Cotation du 17/11/2017 à 22h52 Dow Jones Industrial -0,43% 23 358,24
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en repli avec la réforme fiscale, la Chine et GE

Clôture de Wall Street : en repli avec la réforme fiscale, la Chine et GE
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les facteurs d'incertitude se sont conjugués mardi à Wall Street pour rendre les investisseurs prudents face à la prise de risque. Les trois principaux indices boursiers américains ont fini en légère baisse, après des signes d'essoufflement de l'économie chinoise en octobre et alors que les discussions au Congrès sur la réforme fiscale font craindre du retard, voire une remise en cause de certaines baisses d'impôts prévues. Le dollar s'est replié, tandis que les cours du pétrole WTI ont chuté de près de 2%. L'action General Electric a encore plongé de 5,8%, tandis qu'Apple (-1,5%) a enregistré sa 4ème séance de baisse consécutive après ses récents records.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé mardi 0,13% à 23.409 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,24% à 2.578 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a lâché 0,29%, finissant à 6.738 pts.

Sur le marché des changes, le dollar a cédé du terrain : l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence, a reculé de 0,7% à 93,84, portant le recul du billet vert à 1,2% en une semaine. L'euro a fini sur un bond de 1,1% à 1,1793$, après l'annonce d'un PIB allemand supérieur aux attentes au 3ème trimestre (+0,8% au lieu de +0,6% attendu).

Le billet vert a pâti ces derniers jours des divisions entre les Républicains du Sénat et de la Chambre des représentants sur le contenu de la réforme fiscale aux Etats-Unis. Ces dissensions menacent de reporter le projet de loi ou d'en diminuer la portée, ce qui affaiblit les perspectives du billet vert et de la croissance américaine.

Le marché pétrolier bouleversé par la hausse de la production américaine

Le pétrole WTI a vivement reculé après la publication des rapports mensuel et annuel de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), qui voit la demande de pétrole progresser moins vite que prévu et la production américaine de pétrole de schiste poursuivre son essor. Sur le Nymex, le cours du baril de brut léger américain WTI (contrat à terme de décembre) a chuté de 1,87% à 55,70$. Au moment de la clôture du Nymex, le Brent de la Mer du Nord cédait en 1,5%, à 62,21$.

L'AIE a estimé que le rééquilibrage du marché pétrolier serait retardé en raison d'une demande moins vigoureuse, et ce malgré les coupes de production de l'Opep. En outre, les Etats-Unis devraient dominer le marché mondial du pétrole d'ici à 2025, bouleversant le marché avec son pétrole de schiste, selon l'AIE.

Des signes de ralentissement en Chine en octobre

Sur le plan macro-économique, l'indice des prix à la production aux Etats-Unis a augmenté plus que prévu en octobre, de 0,4% en comparaison avec septembre, contre +0,1% de consensus. Hors alimentation et énergie, la progression s'affiche à +0,4% également, par rapport au mois précédent, contre +0,2% de consensus. En comparaison de l'an dernier, le 'PPI' a augmenté de +2,8% (+2,4% hors alimentation et énergie). Si cette donnée se propage aux prix de détail (qui seront publiés jeudi), elle pourrait conforter la Fed dans ses projets de relever une nouvelle fois les taux directeurs lors de sa réunion de décembre.

En Chine, la production industrielle et les ventes au détail ont ralenti plus qu'attendu en octobre, la deuxième économie mondiale montrant des signes d'essoufflement. La production industrielle a progressé de 6,2% le mois dernier par rapport à octobre 2016, après +6,6% en septembre. Les analystes sondés par l'agence Bloomberg News attendaient une hausse de 6,3%. De leur côté, les ventes au détail ont augmenté de 10% sur un an en octobre, contre un bond de 10,3% en septembre et alors que le consensus tablait sur une accélération à 10,5%.

VALEURS A SUIVRE

General Electric (-5,8%). Le broker RBC Capital a dégradé de "surperformance" à "performance de secteur", sa recommandation sur le titre du conglomérat américain. L'objectif de cours passe ainsi de 25 à 20$. Le titre GE avait déjà plongé de 7% lundi, après avoir annoncé une baisse de son dividende, un recentrage de son activité sur trois entités et un projet de cession de plus de 20 Mds$ d'actifs afin de redresser sa rentabilité.

Apple (-1,5%) a inscrit une quatrième séance de baisse consécutive, après ses records de la semaine dernière. Le titre de la firme à la pomme a réagi mardi à l'annonce de résultats décevants au 3ème trimestre pour son sous-traitant asiatique Foxconn. Résultats qui pourraient être liés aux difficultés de production du nouvel iPhone X selon certains analystes... L'action Apple a désormais cédé 2,5% par rapport à son record historique de mercredi dernier, à 176,24$, mais elle gagne encore 48% depuis le 1er janvier.

Dick's Sporting Goods (-2,8%) publie ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 36,9 M$ (0,35$ par action), contre 48,9 M$ (0,44$ par action) un an plus tôt. Les ventes s'affichent à 1,94 Md$, contre 1,81 Md$ un an avant. En non-GAAP, le bpa ressort à 0,30$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,26$, pour des revenus de 1,9 Md$. A magasins comparables, les ventes baissent de -0,9%, contre -2,7% de consensus. Sur 2017, le groupe vise un bpa compris entre 2,92 et 3,04$. Sur 2018, le bpa est attendu en baisse d'au moins 20%.

Advance Auto Parts (+16,3%) présente ses comptes du troisième trimestre. Les profits ressortent à 96 M$ (1,30$ par action), contre 113,8 M$ (1,53$ par action) un an avant. Le bénéfice par action ajusté s'affiche à 1,43$, contre 1,73$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 2,18 Mds$, contre 2,25 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,21$, pour des revenus de 2,21 Mds$. Les ventes "comparables" baissent de -3,4%, contre -2,1% de consensus. Sur 2017, le groupe vise des ventes en recul de 3 à 1% en base comparable.

General Mills (+2,1%) confirme ses objectifs 2018, à savoir des ventes organiques en baisse de 1 à 2% par rapport à 2017, et un bénéfice par action ajusté en progression de 1 à 2% à taux de change constant.

Home Depot (+1,6%) dévoile ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 2,17 Mds$ (1,84$ par action), contre 1,97 Md$ (1,60$ par action) un an avant. Les ventes montent de 8,1% à 25 Mds$ (+7,9% à magasins comparables). Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,82$, pour des revenus de 24,5 Mds$. Sur l'exercice, le groupe rehausse ses prévisions et vise désormais des ventes en hausse de 6,3% et en croissance de 6,5% à magasins comparables. Le bpa est quant à lui attendu en progression de 14% en glissement annuel (soit environ 7,36$, contre une précédente anticipation de 7,15$).

Qualcomm (-0,7%). Le broker RBC Capital maintient sa recommandation "surperformance" sur le titre à Wall Street, et rehausse, de 70 à 77$, son objectif de cours. Qualcomm a rejeté hier l'OPA de Broadcom.

Mattel (+5,1%) reste sous surveillance après s'être envolé de plus de 20% hier, dopé par des espoirs de fusion avec Hasbro.

TJX (-4%) publie ses comptes du troisième trimestre. Les ventes montent de 6% en glissement annuel, à 8,76 Mds$ (stables à magasins comparables). Les bénéfices sont de 641 M$, faisant ressortir un bpa de 1$ en croissance de 20% et en hausse de 10% en base comparable. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1$, pour des revenus de 8,86 Mds$. Sur le T4, le groupe vise un bpa compris entre 1,14 et 1,16$. Le bpa annuel est ainsi attendu entre 3,80 et 3,82$.

©2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Clôture de Wall Street : en repli avec la réforme fiscale, la Chine et GE

Partenaires de Boursier.com