Cotation du 24/11/2017 à 20h30 Dow Jones Industrial +0,14% 23 557,99
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : la semaine démarre en ordre dispersé

Clôture de Wall Street : la semaine démarre en ordre dispersé

(Boursier.com) — Les marchés américains ont démarré la semaine sur une tendance incertaine, avant la publication des premiers résultats d'entreprises du 4ème trimestre 2016, attendus en progression pour le deuxième trimestre consécutif. Les banques JP Morgan Chase et Bank of America, notamment, donneront vendredi le coup d'envoi de la saison des comptes du T4.

Lundi, le Dow Jones a fini en recul de 0,38% à 19.887 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,35% à 2.269 pts. En revanche, le Nasdaq Composite, riche en valeur technos et biotechs, a atteint un nouveau record historique, gagnant 0,20% à 5.532 pts. La semaine dernière, les trois indices avaient progressé respectivement de 1%, 1,7% et 2,5%, toujours soutenus par la perspective d'une politique économique expansionniste de la part de la future administration de Donald Trump.

Sur le marché des changes, le dollar a cédé du terrain lundi, notamment face à l'euro, qui a repris 0,37% à 1,0575$ sur les marchés interbancaires à New York. Sur les marchés obligataires, les taux sont repartis à la baisse (après une vive progression vendredi). Le rendement du T-Bond à 10 ans a cédé 5 points de base, à 2,37%, revenant sous le seuil de 2,4%. L'or est reparti en hausse de 0,8% à 1.183$, tandis que le pétrole a subi de lourds dégagements.

Le cours du baril de pétrole brut WTI (contrat à terme de février sur le Nymex) a ainsi fini sur une chute de 3,8% à 51,96$. Après 4 semaines de hausse d'affilée pour l'or noir, les investisseurs s'inquiètent du niveau record des exportations irakiennes et de l'augmentation de la production américaine. Ces deux facteurs pourraient contrecarrer les efforts des pays de l'Opep et de leurs alliés pour réduire la production mondiale et faire remonter durablement les cours du brut.

Vers deux ou trois hausses des taux de la Fed en 2017 ?

Dans l'actualité de lundi, le président de la Fed de Boston, Eric Rosengren a estimé que l'évolution de l'économie américaine vers davantage de croissance justifiait des hausses de taux "plus régulières" que par le passé. Il semble ainsi confirmer les anticipations des marchés de 3 tours de vis de la Fed en 2017, après les hausses de décembre 2015 et décembre 2016. M. Rosengren a précisé que les objectifs de la Fed d'un chômage bas et d'une inflation de l'ordre de 2% seront atteints d'ici à la fin 2017.

Pour sa part, le patron de la Fed d'Atlanta, Dennis Lockhart, envisage plutôt deux hausses des taux cette année, et table sur une croissance économique "modérée". Ces prévisions ne tiennent cependant pas compte d'un éventuel effet positif du plan de relance promis par Donald Trump, qui reste difficilement quantifiable pour le moment, a jugé M. Lockhart.

Du côté de valeurs, le secteur l'automobile a continué de fluctuer, alors que le Salon de Detroit a ouvert ses portes ce lundi. L'industrie automobile américaine peut se réjouir d'une nouvelle année record pour les ventes automobiles aux Etats-Unis, avec 17,55 millions de véhicules mis sur le marché en 2016.

Mais ce tableau rose a été quelque peu entaché par les récentes attaques de Donald Trump contre la production de voitures au Mexique à destination du marché américain. Dans des tweets rageurs, le président élu républicain a ainsi menacé successivement Ford, General Motors et Toyota d'imposer des lourdes taxes (il avait évoqué 35% pendant sa campagne) aux constructeurs qui produisent au Mexique des véhicules vendus ensuite sur le marché américain. Plusieurs constructeurs ont répliqué en soulignant l'importance de leurs investissements aux Etats-Unis et en promettant d'y créer de nombreux emplois dans les années à venir. Tout en donnant des gages de bonne volonté à Donald Trump, les patrons du secteur ne souhaitent pas modifier fondamentalement leur stratégie de production au Mexique, où les coûts sont très bas.

Lundi, les titres de GM, (+0,06%), Ford Motor (-1%) et Fiat Chrysler Automobiles (+1,4%) ont évolué en ordre dispersé. A noter que Fiat a annoncé un projet d'investissement d'un milliard de dollars dans deux sites américains du 'Midwest', ainsi que 2.000 créations de postes.

Les pétrolières ont cédé du terrain dans le sillage du baril de brut : -1,6% pour ExxonMobil, -0,8% pour Chevron, et -3% pour Transocean.

Dans l'agro-alimentaire, Mars (-1,3%) va s'offrir VCA Inc (+28% !), groupe californien actif dans les soins aux animaux en Amérique du Nord, opérant dans le segment hospitalier et la recherche. L'opération atteint un montant de 7,7 milliards de dollars, et même 9,1 Mds$ en incluant la dette de VCA. Mars, connu notamment pour ses produits Pedigree et Whiskas pour animaux domestiques, va débourser 93$ par titre VCA, soit une prime supérieure à 31% sur les cours de vendredi soir à Wall Street.

Ariad Pharmaceuticals (+73% !), société spécialisée dans la recherche contre le cancer, basée à Cambridge dans le Massachusetts, a annoncé son rachat par l'entreprise pharmaceutique japonaise Takeda Pharmaceutical. L'offre valorise la société à environ 5,2 milliards de dollars.

UnitedHealth (-0,3%) a annoncé que son unité Optum allait s'offrir Surgical Care Affiliates (+16%) dans le cadre d'une opération valorisée environ 2,3 milliards de dollars. L'offre est libellée à 57$ par titre Surgical, ce qui traduit une prime de 17% en comparaison des cours de vendredi à Wall Street.

Les résultats d'entreprises attendus en hausse de 3% au 4ème trimestre 2017

Du côté des résultats de sociétés pour le 4ème trimestre, la première salve d'importance viendra de plusieurs grandes banques, qui seront particulièrement sous les feux des projecteurs en cette période de remontée des taux d'intérêts, un facteur qui devrait profiter au secteur financier. JP Morgan Chase, Wells Fargo et Bank of America publieront tous trois leurs comptes vendredi, ainsi que le groupe de capital investissement Blackrock. La veille, Delta Air Lines fera état de ses résultats du 4ème trimestre.

Selon le cabinet d'études Factset, les résultats des sociétés du S&P 500 devraient progresser globalement de 3% au 4ème trimestre par rapport à la même période de 2015. Cette hausse serait du même ordre que celle réalisée au 3ème trimestre (+3,1%), qui avait marqué la fin d'une série noire de 5 trimestres consécutifs de recul des bénéfices des sociétés du S&P 500. Cette saison des résultats sera donc particulièrement importante, en particulier le volet des prévisions 2017, alors que les analystes tablent sur une accélération de la hausse des bénéfices dans les prochains trimestres.

©2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Clôture de Wall Street : la semaine démarre en ordre dispersé

Partenaires de Boursier.com