Cotation du 20/11/2018 à 22h47 Dow Jones Industrial -2,21% 24 465,64
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : le marché reprend son souffle

Clôture de Wall Street : le marché reprend son souffle
Clôture de Wall Street : le marché reprend son souffle
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Au lendemain d'une séance de forte hausse pour saluer les résultats des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, la Bourse de New York a fini en petite forme jeudi. Les prises de bénéfices se sont un peu accélérées en soirée, après les annonces de la Fed : la banque centrale n'a pas modifié ses taux directeurs, mais a signalé qu'elle avait l'intention de poursuivre son cycle de resserrement en décembre, et au-delà, en 2019. Elle s'est montrée confiante sur la solidité de la croissance américaine, et n'a pas évoqué les récentes turbulences sur les marchés financiers ni les effets négatifs des tensions commerciales.

A l'issue d'une séance en dents de scie, l'indice Dow Jones a fini jeudi proche de l'équilibre (+0,04%) à 26.191 points (après +2,1% mercredi), tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,25% à 2.806 pts (+2,1% mercredi) et que l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques a baissé de 0,53% à 7.530 pts (+2,6% mercredi).

Sur le marché des changes, le dollar a réagi par une nette hausse aux annonces de la Fed : l'indice du dollar a bondi de 0,7% à 96,70 points jeudi soir. Sur les marchés obligataires, les taux sont restés à des niveaux élevés : le rendement de l'emprunt d'Etat (T-Bond) à 10 ans était stable à 3,24%, ce qui reste très proche de ses plus hauts niveaux depuis près de 8 ans, en janvier 2011.

La Fed maintient le cap des hausses graduelles de taux

Les marchés ont vite digéré les résultats des "Midterms" qui correspondent largement à leurs anticipations (perte de la majorité républicaine à la chambre mais renforcement du parti de Trump au Sénat). Les investisseurs ont tourné leur attention vers la Fed, qui a donc laissé ses taux directeurs inchangés (entre 2% et 2,25%), ce qui était largement attendu par les marchés. Le suspense portait sur les commentaires contenus dans le communiqué de l'institution, cette réunion n'étant pas suivie d'une conférence de presse du président de la Fed, Jerome Powell.

La banque centrale s'est montrée plutôt "faucon" dans ses commentaires, évoquant la poursuite d'une croissance économique soutenue par la bonne santé du marché du travail et la vigueur de consommation des ménages. Un discours qui laisse entendre qu'une nouvelle hausse d'un quart de point du taux des "fed funds" reste programmée pour la réunion des 18 et 19 décembre. Il s'agirait de la 4ème hausse en 2018 de ce taux, qui serait alors porté entre 2,25% et 2,50%. Au-delà, la Fed a répété qu'elle comptait poursuivre sa politique "graduelle" de relèvement des taux.

La Fed a repris largement le diagnostic de la situation économique de sa précédente réunion, en septembre, en signalant une inflation proche de son objectif de 2% tandis que le chômage demeure orienté à la baisse et que les risques entourant les perspectives économiques semblent toujours "à peu près équilibrés".

La banque centrale ne s'est pas montrée inquiète des récentes turbulences boursières, ni des effets des barrières douanières infligées par Donald Trump. Tout juste a-t-elle affiché une note prudente en relevant que la croissance de l'investissement des entreprises "s'est modérée par rapport au rythme soutenu observé plus tôt dans l'année".

Le pétrole a plongé de 18% à 20% depuis début octobre

La séance de jeudi a aussi été marquée par la poursuite de la dégringolade des cours du pétrole, avec des signes croissants d'une hausse de la production mondiale, qui compense la baisse des exportations iraniennes imposée par les sanctions américaine entrées en vigueur depuis le 4 novembre.

Le contrat décembre sur le brut léger américain (WTI) a encore perdu jeudi 1,62%, à 60,67$ le baril, signant sa 9ème séance de baisse consécutive, et affichant une perte supérieure à 20% depuis le 3 octobre dernier. Au moment de la clôture du Nymex, l'échéance janvier sur le Brent de la Mer du Nord a cédé 1,86% à 70,73$, et a abandonné 18% depuis le 3 octobre.

Les informations sur la production record aux Etats-Unis et celles suggérant que l'Irak, Abou Dhabi et l'Indonésie veulent augmenter leurs pompages plus nettement qu'attendu en 2019 ont pris le pas sur les statistiques officielles montrant une nouvelle augmentation des importations de brut de la Chine. En outre, un article du 'Wall Street Journal' affirmant qu'un cercle de réflexion conseillant le gouvernement saoudien étudie les effets potentiels d'un éclatement de l'Opep a amplifié la baisse en fin de séance.

VALEURS A SUIVRE

Qualcomm (-8,6%) a publié ses résultats du quatrième trimestre fiscal 2018. La perte nette ressort à 493 M$ (0,35$ par action), contre un bénéfice de 168 M$ (0,11$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,90$, contre 0,92$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 5,8 Mds$, contre 5,9 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,83$, pour des revenus de 5,5 Mds$. Sur le premier trimestre fiscal 2019, le groupe vise un bpa compris entre 1,05 et 1,15$, pour des revenus entre 4,5 et 5,3 Mds$.

L Brands (+6%) annonce des ventes de 860,5 M$ en octobre 2018, en hausse de 8% en glissement annuel. A magasins comparables, les ventes progressent de 4%. Sur le troisième trimestre, le groupe vise un bénéfice par action ajusté d'environ 0,15$ (contre une précédente fourchette de 0/0,05$). Les résultats trimestriels seront publiés le 20 novembre.

Tesla (+0,9%) a réagi positivement à l'annonce de la nomination de Robyn Denholm comme présidente du conseil d'administration de Tesla, remplaçant Elon Musk, contraint par la SEC à abandonner ce fauteuil pour ne conserver que la direction opérationnelle (en tant que CEO). Mme Denholm siégeait déjà en tant qu'administrateur indépendant de Tesla, et occupait aussi le poste de directrice financière du géant australien des télécoms Telstra. Elle occupera immédiatement ses fonctions de chairman chez Tesla et quittera ses fonctions chez Telstra après un préavis contractuel de six mois.

Johnson Controls (+3,2%) annonce ses comptes du quatrième trimestre fiscal 2018. Les bénéfices sont de 771 M$ (0,83$ par action), contre 875 M$ (0,93$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,93$. Les revenus s'élèvent à 8,37 Mds$, contre 8,14 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,93$, pour des revenus de 8,25 Mds$. Sur 2019, le groupe vise un bpa compris entre 2,90 et 3,05$, contre 2,83$ en 2018.

Cardinal Health (+4,6%) dévoile ses comptes du premier trimestre fiscal. Les profits s'affichent à 593 M$ (1,94$ par action), contre 115 M$ (0,36$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1,29$, contre 1,09$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus montent de 8% à 35,2 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,08$, pour des revenus de 33 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa compris entre 4,90 et 5,15$.

D.R. Horton (-8,9%) publie ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 466 M$ (1,22$ par action), contre 313 M$ (0,82$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 4,51 Mds$, contre 4,16 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,22$, pour des revenus de 4,5 Mds$.

TiVo (-14,3%) présente ses comptes du troisième trimestre. Les revenus baissent de 17% à 164,7 M$. La perte nette ressort à 22,8 M$ (0,19$ par action), contre une perte de 16,9 M$ (0,14$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,15$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,25$, pour des revenus de 167 M$.

News Corp (+5,3%) publie ses comptes du premier trimestre fiscal. Les revenus s'affichent à 2,52 Mds$, contre 2,06 Mds$ un an avant. Les bénéfices sont de 128 M$ (0,17$ par action), contre 87 M$ (0,12$ par action) un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,04$, pour des revenus de 2,54 Mds$.

Square (-9%) dévoile ses comptes du troisième trimestre. Les profits sont de 19,6 M$ (0,04$ par action), contre une perte de 16,1 M$ (0,04$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,13$, contre 0,07$ un an plus tôt. Les revenus s'affichent à 882 M$, contre 585 M$ il y a un an. Les revenus ajustés progressent de 68% à 431 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,11$, pour des ventes de 414 M$. Sur l'exercice, le groupe vise désormais un bpa compris entre 0,45 et 0,46$, pour des revenus ajustés entre 1,569 et 1,574 Md$.

Take-Two Interactive (-5,34%) a annoncé ses comptes du second trimestre fiscal 2019. Les revenus grimpent de 11% à 492,7 M$. Les réservations nettes progressent de 1% à 583,4 M$. Les bénéfices sont de 25,4 M$ (0,22$ par action), contre une perte de 2,7 M$ (0,03$ par action) un an avant. Sur l'exercice, le groupe vise des revenus compris entre 2,55 et 2,65 Mds$, pour un bénéfice par action entre 1,73 et 1,98$.

TripAdvisor (+15,2%) annonce ses comptes du troisième trimestre. Les profits sont de 69 M$ (0,49$ par action), contre 25 M$ (0,18$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,72$, contre 0,36$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 458 M$, contre 439 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,48$, pour des revenus de 469 M$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com