,2%). L'action du groupe de spiritueux est soutenue par deux ajustements au sein du consensus. Berenberg a relevé son objectif de cours de 128 à 132 euros en restant à l'achat. Jefferies, quant à lui, a revalorisé la maison mère de Rémy Martin à 120 euros contre 105 euros dans le viseur précédemment, en restant à "conserver".

* Total (+0,6%) bénéficie à la marge d'une note de Jefferies, passé de "conserver" à "achat" sur la major pétrolière. Le broker, qui anticipe une hausse des cours du brut compte tenu des nombreux risques pesant du côté de l'offre, met en avant le fort rendement des flux de trésorerie disponibles de Total et la haute qualité de l'activité 'downstream' qui offre une protection contre une éventuelle baisse du pétrole.

* Pernod Ricard gagne 0,5%, proche de ses sommets historiques. La récente journée investisseurs organisée par le géant des spiritueux à Shenzen est venue conforter la recommandation positive de Bryan Garnier sur le dossier. Dans une note publiée ce jour, le bureau de recherche se félicite des indications données par le management de Pernod Ricard sur les débouchés asiatiques et plus spécifiquement sur le marché chinois où la firme française a enregistré une croissance organique de 19% sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017/2018, en très forte accélération par rapport au rythme de l'an dernier (+2%).

VALEURS EN BAISSE

* Eramet plonge de 7%. Ce coup de pression est à mettre en relation avec une note de Bank of America ML qui a dégradé le titre du groupe minier d''acheter' à 'sous-performer' avec un objectif de cours coupé de 183 à 130 euros. Le courtier s'inquiète notamment de la réalisation du programme d'économies de coûts compte tenu de prix du pétrole sensiblement plus élevés et de profits moindres dans la branche manganèse.

* Eiffage perd 1,1% alors que Barclays a dégradé sa recommandation à "pondération en ligne" contre "surpondérer".

* Renault perd 0,7% avec Michelin (-0,8%) et PSA Groupe (-0,5%). Donald Trump a réitéré ce weekend sa menace d'imposer de nouvelles taxes aux voitures importées européennes...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com