Cotation du 17/09/2019 à 22h56 Dow Jones Industrial +0,13% 27 110,80
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : le marché reprend son souffle

Clôture de Wall Street : le marché reprend son souffle
Clôture de Wall Street : le marché reprend son souffle
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street a marqué une pause mardi soir après trois séances de rebond. Des prises de bénéfices avant plusieurs rendez-vous importants cette semaine, dont le discours du patron de la Fed Jerome Powell à Jackson Hole programmé vendredi. Les valeurs financières ont pesé sur la tendance, sur fond de recul des rendements des Treasuries. La perspective d'une baisse des taux par les grands banques centrales, la crise politique en Italie (avec la démission du président du Conseil italien, Giuseppe Conte) et le blocage dans le dossier Brexit ont favorisé les obligations souveraines ces dernières heures.

Les indices ont creusé leurs pertes en fin de séance, et le Dow Jones a reculé de 0,66% à 25.962 points. Le S&P 500, plus large, a cédé 0,79% à 2.901 points et le Nasdaq affiche un repli de 0,68% à 7.949 points.

Sur le marché des changes, l'indice dollar, mesurant l'évolution du billet vert face à un panier de devises, perd 0,19% à 98,03 points. L'euro gagne 0,21% et s'échange contre 1,11 dollar.

Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse une séance hésitante. Le contrat septembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 0,23%, à 56,34 dollars le baril. Il était tombé en séance à 55,28 dollars avant de remonter jusqu'à 56,60 dollars. L'échéance octobre sur le Brent a pris 0,49% à 60,03 dollars après avoir oscillé entre 58,95 et 60,32 dollars.

En mode pause

Wall Street reprend donc son souffle ce mercredi après sa forte remontée des derniers jours. Les grands indices ont rebondi dans la perspective de mesures de relance en Allemagne et en Chine, qui ont atténué les inquiétudes sur la morosité de la croissance mondiale.

Aux Etats-Unis aussi, les autorités réfléchissent à des mesures de relance. Selon le 'Washington Post', des conseillers de la Maison blanche étudient la possibilité d'une baisse temporaire des cotisations sociales acquittées par les salariés et par les employeurs afin de pallier un ralentissement de l'activité économique aux Etats-Unis.

Les rendements obligataires en repli

Les rendements des obligations du Trésor américain ont chuté mardi, sous l'effet de la perspective d'une réduction des taux d'intérêt ainsi que des tensions politiques en Italie et de la sortie tumultueuse de l'Union européenne de la Grande-Bretagne. Le secteur financier est affecté, avec une chute de 2% pour Bank of America, tandis que JP Morgan perd 1,2% et Morgan Stanley -1,1%

En Italie, le président Sergio Mattarella a accepté mardi soir la démission du président du Conseil, Giuseppe Conte. Le chef du gouvernement avait annoncé dans l'après-midi devant le Sénat qu'il allait quitter son poste. L'Italie a basculé dans une nouvelle crise politique depuis que Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur et chef de file de la Ligue (extrême droite), a déclaré le 8 août dernier que la coalition formée en juin 2018 avec le Mouvement 5 Etoiles n'avait plus de raison d'être. Salvini espère à présent des élections anticipées pour cet automne, tablant sur sa forte cote de popularité pour obtenir la majorité au parlement et gouverner seul le pays.

Des rendez-vous très attendus

L'attentisme est de mise avant plusieurs rendez-vous majeurs cette semaine : les "minutes" de la Réserve fédérale (Fed) mercredi, celles de la Banque centrale européenne (BCE) le lendemain, puis le symposium de Jackson Hole vendredi où s'exprimera notamment le président de la Fed, Jerome Powell.

Les opérateurs anticipent encore un geste d'un quart de point en septembre, alors que Powell a pourtant bien affirmé que la décision de juillet ne marquait pas le début d'un cycle d'assouplissement. Selon le baromètre FedWatch de CME Group, les traders situent à 95% la probabilité d'une baisse de taux de 25 points de base aux Etats-Unis le mois prochain.

Les valeurs

Facebook (-1,4%). Le projet de cryptomonnaie Libra de Facebook va faire l'objet d'une enquête des autorités européennes de la concurrence, d'après Bloomberg. Selon l'agence de presse, la Commission européenne craint que le Libra ne restreigne la concurrence tant dans les systèmes de paiement que dans l'utilisation des données des consommateurs.

Netflix (-3,4%). Walt Disney Company (-0,1%) a annoncé que son service de diffusion en streaming serait lancé au Canada et aux Pays-Bas en novembre, alourdissant la concurrence pour Netflix.

Home Depot (+4,4%). Le marché ignore son avertissement. Le géant américain de la distribution de produits d'ameublement vient pourtant de réduire ses estimations 2019 de ventes, du fait notamment de l'impact des tarifs douaniers, mais aussi de la forte baisse des prix du bois. Le groupe ne table plus désormais que sur une croissance à magasins comparables de 4% sur l'exercice, contre 5% précédemment envisagé. La chaîne américaine prévoit des revenus totaux en croissance de 2,3%, alors qu'il misait auparavant sur une expansion de 3,3%.

Baidu (+4,3%). Le géant chinois de la recherche sur Internet, désormais coté à Wall Street, s'envole ce mardi au lendemain de ses résultats trimestriels. Le groupe se montre très prudent concernant ses perspectives, évoquant un environnement macroéconomique plus difficile en Chine, qui affecterait le sentiment des annonceurs.

Kohl's (-6,9%). La chaîne américaine de grande distribution vient pourtant de publier des résultats meilleurs que prévu pour le second trimestre. Le bénéfice net a totalisé 241 millions de dollars et 1,51$ par titre, contre 292 millions de dollars un an auparavant.

Medtronic (+2,6%) pointe au plus haut historique à Wall Street. L'acteur du marché des technologies médicales a annoncé pour son premier trimestre fiscal un bénéfice et des revenus supérieurs aux attentes. Le groupe a par ailleurs relevé dans la foulée ses estimations annuelles.

Madison Square Garden Co (-8,8%). Le groupe new-yorkais de sport et de divertissement a publié ce jour des pertes trimestrielles creusées et une baisse plus importante que prévu de ses revenus. Pour le quatrième trimestre fiscal, clos fin juin 2019, la perte nette a totalisé 73 millions de dollars soit 3,08$ par action, contre 46 millions de dollars et 1,94$ par titre un an auparavant.

TJX (stable). Le groupe de distribution, propriétaire des chaînes Marshalls et TJ Maxx, a annoncé une croissance des revenus inférieure aux attentes au second trimestre, à +2% à comparable contre +3% de consensus.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com