Cotation du 11/12/2018 à 17h48 Dow Jones Industrial +0,20% 24 471,88
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : fin de semaine en net repli

Clôture de Wall Street : fin de semaine en net repli
Clôture de Wall Street : fin de semaine en net repli
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street s'est affiché en forte baisse ce vendredi soir à la clôture, après trois séances consécutives de rebond... Les opérateurs, plutôt optimistes ces derniers jours quant à l'évolution des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, font désormais preuve d'une plus grande prudence alors que Donald Trump multiplie les déclarations et les annonces protectionnistes... Le dernier rapport mensuel de l'emploi US est ressorti quant à lui assez décevant. Le DJIA perd 2,34% à 23.933 pts, le Nasdaq régresse de 2,28% à 6.915 pts, et le S&P500 corrige de 2,19% à 2.604 pts.

ECO ET DEVISES

Trump a annoncé avoir demandé au bureau du représentant américain au commerce d'étudier la mise en place de droits de douane sur 100 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires... Le dirigeant américain précise qu'il s'agit de sa réponse aux représailles de Pékin, jugées 'injustes', et consécutives à une première série de tarifs douaniers sur environ 50 Mds$ de produits chinois essentiellement technologiques. Trump juge qu'au lieu de remédier à ses mauvaises actions, la Chine "a décidé de nuire à nos agriculteurs et à nos producteurs"...

Les chiffres de l'emploi américain dévoilés ce jour sont ressortis par ailleurs décevants. Néanmoins, ils constituent également un argument en faveur d'une politique de taux accommodante de la Fed... D'après le Département américain au travail ce vendredi, les créations de postes non-agricoles du mois de mars 2018 sont ressorties au nombre de 103.000, contre un consensus de place voisin de 190.000 et un niveau révisé (en hausse) à 326.000 pour le mois de février. Le taux de chômage, qui était attendu en repli à 4%, est en fait ressorti stable à 4,1% en mars.
Les créations d'emplois dans le privé au mois de mars sont ressorties à 102.000, contre 180.000 de consensus et 320.000 pour la lecture révisée du mois de février.
Le taux de participation à la force de travail s'est établi à 62,9% pour le mois de mars, sans grande évolution. Le ratio emploi sur population, quant à lui, s'est maintenu à 60,4%.
Le salaire mensuel horaire moyen a augmenté de 0,3% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec les prévisions d'économistes (après une hausse de 0,1% en février). L'inflation salariale atteint donc 2,7% en base annualisée pour le mois de mars, contre 2,6% un mois avant.
Les créations totales du mois de février ont été révisées à 326.000, contre 313.000 auparavant estimé. Par contre, les créations d'emplois non-agricoles du mois de janvier ont été revues à la baisse, à 176.000, contre 239.000 auparavant évalué.

"Il est probable que la Réserve fédérale doive continuer à relever les taux d'intérêt pour pouvoir maîtriser l'évolution de l'inflation", a déclaré ce vendredi son président Jerome Powell qui ajoute que le marché du travail semble proche du plein emploi et que l'inflation est bien partie pour progresser dans les mois à venir vers l'objectif de la banque centrale, soit un taux de 2%... "Tant que l'économie continue globalement sa trajectoire actuelle, de nouvelles hausses progressives du taux des Fed funds seront le meilleur moyen d'assurer ces objectifs", a expliqué le patron de la Fed à Chicago, ajoutant que les risques pour les perspectives économiques étaient "en gros équilibrés".
Le discours de Jerome Powell a traité des perspectives économiques sans faire allusion aux risques induits par l'escalade des tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Rappelons que la banque centrale US a entrepris de relever les taux par étapes depuis 2015, le dernier resserrement datant du mois de mars. La Fed s'attend à deux autres hausses des taux cette année... L'euro se cale sur les 1,2285/$, tandis que le pétrole recule sur les 67$ le baril Brent.

LES VALEURS

Netflix (-1,7%), le colosse américain de la vidéo en streaming, étudierait selon 'Reuters' une éventuelle opération de croissance externe, d'un montant voisin de 300 millions de dollars, avec l'acquisition potentielle de Regency Outdoor Advertising. L'agence Reuters cite à ce sujet des sources familières de la question. Regency Outdoor Advertising est une firme active dans les panneaux d'affichage à Los Angeles, contrôlée par les frères Drake et Brian Kennedy. Netflix a déjà utilisé les services de Regency, pour faire la publicité de ses séries originales ('the Crown' ou 'Stranger Things').

Spotify (+2,9%). Il n'y aura pas eu d'euphorie boursière cette semaine pour cette introduction très attendue à Wall Street... Le dossier est valorisé environ 26 milliards de dollars. Le géant suédois de la musique en streaming débarquait mardi sur le NYSE sous le symbole 'SPOT', par cotation directe ! Le titre a coté tard dans la journée mardi, ouvrant à 165,9$ (+26%) en comparaison d'un prix de référence de 132$, avant de terminer la séance en progression de 12,9% à 149$. Néanmoins, par rapport au cours d'ouverture de mardi, le titre a abandonné déjà 12%, les opérateurs demeurant assez prudents.

Tesla (-2%). Le groupe d'Elon Musk a minimisé le début d'incendie survenu en début de semaine sur son site de Fremont... La production a été simplement temporairement suspendue mardi matin, a assuré la compagnie, contactée par CNBC. Cette semaine, tesla est enfin parvenu à rassurer (partiellement au moins) concernant sa capacité à poursuivre sans difficulté majeure ses opérations. Tesla a délivré des chiffres trimestriels de ventes inférieurs aux dernières anticipations du groupe, mais supérieurs à certaines projections d'analystes. De plus, Tesla promet d'accélérer sur son Model 3 grand public, et exclut pour l'heure toute levée de fonds. Évidemment, ces promesses n'engagent que ceux qui veulent bien y croire, et Tesla n'est pas réputé pour la précision de son plan de marche...

Apple (-2,5%). L'impact de la réforme fiscale de l'administration Trump pourrait se révéler très positif pour les actionnaires d'Apple, juge Citi Research, dont les commentaires sont relayés par CNBC. Ainsi, le groupe californien de Cupertino pourrait améliorer encore sa politique d'allocation de capital. Le groupe à la pomme pourrait même doper de 100 milliards de dollars ses 'retours aux actionnaires', à savoir ses rachats d'actions et ses dividendes. Citi Research confirme donc très logiquement son conseil d'achat sur la valeur Apple à Wall Street... Selon le broker, le groupe dirigé par Tim Cook utilisera les 'produits' de la réforme fiscale pour renforcer significativement ses rachats de titres et son dividende. Le courtier a bien conscience de la demande plus modérée pour l'iPhone X. Néanmoins, il s'attend à ce que les investisseurs se concentrent plutôt sur cette stratégie d'allocation de capital. Le broker pense que le 'lineup' du second semestre et la solidité des activités de services devraient aussi soutenir les cours. L'objectif de cours est fixé à 200$. En conclusion, le spécialiste de Citi juge le titre Apple toujours attractif

Amazon : redonne 3,2% avec Facebook (-1,2%) en attendant l'audition de son patron la semaine prochaine devant le Congrès US dans l'affaire des fuites de données de millions d'utilisateurs...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com