Cotation du 30/07/2021 à 23h06 Dow Jones Industrial -0,42% 34 935,47
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : la baisse l'emporte avant les chiffres de l'inflation US

Clôture de Wall Street : la baisse l'emporte avant les chiffres de l'inflation US
Clôture de Wall Street : la baisse l'emporte avant les chiffres de l'inflation US
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a perdu du terrain dans la dernière heure de cotation, mercredi, les investisseurs affichant leur prudence avant la publication, jeudi, des chiffres de l'inflation en mai aux Etats-Unis. Ceux-ci devraient montrer une nouvelle accélération des prix, après +4,2% en avril sur un an. Jeudi aussi, la BCE réunira son comité politique monétaire, qui pourrait évoquer le futur calendrier de réduction des achats d'actifs, même si celle-ci ne semble pas encore d'actualité.

A la clôture, l'indice Dow Jones a reculé de 0,44% à 34.447 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,18% à 4.219 pts, après avoir pourtant dépassé en début de séance son dernier record (4.232 pts le 7 mai). Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a cédé 0,1% à 13.911 pts, après avoir passé l'essentiel de la séance dans le vert.

Le segment spéculatif des "actions meme" s'étoffe

Le Bitcoin a rebondi, gagnant 8,5% sur 24h autour de 36.145$ en fin de soirée, après avoir chuté autour de 31.000$ mardi sur la plateforme Bitfinex. La première cryptomonnaie mondiale reste cependant loin de son record du 14 avril, à plus de 64.000$. De son côté, l'or a gagné mercredi 0,1% pour terminer à 1.894,50$ l'once, pour le contrat à terme d'août sur le Comex.

Alors que la cote est restée calme dans son ensemble, le segment des "meme stocks" était encore particulièrement animé et s'est étendu ces derniers jours à de nouvelles valeurs. Des sociétés comme Clover Health ((Clvr Hlth -23,6%) et la chaîne de restaurants Wendy's (-12,6%) ont ainsi rejoint les AMC Entertainment (-10,3%), GameStop (+0,8%) et autres valeurs hautement spéculatives qui passionnent les investisseurs particuliers actifs sur les réseaux sociaux et le forum 'WallStreetBets'. Malgré l'absence d'éléments fondamentaux justifiant des mouvements importants, beaucoup de ces titres se sont envolés depuis le début de l'année. A noter que GameStop publiait après la clôture ses comptes trimestriels.

Inflation en hausse aux Etats-Unis, mais aussi variant delta du Covid-19

Les investisseurs restent globalement optimistes sur la reprise économique mondiale, tout en s'inquiétant de l'accélération de l'inflation qui l'accompagne. Les opérateurs suivront ainsi très attentivement jeudi l'indice des prix à la consommation du mois de mai aux Etats-Unis. Les économistes s'attendent à une nouvelle accélération des prix, de 0,4% sur un mois et de 4,6% sur un an (contre +4,2% en avril). Hors alimentation et énergie, l'inflation est attendue à +0,4% sur un mois et à 3,4% en glissement annuel (contre +3% en avril).

Les opérateurs suivront également demain jeudi les inscriptions au chômage pour la semaine close au 5 juin (consensus 369.000) aux Etats-Unis.

Outre l'inflation, certains investisseurs regardaient de nouveau du côté des indicateurs sanitaires, où clignotent quelques signaux inquiétants. Ainsi, le nombre de nouveaux cas de Covid et de décès est reparti à la hausse depuis deux jours aux Etats-Unis, sur fond de progression du variant delta (indien) du coronavirus.

Par ailleurs, malgré les incitations multiples, la campagne de vaccination a atteint un seuil de résistance aux Etats-Unis et l'objectif fixé par l'administration Biden pour la fête nationale du 4 juillet pourrait être difficile à atteindre. A moins d'un mois de cette date, seulement 14 Etats sur 50 ont atteint cet objectif, à savoir au moins 70% de la population adulte ayant reçu au moins une dose de vaccin.

Au Royaume-Uni, les chiffres des contaminations sont aussi en hausse en raison de la propagation du variant delta. Le gouvernement britannique pourrait même être amené à repousser l'ultime étape du déconfinement du pays, prévue normalement le 21 juin.

Le "tapering" se prépare en douceur à la Fed comme à la BCE

Sur le marché des changes, l'indice du dollar est resté ferme mercredi (+0,08%) à 90,15 points, tandis que du côté des obligations, les taux se sont détendus pour la 3e séance d'affilée. Le rendement du T-Bond à 10 ans a cédé encore 4 points de base à 1,49%, et le Bund à 10 ans allemand s'est affiché à -0,24% (-2 pdb). Les marchés de taux semblent en ligne avec le ton prudent de la Fed et de la BCE, dont les dirigeants affirment qu'ils ne comptent pas réduire leur soutien à court terme. La BCE réunit son comité de politique monétaire ce jeudi, tandis que la Fed le réunira la semaine prochaine, les 15 et 16 juin.

Selon la chaîne 'CNBC', la Fed en serait au stade initial de la préparation des marchés à une réduction de ses achats d'actifs obligataires actuellement logés à 120 milliards de dollars par mois. Pour l'heure, les opérateurs ne semblent pas paniquer à l'idée de ce modeste 'tapering'. Parmi les observateurs extérieurs, Donald Kohn, ex-vice-président de la Fed, a estimé que la banque centrale américaine n'était pas bien positionnée pour faire face à la menace d'une poussée de l'inflation. Un ancien économiste de la Fed, cité lui aussi par Bloomberg, prévient que la situation en arrive à un point critique, signalant la nécessité du 'tapering'.

Le pétrole marque le pas, le WTI revient sous 70$

Les cours du pétrole ont marqué le pas mercredi, malgré la publication d'une baisse plus forte que prévu des stocks hebdomadaires aux Etats-Unis. Le brut léger américain WTI a cédé 0,1% à 69,96$ le baril pour le contrat à terme d'août sur le Nymex, tandis que le Brent a fini stable à 72,22$ (contrat d'août).

D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close le 4 juin ont reculé de 5,2 millions de barils à 474 mb, contre une baisse de 3,5 mbj attendue par le consensus. En revanche, les stocks d'essence sont en nette augmentation, de 7 mb, contre une hausse de 1,2 mb anticipée par le marché, ce qui a semé le doute sur la solidité de la demande américaine de produits pétroliers. D'autant que les stocks de produits distillés (dont fuel domestique) ont eux aussi grimpé bien plus que prévu, de 4,4 mbj, contre +1,8 mb attendu.

Ailleurs dans le monde ce mercredi, la balance commerciale allemande du mois d'avril n'a pas surpris avec un excédent de 15,9 milliards d'euros. Le PIB sud-coréen a affiché une croissance 'en ligne' ou presque de 1,9% pour le premier trimestre. Le taux local de chômage a toutefois légèrement dépassé les attentes à 3,8% en mai. L'indice chinois des prix à la consommation a pour sa part progressé de 1,3% en mai, hors ajustements saisonniers et en glissement annuel, contre 9% (!) d'augmentation pour l'indice des prix à la production. Les consensus FactSet étaient respectivement de 1,6% et 8,4%... Notons enfin que les prix à la consommation au Mexique et au Brésil ont augmenté un peu plus que prévu.

250 Mds$ pour contrer la Chine dans les nouvelles technologies

Concernant les plans de stimulus de l'administration Biden, le président américain a mis un terme aux discussions concernant le plan d'infrastructures avec un groupe de six républicains. Il se concentre désormais sur un groupe bipartisan, selon le Wall Street Journal.

En revanche, le Sénat américain a adopté mardi soir un plan d'investissement ambitieux dans la science et les technologies, présenté comme un texte "historique" pour contrer la menace économique de la Chine et son modèle "autoritaire". Le plan a recueilli une large approbation, les Républicains ayant adouci leur opposition historique à l'intervention gouvernementale dans l'économie, offrant un soutien bipartisan à des investissements majeurs de 250 milliards de dollars dans la production de semi-conducteurs, l'intelligence artificielle, la robotique, l'informatique quantique et un certain nombre d'autres technologies.

Par ailleurs, l'administration Biden a annoncé mercredi avoir révoqué et remplacé les décrets pris par Donald Trump pour interdire les plateformes TikTok, WeChat, et huit autres applications. Celles-ci étaient accusées par l'ancien président de poser des risques pour la sécurité du pays.

Cependant, il pourrait ne s'agit que d'un répit pour ces applications. Le président démocrate a en effet demandé l'ouverture d'une large enquête sur le péril représenté par les applications internet détenues par certaines puissances étrangères. Le nouveau décret vise ainsi à identifier toutes les "applications logicielles connectées qui peuvent présenter un risque inacceptable pour la sécurité nationale des Etats-Unis".

VALEURS A SUIVRE

Boeing (-1,8%) n'a pas profité de la volonté affichée par l'UE et les Etats-Unis d'enterrer la hache de guerre sur les subventions. United Airlines (-0,8%), Southwest (-0,8%), American Airlines (-1,5%) ont reculé malgré les récents assouplissements concernant les voyages internationaux.

Clover Health (Clvr Hlth, -23,6%) a corrigé après ses envolées de 86% mardi et de 32% lundi. Le fournisseur de services et technologies de santé liés au programme Medicare devient donc la nouvelle vedette des traders sociaux américains adeptes de 'meme stocks', après l'euphorie GameStop et la frénésie AMC. La symbolique est moins évidente que dans les cas de GameStop et AMC, mais il est sûr que la forte proportion de vendeurs à découvert sur Clover a attiré les petits porteurs US adeptes de 'short squeeze'. Selon les données récentes, la proportion du capital de Clover vendue à découvert dépasse les 40%. Le groupe est par ailleurs soutenu par Chamath Palihapitiya, investisseur à l'origine de dizaines de SPACs.

C'est une fois encore le forum WallStreetBets de Reddit qui a mis le feu aux poudres sur la valeur Clover. Le groupe a été fondé il y a moins d'une dizaine d'années puis fusionné avec une Special Purpose Acquisition Company (SPAC) pour s'introduire en bourse. En début d'année, un rapport alarmiste de la firme Hindenburg Research avait enfoncé le titre sur le Nasdaq, sur des accusations de tromperie et de dissimulations. Clover avait admis suite au rapport d'Hindenburg faire l'objet d'une investigation du gendarme US de marché, la SEC. Une fois de plus, la motivation première des petits actionnaires sociaux américains ne semble donc pas être qualitative.

Goldman Sachs (-0,5%) et Morgan Stanley (+0,13%) ont fait l'objet de conseils d'achat de la firme Jefferies, qui affiche un objectif de 450$ sur GS et un cours-cible de 108$ sur Morgan Stanley.

Fastly (-2,7% après +10,8% mardi) a précisé mercredi les raisons de la vaste panne qui a mis hors service bon nombre de sites Web dans le monde, mardi, pendant quelques heures. Le problème était lié un bug logiciel intervenu à la suite de modifications des paramètres d'un client.

Campbell Soup (-6,5%) a bu le bouillon alors que le groupe alimentaire vient de revoir en baisse ses prévisions financières, évoquant, pour l'exercice en cours, des vents contraires supplémentaires dans un contexte de hausse des prix.

United Parcel Service (UPS, -4,1%), le géant américain des livraisons de colis, a détaillé ses objectifs financiers à trois ans. Le groupe se montre confiant et table notamment sur des revenus supérieurs à 100 milliards de dollars en 2023, contre 84,6 milliards de dollars l'an dernier.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !