Cotation du 30/11/2021 à 19h55 Dow Jones Industrial -1,44% 34 628,34
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le S&P et le Dow Jones

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le S&P et le Dow Jones
Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le S&P et le Dow Jones
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Nouveaux plus hauts à Wall Street ! Le S&P 500 et le Dow Jones ont enchaîné mardi une deuxième séance de records en clôture, dans une ambiance optimiste, même si l'élan s'est un peu essoufflé en toute fin de séance. Les résultats des grandes entreprises ont été globalement bien accueillis : UPS et General Electric ont notamment brillé, contrairement à Facebook, dont le titre a lâché 4%.

A la clôture des marchés américains, le DJIA a grapillé 0,04% à 35.756 points, signant donc sur le fil un nouveau record historique, tout comme le S&P 500, en hausse de 0,18% à 4.574 points. Le Nasdaq affiche également un gain symbolique de 0,06% à 15.235 points, proche de son record à 15.374 points battu le 7 septembre.

Le pétrole repart en hausse

Le marché du pétrole est en hausse, se rapprochant des plus hauts atteints mardi à la faveur d'une offre restreinte et d'une forte demande aux États-Unis. Le Brent gagne 0,38% à 86,32 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,09% à 84,67 dollars.

L'once d'or recule de 1%. L'indice dollar se stabilise face à un panier de devises. Le bitcoin consolide de 2% vers les 62 000$.

Statistiques du jour

Sur le front économique, l'indice S&P Case-Shiller 20-City des prix américains de l'immobilier pour le mois d'août a augmenté de 19,8% en glissement annuel et de 1,4% en comparaison du mois antérieur et sur une base ajustée (consensus +1,3%). L'indice FHFA (Federal Housing Finance Agency) des prix des maisons pour le mois d'août a progressé de 1% (consensus Bloomberg +1,3%).

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Richmond pour le mois d'octobre s'est établi à 12, deux fois plus élevé que le consensus FactSet, alors qu'il était négatif à -3 un mois plus tôt.

L'indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board s'est établi à 113,8 en octobre, contre 109 de consensus et 109,8 pour la lecture révisée du mois de septembre.

Les ventes de logements neufs aux États-Unis pour le mois de septembre 2021 sont ressorties au nombre de 800 000, contre 760 000 de consensus de marché et 702 000 pour la lecture révisée (en baisse) du mois antérieur.

Les valeurs

Facebook (-4%) a annoncé hier soir pour son troisième trimestre fiscal des profits supérieurs aux attentes de marché, dégageant un bénéfice ajusté par action de 3,22$ à comparer à un consensus de 3,2$. Alors que le groupe de Mark Zuckerberg est actuellement critiqué concernant sa réponse aux discours haineux sur sa plateforme, ce dernier a tenté de relativiser en soulignant les efforts destinés à attirer les jeunes utilisateurs et à construire une expérience digitale immersive. Le patron du réseau social évoque par ailleurs un effort coordonné des médias pour dépeindre une image trompeuse de sa compagnie.

La controverse n'aura toutefois pas empêché Facebook de faire grandir encore sa base d'utilisateurs. Le nombre d'utilisateurs actifs mensuels sur le troisième trimestre atteint 2,91 milliards, en croissance de 6% en comparaison de l'an dernier.

Facebook va commencer à publier les résultats financiers de ses 'laboratoires' de réalité augmentée et virtuelle en tant qu'unité distincte, où il investit des milliards dans son ambition de construire le 'métavers', et alors que le groupe précise que sa principale activité publicitaire fait face à des incertitudes significatives.

Eli Lilly (+1,4%). Le laboratoire a annoncé pour son troisième trimestre un bénéfice net en déclin de 8% à 1,11 milliard de dollars soit 1,22$ par titre, contre 1,21 milliard un an avant. Le bénéfice ajusté par action s'est amélioré à 1,94$, contre 1,41$ un an plus tôt et 1,96$ de consensus FactSet. Les revenus ont atteint 6,77 milliards de dollars, contre 5,74 milliards un an auparavant et 6,64 milliards de consensus de marché.

General Electric (+2%) a révisé en hausse ses prévisions annuelles de bénéfices, après un troisième trimestre supérieur aux attentes de ce point de vue. Le groupe de Boston table désormais sur un bpa ajusté annuel allant de 1,80 à 2,10$. Il évoque un environnement opérationnel difficile, du fait des perturbations de supply chain ainsi que d'autres incertitudes. GE table néanmoins, pour l'année, sur une expansion des revenus, des marges et du free cash flow.

UPS (+7%). Le géant américain des livraisons de colis a annoncé pour son troisième trimestre fiscal des profits et ventes supérieurs aux attentes, toutes les activités dépassant les anticipations. Le bénéfice net trimestriel a représenté 2,33 milliards de dollars soit 2,65$ par titre, en augmentation de 18% en glissement annuel, alors que le bénéfice ajusté par action a été de 2,71$, à comparer à un consensus FactSet de 2,55$.

Hasbro (+3,2%). Le fabricant américain de jouets évoque une solidité particulière de son activité de divertissement, a dégagé un bénéfice supérieur aux attentes pour le trimestre clos. Le bénéfice net s'est établi à 253 millions de dollars soit 1,83$ par titre, contre 221 millions un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action a représenté 1,96$, contre 1,88$ un an avant et 1,69$ de consensus. Les revenus ont augmenté de 11% à 1,97 milliard de dollars, en ligne avec les attentes de marché. Le groupe prévient tout de même que les difficultés de supply chain devraient affecter la saison des fêtes. Les revenus de l'exercice sont attendus en croissance de 13 à 16%, contre 14% de consensus.

3M (-0,1%). Le groupe industriel connu notamment pour sa marque Post-It, a annoncé pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice net de 1,43 milliard de dollars soit 2,45$ par action, contre 578 millions de dollars un an plus tôt. Les revenus se sont établis à 8,94 milliards, contre 8,35 milliards un an avant. Le consensus FactSet était logé à 2,21$ de bénéfice par action pour 8,65 milliards de facturations.

Raytheon (-2,3%), le contractant américain de défense, dont l'unité Pratt & Whitney équipe notamment Boeing, table désormais pour l'exercice 2021 sur un bénéfice ajusté par action allant de 4,10 à 4,20$. Le bénéfice net du troisième trimestre fiscal a représenté 1,39 milliard de dollars et 93 cents par titre, contre 264 millions un an avant.

Lockheed Martin (-11,8%). Le contractant américain de défense a fait état de revenus inférieurs aux attentes et d'une guidance déjà réduite. Lockheed a affiché un bénéfice net de 614 millions de dollars, soit 2,21 dollars par action, moins de la moitié des 1,8 milliard de dollars, 6,25 dollars par titre, affichés sur la période correspondante de l'année précédente. Les ventes ont chuté à 16 milliards de dollars, contre 16,5 milliards un an avant et 17,1 milliards de consensus. Le groupe réduit de 2,5% sa guidance annuelle de revenus, à 67 milliards. Les revenus de l'année prochaine pourraient quant à eux reculer à 66 milliards de dollars avec la pandémie. Néanmoins, Lockheed relève sa guidance de bénéfices 2021 à 22,45$ par action.

Corning (-5,3%) a annoncé une baisse de 13% de son bénéfice net à 371 millions de dollars, ou 43 cents par action, contre 427 millions de dollars, ou 48 cents par action, au trimestre comparable de l'année dernière. Le bénéfice ajusté est passé de 43 cents à 56 cents par action. Les revenus sont passés de 3 milliards de dollars à 3,615 milliards de dollars. Les analystes s'attendaient à ce que Corning gagne 58 cents par action sur un chiffre d'affaires de 3,63 milliards de dollars, selon le consensus FactSet. Corning a déclaré qu'il s'attendait à un bénéfice d'au moins 2 dollars par action en 2021, pour des revenus de 14 milliards de dollars ou plus.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !