Cotation du 24/05/2019 à 22h49 Dow Jones Industrial +0,37% 25 585,69
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : malgré les hésitations, le Nasdaq 100 bat un record !

Clôture de Wall Street : malgré les hésitations, le Nasdaq 100 bat un record !
Clôture de Wall Street : malgré les hésitations, le Nasdaq 100 bat un record !

(Boursier.com) — Wall Street a fini en très léger recul, mercredi, à l'issue d'une séance indécise, les investisseurs peinant à trouver des lignes directrices parmi les résultats contrastés des entreprises au 1er trimestre. Le Nasdaq 100 a toutefois atteint un nouveau sommet historique grâce à l'envolée de Qualcomm (+37% en 2 séances!), qui a profité d'un accord avec Apple (+1,9%) mettant fin à leurs différends sur des brevets. Netflix a perdu 1,3% malgré de très bons résultats, tandis qu' IBM a chuté de 4,1% après une baisse plus forte que prévue de ses ventes au premier trimestre. Les marchés ont par ailleurs apprécié l'annonce d'une croissance plus forte que prévue en Chine au 1er trimestre, où les mesures du soutien du gouvernement semblent agir.

A la clôture, l'indice Dow Jones a fini presque stable (-0,01%) à 26.449 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,20%, préservant tout juste les 2.900 pts. Du côté des valeurs technologiques et biotechnologiques, le Nasdaq composite, qui compte quelque 4.500 composants, a lâché 0,05% à 7.996 pts, mais l'indice plus resserré, le Nasdaq 100, a progressé 0,34%, dépassant ses derniers sommets historiques inscrits début octobre et fin août 2018.

Sur le marché des changes, le dollar a fini proche de l'équilibre, l'indice du dollar s'affichant à 97,01 points (-0,03%), tandis que l'euro a gagné 0,15% à 1,1297$. Il était tombé mardi sous 1,13$ après des propos de membres de la BCE rapportés par l'agence 'Reuters'. Cette dernière affirmait que plusieurs membres de la BCE jugent que les projections économiques de la BCE sont trop optimistes, alors même qu'elles ont été réduites à 1,1% pour 2019 en zone euro.

Sur les marchés obligataires américains, le rendement de l'emprunt d'Etat de référence, le T-Bond à 10 ans, est resté stable à 2,59%, loin du creux de 2,35% où il était tombé fin mars après que la Fed a signalé son intention de ne plus relever ses taux cette année, en raison de l'accumulation des risques sur la croissance mondiale.

Le pétrole a reculé mercredi malgré l'annonce d'une baisse des stocks aux Etats-Unis et les indicateurs chinois encourageants. Le contrat à terme de mai sur le brut léger américain WTI a cédé 0,45%, à 63,76$ le baril sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance juin fléchissait de 0,14% à 71,62$ au moment de la clôture du Nymex.

Les stocks pétroliers américains ont reculé de façon inattendue la semaine dernière, de 1,4 million de barils à 455,2 millions de barils, contre un consensus de +2 millions de barils environ.

La Chine a stabilisé son économie au premier trimestre

Sur le plan macro-économique, la Chine a annoncé mercredi une croissance de 6,4% de son PIB au 1er trimestre en rythme annuel, stable par rapport au 4ème trimestre 2018, alors que les économistes tablaient sur un ralentissement à 6,3%.

La production industrielle de la Chine a bondi de 8,5% en mars sur un an, contre 5,9% attendu par le consensus 'Reuters'. Les ventes de détail ont grimpé de 8,7% en mars sur un an contre 8,4% attendu et les investissements en capital fixe ont augmenté de 6,3% au 1er trimestre, en ligne avec les attentes des marchés. Il semble donc que les nombreuses mesures de soutien de l'économie prises ces derniers mois par les autorités chinoises ont porté leurs fruits. Selon l'agence 'Bloomberg', Pékin préparerait une nouvelle série de mesures pour soutenir la consommation, notamment les achats d'automobiles et de matériel électronique.

La santé économique de la 2ème économie mondiale est suivie de très près, dans un contexte de tensions commerciales et alors que les marchés espèrent la conclusion d'un accord entre Pékin et Washington dans les prochaines semaines.

Les échanges commerciaux ont donné des signaux positifs aux Etats-Unis en février. Le déficit commercial, publié ce mercredi, est ressorti moins élevé que prévu à 49,4 milliards de dollars, contre un consensus de place de 53,6 Mds$ et un niveau de -51,1 Mds$ en janvier. Le déficit commercial américain s'améliore ainsi pour le 2ème mois consécutif, de manière assez inattendue.

Par ailleurs, les stocks de grossistes ont progressé de 0,2% en février sur un mois aux Etats-Unis, contre +0,3% de consensus et +1,2% pour la lecture révisée de janvier.

Le Livre Beige fait un portrait mitigé de l'économie

Enfin, le Livre Beige de la Fed, qui fait le point sur les conditions économiques dans les 12 grandes régions des Etats-Unis, n'a pas apporté d'éléments très surprenants mercredi soir.

