Cotation du 12/04/2021 à 18h05 CAC 40 -0,13% 6 161,68
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : 5ème séance de hausse !

Clôture Paris : 5ème séance de hausse !
Clôture Paris : 5ème séance de hausse !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 a aligné une 5ème séance de hausse consécutive, en progression de 0,21% à 6.046 points, ce qui porte à plus de 4% les gains de la semaine en bourse de Paris.
La tendance de fond reste donc solide sur les marchés actions, tandis que les investisseurs ont salué par des records à New York l'adoption définitive du plan de relance massif de Joe Biden. La BCE a aussi rassuré les investisseurs en annonçant hier une accélération des achats d'actifs réalisés dans le cadre de son "programme d'achats d'urgence face à la pandémie" (PEPP), même si le montant de celui-ci reste inchangé à 1.850 milliards d'euros...

ECO ET DEVISES

Pas de surprise du côté des chiffres définitifs de l'inflation en Allemagne. Selon les données finales de l'Office fédéral de la statistique, les prix à la consommation ont augmenté de 0,7% en séquentiel en février et de 1,3% sur un an. Harmonisée aux normes européennes, l'inflation annuelle atteint 1,6% le mois passé, comme annoncé initialement.

De son côté, l'économie britannique s'est moins contractée que prévu en janvier, mois au cours duquel les écoles et tous les magasins non essentiels étaient fermés alors que le pays était à nouveau confiné pour faire face à la pandémie de coronavirus. Le PIB a ainsi diminué de 2,9% sur la période après un gain de 1,2% en décembre, a annoncé l'Office national de la statistique. Les économistes tablaient sur une baisse de 4,9%. L'économie est désormais inférieure de 9% à son niveau de février 2020, avant que la pandémie ne frappe. Si la construction a progressé de 0,9% en janvier, le secteur des services a enregistré un déclin de 3,5% alors que l'activité dans le secteur industriel a reculé de 1,5%.
La parité euro / dollar atteint 1,1945. Le baril de Brent se négocie toujours proche des 70$ à 69,80$.

VALEURS EN HAUSSE

Technicolor (+12%) a réalisé un chiffre d'affaires baisse de 20% à 3 MdsE contre 3,8 MdsE. Les résultats de l'année 2020 sont meilleurs que les objectifs précédemment communiqués avec un EBITDA de 167 ME plus que doublé au second semestre à 115 ME contre 53 ME au premier semestre. L'EBITDA était de -324 ME en 2019. L'EBITA est de -56 ME alors qu'il était attendu à -64 ME. En 2019, il était de 42 ME. Le flux de trésorerie disponible des activités poursuivies avant résultats financiers et impôts s'établit à -124 ME en ligne avec les prévisions. Le résultat net est de -230 ME contre -207 ME en 2019.

Atari poursuit son envolée (+8%) dans la foulée de ses ambitions hotellières internationales et de l'agitation autour de son Token.

DBV Technologies (+8%) après l'annonce des résultats financiers pour l'exercice clos le 31 décembre 2020. Au 31 décembre 2020, la trésorerie et les équivalents de trésorerie s'élevaient à 196,4 millions de dollars, contre 193,3 millions de dollars au 31 décembre 2019. En 2020, les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles se sont élevés à (160,9) millions de dollars en IFRS et à (165,6) millions de dollars en U.S. GAAP et les flux de trésorerie liés aux activités d'investissement se sont élevés à (2,9) millions de dollars. En IFRS, la perte nette s'est élevée à (159,4) millions de dollars au 31 décembre 2020, contre (172,5) millions de dollars au 31 décembre 2019.

Haulotte : +7% avec Neurones, et Navya

M6 (+6,5%) : mis en vente par son principal actionnaire, l'allemand Bertelsmann, attise les convoitises. Selon le site des 'Echos', presque tous les grands acteurs des médias français auraient déposé des offres pour ce dossier, dont la cession promet de refondre le paysage audiovisuel français. Ainsi, selon 'Les Echos' jeudi soir, Vivendi, TF1, Xavier Niel, et l'homme d'affaires Daniel Kretínský ont tous fait valoir leur intérêt pour M6 qui, outre la chaîne de télévision du même nom, comprend aussi notamment la radio RTL, et les chaînes TV Gulli, 6ter et W9. Le doute subsiste sur le dépôt d'une offre par Altice, le groupe de Patrick Drahi, et l'italien Mediaset, qui sont aussi cités. Ce qui est sûr, en revanche, c'est qu'Altice a regardé le dossier de très près ces dernières semaines. Un groupe de "private equity" serait aussi dans la course, poursuit le quotidien économique...

STEF : +4,5% avec Balyo et Spie après les comptes

Casino : +3,5% suivi de Innate, Vallourec, Rallye et Gl Events

FNAC Darty : +2,5% avec ADP, SMCP, Verallia, Vinci

Nicox : +1,5% avec SG, Danone, Colas, Kering, BNP Paribas, Bouygues, Mersen, Saint-Gobain et SQLI

VALEURS EN BAISSE

Showroomprivé (-9,5%) : Le chiffre d'affaires 2020 de ressort à 697,5 ME, en croissance de +13,3% par rapport à 2019. L'effet de levier de la croissance associé aux pleins effets du plan de performance 2018-2020 permet à l'EBITDA d'atteindre un niveau record en 2020 de 42 ME, contre -31,4 ME en 2019. Le résultat opérationnel avant coût des paiements en actions et autres produits et charges opérationnels atteint 25,4 ME, en hausse de 72,2 ME par rapport à 2019. Le résultat net ressort à 13,9 ME, soit une amélioration de plus de 84 ME par rapport à 2019...

SergeFerrari : -4% avec 2CRSI, P&V et CGG (-3%)

AKKA : -2,5% suivi de BioMerieux, Orpea, Chargeurs

Groupe Gorgé : -2% avec STM, SoiTec, Ipsen

LNA : -1,5% avec Ubisoft, SopraSteria et Schneider

EssilorLuxottica (-1%) a réalisé un chiffre d'affaires publié de 14.429 millions d'euros, en baisse de 17% à taux de change courants et en baisse de 14,6% à taux de change constants, par rapport à 2019. Ces baisses sont la conséquence des confinements liés au COVID-19 sur l'ensemble des marchés du Groupe durant la première moitié de l'année. La marge brute et la marge brute ajustée se sont élevées respectivement à 58,7% et 58,9% du chiffre d'affaires. Le résultat opérationnel ajusté a atteint 9,5% du chiffre d'affaires. Le résultat net part du groupe, ainsi que le résultat net part du groupe ajusté se sont élevés à respectivement 85 et 788 millions d'euros (le résultat publié reflète également un impact négatif non-cash de 528 millions d'euros liés à l'allocation du coût d'acquisition relatif au rapprochement entre Essilor et Luxottica).

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !