Cotation du 25/09/2020 à 23h06 Dow Jones Industrial +1,34% 27 173,96
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : l'ascension se poursuit malgré les doutes sur la reprise

Clôture de Wall Street : l'ascension se poursuit malgré les doutes sur la reprise
Clôture de Wall Street : l'ascension se poursuit malgré les doutes sur la reprise
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a encore progressé mercredi, les indices S&P 500 et Nasdaq inscrivant de nouveaux records, malgré la publication de créations d'emplois moins nombreuses que prévu en août dans le secteur privé, selon l'enquête mensuelle du cabinet ADP. En outre, le Livre Beige de la Fed, publié en soirée, a signalé un essoufflement de la reprise économique en août. Les marchés préfèrent spéculer sur la mise au point d'un vaccin contre le Covid-19 dans les prochains mois, ainsi que sur de nouvelles mesures de soutien de la Fed et de l'Etat américain, malgré les difficultés actuelles à trouver un accord bipartisan au Congrès.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 1,59% à 29.100 points, terminant à environ 1,5% de son dernier record historique de février 2020 (à 29.551 pts). L'indice large S&P 500 a avancé de 1,54% à 3.580 pts et le Nasdaq Composite a grimpé de 0,98% à 12.056 pts, signant son 4e record d'affilée et terminant pour la 1e fois au-dessus des 12.000 pts.

Une fois n'est pas coutume, les valeurs technologiques ont été reléguées au second plan par des valeurs plus défensives comme Coca-Cola (+4,2%) ou le producteur de whiskey Brown-Forman (+9,6%). Plusieurs stars technos ont subi des prises de bénéfices après leur récente envolée, notamment Apple (-2%) et Tesla (-5,8%).

La reprise se poursuit, mais avec moins d'emplois que prévu

Selon le rapport mensuel publié mercredi par ADP, les créations de postes dans le secteur privé aux Etats-Unis en août se sont limitées à 428.000, contre 900.000 attendues par le consensus et après 212.000 en juillet (lecture révisée).

Les marchés ont peu réagi à ce chiffre décevant, dans l'attente du rapport officiel et complet sur l'emploi en août, qui sera publié vendredi. Le consensus compilé par l'agence 'Reuters' table sur la création de 1,4 million de postes le mois dernier. Le taux de chômage devrait revenir autour de 9,8% contre 10,2% en juillet. Avant la crise du Covid-19, il était tombé à son plus bas niveau depuis 50 ans, à 3,5%. Le coronavirus a entraîné la perte d'environ 20 millions d'emplois aux Etats-Unis en mars-avril. Depuis, moins de la moitié, soit environ 41%, de ces postes ont été recréés, a indiqué mardi le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, mesurant le chemin restant à parcourir pour surmonter cette crise.

Par ailleurs, les commandes à l'industrie, également publiées mercredi, ont progressé pour le 3e mois consécutif aux Etats-Unis, bondissant de 6,4% en juillet par rapport à juin, après un bond de 6,4% également en juin. Le consensus tablait sur une hausse de 6%.

Les cours du pétrole ont fléchi mercredi malgré l'annonce d'une très forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine passée. Le contrat à terme d'octobre sur le baril de brut léger américain (WTI) perd 2,9% à 41,51$ sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance novembre perd 2,5% à 44,43$ le baril.

D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close au 28 août ont chuté de 9,4 millions de barils à 498,4 mb, contre un consensus de -1,9 million de barils. Les réserves d'essence ont diminué de 4,3 millions de barils (contre une baisse de 3 mb anticipée par le marché), alors que les stocks de produits distillés ont reculé de 1,7 mb par rapport à la précédente semaine, contre un repli de 1,4 mb attendu.

Des nouvelles actions attendues de la Fed et du Congrès

Le Livre Beige de la Fed, publié en soirée, a signalé que le rebond de l'économie américaine a ralenti en août sur fond d'anxiété latente concernant le coronavirus Covid-19. Ce rapport, qui résume les conditions économiques régionales aux Etats-Unis, relève que le marché de l'emploi a ralenti, alors que des postes en chômage partiel depuis le printemps ont été définitivement supprimés en août en raison de la faiblesse de la demande. Parmi les secteurs ayant licencié en août figurent des compagnies aériennes, des hôtels, mais aussi des écoles.

