Cotation du 13/12/2018 à 22h50 Dow Jones Industrial +0,29% 24 597,38
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : l'attentisme domine, Trump inquiète

Clôture de Wall Street : l'attentisme domine, Trump inquiète
Clôture de Wall Street : l'attentisme domine, Trump inquiète
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse américaine a fini la semaine proche de l'équilibre, vendredi, à l'issue d'une séance hésitante entre le vert et le rouge. L'espoir d'une détente sur le front commercial, qui avait soutenu la cote la veille, s'est évanoui lorsque des informations ont fait état de la volonté de Donald Trump de taxer 200 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires, alors même que son secrétaire au Trésor tente d'organiser de nouvelles négociations avec Pékin. L'action d'Apple, qui serait touché par ces nouvelles taxes, a reculé de 1,1%. Le dollar est reparti à la hausse vendredi, tandis que le taux à 10 ans est remonté à 3% pour la première fois depuis la fin juillet.

A la clôture, l'indice Dow Jones a avancé de 0,03% à 26.154 points, sa 4ème séance de hausse, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé lui aussi de 0,03% à 2.905 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a cédé 0,05% à 8.010 pts. Sur la semaine, les trois indices ont toutefois affiché des hausses respectives assez confortables, de 0,9%, 1,1% et 1,3%

Sur le marché des changes, le dollar a repris de la hauteur après 4 séances baissières. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence, a progressé de 0,4% à 94,92 points, tandis que l'euro a rechuté de 0,5% à 1,1631$.

Les taux à 10 ans de retour à 3% malgré des indicateurs d'inflation mitigés

Sur le marché obligataire américain, les taux ont pris de la hauteur : le rendement de l'emprunt d'Etat à 10 ans (T-Bond) a grimpé de 3 points de base, à 3%, retrouvant ce seuil psychologique des 3% pour le première fois depuis le 31 juillet.

Sur le plan macro-économique aux Etats-Unis, les indicateurs du jour ont soufflé le chaud et le froid. Les ventes de détail ont déçu au mois d'août, avec une progression de 0,1% sur un mois, contre +0,4% de consensus et +0,7% en juillet (lecture révisée). Hors automobile et essence, les ventes ont augmenté de 0,2% en comparaison du mois précédent, contre +0,4% de consensus et +0,9% en juillet.

En revanche, l'indice préliminaire du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan est ressorti nettement supérieur aux attentes de marché, à 100,8 en septembre contre un consensus de 97 et après 96,2 en août.

La production industrielle a quant à elle augmenté de 0,4% en août sur un mois, en ligne avec le consensus, après un gain révisé à +0,4% pour le mois de juillet. Par ailleurs, les prix à l'import ont reculé plus que prévu en août (-0,6% sur un mois), tandis que les prix à l'export se sont tassés de 0,1% par rapport au mois précédent, contre +0,2% de consensus.

Mercredi, l'indice des prix à la consommation (CPI) avait aussi surpris à la baisse, en augmentant de 0,2% en août contre +0,3% de consensus. Sur un an, la progression a ralenti à 2,7% (+2,8% de consensus) après 2,9% en juillet.

Donald Trump déterminé à taxer encore 200 Mds$ de produits chinois

Sur le front commercial, les dernières informations ont quelque peu douché les espoirs des deux derniers jours concernant les négociations entre les Etats-Unis et la Chine. Alors que la Chine avait salué jeudi une invitation adressée par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, proposant d'ouvrir un nouveau volet de négociations commerciales, Donald Trump serait malgré tout déterminé à taxer 200 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires.

Ainsi, selon des sources citées vendredi par l'agence d'informations 'Bloomberg', le président américain a demandé à ses équipes de mettre en oeuvre ces droits de douane. "Trump a chargé ses équipes de mettre en oeuvre des tarifs douaniers sur quelque 200 Mds$ supplémentaires sur des produits chinois en dépit de la tentative de son secrétaire au Trésor (Steven Mnuchin) de relancer des discussions avec Pékin pour résoudre la guerre commerciale", selon ces sources.

La veille, le président américain avait déjà ironisé sur l'utilité de ces futures négociations (révélées par le 'Wall Street Journal'). Via Twitter, il a assuré que contrairement à ce qu'écrit le 'WSJ', les Etats-Unis "ne sont pas sous pression pour conclure un accord avec la Chine, ils sont sous pression pour conclure un accord avec nous. Nos marchés (financiers : ndlr) s'envolent, les leurs s'effondrent. Nous allons bientôt prendre des Milliards en Tarifs (taxes : ndlr) & fabriquer nos produits à la maison."

VALEURS A SUIVRE

L'action Apple (-1,1%) est donc reparti à la baisse, le groupe se retrouvant parmi les groupes pénalisés en cas de mise en oeuvre des nouvelles taxes de Donald Trump sur les importations en provenance de Chine. Le titre a peut-être aussi pâti d'une étude de S3 Partners qui a établi que la firme à la pomme était devenue l'action la plus vendue à découvert de toute la cote... "L'intérêt short" total sur le dossier Apple atteint ainsi 10,52 milliards de dollars au 12 septembre, évalue S3 Partners.

Amazon (-1%), seconde capitalisation boursière mondiale derrière Apple, est la deuxième valeur la plus "shortée" à Wall Street, avec des positions totalisant 9,6 Mds$, tandis que Tesla (+2%), longtemps en tête de ce classement, arrive désormais troisième avec 9,52 Mds$ d'"intérêt short", selon les calculs de S3 Partners.

A noter que le patron d'Amazon, Jeff Bezos, a indiqué qu'une décision concernant l'emplacement du second siège social du géant du e-commerce allait être prise avant la fin de l'année.

Adobe Systems (+2,3%) a publié ses résultats du troisième trimestre fiscal, qui sont ressortis supérieurs aux attentes. Les bénéfice sont de 666,3 M$ (1,34$ par action), contre 419,6 M$ (0,84$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 1,73$. Les revenus s'élèvent à 2,29 Mds$, contre 1,84 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice ajusté par action de 1,69$, pour des revenus de 2,25 Mds$. Adobe est par ailleurs en discussions en vue du rachat de Marketo dans les logiciels marketing, croit savoir Reuters.

Moody's (+1,28%) a annoncé que sa filiale Moody's Analytics Maryland Corp. avait débuté l'offre publique d'achat prévue, précédemment annoncée, visant à acquérir toutes les actions ordinaires en circulation de Reis, Inc. au prix de 23 dollars par action, net pour le vendeur en cash, sans intérêt et déduction faite de toutes les retenues à la source applicables. L'offre publique d'achat fait suite à une annonce du 30 août 2018 informant que Moody's et Reis avaient conclu un accord de fusion définitif afin que Moody's rachète toutes les actions en circulation de Reis dans le cadre d'une transaction entièrement en numéraire évaluée à environ 278 M$.

NiSource (-11,7%) a souffert après une série d'explosions de gaz près de Boston. Son unité Columbia Gas enquête sur la rupture d'un pipeline de gaz naturel, qui pourrait avoir provoqué des dizaines d'explosions près de Boston. Un décès et des dizaines de blessés seraient à déplorer.

Coca-Cola (+0,3%) profite d'une note extrêmement positive de la firme de recherche Guggenheim, qui vient d'initier sa couverture à l'achat. Le broker juge que les ventes et les profits de Coca devraient ressortir supérieurs aux attentes; grâce à sa position de leadership sur un marché très rentable.
Hasbro (stable) a les faveurs de Jefferies. Le courtier juge que la valeur du fabricant de jouets pourrait progresser de 50% d'ici un an ou deux. Jefferies évoque la supériorité de la marque et un pipeline qui devrait soutenir les ventes, tout en générant un solide flux de trésorerie.

Dave Buster s Entertainment (+7,8%), la chaîne américaine de restaurants et de divertissements, publie ses comptes du second trimestre. Les bénéfices sont de 33,8 M$ (0,84$ par action), contre 30,4 M$ (0,71$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 319,2 M$, contre 280,8 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,67$, pour des revenus de 312 M$. A magasins comparables, les ventes reculent de 2,4%, contre -2,6% de consensus. Le groupe rehausse par ailleurs ses objectifs pour l'exercice 2018.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com