Cotation du 21/08/2018 à 22h49 Dow Jones Industrial +0,25% 25 822,29
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé, le pétrole chute

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé, le pétrole chute
Clôture de Wall Street : en ordre dispersé, le pétrole chute
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street a fini sa course sans tendance ce lundi soir, autour de l'équilibre, alors que les prix du pétrole ont fortement chuté, de plus de 4%... Du côté des sociétés, Bank of America a profité de sa publication trimestrielle pour reprendre de la hauteur en bourse, en attendant les comptes de Goldman Sachs demain. Sur le front économique, les ventes de détail US sont globalement conformes aux attentes. Enfin, dans l'actualité politique, Donald Trump a rencontré Vladimir Poutine ce lundi à Helsinki dans le but d'apaiser les relations entre les deux pays... Le DJIA a gagné 0,18% à 25.064 pts, le Nasdaq cède 0,26% à 7.806 pts, proche de ses sommets historiques de la fin de semaine dernière, et le S&P500 a corrigé de 0,10% à 2.798 pts.

Les ventes de détail aux États-Unis pour le mois de juin 2018 sont ressorties en augmentation de 0,5% en comparaison du mois antérieur, contre +0,5% de consensus de place et +1,3% pour leur lecture révisée du mois de mai. La lecture du mois antérieur est révisée en forte hausse, de +0,8% à +1,3%. Hors automobile, les ventes de détail ont grimpé de 0,4% au mois de juin, en ligne avec les attentes de marché, après un gain de 1,4% pour le mois de mai 2018. La lecture du mois de mai était auparavant de +0,9%. Hors automobile et essence cette fois, ces mêmes ventes américaines de détail auraient grimpé de 0,3% en juin 2018, en comparaison du mois antérieur, contre +0,5% de consensus de place et +1,3% pour la lecture révisée du mois de mai. La précédente estimation du mois de mai était de +0,8%.

L'indice manufacturier américain dit 'Empire State' de la Fed de New York pour le mois de juillet ressort à 22,6, contre un consensus de 21 et un niveau de 25 un mois plus tôt. Il signale toujours une belle expansion, mais traduit aussi un léger ralentissement de croissance par rapport au mois précédent.

Les stocks des entreprises américaines pour le mois de mai 2018 sont ressortis en progression de 0,4% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec les attentes.

D'après le Bureau national de la statistique en Chine, la croissance du PIB chinois ressort à 6,7% sur la période avril-juin, en ligne avec le consensus, contre 6,8% au premier trimestre. La production industrielle a quant à elle progressé que de 6% en juin, contre 6,5% de consensus.

Sur le Nymex, le baril de brut WTI plonge de 4% à 68$, et le Brent corrige de plus de 4% également sous les 71,8$. Les inquiétudes relatives aux perturbations éventuelles de l'offre de pétrole semblent déjà oubliées, avec la réouverture des ports libyens et la possible augmentation de la production russe.

VALEURS A SUIVRE

Bank of America (+4%) a dévoilé ses résultats du second trimestre. Le résultat net ressort à 6,78 Mds$, contre 5,11 Mds$ un an avant. Le bénéfice par action est ainsi à 0,63$, contre 0,44$ un an plus tôt. Les revenus baissent de 1% en glissement, à 22,6 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,57$, pour des revenus de 22,3 Mds$. Dans la branche dédiée aux 'marchés mondiaux', les revenus 'sales & trading' s'élèvent à 3,4 Mds$ (+6%), et ressortent à 3,6 Mds$ hors DVA (debit valuation adjustment), en croissance de 7%. Les revenus 'equities' grimpent ainsi de 17% à 1,3 Md$, et les revenus FICC progressent de 2% à 2,3 Mds$.

BlackRock (-1%) a publié ses résultats du second trimestre. Les revenus progressent de 11% à 3,6 Mds$. Le résultat net progresse de 26% à 1,07 Md$, faisant ressortir un bénéfice par action de 6,62$, contre 5,20$ un an avant. En base ajustée, le bpa s'affiche à 6,66$, contre 5,22$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 6,55$, pour des revenus de 3,6 Mds$.

Boeing (+1%) affiche une belle moisson pour la première journée du salon aéronautique de Farnborough. L'avionneur américain a annoncé notamment une commande de 30 B737 MAX de la part de Jackson Square Aviation. Un contrat évalué à 3,5 milliards de dollars au prix catalogue. La commande était jusqu'ici attribuée à un client non identifié dans le carnet de Boeing. Le loueur d'avions devient ainsi le 100e client du programme 737 MAX. Le loueur d'avions Goshawk Aviation Limited va acquérir 20 B737 MAX, soit un contrat de 2,3 milliards de dollars au prix catalogue. Il s'agit de la première commande passée directement par la société basée à Dublin auprès de Boeing. Boeing avait ouvert le salon de Farnborough sur une commande de 777 Freighters. DHL va acquérir 14 appareils cargo et a placé une option sur 7 avions additionnels. Le contrat est évalué à 4,7 Mds$ au prix catalogue... Qatar Airways, qui s'était engagé sur 5 B777 Freighters en avril dernier, a de son côté confirmé sa commande lors du salon. Le groupe va aussi vendre 5 B737 MAX 8 à TAROM. La compagnie roumaine a signé un accord d'achat ferme. Le contrat était jusqu'ici attribué à un client anonyme dans le carnet de commandes de l'avionneur américain.

United Airlines (stable) a renouvelé une partie de sa flotte avec la commande de 25 Embraer E-175 et de 4 Boeing 787-9. Les appareils seront respectivement livrés à partir de 2019 et de 2020. La commande globale atteint 2,3 milliards de dollars au prix catalogue. Les nouveaux E-175 remplaceront les Bombardier CRJ-700 de la filiale régionale d'United, tandis que les Dreamliners, équipés du dernier siège business Polaris, remplaceront d'autres avions à fuselage large, a précisé le transporteur basé à Chicago.

General Electric (stable). De son côté, le patron de GE Aviation dit s'attendre à engranger plus de 15 milliards de dollars de commandes durant ce même salon de Farnborough. David Joyce évoque des commandes et des engagements.

Goldman Sachs (+2%) publiera demain, mardi 17 juillet, avant l'ouverture des marchés américains, ses résultats du second trimestre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 4,66$, pour des revenus de 8,7 Mds$. Un an avant, sur la même période, le géant bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 3,95$, pour des revenus de 7,89 Mds$

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com