La Fed a noté que la croissance a été légère à modérée aux Etats-Unis en mars et au début avril. Le marché du travail est resté tendu, mais les salaires n'ont augmenté que modestement, alors même que les entreprises peinent à trouver du personnel qualifié.

Les prix ont augmenté modestement depuis le précédent Livre Beige, sous l'effet de la hausse de certains droits de douane, des coûts du fret et des hausses salariales. La Fed a aussi noté que les dépenses de consommation sont mitigées et laissent penser que les ventes ne sont pas très dynamiques chez les distributeurs ni chez les concessionnaires automobiles.

Les valeurs de santé décrochent, Pinterest prépare son IPO pour ce jeudi

L'actualité du jour était essentiellement tournée mercredi vers les entreprises américaines, avec des résultats de premier plan (Morgan Stanley, Netflix, IBM, Pepsico...) mais aussi un accord inattendu entre Qualcomm et Apple dans leur différend sur des brevets, et des craintes d'un blocage de la fusion Sprint (-6%) et T-Mobile US (-2,2%) pour des problèmes de concurrence.

Le secteur de la santé était à la peine dans la crainte qu'une nouvelle réforme du système de santé américain ne pèse sur les prix et les activités du secteur.

Le sous-indice du S&P 500 représentant le secteur de la santé a reculé de 2,89%, plombé notamment par UnitedHealth Group, qui a perdu 6% en deux séances. Le directeur général de l'assureur santé a estimé mardi que la mise en oeuvre d'une couverture universelle prônée par certains candidats démocrates à la prochain présidentielle pourrait "déstabiliser le système de santé". Le secteur de la santé a largement sous-performé l'ensemble de la cote américaine cette année, avec une progression limitée à 4%, contre +15,7% pour le S&P 500.

En outre, le calendrier des introductions en Bourse s'accélère avec l'arrivée annoncé de Pinterest. Le média social de partage de photos pourrait fixer son prix d'introduction au-dessus de la fourchette prévisionnelle de 15$ à 17$, selon le 'Wall Street Journal'. Le groupe de média social prévoit de vendre 75 millions de titres, soit environ 1,2 Md$ en haut de fourchette, conférer une valorisation de 9 à 10 Mds$ au dossier. Le prix de l'IPO était attendu mercredi soir, en vue d'une première cotation jeudi à l'ouverture.

VALEURS A SUIVRE

Qualcomm (+12,2%) continue sa flambée après un bond de 23% la veille. Le fabricant de puces pour mobiles a annoncé mardi un accord à l'amiable avec Apple (+1,9%) dans leur longue dispute judiciaire au sujet de l'utilisation de brevets. L'accord amiable prévoit le paiement à Qualcomm par Apple d'une somme non précisée et se double d'un accord de licence de six ans effectif rétroactivement au 1er avril dernier.

Selon certains analystes, Qualcomm pourrait désormais être en mesure de solder un litige judiciaire identique avec le chinois Huawei Technologies.

Intel (+3,2%) a profité de l'annonce de l'accord entre Apple et Qualcomm. Le géant américain des microprocesseurs a pourtant annoncé mercredi qu'il se retirait du marché des modems 5G pour smartphones, laissant ainsi ce type d'équipement à son concurrent Qualcomm, en sachant que le seul autre acteur majeur sur ce segment est le chinois Huawei, déclaré persona non grata aux Etats-Unis.

Ce qui paraît être une mauvaise nouvelle pour Intel a été au contraire interprété positivement, dans la mesure où le groupe était en retard dans les modems 5G pour smartphones, et qu'il sera bien mieux inspiré de se concentrer sur de nombreux autres éléments des réseaux 5G sur lesquels il peut dominer.

Apple (+1,9%). Les ambitions du groupe dans la voiture autonome semblent se confirmer. Le fabricant de l'iPhone discuterait avec au moins quatre entreprises, qui pourraient devenir ses fournisseurs de capteurs lidar (télédétection par laser) de nouvelle génération. Reuters, qui cite des sources proches des pourparlers, précise que les discussions portent sur des capteurs capables d'offrir une vision tridimensionnelle de la route.

Netflix (-1,3%) chute malgré des résultats supérieurs aux attentes, tant en termes d'abonnés que de bénéfices et de revenus pour le 1er trimestre. Cependant, dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le leader mondial de la vidéo en streaming (SVOD) s'est montré plus prudent pour le 2ème trimestre dans ses prévisions de de nouveaux abonnés.

La compagnie attend pour le trimestre en cours un bpa de 55 cents par action, contre 85 cents un an plus tôt, et 99 cents attendus par le consensus... Netflix s'attend aussi à ce que le rythme d'acquisition de nouveaux abonnés ralentisse avec 5 millions attendus au T2 , contre 5,3 millions espérés par les analystes (consensus Factset). Malgré la baisse du jour, l'action Netflix a bondi de près de 30% depuis le début de l'année, surpassant les principaux indices.

IBM (-4,1%). Le géant américain des services technologiques a annoncé unebaisse plus marquée qu'attendu de son chiffre d'affaires trimestriel. Ce dernier s'est élevé à 18,18 milliards de dollars au T1, en recul de 4,7% sur un an, alors que les analystes financiers tablaient en moyenne sur 18,46 Mds$. Au quatrième trimestre 2018, le groupe était parvenu à renouer avec la croissance après sept ans de recul. Le bénéfice net du groupe a lui aussi reculé au premier trimestre, à 1,59 Mds$ (-5,3% par rapport à 1,68 Mds$ un an plus tôt), soit 1,78$ par action, contre 1,81$ un an plus tôt. Toutefois, hors exceptionnels, le bénéfice par action d'IBM est ressorti supérieur aux attentes à 2,25$, 3 cents au-dessus du consensus. Pour l'ensemble de 2019, la direction a confirmé sa prévision d'un bénéfice net par action ajusté d'au moins 13,90$.

Le cours de PepsiCo (+3,7%), le géant des soft drinks basé à Purchase, New York, a signé un nouveau sommet historique. Pour son premier trimestre fiscal 2019, le groupe a dégagé des profits et des revenus supérieurs aux attentes de marché. Le bénéfice net a ainsi totalisé 1,41 milliard de dollars soit 1$ par titre, contre 1,34 milliard de dollars et 94 cents par action un an auparavant. Hors éléments, le bénéfice ajusté par action sur le trimestre écoulé a représenté 97 cents, alors que le consensus se situait à 92 cents. Les revenus trimestriels se sont quant à eux améliorés de 2,6% en glissement annuel à 12,88 milliards de dollars, alors que le consensus s'établissait à 12,7 Mds$ environ. Les revenus des boissons en Amérique du Nord ont également battu le consensus, en croissance de 2,2% à 4,5 Mds$, alors que les snacks de Frito-Lay ont réalisé une progression de 5,5% à 3,8 Mds$ dans la même région.

Dans la foulée, PepsiCo a confirmé ses estimations 2019 de croissance organique (+4%) et d'évolution du bénéfice ajusté par action à change constant (-1%).

Bank of New York Mellon (-9,5%) décroche en bourse, après des annonces décevantes. Le groupe a publié au titre de son premier trimestre fiscal, clos fin mars 2019, un bénéfice net applicable aux actionnaires ordinaires de 910 millions de dollars soit 94 cents par action, à comparer à un profit de 1,14 milliard de dollars et 1,10$ sur la période correspondante de l'exercice antérieur. Les revenus trimestriels de la banque new-yorkaise ont décliné quant à eux de pratiquement 7% en glissement annuel pour ressortir à 3,9 milliards de dollars. En comparaison, le consensus de place se situait à 96 cents de bénéfice par action pour 4 milliards de dollars de revenus.

Morgan Stanley (+2,6%) gagne du terrain à Wall Street, le groupe new-yorkais ayant annoncé pour son 1er trimestre des profits supérieurs aux attentes, avec la gestion de fortune et la réduction des dépenses. La firme a dégagé sur le trimestre écoulé un bénéfice attribuable aux actionnaires ordinaires de 2,34 milliards de dollars, en recul de 9% en glissement annuel, pour un bénéfice par action de 1,39$. Le bénéfice ajusté par action a représenté quant à lui 1,33$, alors que le consensus se situait à 1,17$. Les revenus trimestriels ont régressé quant à eux de 7% à 10,29 milliards de dollars.

US Bancorp (+0,7%) a publié pour son premier trimestre fiscal des bénéfices conformes aux attentes, mais des revenus légèrement inférieurs au consensus. La banque de Minneapolis a dégagé un bénéfice net de 1,69 milliard de dollars et 1$ par titre, contre 1,68 milliard de dollars un an avant. Le bénéfice par action est ressorti en ligne avec le consensus de place. Les revenus ont totalisé quant à eux 5,77 milliards de dollars, contre 5,47 milliards de dollars un an auparavant.

Textron (+4%) progresse après les comptes. Le groupe de Providence a annoncé pour le premier trimestre un bénéfice de 179 millions de dollars et 76 cents par titre, contre un consensus de 70 cents. Le concepteur des avions Cessna et des hélicoptères Bell a réalisé des revenus de 3,1 milliards de dollars, contre 3,2 Mds$ de consensus. Le bpa annuel est anticipé entre 3,55 et 3,75$.

Abbott (-4,5%) a dépassé les attentes de marché pour le premier trimestre. Le groupe pharmaceutique a affiché un bénéfice net de 672 millions de dollars soit 38 cents par action, sur ce trimestre clos fin mars, contre 418 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé quant à lui à 63 cents, contre 61 cents de consensus. Les revenus ont totalisé 7,54 milliards de dollars, contre 7,39 milliards un an plus tôt et 7,47 Mds$ de consensus.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com