Cotation du 23/10/2018 à 22h55 Dow Jones Industrial -0,50% 25 191,43
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : les doutes remplacent l'enthousiasme

Clôture de Wall Street : les doutes remplacent l'enthousiasme
Clôture de Wall Street : les doutes remplacent l'enthousiasme
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après le soulagement, les doutes sont revenus mardi à Wall Street, tant sur le plan commercial et que géopolitique. Lundi, le marché avait salué l'annonce d'un accord de principe entre les Etats-Unis et la Chine en vue de réduire nettement le déficit commercial américain. Mardi, Donald Trump a cependant refroidi les ardeurs, en déclarant qu'il "reste beaucoup de chemin à parcourir"... Par ailleurs, les questions géopolitiques ont refait surface : le sommet entre Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-Un pourrait être compromis, et la tension est montée d'un cran avec l'Iran.

A la clôture, l'indice Dow Jones est revenu sous les 25.000 points, cédant 0,72% à 24.834 pts. L'indice large S&P 500 a reculé de 0,31% à 2.724 pts, et le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a lâché 0,21% à 7.378 pts.

Les Minutes de la Fed attendues mercredi

Sur le marché des changes, le dollar a légèrement reculé mardi, mais reste proche de ses plus hauts niveaux depuis la mi-décembre 2017. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de six devises de référence (euro, yen, franc suisse, livre sterling, dollar canadien et couronne suédoise) a cédé 0,11% à 93,58 point. L'euro a aussi reculé 0,1% à 1,1780$, mais continue de résister assez bien aux incertitudes en provenance d'Italie.

Sur le marché obligataire américain, le rendement du T-Bond à 10 ans a fini stable à 3,06%, après des déclarations de plusieurs membres de la Fed, qui ont globalement confirmé, lundi, l'intention de la banque centrale américaine de poursuivre le relèvement de ses taux directeurs à un rythme graduel. La Fed surveille de près l'inflation, et pourrait relever encore deux fois, voire trois fois ses taux cette année, si la hausse des prix s'accélérait en cours d'année.

Les investisseurs en apprendront peut-être davantage, mercredi, à l'occasion de la publication du compte-rendu (Minutes) de la dernière réunion de la Fed.

Le pétrole souffle, Venezuela et Iran inquiètent toujours

Les marchés pétroliers ont soufflé mardi, terminant en ordre dispersé. Le baril de 'light sweet crude' américain (ou WTI) pour livraison juin a reculé de 0,15%, à 72,13$ sur le Nyse, alors que le Brent de la mer du Nord a avancé de 0,44%, à 79,57$ à Londres. Les deux variétés de pétrole restent proche de leurs plus hauts niveaux depuis la fin 2014. Les risques sur l'approvisionnement de pétrole iranien et vénézuélien continuent d'agiter les investisseurs.

Les Etats-Unis ont annoncé lundi de nouvelles sanctions contre le Venezuela suite à la réélection, dimanche de Nicolas Maduro. Ces sanctions pourraient entraîner une nouvelles réduction de la production pétrolière du pays, qui a déjà été divisée en deux depuis un an...

Par ailleurs, l'Iran a rejeté en bloc, mardi, les exigences des Etats-Unis formulées par le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. Ce dernier a estimé que pour parvenir à un "nouvel accord", l'Iran devra cesser toute implication dans les conflits régionaux qui agitent le monde arabe : Syrie, Yémen, Liban et Afghanistan... En cas de réponse négative à ces demandes, Mike Pompeo a menacé l'Iran de "sanctions sans précédent".

Pas encore d'accord sur le chinois ZTE, corrige Donald Trump !

Sur le plan commercial, l'enthousiasme de lundi s'est quelque peu estompé. Pourtant, la Chine a annoncé mardi qu'elle allait réduire ses tarifs à l'import sur les automobiles et certains équipements destinés à l'industrie, à partir du mois de juillet. Les tarifs douaniers sur les véhicules seraient réduits ainsi à 15%, contre 20-25% actuellement. Les tarifs concernant les équipements seraient quant à eux abaissés à 6%.

Donald Trump a en revanche jeté un froid en affirmant que, contrairement aux précédentes informations, aucun accord n'a encore été trouvé au sujet de la compagnie chinoise ZTE, l'un des point d'achoppement des discussions. Trump a en outre émis l'idée d'infliger une amende susceptible d'atteindre 1,3 milliard de dollars à l'équipementier télécoms chinois.

Lorsque la presse lui a demandé s'il était satisfait des négociations américano-chinoises, il a répondu "pas vraiment", ajoutant qu'il "reste beaucoup de chemin à parcourir" avant un accord en bonne et due forme.
Par ailleurs, Donald Trump a laissé entendre que son sommet historique avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, prévu le 12 juin à Singapour, pourrait être reporté... "Si la rencontre n'a pas lieu, elle aura peut-être lieu plus tard", a-t-il dit en évoquant "certaines conditions" pour la tenue du sommet, sans plus de détail.

VALEURS A SUIVRE

Netflix (stable) était sous le feu des projecteurs mardi. Le leader américain de la vidéo en streaming a en effet conclu un accord très remarqué de production avec... Michelle et Barack Obama. L'ancien président des États-Unis et son épouse se lancent donc dans la production de shows, séries ou films dans le cadre de cet accord pluriannuel. Les conditions financières de l'accord entre les époux Obama et le service aux 118 millions d'abonnés ne sont pas connues. Les détails de la programmation attendue n'ont pas non plus été révélés à ce stade.

Adobe (+0,3%) a annoncé le rachat de la firme Magento Commerce pour 1,68 Md$. L'opération permet au groupe californien de récupérer une plateforme de e-commerce performante dans les contextes B2B et B2C, et de renforcer ainsi les opérations d'Experience Cloud (services analytiques, publicitaires et marketing d'Adobe). Le vendeur n'est autre que la firme de private equity Permira. L'opération en cash constitue la plus importante acquisition d'Adobe, concepteur de Photoshop, en près d'une décennie. Cerise sur le gâteau, Adobe a par ailleurs annoncé hier soir un programme de rachat d'actions allant jusqu'à 8 milliards de dollars, valide jusqu'à l'exercice 2021.

Tesla (-3,3%) est reparti en baisse après une revue négative de la part de la très influente revue 'Consumer Reports'. Celle-ci a refusé de recommander pour l'heure la Tesla Model 3, soulignant que sa distance de freinage était "bien plus longue" que celle du F-150 Series de Ford Motor. Elon Musk, le patron de Tesla, s'est empressé mardi de promettre d'améliorer promptement le freinage du véhicule électrique. "Tesla n'arrêtera pas tant que la Model 3 n'aura pas un meilleur freinage que tout autre véhicule similaire", s'est engagé Musk sur le réseau social Twitter, promettant une mise à jour logicielle prochaine.

AutoZone (-9,5%) a annoncé pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice par action de 13,42$, en croissance de 17% en glissement annuel. Le groupe de Memphis a dépassé le consensus de profit, qui était voisin de 13$. Le bénéfice net s'est élevé à 367 M$. Le détaillant américain en équipements automobiles a affiché des revenus de 2,66 Mds$ pour le trimestre clos, alors que le consensus était de 2,7 Mds$. La croissance des ventes à comparable s'est établie à 0,6% en glissement annuel.

Toll Brothers (-9,5%) a plongé après la publication de ses résultats trimestriels. Le promoteur immobilier américain a réalisé pour le second trimestre un bénéfice net de 112 M$ soit 72 cents par titre, contre 125 M$ un an avant. Pourtant, les revenus trimestriels se sont appréciés quant à eux de 17% en comparaison de l'an dernier, ressortant à 1,59 Md$. La marge brute ajustée a reculé à 22,5%, contre 22,8% de consensus. Le bpa était attendu à 76 cents, et ressort donc également inférieur aux attentes, du fait d'une base de coûts accrue. Le groupe rehausse tout de même ses estimations de livraisons pour 2018.

Kohl's (-7,4%). Le groupe a publié des trimestriels supérieurs aux attentes et dopé au passage ses prévisions. La chaîne américaine de grands magasins a réalisé pour le trimestre clos un bénéfice net en croissance de 14% à 75 M$, pour un bpa ajusté de 64 cents - à comparer à un consensus de 50 cents. Les revenus trimestriels se sont appréciés de 3,5% à 4,2 Mds$, contre 4 Mds$ de consensus. Le groupe table désormais sur un bpa ajusté annuel allant de 5,05 à 5,50$ pour l'exercice 2019, alors que la guidance antérieure allait de 4,95 à 5,45$.

Clear Channel Outdoor (-3,2%), groupe de San Antonio, a annoncé au titre de son 1er trimestre fiscal une perte par action de 35 cents, pour des revenus de 599 M$. La perte totale se monte à 127 M$, alors que le groupe était bénéficiaire un an plus tôt.

Micron a encore bondi de 6,4% après un gain de près de 4% lundi. Les investisseurs saluent aujourd'hui le programme de rachat d'actions de 10 Mds$ annoncé par le fabricant de 'puces'. Le groupe avait auparavant publié une guidance supérieure aux attentes au titre du troisième trimestre fiscal. Le programme de rachat de titres annoncé représente 16% du capital ! Le groupe avait précédemment promis de consacrer plus de la moitié de son free cash flow à récompenser ses actionnaires. Pour le T3 fiscal, le groupe table sur un bpa allant de 3,12 à 3,16$, et des revenus logés entre 7,7 et 7,8 Mds$. Il s'agit d'une révision en forte hausse de la guidance.

Lowe's (-1,8%) a débauché le directeur général de JC Penney (-6%). Ainsi, Marvin Ellison rejoint Lowe's, enseigne américaine numéro deux de l'ameublement, en tant que 'chief executive officer'. Ellison quittera JC Penney au début du mois prochain. Quatre dirigeants le remplaceront pour gérer les opérations quotidiennes chez 'JCP', jusqu'à la désignation d'un nouveau patron. Ellison était CEO de JC Penney depuis 2015. Chez Lowe's, il succèdera à Robert Niblock, qui avait déjà annoncé son intention de prendre sa retraite.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com