Cotation du 20/01/2021 à 18h27 Dow Jones Industrial +0,71% 31 149,54
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : le marché souffle après les records de lundi

Clôture de Wall Street : le marché souffle après les records de lundi
Clôture de Wall Street : le marché souffle après les records de lundi
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a terminé en léger repli mardi, au lendemain de nouveaux records pour ses principaux indices, dans un volume d'échanges toujours léger, à deux séances de la fin de l'année boursière 2020. Les marchés sont partagés entre les bonnes nouvelles, dont le nouveau plan de relance de 900 milliards de dollars aux Etats-Unis, et la situation sanitaire qui continue de se dégrader, malgré une campagne de vaccination active outre-Atlantique. L'action Intel a bondi de 4,9% après des informations selon lesquelles l'investisseur activiste Daniel Loeb est entré au capital et fait pression pour une évolution stratégique du fabricant de microprocesseurs.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,22% à 30.335 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,22% à 3.727 pts, et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a lâché 0,38% à 12.850 pts.

Plus tôt dans la journée, l'EuroStoxx 50 a gagné 0,17%, et le CAC 40 a progressé de 0,42%, tandis qu'en Asie, le Nikkei a bondi de 2,6% et le Shanghai Composite a reculé de 0,4%. A Londres, le Footsie 100 a bondi de 1,55% saluant l'accord conclu sur le Brexit entre Londres et l'Union européenne, tandis que la livre sterling a encore gagné 0,4% à 1,3505$, proche de ses plus hauts niveaux depuis le printemps 2018. L'indice du dollar a en revanche poursuivi sa glissade (-0,4% à 90 pts), de retour au plus bas depuis mars 2018 face à un panier de devises. L'euro a fini mardi soir à 1,2249$ (+0,29%).

Des chèques de 600$ par Américain, Trump réclame 2.000$

Aux Etats-Unis, les marchés ont été soulagés lundi par l'adoption définitive du nouveau plan budgétaire américain de 892 Mds$, qui prévoit le versement d'une aide directe de 600$ aux Américains, ainsi que des indemnités de chômage pour environ 14 millions de chômeurs et des aides aux PME (financement du chômage technique).

Le texte a été voté par le Congrès le 22 décembre, puis ratifié dimanche par Donald Trump, qui avait tout d'abord refusé de le signer, en exigeant que l'aide directe aux ménages américains soit augmentée de 600$ à 2.000$. Une demande qui a été a accueillie avec enthousiasme par les Démocrates, mais a été bloquée par les Républicains...

Ainsi, lundi soir, la Chambre des représentants, a majorité démocrate, a adopté un texte portant les chèques d'aide de 600$ à 2000$. La majorité des deux-tiers, nécessaire pour ce vote, a pu être atteinte grâce à l'apport de 44 voix républicaines. Mais le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a refusé mardi la tenue d'un vote sur ce projet. Il a lié tout vote du Sénat sur la question à deux autres sujets sensibles : une protection des géants d'internet contre des actions légales et une enquête sur de possibles irrégularités électorales. Des conditions qui risquent de torpiller le projet...

Certains investisseurs attribuaient le recul de la Bourse, ce mardi, à une déception liée à ce refus d'augmenter les aides directes aux Américains, qui apporterait un coup de fouet supplémentaire à la croissance.

Lundi, la banque d'affaires Goldman Sachs a relevé ses estimations de croissance pour 2021 aux Etats-Unis, même dans le cadre du plan actuel de 892 milliards de dollars. GS s'attend désormais à une hausse de 5% du PIB en rythme annuel au 1er trimestre, contre 3% précédemment. Pour l'ensemble de 2021, la banque américaine s'attend a une hausse du PIB de 5,8% contre 5,3% précédemment.

Les prix immobiliers ont bondi en octobre dans les grandes villes US

Sur le plan macro-économique, le derniers chiffres des prix immobiliers aux Etats-Unis ont montré que le secteur continue de prospérer malgré la crise sanitaire. L'indice S&P Case-Shiller a ainsi progressé bien plus que prévu en octobre, l'indice '20-City' des vingt principales zones métropolitaines grimpant de 1,6% sur un mois en données ajustées, contre un consensus de +0,7% et après +1,4% en septembre. Sur un an, l'indice des prix immobiliers a augmenté de 7,9%.

Les cours du pétrole sont repartis à la hausse mardi, profitant de la faiblesse du dollar, qui a contrebalancé les craintes sur la demande et la résurgence du Covid-19 aux Etats-Unis et en Europe. Le cours du pétrole brut léger américain WTI a regagné 0,8% à 48$ le baril pour le contrat à terme de janvier sur le Nymex, tandis que le Brent de la Mer du Nord d'échéance février a avancé de 0,5% à 51,09$.

L'or a légèrement progressé mardi, de 0,1% pour finir à 1.882,90$ l'once sur le contrat à terme de février sur le Comex.

VALEURS A SUIVRE

Les valeurs pharmaceutiques liées aux vaccins contre le Covid-19 ont une nouvelle fois été très entourées. Novavax a bondi de 2,9%. Le candidat vaccin du laboratoire américain contre le nouveau coronavirus pourrait être autorisé l'année prochaine, sous réserve bien entendu de résultats positifs de l'essai clinique de phase 3 qui vient de démarrer.

Pfizer (+0,6%) / BioNTech (+0,2%). L'Union européenne entend commander 100 millions de doses supplémentaires de leur vaccin contre le Covid, ce qui portera le total à 300 millions, a annoncé la présidente de la Commission.

Moderna a bondi de 2,6% et AstraZeneca a pris 1% à New York, même si l'Agence européenne des médicaments (EMA) a indiqué mardi qu'elle ne pourra sans doute pas autoriser dès le mois prochain le vaccin développé par le laboratoire britannique et l'université d'Oxford, faute d'avoir reçu à ce jour assez d'informations sur le vaccin, ni de demande officielle de la part d'AstraZeneca. Le groupe a en revanche déposé sa demande au Royaume-Uni, où le feu vert est espéré dans les prochains jours.

Arcturus Therapeutics (-54% !) a sombré après que la société a annoncé des résultats décevants pour l'essai clinique de son candidat vaccin contre le Covid-19.

Intel (+4,9%). Le fonds spéculatif activiste Third Point, dirigé par Daniel Loeb, s'intéresse de près au dossier du fabricant de microprocesseurs américain. Selon la chaîne 'CNBC', Third Point a exhorté la direction d'Intel à explorer ses "options stratégiques", y compris la séparation de la conception et de la fabrication de ses puces. Dans une lettre envoyée mardi au président du fabricant de puces, Omar Ishrak, Daniel Loeb réclame des actions immédiates pour renforcer la position de l'entreprise en tant que fournisseur majeur de puces de processeur pour PC et centres de données et déplore les pertes de parts de marché subies ces dernières années.

Target (-0,7%), le détaillant discount américain, procède à la cession du site de ventes en ligne de produits de beauté Dermstore au groupe britannique Hut Group pour un montant de 350 millions de dollars en numéraire.

Boeing (stable). La reprise des vols du 737 MAX aux Etats-Unis s'est déroulée ce mardi avec un vol d'American Airlines (-1,2%) reliant Miami à New York. L'administration américaine de l'aviation (FAA) a indiqué qu'elle allait réformer la procédure d'homologation des nouveaux avions pour mettre en application un texte voté au Congrès après l'immobilisation du 737 MAX suite à deux catastrophes aériennes.

©2020-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !