Cotation du 23/10/2018 à 22h55 Dow Jones Industrial -0,50% 25 191,43
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé, IBM pèse sur le DJIA

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé, IBM pèse sur le DJIA
Clôture de Wall Street : en ordre dispersé, IBM pèse sur le DJIA
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a vécu une séance en demi teinte mercredi, partagée entre la hausse des cours du pétrole et des valeurs pétrolières, et un violent coup de tabac sur l'action IBM, qui a abandonné 7,5% après des résultats et des perspectives jugés décevants. Les taux d'intérêts se sont tendus après la publication du dernier Livre Beige de la Fed, qui s'est inquiété des effets négatifs d'une possible guerre commerciale sur l'économie américaine.

Le Dow Jones a cédé 0,16% à 24.748 points mercredi à la clôture, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 0,08% à 2.708 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a progressé de 0,19% à 7.295 pts.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises) a progressé de 0,1% à 89,61, tandis que l'euro a avancé de 0,03% 1,2375$. Sur le marché obligataire américain, le rendement du T-Bond à 10 ans s'est tendu de 5 points de base pour remonter à 2,87% après la publication du dernier Livre Beige de la Fed, qui cite les inquiétudes des entrepreneurs face aux menaces de taxes d'importations brandies par Donald Trump.

La Fed salue une économie en bonne santé, mais s'inquiète d'une guerre commerciale

"D'après des remontées de plusieurs secteurs comme la fabrication de biens, l'agriculture et les transports, il y a une préoccupation au sujet des nouveaux droits de douane et/ou concernant ceux qui sont proposés", relève ainsi la Fed dans son rapport, qui couvre la période allant de mars à début avril.

Si l'on écarte ces inquiétudes, la Fed fait un portrait optimiste de l'économie américaine, notant que le marché de l'emploi continue de croître de façon robuste dans les 12 grandes régions du pays, sans pour autant manifester de signes de surchauffe. En outre, la Fed relève des signes montrant que la baisse de l'impôt sur les sociétés, entrée en vigueur en décembre, commence à avoir des répercussions positives sur les dépenses et les investissements des entreprises.

Dans ces conditions, la Fed pourrait encore relever ses taux directeurs deux fois, voire trois fois cette année, estiment les observateurs, après un premier tour de vis effectué en mars. La prochaine réunion aura lieu dans deux semaines, les 1er et 2 mai, et selon l'outil FedWatch de CME Group, les traders s'attendent à un statu quo avec une probabilité de 98,5% !
Mardi, Charles Evans, le président de la Fed de Chicago, s'était prononcé en faveur de la poursuite d'un relèvement très graduel des taux directeurs de la Fed, compte-tenu de l'absence de risque d'un dérapage de l'inflation, qui devrait remonter progressivement autour de 2% à moyen terme, selon Evans.

Le pétrole au plus haut depuis la fin 2014, le WTI approche les 70$

Les cours du pétrole se sont envolés après l'annonce d'un baisse surprise des stocks américains de brut la semaine dernière. Le baril de brut américain WTI a bondi de 2,93%, à 68,47$ (contrat à terme de mai sur le Nymex), au plus haut depuis novembre 2014, tandis que le Brent de la Mer du nord a gagné 2,61%) à 73,45$.

Selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (AIE), les stocks de brut, pour la semaine close au 13 avril 2018, se sont repliés de 1,1 million de barils en comparaison de la semaine antérieure. Le consensus était logé à -0,5 million de barils.

L'or noir a aussi été soutenu par des informations de 'Reuters' rapportant que l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, verrait volontiers les cours du pétrole atteindre 80 ou 100$ le baril. L'Opep et ses alliés, y compris la Russie, doivent se réunir ce vendredi à Djeddah, en Arabie saoudite, pour explorer les moyens de prolonger leur coopération afin de poursuivre leurs efforts pour équilibrer le marché pétrolier mondial.

VALEURS A SUIVRE

La flambée des cours du pétrole s'est transmise mercredi aux cours de Bourse des valeurs liées à l'énergie : +1,1% pour ExxonMobil, +1,9% pour Chevron, +3,5% pour Transocean, +7,1% pour Devon Energy et +2,4% pour Schlumberger.

