Cotation du 16/11/2018 à 23h18 Dow Jones Industrial +0,49% 25 413,22
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : rebond supérieur à 2% grâce aux résultats

Clôture de Wall Street : rebond supérieur à 2% grâce aux résultats
Clôture de Wall Street : rebond supérieur à 2% grâce aux résultats
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'heure était au rebond mardi à Wall Street, où la publication de bons résultats d'entreprises a redonné le moral aux investisseurs, faisant passer les sujets d'inquiétude au second plan. Le retour au calme s'est confirmé sur le marché obligataire et le dollar s'est maintenu au plus bas depuis deux semaines. Les résultats d'UnitedHealth Group (+4,7%), de Johnson & Johnson (+1,9%), d'Adobe Systems (+9,5%) et des banques Goldman Sachs (+3%) et Morgan Stanley (+5,7%) ont été particulièrement bien accueillis. A la veille de la publication des Minutes de la Fed, Donald Trump a une nouvelle fois accusé la banque centrale de relever ses taux directeurs trop rapidement.

A la clôture, l'indice Dow Jones a regagné 2,17% à 25.798 points, tandis que l'indice large S&P 500 a repris 2,15% à 2.809 points et que l'indice Nasdaq Composite a rebondi de 2,89% à 7.645 points.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à 6 devises de référence) a fléchi à 95,05 points (-0,01%) et l'euro est resté stable à 1,1580$. Du côté des obligations, les taux ont confirmé leur stabilisation, le rendement du T-Bond à 10 ans s'affichant à 3,16% mardi soir. Il évolue toujours près de son plus haut niveau depuis plus de 7 ans, mais a reflué par rapport à son pic de 3,24% atteint la semaine dernière, qui avait contribué à faire dégringoler les marchés d'actions. Un environnement de taux plus élevés est un frein à la rentabilité des entreprises (via l'alourdissement des coûts de la dette), et donc à leur valorisation boursière...

Le pétrole toujours soutenu par les tensions entre Washington et Riyad

Les tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite autour du sort du journaliste Jamal Khashoggi sont redescendues quelque peu mardi, après une rencontre du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avec le roi Salman d'Arabie saoudite. Riyad serait prêt à admettre que M. Khashoggi (qui résidait aux Etats-Unis depuis un an) aurait été assassiné en Turquie par des éléments incontrôlés, selon la presse américaine.

Les cours du pétrole ont cependant continué à progresser mardi, malgré une enquête de 'Reuters' évoquant une nouvelle hausse des stocks de brut américains (+1,1 million de barils) la semaine dernière, leur quatrième hausse hebdomadaire d'affilée. Les chiffres officiels des stocks hebdomadaires sont attendus mercredi.

Le contrat à terme de novembre sur le brut léger américain (WTI) a légèrement progressé mardi, de 0,20% à 71,92$ le baril, tandis qu'au moment de la clôture du Nymex, le Brent de Mer du Nord prenait 0,78%, à 81,41$.

Des indicateurs macro-économiques solides, sans surchauffe

Sur le plan macro-économique, la production industrielle américaine a dépassé les attentes en septembre, en hausse de 0,3% sur un mois contre +0,2% de consensus de place. La production manufacturière est quant à elle ressortie en ligne avec les attentes de marché, en hausse de 0,2% par rapport au mois d'août, contre +0,3% pour la lecture révisée du mois antérieur. Enfin, le taux d'utilisation des capacités de production pour le mois de septembre 2018 s'est établi pour sa part à 78,1%, contre un consensus de 78,2% chez les économistes de la place.

L'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour le mois d'octobre 2018, également publié ce mardi, est ressorti à 68, contre 67 de consensus et 67, également, un mois auparavant.

Pour finir, le rapport JOLTS du Département américain au travail concernant les ouvertures de postes du mois d'août a fait ressortir 7,136 millions d'ouvertures, contre 6,905 millions de consensus et 7,08 millions un mois avant.

Donald Trump qualifie la Fed de "plus grande menace"

Dans ce contexte plutôt porteur pour les actions, le président américain a lancé une nouvelle offensive contre la politique monétaire de la Fed. Sur le réseau 'Fox Business Network' Donald Trump a estimé que la Fed était sa "plus grande menace".

"Ma plus grande menace est la Fed. Parce qu'elle relève ses taux trop vite (...) Comme ils sont indépendants, je ne leur parle pas, mais je ne suis pas satisfait de ce qu'il (le président de la Fed Jerome Powell : ndlr) fait, parce que cela va trop vite et que lorsqu'on voit les derniers chiffres de l'inflation, ils sont très bas".

Interrogé sur sa décision de nommer Jerome Powell à la tête de la Fed pour remplacer Janet Yellen début 2018, Donald Trump a assumé en indiquant : "je l'ai placé là et peut-être j'ai eu raison, peut-être j'ai eu tort, mais je l'ai placé là". Il a ajouté avoir aussi nommé à la Fed "quelques autres personnes dont je ne suis pas très heureux mais dans l'ensemble je suis très content des personnes" qui siègent à la Fed.

VALEURS A SUIVRE

Les valeurs technologiques ont affiché de fortes hausse ce mardi L'indice SOX de Philadelphie, qui reflète le secteur des semi-conducteurs (jugé précurseur pour l'industrie technologique), a rebondi de 3,3% après une chuté de près de 6% en 6 séances. Intel a repris 3,1% (-5,5% sur les 6 précédentes séances), tandis qu'Advanced Micro Devices (AMD) a grimpé de 7,3% effaçant les perte de la semaine passé (-4%), et que Nvidia a repris 4,4% après un plongeon de plus de 13% en 6 séances.

Netflix a gagné 4% à la clôture, puis flambait de 11,7% en cotation post-séance, après avoir publié des comptes meilleurs qu'attendu pour le 3ème trimestre. En revanche, IBM (+2,8% à la clôture) rechutait de 4,3% en cotations post-séance après avoir publié des résultats un peu en-deçà des attentes des analystes.

Apple a regagné 2,2%. La veille, le titre de la firme à la pomme avait chuté de 2,1% après la publication d'une note de Goldman Sachs évoquant un "ralentissement rapide" de la demande chinoise de smartphones. L'analyste de GS, Rod Hall, estime que le succès des nouveaux iPhones d'Apple, dont les modèles à grand écran XR et XS Max, pourrait compenser une partie de cette baisse de la demande, mais il ajoute que les bénéfices du groupe pourraient tout de même souffrir de ce ralentissement.

Adobe Systems (+9,5%) a bondi, le concepteur de logiciels ayant confirmé ses estimations du trimestre en cours, tout en fournissant de solides perspectives pour l'exercice 2019. Ainsi, Adobe maintient sa guidance de revenus et de profits au titre de l'exercice 2018, tout en disant s'attendre à une croissance de 20% pour 2019. Le groupe se dit en bonne voie, dans l'immédiat, pour réaliser des revenus de 2,42 milliards de dollars, un bénéfice par action GAAP de 1,42$ et un bénéfice ajusté par action de 1,87$ au titre du quatrième trimestre. Les objectifs annoncés ne tiennent pas encore compte de l'acquisition récemment annoncée de Marketo. Les comptes du quatrième trimestre seront dévoilés le 13 décembre.

Goldman Sachs (+3%) a dévoilé ses résultats du troisième trimestre. Les revenus sont de 8,65 Mds$, contre 8,33 Mds$ un an avant. Les bénéfices s'élèvent à 2,52 Mds$ (6,28$ par action), contre 2,13 Mds$ (5,02$ par action) un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 5,38$, pour des revenus de 8,4 Mds$. Les revenus "FICC" s'élèvent à 1,31 Md$ (contre 1,4 Md$ de consensus), en baisse de 10% en glissement annuel. Les revenus "equities" sont quant à de 1,79 Md$ (contre 1,73 Md$ de consensus), en croissance de 8%.

Morgan Stanley (+5,6%) a annoncé ses comptes du troisième trimestre. Les revenus s'élèvent à 9,87 Mdds$, contre 9,2 Mds$ un an avant. Les bénéfices sont de 2,1 Mds$ (1,17$ par action), contre 1,8 Md$ (0,93$ par action) un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,02$, pour des revenus de 9,55 Mds$. Les revenus "Sales and Trading" s'élèvent à 3,1 Mds$, contre 2,9 Mds$ il y a un an. Les revenus "equity sales & trading" sont ainsi de 2 Mds$, contre 1,9 Md$ sur le T3 2017 et les revenus "fixed income sales & trading" ressortent à 1,2 Md$, stables par rapport à la même période de l'an passé.

Johnson & Johnson (+1,9%) a présenté ses comptes du troisième trimestre. Les profits sont de 3,93 Mds$ (1,44$ par action), contre 3,76 Mds$ (1,37$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'élève à 2,05$. Les revenus grimpent à 20,3 Mds$, contre 19,7 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analyste anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,03$, pour des revenus de 20 Mds$. Sur 2018, le groupe vise désormais des revenus logés entre 81 et 81,4 Mds$ (contre une précédente fourchette de 80,5/81,3 Mds$), pour un bpa situé entre 8,13 et 8,18$ (contre une précédente fourchette de 8,07/8,17$).

UnitedHealth Group (+4,7%), géant américain de l'assurance maladie, a dopé ce jour ses prévisions annuelles de profits, après un solide 3ème trimestre. Le groupe table désormais sur un bénéfice annuel par action de 12,80$ sur une base ajustée, contre une fourchette antérieure allant de 12,50 à 12,75$. Pour le trimestre clos fin septembre 2018, le bénéfice net attribuable aux actionnaires est ressorti à 3,19 milliards de dollars, en augmentation de 28% en comparaison de l'année antérieure, pour un bpa de 3,24$. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 3,41$, alors que les revenus ont progressé de 12,4% à 56,6 Mds$. Le consensus était de 3,3$ de bpa ajusté trimestriel et de 56,3 milliards de dollars de recettes. UnitedHealth poursuit donc son expansion tout en maîtrisant ses coûts, là où ses rivaux tentent de délicates opérations de croissance externe.

BlackRock (-4,4%), le colosse américain de la gestion d'actifs a corrigé après avoir rapporté une décollecte inattendue chiffrée à 3,1 milliards de dollars pour le troisième trimestre, contre 96 Mds$ de collecte nette positive sur la période comparable de l'an dernier. Le bénéfice net part du groupe trimestriel s'est élevé pour sa part à 1,22 Md$, contre 944 M$ un an avant. Le bpa est ressorti à 7,54$, contre 5,76$ un an auparavant. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 7,52$, alors que le consensus se situait à 6,84$. Les profits du groupe restent donc solides, mais les investisseurs optent pour une réduction du risque, pesant sur l'activité. Les revenus se sont établis à 3,6 Mds$ et l'Ebit est ressorti à 1,4 Md$, ce qui ressort légèrement moins bon que prévu.

Omnicom (+7%) a publié ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 298,9 M$, contre 263,6 M$ un an avant. Le bénéfice par action ressort à 1,32$, contre 1,13$ un an plus tôt. Les revenus s'affichent à 3,71 Mds$, contre 3,72 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,21$, pour des revenus de 3,7 Md$.

Walmart (+2,1%) a révisé ses objectifs en prenant en compte la récente acquisition de l'Indien Flipkart. Les bénéfice par action GAAP de l'exercice 2019 est désormais attendu entre 2,65 et 2,80$ (contre une précédente fourchette de 2,90/3,05$), tandis que le non-GAAP est anticipé entre 4,65 et 4,80$ (contre une précédente fourchette de 4,90/5,05$). Les prévisions concernant les ventes annuelles restent quant à elles inchangées. Sur 2020, le groupe vise des ventes en hausse d'au moins 3%, avec des ventes US à magasins comparables en croissance de 2,5 à 3%, et des ventes e-commerce en progression d'environ 35%. Le résultat opérationnel 2020 devrait légèrement baisser, mais est attendu en légère hausse sans prendre en compte l'impact de Flipkart. Enfin, le bénéfice par action 2020 hors Flipkart est anticipé en légère croissance.

Domino's Pizza (-4,8%) a publié ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 84,1 M$ (1,95$ par action), contre 56,4 M$ (1,18$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 1,95$, contre 1,27$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 785,9 M$, contre 643,6 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,75$, pour des revenus de 790 M$. Les ventes "comparables" sont en croissance de 6,3% aux Etats-Unis et de 3,3% à l'international.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com