Cotation du 03/12/2021 à 22h20 Dow Jones Industrial -0,17% 34 580,08
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500
Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Malgré des hésitations initiales, la Bourse de New York a terminé sur de nouveaux sommets jeudi, grâce aux valeurs technologiques et aux valeurs de consommation, après des statistiques montrant la solidité de la reprise aux Etats-Unis. Les nombreuses bonnes nouvelles sur le front des entreprises ont fait passer au second plan les craintes liées à l'inflation et à la nouvelle vague de coronavirus en Europe. Apple (+2,85%) a inscrit un nouveau record et a retrouvé sa place de 1e capitalisation boursière mondiale devant Microsoft (+0,6%).

A la clôture, le Dow Jones a cédé 0,17% à 35.870 points, mais le S&P 500 et le Nasdaq ont inscrit de nouveaux sommets historiques. L'indice large S&P 500 a ainsi gagné 0,34% à 4.704 pts, un nouveau record après celui du 8 novembre à 4.701 pts. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a avancé de 0,45% à 15.993 pts, là aussi un nouveau record.

Plus tôt dans la journée, le Nikkei a cédé 0,3% à Tokyo, le CSI 300 a reculé de 1% en Chine, et en Europe, l'EuroStoxx50 a lâché 0,3%. A Paris, le CAC 40 a cédé 0,2% après avoir signé 3 records consécutifs.

"Technos" et consommation en vedette

Sur le Nymex, le cours du baril de pétrole WTI a repris jeudi 0,8%, à 79,01$ (après une chute de 3% la veille), malgré des rumeurs de déblocage concerté des réserves de brut des Etats-Unis et d'autres pays, dont la Chine. Le taux du T-Bond à 10 ans américain s'est détendu de 2 points de base à 1,58%, tandis que l'indice du dollar a corrigé de 0,3% face à un panier de devises, et que l'euro a repris 0,48% à 1,1373$. L'or a reculé de 0,5% à 1.861,40$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le Comex, mais reste proche de ses plus hauts niveaux depuis juin dernier.

A Wall Street, les valeurs technologiques ont soutenu la cote, à commencer par le fabricant de puces Nvidia (+8,2%) qui a publié des comptes et des prévisions impressionnants, affirmant s'être organisé pour ne pas subir de problèmes d'approvisionnement malgré l'environnement de pénurie mondiale de composants. Apple a grimpé de 2,85%, signant un nouveau record à 157,87$, après des informations de Bloomberg affirmant que la firme à la pomme prévoit de lancer sa voiture autonome en 2025. Les grands magasins Macy's (+21,1% !) et Kohl's (+10,6%) ont bondi après leurs comptes trimestriels, et font état d'une demande toujours forte de la part des consommateurs.

En baisse, Cisco Systems a chuté de 5,5% après des prévisions jugées décevantes pour le trimestre en cours. Et Alibaba a plongé de 11%, le géant chinois du e-commerce ayant dévoilé une performance trimestrielle décevante.

Conjoncture favorable aux USA à l'approche des fêtes de fin d'année

Sur le front macro-économique, le Conference Board a fait état d'une augmentation supérieure aux attentes de l'indice des indicateurs avancés aux Etats-Unis pour le mois d'octobre. L'indice progresse ainsi de 0,9% par rapport à septembre, contre +0,8% de consensus FactSet et après +0,1% en septembre et +0,7% en août. Rappelons que cet indicateur reflète les attentes des acteurs économiques quant à l'activité économique future. Sa progression semble donc signaler que l'expansion de l'économie américaine devrait se poursuivre jusqu'en 2022, voire qu'elle pourrait accélérer d'ici à la fin de l'année, malgré les inquiétudes latentes sur l'inflation.

Par ailleurs, les inscriptions au chômage aux Etats-Unis ont très légèrement diminué la semaine passée, au plus bas depuis la mi-mars 2020, avant la pandémie de coronavirus. Les inscriptions ont totalisé 268.000 la semaine dernière, en repli de 1.000 par rapport à la semaine antérieure, alors que le consensus était positionné à 260.000.

Enfin, l'indice manufacturier régional de la Fed de Philadelphie a bondi à 39 en novembre, contre 22 de consensus FactSet et après 23,8 en octobre, ce qui signale donc une très forte accélération de l'activité dans la région.

Joe Biden attendu sur le prochain leader de la Fed

Du côté de la Réserve fédérale, les marchés ont suivi jeudi des interventions de plusieurs responsables, Raphael Bostic, John Williams, Mary Daly et Charles Evans. Ce dernier, patron de la Fed de Chicago, s'est montré un peu moins confiant qu'il y a quelques mois à propos du caractère supposé transitoire de l'inflation. Il a dit ne pas s'attendre à une hausse des taux directeurs avant 2023, mais a admis qu'il pourrait "avoir tout faux".

Rappelons que Joe Biden doit annoncer sous peu son choix pour la présidence de la Fed, soit en reconduisant Jerome Powell, soit en le remplaçant par la gouverneure Lael Brainard. Powell a été interrogé lors de réunions privées avec les démocrates, à propos de ses plans pour contrer l'inflation, rapporte Axios.

Les discussions se poursuivent par ailleurs aux Etats-Unis concernant le plafond de la dette, le financement gouvernemental ou l'avenir du volet social du plan 'Build Back Better' ('BBB'). Les efforts de la Maison Blanche pour lutter contre les prix élevés de l'énergie retiennent l'attention, mais il en faudra beaucoup plus pour apaiser les tensions actuelles sur les prix. Les problèmes de supply chain des derniers mois semblent quant à eux se résorber très progressivement.

Nouvelle date-butoir, au 15 décembre, pour relever le plafond de la dette US

Le plafond de la dette revient à la une avec la secrétaire au Trésor Janet Yellen cette semaine. Mme Yellen a en effet reporté la date limite au 15 décembre, contre le 3 décembre. 'The Hill' a rapporté que Chuck Schumer et Mitch McConnell discutaient de la question, bien que les échanges en soient à un stade précoce. Il semble que peu de choses aient changé depuis la dernière confrontation. Les républicains continuent d'insister sur le fait qu'ils ne fourniront aucune aide et que les démocrates devraient régler le problème par eux-mêmes via la réconciliation.

Cependant, ils pourraient à nouveau promettre de permettre aux démocrates d'accélérer le processus de réconciliation. Dans le même temps, les démocrates jugent que les républicains pourraient assouplir leurs positions à mesure que la réalité du défaut se rapprochera. Goldman Sachs a noté que la date limite du 15 décembre coïncidait avec le moment prévu de l'adoption du 'BBB' par le Sénat, suggérant une probabilité accrue que les deux problèmes soient associés (tel semble également être le consensus du marché).

VALEURS A SUIVRE

Nvidia (+8,2%). Le fabricant américain de puces graphiques a publié des comptes trimestriels supérieurs aux attentes (déjà optimistes) de Wall Street. Au 3e trimestre, le bénéfice net du groupe a atteint 2,46 milliards de dollars (97 cents par action) contre 1,34 Md$ (53 cents par action) un an plus tôt. En données ajustées des éléments non récurrents, le bpa ressort à 1,17$ contre 73 cents en 2020, et 1,11$ attendu par les analystes. Le chiffre d'affaires a bondi de 50% en un an, pour culminer à 7,1 Mds$, alors que Wall Street tablait sur des revenus de 6,66 à 6,94 Mds$. Les ventes de puces pour jeux vidéo ont grimpé de 42%, à un record de 3,22 Mds$, contre 3,13 Mds$ de consensus. Les ventes de puces pour data center ont bondi de 55% pour atteindre là aussi un record, à 2,94 Mds$ contre 2,75 Mds$ attendu.

Pour le 4e trimestre en cours, le groupe basé à Santa Clara en Californie prévoit des revenus de 7,25 à 7,55 Md$, une fourchette bien supérieure au consensus FactSet, logé à 6,89 Mds$. La publication des comptes de Nvidia intervient une semaine après la présentation par le groupe d'une gamme de nouveaux produits ciblant l'intelligence artificielle et les métavers, des annonces qui ont été saluées positivement par la Bourse.

Cisco Systems (-5,5%) a publié mercredi soir après la clôture de Wall Street des comptes trimestriels légèrement supérieurs aux attentes, mais des prévisions jugées décevantes. Pour son premier trimestre fiscal, achevé fin octobre, Cisco a réalisé un bénéfice net de 3 milliards de dollars, en hausse de 36% par rapport aux 2,2 Mds$ pour la même période de 2020. En données ajustées, le bénéfice par action a atteint 82 cents, un peu mieux que les 80 cents attendus par Wall Street. Les ventes ont atteint 12,9 Mds$ (+8% sur un an), un chiffre proche des 12,98 Mds$ prévus par les analystes.

Lors d'une conférence téléphonique avec des analystes, le directeur général de Cisco, Chuck Robbins a indiqué que le groupe était confronté à des contraintes d'approvisionnement qui l'empêchait de répondre à toutes les demandes de ses clients. Pour son 2e trimestre fiscal en cours, Cisco prévoit un bpa ajusté situé entre 80 et 82 cents, et une croissance annualisée de ses revenus de 4,5% à 6,5%. Les analystes s'attendaient à un bpa ajusté de 82 cents par action sur un chiffre d'affaires de 12,85 Mds$ impliquant une croissance supérieure, de 7,5%.