A la baisse, l'action du géant de l'informatique IBM s'est écroulée de 7,5% après avoir fait état de résultats et de prévisions décevants... Le groupe a pourtant battu le consensus pour ses profits et ses revenus ont confirmé le retour à la croissance, mais le colosse américain des services informatiques a essentiellement déçu par ses marges.
La marge brute ajustée est ressortie à 43,7% sur le trimestre écoulé, contre 44,5% un an avant. Le management évoque de son côté des éléments non-récurrents, et dit avoir réduit les coûts durant ce 1er trimestre. Pour la période, les revenus totaux ont augmenté de 5% à 19,1 Mds$. Les activités de services de sécurité ont progressé de 65% et les revenus 'cloud' de 25%. Le bénéfice net s'est tassé à 1,68 Md$ soit 1,81$ par action, contre 1,75 Md$ un an avant. Le bpa ajusté s'est élevé à 2,45$, alors que le consensus était de 2,42$. James Kavanaugh, le directeur financier de l'affaire, se dit confiant pour le second trimestre, et juge globalement que le groupe a fait "exactement ce qu'il avait dit il y a 90 jours". Pour l'ensemble de l'exercice, IBM anticipe toujours un bénéfice ajusté par action d'au moins 13,80$. Le consensus des économistes est logé à 13,83$ par titre.

Dans le secteur bancaire, les bons résultats s'enchaînent sans pour autant être accompagnés de hausses des cours de Bourse. Ainsi, le titre de Morgan Stanley (+0,04%) a peu réagi à la publication de résultats supérieurs aux attentes au premier trimestre. Les bénéfices ont atteint 2,67 Mds$, contre 1,93 Md$ un an avant. Le bénéfice par action ressort ainsi à 1,45$, contre 1$ un an plus tôt. Les revenus s'élèvent à 11,08 Mds$, contre 9,75 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,25$, pour des revenus de 10,4 Mds$.

De son côté, US Bancorp (-2%) a annoncé pour son 1er trimestre une croissance de 14% du bénéfice net attribuable au groupe à 1,68 Md$ soit 96 cents par titre. L'établissement financier américain a par ailleurs réalisé, sur ce trimestre clos fin mars, un bénéfice ajusté par action de 95 cents, dépassant légèrement le consensus. Les revenus ont totalisé 5,5 Mds$, assez proches des attentes des analystes.

Abbott Laboratories (-0,47%) a annoncé ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices du groupe pharmaceutique ont atteint 418 M$ (0,23$ par action), contre 419 M$ (0,24$ par action) un an avant. Le bpa ajusté est ressorti à 0,59$, contre 0,48$ un an plus tôt. Les revenus se sont élevés à 7,39 Mds$, en croissance de 17%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,58$, pour des revenus de 7,3 Mds$. Pour le second trimestre, le groupe vise un bpa compris entre 0,70 et 0,72$. Le bpa annuel est attendu entre 2,80 et 2,90$.

Intuitive Surgical (+8%), société américaine de conception et de production de robots médicaux, a présenté ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices sont de 288 M$ (2,44$ par action), contre 181 M$ (1,57$ par action) un an plus tôt. Les revenus s'élèvent à 848 M$, en hausse de 25%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,07$ et des revenus de 777 M$.

United Continental (+4,8%) a publié ses résultats du premier trimestre. Les profits s'élèvent à 147 M$ (0,52$ par action), contre 99 M$ (0,32$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,50$, contre 0,42$ un an plus tôt. Les revenus ressortent à 9,03 Mds$, contre 8,43 Mds$ un an avant. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,44$, pour des revenus de 9 Mds$. Pour l'exercice 2018, le groupe vise un bpa compris entre 7 et 8,50$.

CSX (+7,8%), l'entreprise américaine de réseau ferroviaire, a dévoilé ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices sont de 695 M$ (0,78$ par action), contre 362 M$ (0,39$ par action) un an avant. Les revenus sont stables à 2,88 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,66$, pour des revenus de 2,80 Mds$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com