Cotation du 19/10/2018 à 23h04 Dow Jones Industrial +0,26% 25 444,34
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : progression limitée par des tensions sur les taux

Clôture de Wall Street : progression limitée par des tensions sur les taux
Clôture de Wall Street : progression limitée par des tensions sur les taux
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les indices boursiers américains ont terminé en hausse mercredi, mais ont réduit leur progression en fin de séance, après un coup de chaud sur les taux d'intérêts américains. Le rendement du T-Bond à 10 ans a ainsi bondi de 8 points de base à 3,15%, son plus haut niveau depuis juin 2011, après la publication de chiffres de l'emploi privé très solides en septembre, et des commentaires positifs du président de la Fed Jerome Powell sur la croissance américaine. Le Dow Jones a signé un nouveau record historique, mais le S&P 500, qui était au sommet en cours de séance, a fini environ 5 points en dessous de son dernier record.

A la clôture, l'indice Dow Jones a progressé de 0,20% à 26.828 points, un nouveau sommet historique donc, tandis que l'indice large S&P 500 a fini presque stable (+0,07%) à 2.925 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a progressé de 0,32% pour finir à 8.025 pts.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui reflète son évolution face à 6 devises de référence, dont l'euro, s'est apprécié de 0,3% à 95,79 points, après l'annonce de créations d'emplois supérieures aux attentes dans le secteur privé aux Etats-Unis (étude du cabinet ADP).

Le taux US à 10 ans à 3,15%, au plus haut depuis 7 ans et demi

L'euro, qui a tenté un rebond en début de journée, a effacé ses gains pour finir en recul de 0,3% à 1,1510$, signant sa 6ème séance de recul consécutive, et portant sa baisse à 2,2% sur cette période. Le gouvernement italien a fait quelques concessions, mercredi sur ses déficits public. Ce dernier restera fixé à 2,4% en 2019 , mais sera ensuite réduit à 2,1% en 2020 et à 1,8% en 2021, a ainsi promis Giuseppe Conte, le chef du gouvernement italien. Initialement, le projet de Rome tablait un déficit de 2,4% jusqu'en 2021.

Les marchés obligataires américains ont connu une séance agitée, les investisseurs anticipant des taux plus élevés à l'avenir, compte-tenu de la vigueur de l'économie américaine. Le rendement du bon du Trésor (T-Bond) à 10 ans a grimpé mercredi de 8 points de base pour remonter à 3,15%, son plus haut niveau depuis juin 2011 ! En mai dernier, ce taux à 10 ans avait atteint brièvement 3,11% avant de refluer. Le rendement du T-Bond à 2 ans a lui grimpé de 5 points de base à 2,86% mercredi soir, au plus haut depuis février 2008.

Clignotants au vert pour l'emploi, les services et les ventes de Noël

Mercredi, le cabinet ADP a publié ses chiffres mensuels de l'emploi dans le secteur privé, qui précèdent les chiffres complets de l'emploi (annoncés vendredi par le gouvernement). Or, le secteur privé a créé bien plus d'emplois que prévu (230.000), en septembre aux Etats-Unis, alors que le consensus était logé à 179.000.

Par ailleurs, les indices d'activité dans les services ont eux aussi dépassé les attentes en septembre outre-Atlantique. L'indice Markit PMI final des services est ressorti à 53,5, contre un consensus de 52,9, et après 54,8 en août. De son coté, l'indice ISM des services, calculé selon d'autres critères, est ressorti à 61,6, contre 58 de consensus et après 58,5 en août.

Enfin, les professionnels du commerce réunis au sein de la National Retail Federation (NRF) ont fait savoir mercredi qu'ils s'attendaient à une hausse de 4,3% à 4,8% des ventes de détail pendant la saison des fêtes de fin d'année aux Etats-Unis, par rapport à 2017. Cette prévision est supérieure à la hausse moyenne de 3,9% enregistrée ces cinq dernières années...

Le pétrole poursuit son "rally" malgré une hausse des stocks US

Mardi, le président de la Fed, Jerome Powell, avait salué des perspectives économiques "remarquablement positives" pour les Etats-Unis, combinant un chômage très bas et une inflation maîtrisée. Lors d'une conférence à Boston, M. Powell avait estimé que le taux de chômage devrait rester en deçà de 4% pendant encore deux ans au moins et l'inflation demeurer modérée même avec les revalorisations salariales. Il a en outre confirmé que la banque centrale allait continuer à remonter ses taux directeurs progressivement.

Outre le dollar et les taux, le pétrole était lui aussi orienté en nette hausse mercredi soir. Le contrat à terme de novembre sur le brut léger américain WTI a bondi de 1,57% à 76,41$ le baril sur le Nyse, tandis que l'échéance de décembre sur le Brent de Mer du Nord a grimpé de 1,62% à 86,17$ le baril. Les deux variétés de pétrole ont retrouvé depuis plusieurs séances leurs plus hauts niveaux depuis 4 ans, en novembre 2014.

La hausse du brut s'est produite malgré l'annonce d'une croissance bien plus forte que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis et des rumeurs d'une hausse de la production russe et saoudienne pour compenser le recul des exportations iraniennes.

VALEURS A SUIVRE

Les cours des distributeurs ont réagi en ordre dispersé aux prévisions optimistes de la fédération des détaillant de la NRF pour les ventes de fin d'année. Le titre de Walmart a reculé de 1,1%, tandis que Target a cédé 0,75% et qu'Amazon aussi reculé de 0,9%. En revanche, les grands magasins Macy's ont gagné 1,1% et Apple, pour qui le 4ème trimestre est également crucial, a progressé de 1,2%.

La valeurs pétrolières ont progressé pour la plupart dans le sillage de la nouvelle hausse des cours du brut à l'instar de Chevron (+0,46%), ExxonMobil (-0,36%), ConocoPhillips (+0,37%), Devon Energy (+1,98%), Transocean (+0,81%) et Schlumberger (+1,8%).

Le titre Intel a progressé de 1,37% après un gain de 3,6% mardi. Les investisseurs parient sur le lancement rapide de la production en masse de ses nouvelles puces en 10 nanomètres (nm). Le concurrent Advanced Micro Devices (AMD) a en revanche reculé de 2%, ce qui porte ses pertes à plus de 12% en trois séances. AMD, malgré cette baisse des deux derniers jours, reste la plus forte hausse du S&P 500 cette année avec un bond de quelque 170%.

En juillet, Intel avait déçu les marchés en reportant le lancement des puces 10nm, en disant viser une sortie "pendant la période des fêtes 2019", ce qui avait entraîné des arbitrages favorables à AMD. Mais vendredi dernier, la direction a fait des prévisions rassurantes pour 2018, tout en réitérant la date de 2019 pour le lancement des nouvelles puces. Les analystes de BlueFin Research Partners, cités par l'agence 'Bloomberg', estiment que la production des 10 nm pourrait démarrer d'ici avril prochain, donc plus tôt que prévu.

Tesla (-2%) a poursuivi sa consolidation de la veille, malgré l'annonce de livraisons trimestrielles historiques (83.500 véhicules, dont 55.840 Model 3, 14.470 Model S et 13.190 Model X). Les commentaires du groupe concernant l'impact de la guerre commerciale entre Washington et Pékin refroidissent en effet quelque peu l'ambiance.

Les spéculations se poursuivent en outre concernant l'identité du possible successeur de d'Elon Musk à la présidence du conseil de Tesla. Des administrateurs du groupe auraient proposé que leur collègue James Murdoch, directeur général de la 21st Century Fox, succède à Musk. C'est ce que croit savoir le 'New York Times'. James Murdoch ne se serait toutefois pas porté candidat. Gene Munster, cofondateur de Loup Ventures, a souhaité pour sa part que le prochain 'chairman' soit... Al Gore, homme d'affaires et ancien vice-président des Etats-Unis. L'ancien homme politique a toujours été un fervent supporter de Tesla. Il milite par ailleurs activement pour une meilleure compréhension du changement climatique et une lutte contre les dérèglements liés.

Lennar (-1,1%), le promoteur immobilier américain, a publié pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice net de 453 M$ soit 1,37$ par titre, ainsi qu'un bpa ajusté de 1,40$ à comparer à un consensus de 1,19$. Les revenus ont totalisé 5,7 Mds$ sur le trimestre clos, en ligne avec les attentes des analystes de la place.

Nike (-0,3%) a consolidé ce mercredi, la firme HSBC ayant dégradé la valeur du géant américain des chaussures et accessoires de sport à 'conserver' à Wall Street. Le broker évoque un plus faible potentiel de bonne surprise et l'absence de catalyseur pour soutenir encore la valeur.

General Motors (+2,1%). Honda a annoncé qu'il allait investir 2 Mds$ sur 12 ans dans la filiale de véhicule autonome Cruise du groupe américain après en avoir acquis une participation pour 750 M$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com