Cotation du 19/10/2018 à 23h04 Dow Jones Industrial +0,26% 25 444,34
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : la baisse l'emporte après la réunion de la Fed

Clôture de Wall Street : la baisse l'emporte après la réunion de la Fed
Clôture de Wall Street : la baisse l'emporte après la réunion de la Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse américaine a reculé mercredi, après la réunion de la Réserve fédérale américaine, qui n'a pourtant pas apporté d'éléments fondamentalement neufs sur le front monétaire. La Fed a maintenu ses taux en l'état, et n'a pas signalé de velléités d'accélérer le mouvement haussier au-delà de 3 tours de vis au total cette année... A contre-courant, l'action Apple (+4,4%) a salué l'annonce de résultats trimestriels finalement meilleurs que prévu pour la firme à la pomme.

Après une réaction initialement positive aux annonces de la Fed, les principaux indices ont donc terminé dans le rouge. Le Dow Jones a cédé 0,72% à 23.924 points, signant une quatrième séance consécutive de baisse. L'indice large S&P 500 a aussi reculé de 0,72% à 2.635 pts, tandis que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a cédé 0,42% à 7.100 pts.

Le dollar confirme ses plus hauts niveaux depuis 4 mois

Sur le marché des changes, l'indice du dollar a fait du yo-yo : après un mouvement de baisse après la Fed, il a changé de direction pour finir sur une nouvelle hausse de 0,35%, à 92,78, au plus haut depuis 4 mois. De son côté, l'euro est d'abord remonté au-dessus de 1,20$ après la Fed, mais s'est ensuite effrité pour finir autour de 1,1943$ (-0,4%) en fin de soirée.

Sur les marchés obligataires, les taux des emprunts d'Etat ont peu réagi aux annonces de la Fed : le rendement de l'emprunt américain à 10 ans, qui avait atteint 2,99% en début de journée, cotait 2,97% après la décision Fed. Pour le T-Bond à 2 ans, le rendement est passé de 2,51% à 2,49% sous l'effet de la Fed, qui semble attachée à une démarche progressive dans le relèvement de ses taux.

Les cours du pétrole ont repris le chemin de la hausse, mercredi, malgré l'annonce d'une forte progression des stocks de brut aux Etats-Unis. Les craintes sur l'approvisionnement, liées à la crise iranienne, ont dominé le marché, soutenant les cours. Mercredi soir, le baril de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a rebondi de 1,01%, à 67,93$ pour le contrat à terme de juin sur le Nymex. Le Brent de la Mer du nord progressait plus modestement, de 0,30% à 73,35$ au moment de la clôture du Nymex.

La Fed prête à laisser filer l'inflation un peu plus haut que 2% ?

La Réserve fédérale américaine a donc, sans surprise, laissé ses taux inchangés mercredi, tout en ajoutant dans son communiqué que l'inflation était désormais proche de son objectif de 2%. Elle a ainsi laissé la porte ouverte à un nouveau tour de vis en juin après celui réalisé en mars.

La Fed a expliqué que l'inflation était désormais proche de son objectif, et que sur une base de 12 mois elle devrait évoluer "près de l'objectif symétrique de 2% du comité sur le moyen terme". Les économistes s'interrogeaient sur le terme d'"objectif symétrique", que la Fed a introduit pour la première fois dans son communiqué.

"Cette notion d'objectif symétrique donne à penser que l'inflation pourrait être au-dessus (...) et que la Fed ne veut pas voir le marché surréagir", a commenté Cary Leahey, chez Decision Economics à New York, cité par l'agence 'Reuters'.

"Par ailleurs il n'y a plus la mention que le comité suit de près l'évolution de l'inflation. Je crois qu'ils nous disent qu'ils vont laisser l'inflation aller un peu plus haut et qu'ils ne feront pas une fixation sur cela à court terme", a ajouté l'économiste.

