Cotation du 30/11/2022 à 23h28 Dow Jones Industrial +2,18% 34 589,77
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : les indices restent au vert pour Thanksgiving, Tesla dope le Nasdaq

Clôture de Wall Street : les indices restent au vert pour Thanksgiving, Tesla dope le Nasdaq
Clôture de Wall Street : les indices restent au vert pour Thanksgiving, Tesla dope le Nasdaq
Crédit photo © ENG Pictures

(Boursier.com) — La cote américaine s'est affichée de nouveau en hausse mercredi, avec une performance particulière du Nasdaq, aidé par Tesla qui a profité d'une note de broker (Citi) très favorable. Le S&P 500 avance de 0,59% à 4.027 pts, alors que le Dow Jones prend 0,28% à 34.194 pts. Le Nasdaq grimpe de 0,99% à 11.285 pts. Sur le Nymex, le baril de brut WTI retombe lourdement de près de 5% à 77,50$. L'indice dollar régresse de 1% face à un panier de devises, tandis que l'euro refranchit les 1,04/$.

L'actualité économique américaine est assez fournie ce mercredi, en cette veille de Thanksgiving. Jeudi, Wall Street sera fermé. Vendredi, les marchés américains ne rouvriront que pour une séance écourtée (clôture à 19 heures, heure française).

Les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 19 novembre sont ressorties au nombre de 240.000 (consensus 225.000), contre une lecture révisée à 223.000 une semaine auparavant.

Les indicateurs PMI américains préliminaires publiés ce mercredi pour novembre sont tous ressortis en nette contraction... L'indice PMI composite a été de 46,3, contre 48,5 de consensus. L'indice manufacturier s'est établi à 47,6, contre 50 de consensus. L'indicateur des services a été de 46,1, contre 48,1 de consensus de place.

L'indice final du sentiment des consommateurs américains pour le mois de novembre, mesuré par l'Université du Michigan, a été de 56,8, contre 54,7 de consensus et 54,7 également pour la lecture préliminaire.

Les ventes de logements neufs aux États-Unis pour le mois d'octobre se sont établies sur un rythme de 632.000 unités, contre 572.000 de consensus FactSet et 588.000 un mois plus tôt...

Les commandes de biens durables aux États-Unis pour le mois d'octobre 2022 se sont distinguées en nette progression de 1% en comparaison du mois antérieur, ou 0,5% hors transport (consensus +0,4% pour les commandes nouvelles, +0,1% hors transport et en comparaison du mois antérieur).

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 18 novembre, a fait ressortir une décrue de 3,7 millions de barils des stocks de brut, une hausse de 3,1 MB des stocks d'essence et une augmentation de 1,7 MB des stocks de produits distillés, en comparaison de la semaine antérieure.

Les Minutes de la dernière réunion monétaire de la Fed ont été annoncées dans la soirée. Une "majorité substantielle" des membres du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine a ainsi estimé lors de la réunion des 1er et 2 novembre qu'il serait "probablement bientôt" opportun de ralentir le rythme de relèvement des taux de la banque centrale...
La Fed avait relevé à l'issue de cette réunion son principal taux d'intérêt de trois quarts de point afin de freiner l'inflation mais suggéré que les futures augmentations du coût du crédit pourraient se faire à un rythme moins rapide.
"Un rythme plus lent permettrait au FOMC de mieux évaluer les progrès vers ses objectifs de plein emploi et de stabilité des prix", peut-on lire dans ces "minutes", ce qui confirme le ressenti récent des analystes qui voient la banque centrale US lever le pied sur le rythme de hausse des taux à venir...

"L'incertitude quant aux décalages et à l'amplitude des effets des actions de politique monétaire sur l'activité économique et l'inflation ont figuré parmi les raisons citées", ajoute le texte.
Les minutes font également état de l'émergence d'un débat au sein de la Fed sur les risques qu'un resserrement rapide de la politique monétaire pourrait représenter pour la croissance économique et la stabilité financière, même si les membres du FOMC reconnaissent qu'il n'ont guère observé de progrès tangibles sur l'inflation et que les taux doivent encore augmenter. Alors que "quelques participants" ont estimé qu'une hausse des taux plus lente pourrait réduire les risques pour le système financier, "quelques autres" ont noté que tout ralentissement de la politique de relèvement des taux devrait attendre "des signes plus concrets d'une réduction significative des pressions inflationnistes". Les marchés tablent désormais sur une hausse des taux d'un demi-point de pourcentage à l'issue de la prochaine réunion du FOMC des 13 et 14 décembre...

Les valeurs

Tesla (+7,8%) vient d'effacer 600 milliards de dollars de valorisation boursière, ce qui n'a pas manqué d'attirer l'attention de Citi... L'analyste Itay Michaeli, spécialiste du secteur automobile chez Citi, ainsi revu sa recommandation de 'vendre' à 'neutre' sur Tesla, avec un nouvel objectif de cours de 176$ - contre environ 141,3$ auparavant. "Nous pensons que le recul depuis le début de l'année a équilibré le ratio risque/récompense à court terme", a indique l'analyste dans une note. Avec une contraction du PER à environ 30 fois le bénéfice par action 2023 estimé, Citi juge que certaines des attentes antérieures avec lesquelles il n'était pas en phase se sont désormais volatilisées.

Apple (+0,6%). Des centaines de travailleurs de la principale usine de fabrication d'iPhone d'Apple en Chine ont affronté le personnel de sécurité, alors que les tensions débordaient après près d'un mois sous des restrictions strictes destinées à étouffer une épidémie de Covid, relate Bloomberg. Les travailleurs de l'usine de Foxconn Technology Group ont quitté les dortoirs aux premières heures ce mercredi, se bousculant et bousculant les gardes vêtus de blanc qu'ils dépassaient largement en nombre, selon des vidéos d'un témoin évoquées par l'agence.

Manchester United (+25,8%) bondit, alors que le club britannique de football est désormais à vendre ! La capitalisation boursière actuelle sur la place américaine se situe à 2,9 milliards de dollars environ. Les propriétaires du club explorent des options stratégiques, ce qui pourrait déboucher sur une vente pure et simple. La famille Glazer travaille avec des conseillers financiers sur le processus, qui pourrait aussi conduire à une vente partielle ou à des investissements, notamment le réaménagement du stade et des infrastructures, a confirmé l'équipe hier. "Alors que nous cherchons à continuer à bâtir sur l'histoire de succès du club, le conseil d'administration a autorisé une évaluation approfondie des alternatives stratégiques", ont déclaré Avram Glazer et Joel Glazer, coprésidents exécutifs et administrateurs de Manchester United. "Nous évaluerons toutes les options pour nous assurer que nous servons au mieux nos fans".

Autodesk (-5,6%), l'éditeur américain de logiciels de création et contenu numérique, décroche en bourse. Les bénéfices du troisième trimestre sont ressortis conformes aux attentes de marché, mais les prévisions sont quant à elles mitigées. Pour le troisième trimestre, le groupe a affiché un bénéfice ajusté de 1,7$ par titre, en ligne avec les attentes, à comparer à un niveau de 1,33$ un an plus tôt. Les revenus ont totalisé 1,28 milliard de dollars, contre 1,13 milliard un an avant. Autodesk, qui propose des logiciels de conception pour des secteurs tels que la construction, la fabrication et le divertissement, a déclaré qu'il s'attendait à des facturations de 5,57 à 5,67 milliards de dollars pour son exercice complet, qui se termine le 31 janvier. C'est un peu moins que les prévisions du management fournies en août, qui allaient de 5,7 milliards à 5,8 milliards de dollars.

HP Inc (+1,8%) a annoncé son intention de réduire ses effectifs de 4.000 à 6.000 personnes d'ici la fin de l'exercice 2025. Les coupes entrent dans le cadre du plan 'Future Ready Transformation' dévoilé pour l'exercice 2023. Le fabricant d'ordinateurs s'attend à ce que les licenciements lui coûtent environ 700 millions de dollars, selon les informations transmises à la SEC, gendarme financier américain. HP a aussi publié hier soir, pour son quatrième trimestre fiscal, des revenus de 14,8 milliards de dollars, contre 16,7 milliards un an plus tôt. La perte nette trimestrielle a été de 2 millions de dollars. Les revenus du segment des systèmes personnels ont chuté de 13%, avec des volumes unitaires en forte baisse de 21%. Les revenus des imprimantes se sont établis en retrait de 7%. Le bpa ajusté a été de 85 cents, légèrement supérieur au consensus. Les revenus trimestriels ont dépassé les attentes de 1% environ.

VMware (+0,8%), le géant des solutions de virtualisation, a raté le consensus de profit et de revenus pour le troisième trimestre. Le groupe a annoncé hier soir un bénéfice ajusté par action de 1,47$, à comparer à un consensus de 1,6$ et un niveau de 1,72$ un an avant. Les revenus ont totalisé 3,21 milliards de dollars, ratant de 5% les estimations de marché, alors qu'ils se situaient à 3,19 milliards un an plus tôt. Le cash flow opérationnel du trimestre a été de 1,26 milliard et le free cash flow de 1,16 milliard. Rappelons par ailleurs que le rachat de VMware par Broadcom fait l'objet d'une enquête des autorités britanniques de régulation.

Nordstrom (-4,2%), la chaîne américaine de grands magasins, a annoncé hier soir un ralentissement de ses ventes ces deux derniers mois et abaissé sa guidance de profits pour l'ensemble de l'exercice clos à fin janvier. Sur le trimestre clos, le bénéfice ajusté par action a été de 20 cents, contre 14 cents de consensus. Les revenus ont totalisé 3,55 milliards de dollars, alors que le consensus se situait à 3,5 milliards. Le détaillant se montre toutefois prudent, abaissant ses estimations annuelles de résultats, avec les promotions accrues et la hausse des coûts opérationnels, ainsi que les pressions de la chaîne d'approvisionnement. La compagnie table désormais sur un bpa annuel allant de 2,13 à 2,43$, contre une fourchette antérieure allant de 2,45 à 2,75$.

Deere (+5%), le géant américain des engins agricoles a publié pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice net de 2,25 milliards de dollars, portant à 7,13 milliards de dollars les profits annuels. Ainsi, le bénéfice net du trimestre clos a pratiquement doublé, à 7,44$ par action, alors que les ventes sur la période se sont appréciées de près de 40% en glissement annuel, démontrant une forte exécution face aux difficultés de la chaîne d'approvisionnement. Le consensus de bénéfice par action était de 7,11$. Les ventes mondiales ont augmenté de 37% à 15,54 milliards, contre 13,4 milliards de consensus. Le groupe estime que l'environnement de marché est favorisé par les fondamentaux de l'industrie et le maintien d'une forte demande en équipements. Pour l'exercice 2023 juste entamé, Deere envisage une croissance des ventes, et un bénéfice net allant de 8 à 8,5 milliards.

©2022

A lire aussi sur Dow Jones Industrial

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !