Cotation du 14/06/2019 à 23h14 Dow Jones Industrial -0,07% 26 089,61
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : la guerre commerciale continue de peser...

Clôture de Wall Street : la guerre commerciale continue de peser...
Clôture de Wall Street : la guerre commerciale continue de peser...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a fini en légère baisse mercredi, toujours sous le poids des inquiétudes concernant les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Selon la presse, Donald Trump envisage d'inscrire cinq autres entreprises chinoises sur sa liste noire, où le géant des télécoms Huawei a déjà été placé la semaine dernière. La publication des "Minutes" de la dernière réunion de la Fed a confirmé que la banque centrale américaine se montrera "patiente" dans sa politique monétaire. Le pétrole WTI a perdu près de 3%, dans la crainte d'une guerre commerciale de grande ampleur qui pèserait sur la croissance et donc, sur la demande de brut.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,39% à 25.776 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,28% à 2.856 pts, et que le Nasdaq composite a reculé de 0,45% à 7.750 pts. L'indice SOX de Philadelphie, qui reflète les semi-conducteurs, a chuté de 2,12%, plombé notamment par Qualcomm (-10,8%), condamné par la justice américaine pour avoir abusé de sa position dominante dans les puces pour modems de smartphones.

Les marchés espèrent que la Fed baissera ses taux cette année

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) était stable mercredi soir (+0,03%) à 98,09 points, de même que l'euro (-0,02%) à 1,1156$. Du côté des taux, les obligations ont fait office de valeurs-refuge, faisant reculer les taux : le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans, a cédé 4 points de base à 2,38%.

Dans le compte-rendu de sa réunion des 30 avril et 1er mai, la banque centrale américaine a signalé mercredi soir qu'elle continuera à être "patiente" en matière de politique monétaire "pendant un certain temps", laissant planer le suspense sur une possible baisse des taux, à laquelle les marchés croient dur comme fer.

Le 1er mai dernier, la Fed n'avait pas modifié ses taux directeurs, et les marchés cherchent à sonder la banque centrale américaine sur ses intentions face au ralentissement conjoncturel et aux conséquences la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. L'outil FedWatch du CME estimait mercredi soir à 68,1% les probabilités que le taux directeur soit en dessous de son niveau actuel de 2,25% à 2,50% en décembre 2019. Il a y 20,5% de chances pour qu'il soit ramené à 1,75%-2% (ce qui impliquerait deux baisses) et 43% de chances pour qu'il soit à 2%-2,25% (une seule baisse).

Le pétrole a cédé mercredi au pessimisme ambiant lié aux tensions commerciales. Le contrat à terme de juillet sur le brut léger américain WTI a chuté de 2,7% à 61,42$ le baril sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance juillet cédait 1,65% à 70,99$ au moment de la clôture du Nymex. Les cours ont aussi été plombés par un bond des réserves américaines de brut la semaine dernière.

Ces derniers jours, le pétrole avait ignoré la montée des tensions commerciales, se focalisant sur les problèmes liés à l'offre (Venezuela, Iran, Libye), d'autant que l'Opep s'est déclaré dimanche peu favorable à mettre fin en juin à son accord de réduction de la production lors de sa réunion de juin.

Les sociétés chinoises de vidéo-surveillance dans le collimateur de Donald Trump ?

Sur le front commercial, le 'New York Times' a révélé mercredi que la Maison Blanche envisageait d'ajouter à la liste noire, qui exclut Huawei du marché américain, le nom de 5 autres entreprises chinoises, spécialisées dans la vidéo-surveillance. La Chine est le leader mondial de ce secteur avec des groupes comme Hangzhou Hikvision Digital Technology et Zhejiang Dahua Technology, dont les cours de Bourse ont plongé respectivement de 5,5% et de 5,9% mercredi à la Bourse de Shenzhen après ces informations.

L'administration Trump soupçonnerait les réseaux de vidéo-surveillance, notamment ceux équipés de la reconnaissance faciale, d'être utilisés à des fins d'espionnage. Les Etats-Unis réprouvent aussi le rôle de ces groupes technologiques dans la répression que mène le régime chinois contre la minorité musulmane ouïghoure du Xinjiang, selon le 'NYT'...

Vers une guerre froide technologique, en plus d'une guerre commerciale ?

Après l'échec des dernières négociations commerciales entre Pékin et Washington, le 10 mai, les Etats-Unis ont relevé immédiatement de 10% à 25% les taxes d'importations sur 200 milliards de dollars de produits chinois, tandis que la Chine a prévu de taxer au 1er juin 60 Mds$ de biens américains importés. Washington menace aussi désormais de taxer la totalité des biens chinois importés (soit environ 540 Mds$).

Dans le même temps, l'administration Trump a entamé une bataille contre la technologie chinoise, en bannissant Huawei des marchés américains et en lui interdisant d'acheter des composants américains, sauf autorisation expresse des autorités américaines. Si la liste noire s'allonge à d'autres entreprises chinoises, les marchés craignent que Washington ne déclenche une véritable "guerre froide technologique" avec Pékin, qui pourrait avoir des effets dévastateurs sur le secteur dans les deux pays, et au-delà.

Les analystes s'interrogent notamment sur de possibles représailles chinoises contre Apple, dont les smartphones seraient vulnérables à un boycott (voire une interdiction) en Chine... Dans une note publiée mercredi, Goldman Sachs estime ainsi qu'une interdiction de vente des iPhones en Chine (un marché dominé par Huawei, et où Apple est 5ème) entraînerait une baisse d'environ 29% du bénéfice par action d'Apple.Le titre de la firme à la pomme a reculé de 2% à Wall Street ce mercredi...

VALEURS A SUIVRE

Qualcomm a plongé de 10,8% après la décision d'un juge fédéral américain déclarant le fabricant de puces coupable d'abus de position dominante dans les puces pour modems de smartphones, dont il est le leader mondial. Le groupe va faire appel de cette décision de justice , qui entend forcer Qualcomm à renégocier tous ses contrats en lui interdisant de forcer ses clients à signer des contrats exclusifs... Par ailleurs, la juge exige que le groupe accorde des licences sur des brevets essentiels à des fabricants de puces concurrents.

Avon a grimpé de 9%, alors que le brésilien Natura Cosmeticos serait parvenu à un accord pour racheter le fabricant américain de cosmétiques, rapportent plusieurs médias... Natura devrait ainsi mettre la main sur l'Américain dans le cadre d'une opération négociée intégralement en actions qui valoriserait le groupe Avon plus de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) selon le Financial Times.

Target a progressé de 7,8% après avoir dégagé des ventes à magasins comparables supérieures aux anticipations.

Amgen (+0,95%). Le numéro un mondial des biotechnologies a annoncé une offre de rachat du groupe biopharmaceutique scandinave Nuevolution pour un montant de 166,8 millions de dollars.

Tesla (-6%) Le broker Citigroup a ramené son objectif de cours de 238$ à 191$ sur le dossier. Dans une note à ses clients, Citi justifie sa décision par une demande molle pour les voitures électriques de Tesla, ainsi que des inquiétude sur la situation financière du groupe, malgré la levée récente de 2,4 Mds$ sur le marché.

Merck & Co (+1,8%) a annoncé mardi soir l'acquisition de la biotech non cotée Peloton Therapeutics pour 1,05 milliard de dollars en numéraire afin de mettre la main sur son traitement expérimental du cancer du rein. Un paiement supplémentaire de 1,15 milliard de dollars est prévu si certains objectifs sont atteints...

Boeing (-1,6%) Les trois plus grandes compagnies aériennes chinoises ont demandé une indemnisation à l'américain en raison des pertes subies du fait de l'immobilisation du 737 MAX, impliqué dans deux accidents mortels en moins de 5 mois...

Sprint (-7,6%) / T-Mobile US (-1%) : les services antitrust du ministère américain de la Justice sont favorables à un rejet du projet de fusion entre les deux opérateurs de télécommunications, selon 'Reuters'.

Lowe's (-11,8%) après avoir abaissé sa prévision de bénéfice annuel à la suite de résultats trimestriels moins bons que prévu. La chaîne de magasins d'ameublement attribue cette déception à une hausse de ses coûts, à sa volonté de présenter davantage de produits en magasins et à des erreurs en matière de stratégie de prix...

Nordstrom a chuté de 9,2% après avoir publié un chiffre d'affaires trimestriel en baisse de 3,3%, inférieur aux attentes, et avoir réduit sa prévision pour l'ensemble de l'année.

Urban Outfitters a perdu 9,8% après avoir enregistré un repli de sa marge bénéficiaire brute au premier trimestre. JP Morgan a ramené son objectif de cours de 29$ à 25$...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com