Plusieurs membres de la Fed s'exprimaient mercredi, dont Loretta Mester (Fed de Cleveland), qui a elle aussi averti que "la reprise économique de mai et juin a ralenti ces deux derniers mois". Mardi, l'une des gouverneurs de la Fed, Lael Brainard, a contribué à soutenir la Bourse en estimant que la Réserve fédérale devra faire de nouveaux efforts "dans les mois à venir". "Il sera important de donner les moyens nécessaires pour atteindre le plein emploi et une inflation moyenne de 2% sur la durée", a indiqué Mme Brainard lors d'un débat en ligne organisé par la Brookings Institution.

La semaine dernière, le président de la Fed, Jerome Powell, avait présenté la nouvelle stratégie de la banque centrale américaine, qui consistera notamment à tolérer une hausse temporaire de l'inflation au-dessus de l'objectif de 2% afin de soutenir la croissance.

Les investisseurs ont aussi réagi positivement mercredi à des informations publiées par l'agence Bloomberg, selon lesquelles le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a repris les discussions avec Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, pour tenter de sortir de l'impasse sur le nouveau plan de soutien à l'économie américaine.

VALEURS A SUIVRE

Tesla (-5,8%) a continué de corriger après son récent "rally", entraînant dans son sillage son concurrent chinois Nio (-1%). L'annonce mardi d'un projet d'augmentation de capital de 5 milliards de dollars a donné le signal de la baisse pour Tesla. Mercredi, on apprenait en outre qu'un des plus importants actionnaires du constructeur de véhicules électriques, le fonds écossais Baillie Gifford, a vendu récemment un bloc de titres afin de rééquilibrer les actifs au sein du fonds. Le titre Tesla a bondi de 50% en un mois, et a été multiplié par 5 depuis le début de l'année.

Apple (-2%) fait aussi l'objet de prises de bénéfices après avoir grimpé ces derniers jours à de nouveaux records, soutenu par une division par 4 du nominal de l'action, ainsi que des perspectives prometteuses pour sa prochaine génération d'iPhones, dont le lancement est attendu dans les prochaines semaines.

Altice USA (+3,5%) a offert 10,3 milliards de dollars canadiens (7,8 Mds$) en numérairepour acheter Cogeco et Cogeco Communications, dont le titre a bondi de 29,6% à Wall Street.

Johnson & Johnson (+1,5%). Le groupe pharmaceutique a annoncé interrompre le développement de son traitement de la grippe "pimodivir", dont les essais de phase 3 ont montré que la molécule n'apportait pas d'amélioration de l'état des patients.

Nvidia a encore gagné 3,8% profitant toujours du lancement mardi d'une nouvelle génération de cartes graphiques, orientées vers les jeux vidéo. Mercredi, le titre est aussi soutenu par le relèvement par UBS de son objectif de cours sur le concepteur californien de semi-conducteurs, qui passe de 528$ à 625$.

DraftKings (+8%). Le titre du site de paris sportifs en ligne a gagné jusqu'à 12% en séance après l'annonce du recrutement de la star du basket Michael Jordan en tant que conseiller. Il va aussi acquérir une part du capital de DraftKings, a précisé la société, sans préciser le montant de cette participation. Michael Jordan, véritable légende de la NBA, a décroché dans les années 1990 six titres de champion avec le club des Chicago Bulls.

Lululemon (+1,8%) a progressé après la révision à la hausse des objectifs de cours par plusieurs brokers, à une semaine de la publication des résultats trimestriels du distributeur de vêtements de yoga.

AMC (+16%). Le groupe américain de médias a annoncé la réouverture de 70% de ses salles de cinéma aux USA.

ExxonMobil (-0,6%) envisage de supprimer des emplois au niveau mondial. Le colosse pétrolier américain a déjà annoncé un plan de départs volontaires en Australie.

Guess (+11,6%). Le spécialiste de la mode a dévoilé des comptes meilleurs qu'attendu au titre du deuxième trimestre. Il fait aussi état de la restauration d'un dividende.

Macy's (+0,57%). La chaîne américaine de magasins a révélé des revenus trimestriels supérieurs aux attentes et une perte moins lourde que prévu, grâce surtout à la solidité des ventes en ligne.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !