Cotation du 17/01/2020 à 23h07 Dow Jones Industrial +0,17% 29 348,10
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : nouveaux records, avant l'accord commercial

Clôture de Wall Street : nouveaux records, avant l'accord commercial
Clôture de Wall Street : nouveaux records, avant l'accord commercial
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La semaine a commencé en hausse, lundi, les investisseurs saluant par anticipation la signature mercredi à Washington, de l'accord commercial de Phase 1 entre les Etats-unis et la Chine. La saison des résultats d'entreprises pour le 4e trimestre 2019 est aussi sur le point de démarrer avec les comptes des grandes banques US attendus cette semaine. Les analystes financiers prévoient un léger recul des profits du S&P 500 par rapport à la même période de 2018, mais ils anticipent ensuite un net redressement en 2020. Le Nasdaq et le S&P 500 ont fini sur de nouveaux sommets historiques. Le pétrole et l'or ont poursuivi leur correction, sur fond de retour au calme sur le front géopolitique.

A la clôture, l'indice Dow Jones a avancé de 0,29% à 28.907 points, frôlant son dernier record (28.956 pts le 9 janvier). L'indice large S&P 500 a progressé de 0,70% à 3.288 pts, et le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a gagné 1,04% à 9.273 pts, inscrivant tous deux de nouveaux records. La semaine dernière, les trois indices avaient progressé respectivement de 0,66%, 0,95% et 1,75% malgré un léger recul vendredi après la publication de chiffres de l'emploi décevants en décembre.

Les grandes valeurs technologiques ont tiré la cote, dont Apple (+2,1%), Microsoft (+1,28%) et Tesla (+9,7% !).

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de 6 grandes devises, est resté stable à 97,36 points, tandis que l'euro a gagné 0,16% à 1,1138$. Sur les marchés obligataires, les taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse des cours) se sont tendus, le rendement du T-Bond à 10 ans gagnant 2 points de base à 1,84%. En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a repris 4 pdb à -0,16%.

Les cours du pétrole ont continué de se dégonfler avec le retour au calme au Moyen-Orient après les frappes américaines et iraniennes en Irak. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a lâché lundi 1,60% à 58,08$ sur le Nymex (contrat à terme de février), tandis que le Brent de la mer du Nord a fléchi de 1,20% à 64,20$. La semaine dernière, le WTI a abandonné 6,4% et le Brent a cédé plus de 5% en 5 séances. L'once d'or a cédé lundi 0,69% à 1.549,40$ l'once, pour le contrat à terme de février coté sur le Comex, mais il grimpe encore de 1,7% depuis début janvier, après un gain de 19% en 2019.

Les détails de l'accord de Phase 1 dévoilés mercredi lors de sa signature

Les investisseurs attendent avec intérêt la signature de l'accord commercial de Phase 1 entre les Etats-Unis et la Chine, qui met fin à plus de 18 mois de guerre commerciale entre les deux plus grandes économies mondiales. Le vice-Premier ministre chinois Liu He, principal négociateur commercial de Pékin, est attendu ce lundi à Washington à la tête d'une délégation chinoise en vue de signer le texte.

La cérémonie de signature est prévue le mercredi 15 janvier à la Maison Blanche, a confirmé vendredi Washington, et l'accord sera rendu public dans son intégralité lors de la signature. "Le document entier sera rendu public mercredi", a ainsi déclaré le conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow lors d'un échange avec les journalistes. "Il y aura une merveilleuse cérémonie", a-t-il ajouté, évoquant un dîner la veille de la signature et un déjeuner le jour même.

L'accord de "Phase 1"prévoit un démantèlement partiel des barrières douanières érigées par les deux pays en échange de l'achat par Pékin de milliards de dollars de biens américains supplémentaires. Quant à la "Phase 2", elle pourrait n'être conclue qu'après l'élection américaine de novembre prochain, même si les négociations devraient démarrer dès la signature de la Phase 1. "Nous allons entamer tout de suite les négociations sur la phase 2, ça prendra du temps", a indiqué Donald Trump la semaine dernière.

En outre, les marchés ont apprécié des informations selon lesquelles les Etats-Unis vont cesser de la considérer comme un Etat manipulateur de devises, après les avoir mis sur cette liste en août dernier. Selon des sources citées par l'agence de presse 'Bloomberg', le département américain du Trésor doit annoncer ce retrait dans un rapport semestriel à paraître prochainement.

Des résultats d'entreprises sans relief, avant un rebond en 2020

Les marchés se préparent à une saison des résultats d'entreprises sans éclat au T4 2019, mais ils espèrent que les états-majors confirmeront des projections optimistes pour 2020. Les grandes banques américaines ouvriront le bal des résultats cette semaine, avec JP Morgan Chase, Citigroup et Wells Fargo mardi, suivis de Bank of America, Goldman Sachs et le gestionnaire de fonds BlackRock mercredi, puis jeudi, de Morgan Stanley, Charles Schwab, Bank of New York Mellon et SunTrust.

La compagnie aérienne Delta Air Lines publiera ses comptes mardi et l'assureur santé UnitedHealth Group est attendu mercredi, de même que le producteur d'aluminium Alcoa. Le transporteur ferroviaire CSX publiera ses comptes jeudi.

Selon les analystes sondés par Bloomberg, les profits du S&P 500 devraient reculer en moyenne de 1,6% au 4e trimestre par rapport à la même période de 2018, avant de rebondir de 3,2% au 1er trimestre 2020, et de 9,2% pour l'ensemble de 2020.

VALEURS A SUIVRE

Tesla a encore bondi de 9,7% à 524,86$, pour une capitalisation boursière de plus de 94 milliards de dollars ! Son rival chinois Nio a grimpé de 5,4% par sympathie. L'agence 'Reuters' évoque des informations de la presse chinoise selon lesquelles Pékin n'envisagerait pas de réduire les aides publiques à l'achat de véhicules électriques cette année.

La firme Oppenheimer a par ailleurs dopé son objectif de cours sur Tesla à 612$ ! "Bien que TSLA ait connu des difficultés de croissance, nous pensons que l'entreprise a atteint une taille critique suffisante pour pouvoir délivrer des FCF positifs durables", affirme l'analyste. "En même temps, nous croyons que la tolérance au risque de l'entreprise, sa capacité à mettre en oeuvre les leçons tirées des erreurs passées et son ambition plus grande que celle de ses pairs commencent à représenter une menace existentielle pour les entreprises de transport qui ne peuvent, ou ne veulent pas, innover à un rythme plus rapide". Selon le courtier, le concepteur de voitures électriques a environ trois ans d'avance sur ces concurrents sur plusieurs points clefs.

Ford Motor (-0,11%) a affiché en revanche en 2019 une baisse de ses revenus de 26% en Chine. Il s'agit de la troisième année de baisse des ventes en Chine pour le constructeur automobile du Michigan.

Boeing (stable). David Calhoun a officiellement pris lundi ses fonctions de directeur général de Boeing, en remplacement de Dennis Muilenburg, emporté par la crise du B-737 MAX. M. Calhoun a appelé le groupe à être "humble" et "transparent", quelques jours après la révélation d'échanges de mails entre des employés de l'avionneur, montrant qu'ils étaient au courant des défauts de l'appareil, et se moquant des autorités de certification aérienne de la FAA.

Selon une source proche du nouveau dirigeant, ce dernier veut "s'assurer que nous ayons une culture (d'entreprise) adéquate. Ce qui signifie être plus humble et transparent". Les déboires du 737 MAX ont déjà coûté 9,2 milliards de dollars à Boeing et la facture devrait encore augmenter lors de la publication des résultats du quatrième trimestre le 29 janvier. Par ailleurs, les autorités fédérales américaines de la FAA entendent infliger une amende de 5,4 M$ à Boeing, lui reprochant de n'avoir rien fait pour empêcher le montage de composants défectueux sur les 737 MAX. Enfin, concernant l'affaire du Boeing 737-800 d'Ukraine Airlines qui s'est écrasé mercredi dernier à Téhéran, faisant 176 victimes, l'Iran a reconnu avoir abattu "par erreur" l'appareil, qu'il a confondu avec un missile de croisière.

Dans un autre registre, notons que les fournisseurs de Boeing, Hexcel (+9,6%) et Woodward (+4,8%), qui capitalisent actuellement 6,7 Mds$ et 7,9 Mds$ sur la cote américaine, entendent fusionner.

American Eagle (+3,2%) gagne un peu de terrain. Le détaillant américain en vêtements et accessoires a confirmé sa guidance de bénéfice par action pour le quatrième trimestre allant de 34 à 36 cents hors éléments.

TerraForm Power (+10% !). Le Canadien Brookfield Renewable Partners (-4,2%) va racheter les 38% du capital de la compagnie d'électricité non encore détenus pour 3,93 Mds$.

Lululemon Athletica (+4,4%), firme canadienne cotée à Wall Street, spécialiste de l'habillement sportif et surtout de celui destiné à la pratique du yoga, a rehaussé ce lundi ses estimations de chiffre d'affaires et de bénéfice pour le trimestre. Pour son quatrième trimestre, le groupe prévoit désormais un bpa de 2,22-2,25$ et des revenus de 1,37-1,38 Md$. Le consensus était de 2,15$ de bénéfice par titre et 1,35 Md$ de recettes.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com