Cotation du 20/08/2019 à 22h59 Dow Jones Industrial -0,66% 25 962,44
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé pour l'avant-dernière séance de 2018

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé pour l'avant-dernière séance de 2018
Clôture de Wall Street : en ordre dispersé pour l'avant-dernière séance de 2018
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après avoir connu des montagnes russes ces derniers jours, Wall Street a terminé la semaine dans le calme, en l'absence de facteurs nouveaux, et alors qu'il ne reste qu'une seule séance à venir avant de clore l'année 2018. Les indices ont fini proche de l'équilibre, après une semaine marquée par une chute de 2% à 3% lundi, suivie d'un rebond de l'ordre de 5% mercredi... Les marchés restent nerveux, alors que Donald Trump a menacé de fermer la frontière avec le Mexique s'il n'obtient pas du Congrès le financement du mur transfrontalier qu'il a promis à ses électeurs. Le "shutdown" partiel des administrations américaines, lié à ce bras de fer politique, s'est poursuivi vendredi pour le 7ème jour et durera au moins jusqu'au 2 janvier.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé vendredi 0,33% à 23.062 points, tandis que l'indice large S&P 500 a terminé en baisse de 0,12% à 2.485 pts, et que l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a légèrement progressé, de 0,08%, à 6.584 pts.

Sur l'ensemble de la semaine, les trois indices affichent un rebond de respectivement 2,7%, 2,8% et 3,9%. Ils mettent ainsi fin à trois semaines consécutives de forte baisse, qui les avaient fait plonger de plus de 12%. Depuis le début de l'année, le Dow Jones recule de 6,7%, le S&P 500 cède 7% et le Nasdaq recule de 4,6%.

Le dollar se stabilise, les obligations toujours recherchées comme valeurs refuge

La crainte d'un ralentissement prononcé de la croissance mondiale, sur fond de guerre commerciale, associée à des taux d'intérêts plus élevés ont fortement déprimé les marchés ces dernières semaines. Les investisseurs sont en outre sensibles aux soubresauts politiques entourant Donald Trump et son équipe : renvoi du secrétaire à la Défense Jim Mattis, enquête sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle, et surtout, rumeurs (démenties) de limogeage de Jerome Powell, le président de la Fed...

Vendredi, bien qu'aucun de ces risques n'ait été atténué, les marchés ont donc retrouvé un certain calme. Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à 6 devises de référence a cédé 0,10% à 96,35 points.

Sur les marchés obligataires, les titres ont été recherchés, traduisant encore un forte dose d'aversion au risque. Les taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse des cours) ont nettement reculé, le rendement du bon du Trésor américain (T-Bond) à 10 ans cédant 5 points de base à 2,71%.

Le pétrole a fini dans le calme après une semaine en dents de scie. Sur le Nymex, le contrat à terme de février sur le brut léger américain WTI a progressé de 1,61%, à 45,33$ le baril, tandis que le cours du Brent de Mer du Nord (contrat de février), a gagné 0,1% à 52,20$ le baril. Les stocks de pétrole brut des Etats-Unis se sont stabilisés cette semaine (-100.000 barils) alors que les analystes attendaient une forte baisse de l'ordre de 3,4 millions de barils, selon les chiffres publiés vendredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

Les marchés pétroliers continuent d'être tiraillés par les doutes entourant l'évolution de l'économie mondiale et des craintes d'un nouvel engorgement du marché, malgré la décision de l'Opep et de ses alliés de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour à partir du 1er janvier prochain.

Donald Trump tonne contre les "démocrates obstructionnistes"

Sur le front politique, le président Donald Trump a donc menacé ce vendredi de fermer la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique si les démocrates du Congrès n'acceptaient pas de financer la construction de son fameux mur. "Nous allons être contraints de fermer la frontière sud complètement si les démocrates obstructionnistes ne nous donnent pas l'argent pour terminer le mur", a tweeté Donald Trump, en leur demandant également de "changer les lois ridicules sur l'immigration dont notre pays est affublé".

Après l'échec de négociations entre démocrates et républicains, jeudi, le "shutdown" va se prolonger au moins jusqu'à mercredi prochain, date à laquelle le Sénat reprendra l'examen de la loi budgétaire.

Pour Nouriel Roubini, Trump est le "Dr Folamour des marchés financiers"

Vendredi, un économiste de renom, Nouriel Roubini, s'en est pris au président américain, accusé de provoquer des tensions susceptibles d'entraîner une récession mondiale. Dans une tribune publiée par le site boursier 'marketwatch.com' (groupe Dow Jones'), Nouriel Roubini affirme que "Donald Trump est devenu le Dr Folamour des marchés financiers. Comme le fou paranoïaque du film de Stanley Kubrick, il flirte avec la destruction économique réciproque. Maintenant que les marchés ont compris ce danger, le risque d'une récession globale à augmenté", conclut l'économiste...

La chute des marchés financiers au 4ème trimestre "est une réponse aux outrances et aux actions de Trump", ajoute Roubini, qui juge les attaques du président contre la Réserve fédérale encore plus graves que le risque d'une guerre commerciale totale avec la Chine. Il note que les critiques de Trump contre Jerome Powell, le patron de la Fed, ont commencé en avril dernier, lorsque la croissance caracolait encore à un rythme de 4% par an, avant de ralentir.

Parmi les statistiques du jour, l'indice manufacturier PMI de Chicago du mois de décembre 2018 est ressorti à 65,4, un niveau extrêmement solide, supérieur à un consensus de place de 62,4, mais en léger repli en comparaison du niveau de 66,4 rapporté un mois plus tôt.

En revanche, l'indice des promesses de ventes de logements a déçu, en baisse de 0,7% en novembre en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +1,5% et une lecture antérieure de -2,6%.

La Chine fait des concessions commerciales

En pleine trêve de la guerre commerciale sino-américaine, des progrès sont encore constatés avec la Chine, qui vient de s'ouvrir aux importations américaines de riz pour la toute première fois. Washington et Pékin doivent reprendre leurs négociations commerciales en janvier...

Jeudi, la Chine a présenté son projet de loi destiné à soutenir l'investissement étranger en interdisant notamment les transferts 'forcés' de technologies ou les interférences gouvernementales dans les activités étrangères. Pékin entend ainsi faciliter l'accès des entreprises et investisseurs étrangers à son marché, et mieux protéger leurs droits. Ces efforts sont néanmoins attendus réciproques, puisque la Chine se réserve le droit de répliquer contre les pays étrangers qui défavoriseraient l'investissement chinois. Les législateurs chinois en appelleraient à une prompte délibération au sujet de ce projet de loi afin de procéder au vote aussi rapidement que possible...

VALEURS A SUIVRE

Tesla (+5,6%). Le groupe d'Elon Musk vient de nommer Larry Ellison et Kathleen Wilson-Thompson au conseil d'administration. Ils seront les deux administrateurs indépendants requis dans le cadre de l'accord conclu avec la SEC en septembre, suite à l'affaire des 'tweets' de Musk relatifs à la sortie de la cote (depuis abandonnée) de Tesla. Ellison, fondateur d'Oracle, et Kathleen Wilson-Thompson, DRH de Walgreens Boots Alliance, rejoignent immédiatement le 'board' du constructeur de véhicules électriques. Plus tôt cette année, Ellison avait acquis 3 millions de titres Tesla.

"Avec Larry et Kathleen, nous avons ajouté un entrepreneur et un responsable des ressources humaines de premier plan, tous deux passionnés par l'énergie durable", précise Tesla. Le groupe explique que son conseil a conduit un processus approfondi et exhaustif dans la recherche de ses deux nouveaux administrateurs indépendants, en considérant des candidats possédant une vaste gamme de compétences et croyant fermement en la mission de Tesla ("accélérer la transition du monde vers une énergie durable").

Apple (stable) a profité de la baisse du taux d'imposition des sociétés aux Etats-Unis pour rapatrier d'énormes sommes de cash détenues à l'étranger. Une manne destinée notamment à racheter ses propres actions. Selon les données du 'Wall Street Journal', la firme californienne a ainsi consacré 62,9 milliards de dollars à ces rachats au premier semestre 2018. Compte tenu de la chute des marchés boursiers, qui n'a pas épargné Apple, le fabricant de l'iPhone aurait pu économiser 9 Mds$ en rachetant ses titres aux cours actuel. Malgré ce timing peu opportun pour les caisses d'Apple, ces rachats de titres ont le mérite d'accroître le bénéfice par action et le montant du dividende.

Amazon (+1,1) et Sinclair Broadcast Group discuteraient avec les New York Yankees en vue d'une offre commune sur le réseau régional de sport 'Yes' de l'équipe de baseball du Bronx. C'est du moins ce qu'affirme ce vendredi le bien renseigné Wall Street Journal, citant des personnes familières de la question. L'équipe de baseball détient 20% de 'Yes'. Elle aurait également mené des discussions avec d'autres partenaires potentiels, dont notamment Altice USA et RedBird Capital, en vue d'une reprise des 80% restants du réseau, détenus par le colosse des médias et du divertissement Walt Disney. Disney désirerait obtenir une valorisation allant de 5 à 6 milliards de dollars pour Yes, selon le WSJ, qui souligne que les négociations n'en sont pour l'heure qu'à un stade initial.

Dell fait son retour en bourse par la petite porte à Wall Street ce jour. Le titre Dell Technologies Inc Class C a fini en hausse de 1,8% à 45,43$ pour son retour sur les marchés, la compagnie ayant racheté des titres liés à son intérêt au capital du concepteur de logiciels de virtualisation de VMware plus tôt ce mois. Dell a repris ces actions pour 23,9 Mds$, dopant son offre antérieure qui se situait à 21,7 Mds$. L'opération a permis à Dell de redevenir une société cotée sans procéder à une introduction en Bourse.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com