VALEURS A SUIVRE

Apple (+4,4%) a publié mardi soir ses résultats du second trimestre fiscal 2018. Le groupe californien à la pomme a dévoilé un bénéfice supérieur aux attentes, des ventes d'iPhone proches du consensus, et des plans massifs de retour de cash aux actionnaires. Les revenus trimestriels du groupe de Cupertino sont ressortis à 61,1 Mds$, en hausse de 16% en glissement annuel, alors que le consensus était de 60,8 Mds$. Tim Cook, directeur général du colosse technologique américain, ajoute qu'Apple a réalisé de la croissance sur toutes ses zones géographiques, avec une progression de plus de 20% sur la zone de Grande Chine et du Japon. Les profits se sont élevés à 13,8 Mds$, contre 11 Mds$ un an plus tôt. Le bénéfice par action s'est établi à 2,73$, en croissance de 30%, alors que le consensus était de 2,68$. Apple a écoulé 52,2 millions d'iPhones sur le trimestre, ce qui représente une expansion de 3% par rapport à l'an dernier. Les revenus de la branche ont augmenté de 14% pour ressortir à 38 Mds$. Les ventes unitaires d'iPhones sont très proches du consensus (52,3 millions selon Reuters)... Cook souligne par ailleurs que l'iPhone X a dominé les ventes chaque semaine sur ce trimestre de mars, alors que les investisseurs craignaient une faiblesse particulière de cet appareil onéreux du dixième anniversaire.

Pour le trimestre entamé, troisième trimestre fiscal 2018, le groupe vise des revenus allant de 51,5 à 53,5 Mds$. Le consensus était de 51,6 Mds$. Les opérateurs saluent par ailleurs les plans d'allocation de capital du groupe californien. Ainsi, le conseil d'administration du groupe a approuvé une nouvelle autorisation de rachat d'actions d'un montant record de... 100 milliards de dollars ! Une augmentation de 16% du dividende trimestriel a par ailleurs été validée, après une majoration de 10,5% l'an dernier. Apple avait déjà procédé à des rachats d'actions historiques sur le trimestre clos (pour 23 Mds$ !), mais conservait à fin mars une position de trésorerie nette de 145 milliards de dollars.

Snap (-22% !), maison-mère de Snapchat, a réduit ses pertes au 1er trimestre, mais ses ventes et le nombre de ses utilisateurs actifs ont fortement déçu les marchés. La perte nette de Snap s'est réduite à 385,8 millions de dollars au 1er trimestre, soit 30 cents par action, après une perte de 2,2 milliards de dollars (-2,31$ par action) un an plus tôt. En excluant les éléments exceptionnels, la perte nette par action s'établit à 17 cents, conforme au consensus établi par Thomson Reuters. Le chiffre d'affaires a progressé de 54% pour atteindre 230,7 millions de dollars contre 149,6 M$ pendant la même période de 2017. Toutefois, les analystes tablaient sur des ventes supérieures, de l'ordre de 244,3 M$.

Quant aux utilisateurs actifs quotidiens, leur nombre a atteint 191 millions au premier trimestre, ce qui correspond à un revenu moyen par utilisateur de 1,21$, alors que les analystes tablaient sur 194,2 millions d'utilisateurs et un revenu par utilisateur de 1,27$, selon le consensus Factset (groupe Dow Jones). En outre, la compagnie a inquiété les marchés en indiquant qu'elle s'attendait à une "décélération substantielle" de la croissance annuelle de ses ventes au 2ème trimestre par rapport à la performance du 1er trimestre (une croissance de 54% par rapport à la même période de 2017).

Tesla (+0,4%) progressait encore de 1,3% en cotation post-séance après la publication de ses comptes trimestriels, juste après la clôture de Wall Street. La perte nette ajustée a atteint 3,35$ par action pour un chiffre d'affaires de 3,4 milliards de dollars. C'est un peu mieux que prévu par les analystes de la place, qui anticipaient une perte trimestrielle ajustée par action de 3,42$, pour des revenus de 3,32 Mds$.

Gilead Sciences (-7,8%) a présenté ses résultats du premier trimestre. Les bénéfices sont de 1,54 Md$ (1,17$ par action), contre 2,7 Mds$ (2,05$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,48$, contre 2,23$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 5,1 Mds$, contre 6,5 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,67$, pour des revenus de 5,4 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise des ventes entre 20 et 21 Mds$.

Mondelez (-2,8%) a dévoilé ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices sont de 938 M$ (0,62$ par action), contre 630 M$ (0,41$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent à 6,77 Mds$, contre 6,41 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,58$, pour des ventes de 6,7 Mds$.

Juniper Networks (+0,7%) a publié ses comptes du premier trimestre. Les profits sont de 34,4 M$ (0,10$ par action), contre 108,8 M$ (0,28$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,28$, contre 0,46$ un an plus tôt. Les ventes baissent de 11% à 1,08 Md$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,25$, pour des ventes de 1,05 Md$. Sur 2018, le groupe vise des revenus de 1,175 Md$ (plus ou moins 30 M$), pour un bpa entre 0,41 et 0,47$.

Clorox (-0,7%) a dévoilé ses comptes du troisième trimestre fiscal. Les profits sont de 181 M$ (1,37$ par action), contre 172 M$ (1,31$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 1,52 Md$, contre 1,48 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,31$, pour des revenus de 1,51 Md$. Sur 2018, le groupe vise désormais un bpa logé entre 6,15 et 6,30$, contre une précédente fourchette de 6,17/6,37$.

Yum! Brands (-7,4%) a annoncé ses résultats du premier trimestre. Les bénéfices sont de 433 M$ (1,27$ par action), contre 280 M$ (0,77$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,90$, contre 0,65$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 1,37 Md$, contre 1,42 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,68$, pour des revenus de 1,08 Md$. Les ventes "comparables" sont en croissance de 1% (+2% pour KFC, +1% pour Pizza Hut, +1% pour Taco Bell).

Estee Lauder (-8,5%) a publié ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 372 M$ (0,99$ par action), contre 298 M$ (0,80$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,17$. Les ventes s'élèvent à 3,37 Mds$, contre 2,86 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,07$, pour des ventes de 3,25 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise des ventes en hausse de 15 à 16%, pour un bpa entre 4,38 et 4,42$.

CVS Health (-3%) a présenté ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices sont de 998 M$ (0,98$ par action), contre 953 M$ (0,92$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,48$. Les revenus s'élèvent à 45,7 Mds$, en hausse de 2,6%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,41$, pour des revenus de 45,8 Mds$. Sur 2018, le groupe vise un bpa situé entre 6,87 et 7,08$.

MasterCard (+3%) a publié ses résultats du premier trimestre. Les revenus grimpent de 31% à 3,6 Mds$. Les bénéfices s'élèvent à 1,5 Md$, en croissance de 38%, faisant ressortir un bénéfice par action de 1,41$, contre 1$ sur la même période de l'exercice précédent. En non-GAAP, le bpa progresse de 49% à 1,50$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,26$, pour des revenus de 3,3 Mds$.

Walt Disney (-0,4%). Le dernier volet de la saga des Avengers de Marvel (Disney) a battu tous les records de lancement ce week-end. 'Avengers: Infinity War' a engrangé ainsi plus de 258 M$ sur le marché nord-américain. Le film de super-héros a réalisé des revenus stratosphériques de près de 641 M$ dans le monde, ce qui constitue un record de lancement toutes catégories. Ainsi, Iron Man, Hulk, Thor, Captain America, Spider-Man, les Gardiens de la Galaxie et leurs acolytes, réunis dans ce dernier film de l'univers Marvel, ont atomisé le record précédemment détenu par 'The Fate of the Furious', qui avait amassé 542 M$ dans le monde l'an dernier pour son week-end de lancement. Notons par ailleurs que le dernier Avengers n'était pas encore sorti en Chine ou en Russie. Le blockbuster au budget estimé de 300 M$ (selon le 'Wall Street Journal') a par ailleurs battu le record de la meilleure 'ouverture' précédemment détenu par 'Star Wars: The Force Awakens' en Amérique du Nord, avec 258 M$ contre 248 M$ pour le Star Wars. 'Avengers: Infinity War' réalise le meilleur samedi de lancement (83 M$) et le meilleur dimanche (69 M$) sur son marché domestique. Enfin, il s'agit du sixième film à dépasser les 200 M$ de recettes de lancement sur le marché nord-américain.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com