Cotation du 17/12/2018 à 22h53 Dow Jones Industrial -2,11% 23 592,98
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : les "technos" poursuivent leur correction

Clôture de Wall Street : les "technos" poursuivent leur correction
Clôture de Wall Street : les 'technos' poursuivent leur correction
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les marchés d'actions américains ont eu du mal à trouver une direction, lundi, terminant en ordre dispersé après un démarrage en nette baisse. Les investisseurs se préparent à la saison des résultats d'entreprises du 3ème trimestre, qui s'annoncent une nouvelle fois en nette hausse. Toutefois, la croissance économique chinoise pourrait pâtir de la montée des barrières douanières imposées par Donald Trump, faisant courir un risque à l'ensemble de l'économie mondiale. En outre, les tensions entre Bruxelles et l'Italie sont montées d'un cran, pesant sur l'euro, tandis que les marchés obligataires américains étaient fermés pour Columbus Day.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné lundi 0,15% à 26.486 points, après avoir cédé jusqu'à 0,8% en séance, tandis que l'indice large S&P 500 a fini stable (-0,04%) à 2.884 pts. Le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a plongé jusqu'à 1,7% en séance, avant de limiter les dégâts à la clôture, en recul de 0,67% à 7.735 pts.

La semaine dernière, le Dow Jones (qui a signé un sommet historique le 3 octobre) avait fini stable (-0,04%), tandis que le S&P 500 avait cédé 1% et que le Nasdaq avait plongé de 3,5% en 5 séances. Le Nasdaq gagne toutefois encore 12% depuis le début de l'année, tandis que le DJIA progresse de plus de 7% depuis le 1er janvier.

L'Italie continue de défier Bruxelles, l'euro recule

Les investisseurs observent avec inquiétude l'évolution des tensions en Europe autour du budget de l'Italie, qui ne respecte pas les règles de l'UE. Sur le marché des changes, l'euro est reparti en baisse lundi face au dollar, après que Rome a une nouvelle fois défié la Commission européenne. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à 6 devises de référence, dont l'euro, s'est apprécié de 0,12% à 95,75 points, tandis que l'euro est retombé sous le seuil de 1,15$, 1,1490$ (-0,37%).

Le vice-président du Conseil italien, Matteo Salvini, a affirmé lundi que l'Italie ne cédera pas aux pressions des marchés et ne reviendra pas sur ses décisions budgétaires. Le leader de la Ligue (extrême-droite) a été jusqu'à qualifier d'"ennemis de l'Europe" Jean-Claude Juncker et Pierre Moscovici, respectivement président de la Commission européenne et commissaire aux Affaires économiques et monétaires. Ses déclarations ont fait flamber le taux italiens : le rendement à 10 ans est monté à 3,56% (+14 points de base) tandis que l'indice boursier de Milan, le MIB, a plongé de 2,4%, plombé notamment par les valeurs bancaires.

Aux Etats-Unis, les marchés obligataires étaient fermés pour un jour férié (Columbus Day) : vendredi soir, le rendement de l'emprunt d'Etat américain (T-Bond) à 10 ans avait fini au plus haut depuis juillet 2011, à 3,23%. L'annonce vendredi de bons chiffres de l'emploi en septembre a renforcé les attentes du marché concernant une possible accélération par la Fed du rythme de son resserrement monétaire.

En attendant le coup d'envoi de la saison des résultats d'entreprises, qui sera donné la semaine prochaine par les grandes banques, les investisseurs ont continué de prendre des bénéfices sur les valeurs les plus fortement valorisées, à savoir les technologiques, qui ont poursuivi lundi leur correction, à l'instar d'Amazon (-1,3%), Alphabet (-1%), Apple (-0,23%), Netflix (-0,6%%), Microsoft (-1,1%), Intel (-2,3%) ou encore AMD (-3,2%).

Inquiétudes sur la croissance chinoise

Les marchés se sont en outre inquiétés des dernières annonces venues de Chine, où la banque centrale a annoncé ce weekend une nouvelle réduction du taux des réserves obligatoires des banques afin de les encourager à accorder davantage de crédits et réduire les coûts de financement des entreprises. Ce geste a été interprété comme le signe que Pékin craint un ralentissement de sa croissance liée à la guerre commerciale avec les Etats-Unis.

C'est la quatrième fois cette année que la Chine procède à une telle mesure. Le gouvernement chinois a également annoncé lundi une augmentation des crédits d'impôt à l'export et une accélération de leurs remboursements afin de soutenir les échanges extérieurs... A la Bourse de Shanghai, l'indice composite a terminé en recul de 3,7% ce lundi, après une semaine de fermeture pour cause de fête nationale chinoise...

VALEURS A SUIVRE

Le titre d'Alphabet, la maison mère de Google, a cédé 1% après avoir chuté jusqu'à 2,7% en séance. Le groupe a annoncé lundi soir que les données personnelles de 500.000 utilisateurs de son réseau social Google+ pourraient avoir été accessibles à des développeurs extérieurs, en raison d'une faille de sécurité. Alphabet a ajouté que Google+ va être fermé pour les particuliers, ajoutant que de nouvelles règles de protection de la vie privée seraient mises en place.

Le 'Wall Street Journal avait révélé l'affaire plus tôt dans la journée, précisant que la faille avait été découverte en mars 2018 par Google, puis réparée, mais qu'elle n'avait pas été rendue publique, de peur de subir les foudres des autorités américaines.

Apple (-0,23%) a déclaré au Congrès américain n'avoir décelé aucune trace du supposé piratage chinois révélé la semaine dernière par Bloomberg BusinessWeek. Le vice-président d'Apple pour la sécurité de l'information, George Stathakopoulos, a ainsi affirmé que le groupe n'avait observé aucun échange suspect. Apple n'a pas non plus d'éléments permettant d'affirmer qu'une quelconque attaque aurait permis un piratage de la 'supply chain'. Stathakopoulos a livré une lettre à ce sujet aux comités du Sénat et de la Chambre des représentants. Il y précise qu'Apple a enquêté à plusieurs reprises et n'a donc trouvé aucune preuve corroborant les éléments de l'investigation de Bloomberg BusinessWeek.

Apple, Amazon (-1,3%) et une trentaine d'autres firmes technologiques américaines auraient pourtant été potentiellement espionnées par la Chine à l'aide de 'puces' retrouvées dans leur matériel, d'après Bloomberg BusinessWeek. Selon les éléments révélés jeudi par Bloomberg, des équipements de centres de données d'Amazon Web Services et d'Apple auraient pu ainsi subir ces dernières années la surveillance du gouvernement chinois, grâce à ces minuscules 'puces' qui auraient été insérées dans les équipements durant leur phase de production.

D'après nos informations, Citigroup maintient sa recommandation "acheter" sur le titre Apple à Wall Street, et rehausse, de 230 à 265$, son objectif de cours.

Walgreens Boots Alliance (+2,2%) publiera ses résultats trimestriels (quatrième trimestre fiscal) jeudi 11 octobre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,45$, pour des revenus de 33,8 Mds$. Un an avant, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 1,31$, pour des revenus de 30,15 Mds$. Lors de la publication des comptes du T3 fiscal, Walgreens Boots Alliance avait annoncé viser, sur l'exercice, un bpa compris entre 5,90 et 6,05$.

Tesla (-4,3%). David Einhorn, le Président de Greenlight Capital, qui s'était fait remarquer en alertant à propos de la sous-capitalisation de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers avant qu'elle ne fasse faillite en septembre 2008 et accompagne l'une des plus graves crises financières de l'histoire, juge que Tesla affiche des similitudes avec l'ex-géant new-yorkais de l'investissement.

Dans une lettre adressée à ses clients, le gestionnaire de "hedge-fund" explique que "Lehman avait menacé les vendeurs à découvert, refusé de lever des capitaux (ils rachetaient même des actions), et le management suggérait publiquement qu'ils allaient sortir de la cote. Des mois plus tard, les actionnaires, créanciers, employés, et l'économie globale, avaient payé le prix fort, le comportement téméraire du management ayant mené le groupe à la faillite". Einhorn estime par ailleurs que l'effondrement de Lehman aurait pu être évité, si les autorités avaient sévi contre le groupe quelques années auparavant...

Delta Air Lines (-1%) dévoilera ses comptes trimestriels jeudi 11 octobre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,76$, pour des revenus de près de 12 Mds$. Un an avant, la compagnie aérienne américaine avait enregistré un bénéfice par action de 1,57$, pour des revenus de 11,06 Mds$. Lors de la publication des comptes du second trimestre, le groupe avait annoncé viser, sur 2018, un bénéfice par action compris entre 5,35 et 5,70$ (entre 1,65 et 1,85$ sur le troisième trimestre). Les revenus annuels sont quant à eux attendus en hausse de 7 à 8%.

Supervalu (+0,2%) annoncera ses résultats trimestriels mercredi 10 octobre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 0,37$, pour des revenus de 3,6 Mds$. Un an avant, la chaîne de supermarchés avait enregistré un bénéfice par action de 0,46$, pour des revenus de 3,8 Mds$. Pour mémoire, United Natural Foods a annoncé en juillet dernier un accord pour le rachat du groupe. Le prix de l'opération s'élève à 32,50$ par action en numéraire, soit un total d'environ 2,9 Milliards de dollars (dette comprise). L'opération devrait être finalisée au quatrième trimestre.

General Motors (+0,4%) et ses joint-ventures ont délivré 835.934 véhicules en Chine au troisième trimestre 2018, ce qui représente une baisse de 14,9% en glissement annuel. Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes chinoises de GM reculent de 2,5% à 2.680.330 unités.

Fastenal (+0,3%) publiera ses résultats trimestriels mercredi 10 octobre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 0,67$, pour des revenus de 1,27 Md$. Un an avant, le spécialiste américain des fournitures industrielles avait enregistré un bénéfice par action de 0,50$, pour des revenus de 1,13 Md$.

Facebook (-0,05%) .D'après nos informations, Crédit Suisse maintient sa recommandation "surperformance" sur le titre à Wall Street, mais abaisse, de 225 à 210$, son objectif de cours.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com