Cotation du 16/11/2018 à 22h07 Dow Jones Industrial +0,49% 25 413,22
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : revigoré par les chiffres de l'emploi !

Clôture de Wall Street : revigoré par les chiffres de l'emploi !
Clôture de Wall Street : revigoré par les chiffres de l'emploi !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a gagné du terrain vendredi, malgré le déclenchement des hostilités commerciales, ce même jour, entre les Etats-Unis et la Chine. Les investisseurs font pour l'instant le pari que les barrières douanières auront un effet limité sur la croissance de l'économie américaine. Les créations d'emploi ont ainsi été particulièrement vigoureuses en juin outre-Atlantique, ce qui a soutenu les indices boursiers. Les secteurs technologiques et biotechnologiques ont bondi après l'annonce par Biogen (+19,6%!) de résultats positifs de tests cliniques sur un traitement contre la maladie d'Alzheimer.

Vendredi soir, l'indice Dow Jones a gagné 0,41% à 24.456 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 0,85% à 2.759 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a bondi de 1,34% à 7.688 pts. Les trois indices ont rebondi sur la semaine, après avoir subi deux semaines de recul successives : sur 5 séances, le DJIA a repris 0,75%, le S&P 500 a repris 1,5% et le Nasdaq a regagné 2,4%. Depuis le début de l'année, le DJIA recule encore 1%, tandis que le S&P 500 gagne 3% et que le Nasdaq bondit de 11,4%.

Solides créations d'emplois en juin, les chiffres de mai et avril revus en hausse

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de 6 devises, a cédé 0,46% à 94,04 points, tandis que l'euro a gagné 0,47% à 1,1745$. Sur le marché obligataire, les taux d'intérêts ont légèrement reculé vendredi, le rendement du T-Bond américain à 10 ans finissant à 2,82% (-1 point de base). Jeudi, la Fed s'est inquiétée dans ses Minutes des effets négatifs des barrières douanières sur la confiance des investisseurs, ce qui laisse penser que la banque centrale sera prudente ces prochains mois dans sa politique de durcissement monétaire. Le dollar et les taux ont réagi à la baisse après la publication de ce compte-rendu, ainsi qu'à l'annonce d'une progression plus modeste que prévu des salaires en juin, ce qui augure d'une inflation modérée.

Le pétrole a fini la semaine en ordre dispersé : le contrat à terme d'août sur le brut léger américain WTI a gagné vendredi 1,18%, à 73,80$ sur le Nymex, tandis que le Brent a reculé 0,36%, à 77,11$.

L'information du jour aux Etats-Unis est donc venue du rapport gouvernemental sur l'emploi, en juin. L'économie américaine a ainsi créé plus d'emplois que prévu, avec 213.000 nouveaux postes, contre un consensus de 190.000. Le taux de chômage est en revanche légèrement remonté à 4%, contre 3,8% de consensus et 3,8% en mai. Le salaire horaire moyen a augmenté assez modestement, de 0,2% par rapport à mai, contre +0,3% de consensus. Sur un an, les salaires ont grimpé de 2,7%, un peu moins qu'attendu par le consensus (+2,8%).

A noter qu'en outre, les créations d'emplois ont été révisées à la hausse en avril et en mai, de 159.000 à 175.000 en avril et de 223.000 à 244.000 en mai, témoignant de la solidité de l'économie outre-Atlantique, malgré les inquiétudes concernant une possible escalade dans la guerre commerciale.

34 milliards de dollars de produits chinois et américains désormais taxés

Le déficit commercial du mois de mai 2018 est ressorti plus faible que prévu en mai, à 43,1 Mds$, contre 43,7 Mds$ de consensus de place, et un déficit de 46,1 Mds$ en avril.

Les Etats-Unis et la Chine viennent donc de mettre en application leurs première vague de droits de douane... Pékin a annoncé vendredi que ses taxes sur 34 Mds$ de produits importés des Etats-Unis étaient entrés en vigueur, quelques heures seulement après la mise en application des prélèvements infligés par les Etats-Unis à la Chine sur un montant de 34 Mds$ de produits...

Il s'agit de la première tranche d'un bloc de 50 Mds$ (34 + 16 Mds$) que Washington a prévu de taxer, et Pékin a déjà promis de répliquer à la prochaine tranche de 16 Mds$. Au-delà, Donald Trump a demandé à son administration de trouver 200 Mds$ de produits chinois supplémentaires à taxer, et aurait évoqué encore 200 Mds$, voire 300 Mds$ supplémentaires... Si l'escalade se poursuivait, ces mesures pourraient donc porter jusqu'à 550 Mds$ la valeur globale des produits chinois taxés, soit plus que les importations venues du géant asiatique (505,6 Mds$ en 2017).

Les Bourses mondiales inquiètes des retombées d'une guerre commerciale

A ce stade, les investisseurs ont du mal a estimer les retombées de la montée du protectionnisme sur la croissance américaine, qui reste solide pour le moment même si les marchés boursiers ont reculé depuis le début des hostilités, déclenchées en mars par Donald Trump. Le Dow Jones a ainsi perdu 5% depuis la fin février, tandis que l'indice CSI 300 de Shanghai a plongé de 18% et qu'en Europe, l'EuroStoxx 50 a moins souffert (-0,4%).

Vendredi, la Russie a répliqué aux taxes imposées par Washington sur l'acier et d'aluminium. Le Premier ministre a signé un texte imposant des droits de douane supplémentaires allant de 25% à 40% sur certains produits importés des Etats-Unis, notamment des technologies liées à la construction des routes, d'équipements pour l'industrie des hydrocarbures, d'instruments pour le traitement des métaux et le forage des roches, ainsi que la fibre optique...

VALEURS A SUIVRE

L'indice Nasdaq des biotechnologies a bondi de 3,7%, soutenu notamment par le titre Biogen, qui a flambé de 19,6%! Le groupe a annoncé vendredi des résultats positifs d'une étude intermédiaire sur un traitement de la maladie d'Alzheimer qu'il développe en commun avec le japonais Eisai.

L'étude de phase II a été testé chez 856 patients atteints de la maladie d'Alzheimer à un stade précoce. Elle a montré que le traitement permettait de ralentir la progression de la maladie d'Alzheimer en réduisant l'amyloïde accumulé dans le cerveau.

Les laboratoires ajoutent que traitement dit "BAN2401" a démontré un profil de caractère tolérable acceptable au cours des 18 mois d'administration du médicament.

Les grandes valeurs technologiques ont aussi nettement progressé vendredi, à l'instar de Facebook (+2,4%), Amazon.com (+0,6%) Alphabet (+1,2%), Nvidia (+1,9%), Microsoft (+1,4%) ou encore Intel (+1,2%). Apple a grimpé de 1,4% après une recommandation du broker Loop Capital qui a relevé de 195 à 210$, son objectif de cours sur le dossier de la firme à la pomme.

Citigroup (+0,8%) a progressé à l'approche de la publication de ses compte du 2ème trimestre, attendus vendredi prochain, le 13 juillet. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,57$, pour des revenus de 18,5 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 1,28$ et des revenus de 17,9 Mds$.

JP Morgan Chase (+0,3%) publiera aussi ses trimestriels le vendredi 13 juillet. Selon la presse, la banque américaine pourrait s'intéresser au dossier Deutsche Bank. La chute de valorisation boursière de la banque allemande susciterait ainsi l'intérêt de plusieurs grands acteurs de la finance, selon le magazine 'Wirtschaftswoche' publié vendredi. L'agence 'Reuters' relaye également ces bruits de couloirs, selon lesquels la Deutsche Bank intéresserait le groupe américain JP Morgan Chase et le chinois Industrial & Commercial Bank of China (ICBC). Crédible ou pas, cette rumeur a fait remonter le titre de la banque allemande de 2,5% vendredi à Francfort.

Wells Fargo (+1,18%) publiera ses résultats du second trimestre 2018 vendredi 13 juillet. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,12$, pour des revenus de 21,7 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 1,07$ et des revenus de 22,2 Mds$.

PriceSmart (-10,7%), acteur américain sur le marché de l'entrepôt, a publié ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 18,7 M$ (0,61$ par action), contre 18,8 M$ (0,62$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 782,2 M$, contre 730,3 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,63$, pour des revenus de 777 M$.

Delta Air Lines (+0,6%) publiera ses résultats du second trimestre le 11 juillet prochain. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,73$ et des revenus de 11,6 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 1,64$ et des revenus de 10,8 Mds$. Lors de la publication des comptes du premier trimestre 2018, Delta Air Lines avait annoncé viser, sur le T2, sur une croissance de 3 à 5% de son revenu unitaire.

Ford Motor (stable). Le groupe annonce avoir vendu 62.057 véhicules en Chine au mois de juin 2018, soit une baisse de 38% en glissement annuel. Les ventes du premier semestre s'élèvent ainsi à 400.443 unités, en recul de 25% par rapport à l'an dernier.

PepsiCo (stable) publiera ses résultats du second trimestre le 10 juillet prochain. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,52$ et des revenus de 16,1 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 1,50$ et des revenus de 15,7 Mds$. Lors de la publication des comptes du premier trimestre 2018, PepsiCo avait annoncé viser, sur l'exercice, un bpa de 5,70$, pour des revenus en hausse d'au moins de 2,3%.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com