Cotation du 13/11/2018 à 22h56 Dow Jones Industrial -0,40% 25 286,49
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : envolée de plus de 2% après les "Midterms"

Clôture de Wall Street : envolée de plus de 2% après les "Midterms"
Clôture de Wall Street : envolée de plus de 2% après les 'Midterms'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La levée des incertitudes sur les élections de mi-mandat a galvanisé mercredi la Bourse de New York. Le scrutin n'a pas réservé de surprises par rapport aux sondages, mais la levée des incertitudes a été saluée. Ainsi, les Républicains ont perdu la majorité à la Chambre des représentants face aux Démocrates, mais Donald Trump conserve son ascendant sur son camp via une majorité accrue au Sénat et semble déjà orienté vers une candidature pour la présidentielle de 2020.

A la clôture, l'indice Dow Jones a bondi de 2,13% à 26.180 points (un bond de plus de 500 points), tandis que l'indice large S&P 500 a regagné 2,12% à 2.814 pts et que l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques a grimpé de 2,64% à 7.570 pts. Les valeurs internet, très attaquées ces derniers temps ont vivement rebondi, notamment Amazon (+6,8%!), Netflix (+5,3%), Apple (+3%), Alphabet (+3,5%) et dans une moindre mesure Facebook (+1%).

La volatilité retombe, le dollar et les taux fléchissent

L'indice VIX de la volatilité s'est nettement dégonflé, témoignant du soulagement après l'issue sans grande surprise des élections de mi-mandat. L'"indice de la peur" a plongé mercredi de 16% pour revenir à 16,71 points, en dessous de sa moyenne historique de 20.

Sur le marché des changes, le dollar s'est affaibli à l'annonce des résultats des élections. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence, a reculé de 0,20% à 96,12 points en fin de soirée. L'euro a gagné de son côté 0,12% face au billet vert, à 1,1441$. Sur le marché obligataire américain, les taux d'intérêts se sont détendus mercredi, le rendement de l'emprunt d'Etat (T-Bond) à 10 ans reculant en séance de 5 points de base à 3,18%, avant de remonter à 3,22% (-1 pdb) à la clôture.

Les Républicains de Donald Trump ont donc perdu leur majorité à la Chambre des représentants, mais ils ont accru leur majorité au Sénat, un résultat somme toute équilibré, qui avait été largement anticipé par les marchés financiers. Alors que certains observateurs prévoyaient un revers électoral plus important pour Donald Trump, le président américain s'est félicité via Twitter en saluant un "énorme succès".

Perspective de soutien budgétaire moins important

Des analystes soulignent que la perte de la majorité à la Chambre devrait limiter la capacité du président Donald Trump à faire passer certaines de ses réformes, notamment en matière de fiscalité ou de dépenses d'infrastructures. Cela pourrait aussi limiter la hausse de la dette publique liée à la politique expansionniste du président.

La baisse du dollar et des taux, mercredi, traduisait selon les observateurs cette perspective d'un soutien budgétaire moins important dans les deux prochaines années que celui souhaité par la Maison blanche. Cette nouvelle donne pourrait en effet peser sur les perspectives de croissance de l'économie et des profits, voire freiner le cycle de hausse des taux de la Fed si elle fait ralentir l'inflation. Or, toute perspective de voir bientôt la fin du cycle de relèvement des taux est un élément favorable pour les marchés d'actions.

Statu quo attendu jeudi de la Fed sur ses taux

Maintenant que le suspense des "midterms" est passé, le marché devrait se concentrer sur les fondamentaux, à commencer par l'évolution des taux d'intérêts et les effets sur l'économie des barrières douanières de Donald Trump. La Fed pourrait donner des indication à ce sujet jeudi, à l'issue de sa réunion entamée ce mercredi.

Les analystes attendent dans leur immense majorité un statu quo de la Fed sur les taux directeurs, actuellement fixés entre 2% et 2,25%, mais ils scruteront en détail le communiqué de la banque centrale américaine, à défaut d'entendre son président, Jerome Powell. En effet, cette réunion ne sera pas suivie d'une conférence de presse du patron de la Fed, qui s'exprimera en public à l'issue de la prochaine réunion des 18 et 19 décembre. Les marchés s'attendent à cette occasion à un nouveau tour de vis monétaire d'un quart de point, qui serait le 4ème cette année.

Le pétrole WTI a cédé plus de 18% depuis début octobre

Les prix du pétrole ont chuté après la publication d'une nouvelle hausse des stocks de brut aux Etats-Unis, pour la 7ème semaine consécutive. Le baril de brut léger américain WTI a cédé 0,87%, à 61,67$ (contrat de décembre), sa 8ème séance de baisse consécutive, tandis que le Brent a reculé de 0,08% à 72,07$ (contrat de janvier). Le WTI est désormais revenu à son plus bas niveau depuis 7 mois et a plongé de plus de 18% depuis ses plus hauts de l'année, au-delà de 76$, atteints début octobre.

Les cours de l'or noir avaient plafonné début octobre dans la crainte d'une pénurie liée au retour des sanctions américaines sur les exportations de pétrole iranien, le 4 novembre. Mais ils ont ensuite fortement reculé lorsqu'il est apparu que cette pénurie ne semblait pas susceptible de se concrétiser.

L'Arabie saoudite et la Russie se montrent en effet prêts à ouvrir les vannes pour alimenter les marchés mondiaux, tandis que les stocks pétroliers, notamment aux Etats-Unis sont sur une pente ascendante. En outre, 8 pays ont obtenu une dérogation temporaire de Washington sur les sanctions et pourront donc continuer à acheter du pétrole iranien.

VALEURS A SUIVRE

Office Depot (+24% !) a annoncé ses résultats du troisième trimestre. Les profits sont de 60 M$ (0,11$ par action), contre 92 M$ (0,18$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,13$. Les ventes s'élèvent à 2,89 Mds$, contre 2,62 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,12$, pour des ventes de 2,83 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise désormais des ventes de 11 Mds$ (contre 10,8 Mds$ jusqu'ici).

Michael Kors (-14,6%) a publié ses chiffres du troisième trimestre. Le résultat net ressort à 137,6 M$ (0,91$ par action), contre 202,9 M$ (1,32$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,27$. Les revenus s'élèvent à 1,25 Md$, contre 1,15 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,27$, pour des revenus de 1,26 Md$. Sur 2018, le groupe vise désormais un bpa logé entre 4,95 et 5,05$, contre une précédente fourchette de 4,90/5$.

Humana (+6,6%) a dévoilé ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 901 M$ (4,65$ par action), contre 799 M$ (3,44$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 4,58$, contre 3,39$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 4,27$. Sur l'exercice, le groupe rehausse ses prévisions et vise désormais un bpa d'environ 14,40$.

Match (-17%) a annoncé ses comptes du troisième trimestre. Les revenus sont de 444 M$, contre 343 M$ un an avant. Les bénéfices s'élèvent à 130,2 M$ (0,44$ par action), contre 287,7 M$ (0,98$ par action) un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort à 0,39$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,35$, pour des revenus de 438 M$.

Etsy (+23,6%) a publié ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 19,9 M$ (0,15$ par action), contre 25,8 M$ (0,21$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 150,4 M$, contre 106,4 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,07$, pour des revenus de 150 M$. Sur l'exercice, le groupe vise des revenus compris entre 596 et 600 M$.

Groupon (-10,6%) a présenté ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 44,6 M$ (0,08$ par action), contre 59 K$ un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,04$. Les revenus s'élèvent à 592,9 M$, contre 634,5 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,03$, pour des ventes de 602 M$.

Dean Foods (-22%) a annoncé ses résultats du troisième trimestre. La perte nette ressort à 26,4 M$ (0,29$ par action), contre un bénéfice de 1,4 M$ (0,02$ par action) un an avant. En base ajustée, la perte par action s'affiche à 0,28$. Les revenus s'élèvent à 1,89 Md$, contre 1,94 Md$ il y a un an. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action de 0,06$, pour des revenus de 1,84 Md$.

21st Century Fox (+0,75%) a publié des profits en ligne avec les attentes mais des revenus décevants pour son premier trimestre fiscal 2019. La firme a ainsi réalisé un bpa de 0,52$ et des revenus de 7,18 Mds$, alors que le consensus se situait à 0,52$ et 7,25 Mds$. Un an avant, le bénéfice par action atteignait 0,49$, pour un chiffre d'affaires de 7 Mds$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com