Cotation du 19/08/2019 à 11h06 CAC 40 +0,61% 5 333,04
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : 2019 commence dans le rouge pour le CAC 40

Clôture Paris : 2019 commence dans le rouge pour le CAC 40
Clôture Paris : 2019 commence dans le rouge pour le CAC 40
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC 40, qui a fini l'année 2018 en baisse de 11%, a débuté 2019 en recul de 0,87%, à 4.689 points en clôture ce mercredi, après avoir touché un plus bas "intraday" de 4.606 pts en début de journée... La place parisienne reste donc déprimée en ce début de mois de janvier, les investisseurs se montrant de plus en plus inquiets face à la dégradation économique de la Chine sur fond de conflit commercial et de négociations compliquées avec les Etats-Unis... L'annonce de la première contraction de l'activité manufacturière chinoise en 19 mois a ainsi pesé lourdement sur la tendance. Outre-Atlantique, soutenu en partie par le rebond des prix du pétrole, Wall Street hésite actuellement, alors que la cote américaine a affiché en 2018 sa pire année depuis la dernière crise financière...

ECO ET DEVISES

Conforme à son estimation flash, l'indice PMI final pour l'industrie manufacturière de la zone euro se replie de 51,8 en novembre à 51,4 en décembre. Bien qu'il indique une croissance continue depuis cinq ans et demi, l'indice signale en décembre le plus faible taux d'expansion depuis février 2016. Les tendances divergent toutefois entre les trois sous-secteurs étudiés. Si la croissance s'accélère et affiche un rythme élevé dans le secteur des biens de consommation, les fabricants de biens d'équipement ne signalent en revanche qu'une faible expansion au cours du mois tandis que le secteur des biens intermédiaires se replie en zone de contraction. Chris Williamson, Chief Business Economist à IHS Markit, commente ainsi les derniers chiffres de l'enquête PMI: "L'année 2018 se termine sur des performances décevantes pour le secteur manufacturier de la zone euro, la forte croissance enregistrée en cours d'année s'étant essoufflée pour afficher un niveau proche de la stagnation. Alors qu'en décembre de l'année dernière, l'essor du secteur manufacturier portait la croissance globale de la région, la faiblesse actuelle de l'industrie risque désormais de freiner la croissance économique de la zone de la monnaie unique au quatrième trimestre. De fait, la production a enregistré au cours des trois derniers mois son plus faible taux de croissance moyen depuis le deuxième trimestre 2013".

La conjoncture se détériore pour la première fois depuis vingt-sept mois dans le secteur manufacturier français en décembre. L'Indice PMI IHS Markit manufacturier, un indice composite établi sur la base de cinq indices individuels (nouvelles commandes, production, emploi, délais de livraison des fournisseurs et stocks des achats) se replie en effet de 50,8 en novembre à 49,7, sous la barre des 50. Ce recul résulte principalement de la plus forte baisse de la production depuis avril 2015, l'activité des fabricants français ayant diminué pour la deuxième fois au cours des trois derniers mois, en raison notamment des perturbations liées au mouvement des gilets jaunes.

Une étude du secteur privé chinois a montré une première contraction de l'activité manufacturière de la seconde économie mondiale en 19 mois. Ainsi, l'indice Markit PMI manufacturier chinois du mois de décembre 2018 est tombé à 49,7, contre 50,2 en novembre. Un niveau inférieur à 50 indique une régression de l'activité. Ces chiffres font suite à des données officielles déjà faibles concernant la production des usines, ce qui accrédite donc la thèse d'un ralentissement conséquent de l'économie chinoise...

Le Président américain Donald Trump avait pourtant fait preuve d'optimisme ces derniers jours concernant les négociations commerciales avec la Chine. "Je viens juste d'avoir une longue et très bonne conversation téléphonique avec le Président Xi de Chine. L'accord avance très bien. S'il est réalisé, il sera très complet et couvrira tous les sujets, domaines et points de litige. Gros progrès en cours!", avait ainsi tweeté Trump le week-end dernier.

Le shutdown administratif partiel se poursuit quant à lui outre-Atlantique, et ce depuis le 22 décembre, alors que Trump n'est pas parvenu à s'accorder avec le Congrès concernant le financement (de 5 milliards de dollars) de son mur à la frontière avec le Mexique. Le Président américain insistait encore hier sur Twitter, afin de convaincre les Démocrates et la nouvelle Présidente de la chambre ('house speaker') Nancy Pelosi.

Sur le front économique aux Etats-Unis, l'indice Markit PMI manufacturier américain final du mois de décembre 2018 est ressorti à 53,8, contre un consensus de place de 53,9 et une lecture 'flash' (préliminaire) de 53,9 également pour le mois de décembre. L'indicateur final du mois antérieur ressortait à 55,3. Le rapport du jour fait donc ressortir un léger ralentissement de l'expansion de l'industrie manufacturière américaine...

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1357$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 47,5$ et le Brent s'affiche à 56,2$.

VALEURS EN HAUSSE

* Quelques small caps se démarquent quand même à l'image de Visiomed (+2,5%) qui vient de lancer une augmentation de capital.

* Total gagne 1%. Le groupe a démarré la production du champ d'Egina le 29 décembre. Situé par environ 1.600 mètres de profondeur d'eau, à 150 kilomètres des côtes du Nigéria, le champ produira 200.000 barils de pétrole par jour au plateau, soit près de 10% de la production du pays.

* Sur le CAC40, Airbus monte aussi de 0,2% pour sa quatrième séance consécutive de progression, avec EssilorLuxottica (+0,2%), Atos (+0,4%) ou encore Engie (+0,1%).

VALEURS EN BAISSE

* Dans le secteur automobile, Valeo perd 3,9%, rattrapé par les derniers indicateurs économiques chinois. Faurecia chute aussi de 5,7%.

* Renault perd 2,9% et PSA Groupe recule de 2,8%. Le marché automobile français a connu en 2018 une quatrième année de hausse d'affilée, malgré un mois de décembre marqué par une forte baisse de 14,47% en données brutes. Selon les données de la CCFA, il s'est immatriculé 165.390 voitures particulières neuves le mois dernier dans l'Hexagone. En septembre, octobre et novembre, le marché avait fléchi respectivement de 13%, 1,5% et 5%, après un bond spectaculaire de 40% en août. Les nouvelles normes d'homologation WLTP ont perturbé l'an dernier le cycle traditionnel des ventes.

* Autre valeur très délaissée en fin d'année dernière, STMicroelectronics subit toujours la même tendance, en baisse de 2,7%.

* ArcelorMittal chute de 2,4% après deux séances consécutives dans le vert.

* Tessi (-1,7%) a annoncé la cession, à Loomis, de sa participation de 80% dans la société CPoR Devises.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com