Pour l'ensemble de l'exercice, qui s'achèvera fin juillet 2022, Cisco s'attend à un bpa ajusté de 3,38$ à 3,45$et une hausse de 5 à 7% des revenus, ce qui s'inscrit dans les fourchettes attendues par Wall Street. Les analystes tablent sur un bpa de 3,42$ et un chiffre d'affaires de 52,87 milliards de dollars, ce qui équivaudrait à une croissance de 6,1%.

Apple (+2,85% à 157,87$). Le projet d'Apple Car est en train d'accélérer en vue de commercialiser les premières voitures électriques autonomes d'Apple en 2025. Ces révélations faites jeudi par 'Bloomberg' ont porté l'action Apple à un nouveau record historique en clôture, au terme d'une série de 5 séances de hausse consécutives. Le dernier record remontait au 7 septembre dernier, à 156,69$ en clôture.

La capitalisation boursière d'Apple (2.590 milliards de dollars jeudi soir) est du même coup repassée au-dessus de celle de Microsoft, (+0,6%, 2.560 Mds$), qui était devenu il y a moins de 3 semaines la première capitalisation boursière mondiale.

Alibaba (-11%). Le géant chinois du e-commerce vient de dévoiler une performance trimestrielle décevante. Les profits trimestriels ont ainsi raté le consensus, tout comme les revenus. Le groupe table désormais sur une croissance annuelle de 20 à 23% des revenus, contre 27% de consensus. Pour le trimestre écoulé, les revenus ont augmenté de 29% à 31,4 milliards de dollars. Les recettes de la division cloud n'ont progressé que d'un maigre 4,5%. Le 'Single's Day', journée cruciale de ventes pour le détaillant online, a été marqué par la plus faible croissance historique. Le management préfère quant à lui insister sur la qualité de son "écosystème", avec un nombre annuel de consommateurs actifs d'environ 1,24 milliard.

Sur le trimestre clos, le bénéfice net s'est effondré de 81% à 5,4 milliards de yuans, soit environ 846 millions de dollars. Le résultat net a été plombé par les dépréciations d'investissements.

Macy's (+21,1%) a bondi après sa publication. Sur le troisième trimestre fiscal, le détaillant américain a battu le consensus de profits. La chaîne a par ailleurs resserré et relevé sa guidance annuelle. Pour le trimestre clos, les ventes à comparable se sont envolées de 37%, alors que le bpa ajusté a représenté 1,23$.

Kohl's (+10,6%) a également publié des comptes de qualité. Ventes et profits du troisième trimestre ont dépassé les attentes. La croissance a été de 15,5% à 4,6 milliards de dollars, avec une performance à comparable de 14,7%. Le bénéfice dilué par action a été de 1,65$, niveau record. Le bénéfice net est positif de 243 millions de dollars, contre un léger déficit un an avant. La compagnie dope sa guidance annuelle de bpa entre 7,10 et 7,30$.

Amazon (+4,1%) envisagerait désormais de renoncer à son partenariat dans les cartes de crédit avec Visa (-0,7%) aux Etats-Unis, après avoir décidé déjà de ne plus accepter l'an prochain les cartes émises par Visa en Grande-Bretagne, du fait de frais trop élevés.

Starbucks (+0,3%) a ouvert à New York, en partenariat avec Amazon, un premier café sans caisse. Les deux partenaires prévoient d'en ouvrir au moins trois autres aux USA en 2022. Le nouveau concept, qui s'appuie sur les technologies développées pour les magasins automatisés Amazon Go, est censé répondre à la pénurie de main-d'oeuvre, relate Reuters.

Coty (-0,37%) table sur une croissance de 6% à 8% de son chiffre d'affaires annuel à périmètre constant sur les trois prochains exercices. Le groupe de parfums et produits de beauté a en outre rehaussé sa guidance de bénéfice pour l'exercice 2022 dans une fourchette comprise entre 20 et 24 cents par action, contre un consensus de 24 cents.

Pfizer (+1%) dit avoir signé avec les Etats-Unis un contrat de... 5,29 milliards de dollars pour la fourniture de 10 millions de doses de son traitement antiviral par voie orale du covid, en cours d'examen par les autorités sanitaires américaines. Sous réserve de l'obtention d'une AMM par la Food & Drug Administration (FDA), l'accord prévoit que le laboratoire fournira 10 millions de doses de Paxlovid sur une période allant de la fin de cette année et courant jusqu'à l'année prochaine. Le Paxlovid réduit de près de 90% le risque d'hospitalisation chez les patients contaminés susceptibles de développer une forme sévère.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !