Cotation du 17/08/2018 à 22h49 Dow Jones Industrial +0,43% 25 669,32
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé à l'issue d'une semaine agitée

Clôture de Wall Street : en ordre dispersé à l'issue d'une semaine agitée
Clôture de Wall Street : en ordre dispersé à l'issue d'une semaine agitée
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a ignoré cette semaine les problématiques géopolitiques, signant une hausse supérieure à 2% en 5 séances, sur fond de bons résultats d'entreprises, d'opérations de fusion-acquisition, et d'anticipations moins haussières qu'auparavant sur les taux directeurs de la Fed. La flambée du cours du pétrole a profité aux valeurs énergétiques, tandis que le dollar a fait l'objet de prises de bénéfices à partir de mercredi. Vendredi, Donald Trump a présenté son plan visant à réduire les prix des médicaments, mais les investisseurs n'ont pas été effrayés par des annonces qui restent vagues à ce stade.

A la clôture, l'indice Dow Jones a progressé vendredi de 0,37% à 24.831 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,17% à 2.727 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a légèrement reculé de 0,03% à 7.402 pts. Sur l'ensemble de la semaine, les trois indices ont bondi respectivement de 2,3%, 2,3% et 2,6%.

Sur le marché des changes, le dollar a cédé du terrain pour la 3ème séance consécutive, toujours affaibli par la publication d'une série de chiffres d'inflation moins élevés que prévu en avril aux Etats-Unis, notamment pour les prix à la consommation. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de six devises de référence (euro, yen, franc suisse, livre sterling, dollar canadien et couronne suédoise) a reculé vendredi de 0,1% à 92,53. De son côté, l'euro a progressé de 0,23% à 1,1942$.

Le pétrole réagit vivement au retrait des Etats-Unis de l'accord sur l'Iran

La modération de l'inflation observée en avril a relâché quelque peu les attentes de hausses de taux par la Réserve fédérale américaine, ce qui a pesé sur le dollar et les taux obligataires. Le rendement du T-Bond à 10 ans a fini la semaine à 2,97%, sous le seuil des 3% franchi brièvement en début de semaine.

L'annonce, faite mardi par Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien n'a pas eu d'effet notoire sur les marchés, à l'exception du pétrole, qui a flambé cette semaine dans la crainte d'une réduction des exportations iraniennes avec le retour des sanctions américaines.

Vendredi, le cours du brut a marqué le pas, tout en restant proche de ses plus hauts de trois ans et demi. Le baril de brut léger américain "light sweet crude" (ou WTI), pour livraison en juin, a ainsi cédé vendredi 0,92% à 70,70$ sur le marché Nymex, tandis que le baril de Brent pour livraison en juillet a cédé 0,45%) à 77,12$ sur le marché ICE.

Sur la semaine, le brut léger américain a gagné un peu plus de 1% et le Brent environ 2,8%. Les deux variétés de pétrole ont bondi d'environ 20% depuis le début de l'année, sous l'effet des limitations de production mises en oeuvre par l'Opep et ses alliées (dont la Russie) ainsi que des perturbations de production dans certains pays. Cela a été le cas en Libye, ainsi qu'au Venezuela, où la production a plongé de près de 600.000 barils par jour en mars dernier, sur fond de crise économique sans précédent.

Les valeurs de santé ont bondi après les annonces de Trump

Par ailleurs, la séance de vendredi a été marquée par l'annonce par Donald Trump de son plan pour modérer la hausse des prix des médicaments. Il a notamment proposé de réduire la part restant à charge pour les retraités, et a affirmé qu'il s'attaquerait aux intermédiaires sur le marché des médicaments.

Cependant, le président américain a donné peu de détails sur le contenu et le calendrier de la réforme, ce qui a soulagé les investisseurs et entraîné une hausse du secteur de la santé à Wall Street.

Le fonds indiciels cotés qui répliquent les performances du secteur ont fini en hausse vendredi : +2,9% pour le SPDR S&P Biotech, +2,6% pour le SPDR S&P Pharmaceuticals et +1,5% pour le Health Care Select Sector.

Les profits du S&P 500 en hausse de près de 25% sur un an !

Du côté des entreprises, la saison des publications du 1er trimestre tire désormais à sa fin, plus de 90% des entreprises du S&P 500 ayant désormais publié leurs comptes. Selon le cabinet Factset (groupe Dow Jones), 78% des sociétés ont fait mieux que prévu en termes de résultats et 77% d'entre elles ont aussi affiché des ventes supérieures aux attentes du consensus.

Les bénéfices ont bondi en moyenne de 24,9% par rapport au 1er trimestre 2017, ce qui est bien supérieur aux attentes des marchés et marque la plus forte progression depuis le 3ème trimestre 2010 (où les profits avaient bondi de 34%). Fin mars, avant le coup d'envoi des résultats, les analystes tablaient sur environ +16% à +17%, selon les consensus. En outre, la totalité des 11 grands secteurs du S&P 500 ont fait mieux que prévu.

En tenant compte de ces bons comptes, la valorisation des actions du S&P 500 s'est modérée, avec un PER (rapport cours/bénéfice par action) de 16,5 fois les bénéfices attendus sur les 12 prochains mois. Cette valorisation s'établissait encore à 18 fois à la fin 2017, et elle revient désormais près de sa moyenne à 5 ans (16,1 fois). Mais elle est encore bien supérieure à sa moyenne sur 10 ans, qui est de 14,3 fois pour le S&P 500.

VALEURS A SUIVRE

Nvidia (-2,1%) a perdu du terrain, alors que les comptes du géant des processeurs graphiques ont pourtant dépassé les attentes. Le résultat net ressort à 1,24 Md$ (1,98$ par action), contre 507 M$ (0,79$ par action) un an avant. Le bénéfice par action ajusté s'affiche à 2,05$, contre 0,85$ un an plus tôt. Les revenus s'élèvent à 3,21 Mds$, contre 1,94 Md$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,46$, pour des revenus de 2,89 Mds$. Sur le second trimestre, Nvidia envisage des revenus d'environ 3,10 Mds$. Nvidia a précisé que la demande des mineurs en cryptomonnaies avait été plus forte que prévu au 1er trimestre, se traduisant par des revenus de 289 M$. Néanmoins, le groupe prévient que ce chiffre d'affaires 'crypto' devrait s'effondrer de deux tiers sur le trimestre fiscal en cours.

Symantec a plongé de 33% sur le Nasdaq ! Le géant de la cybersécurité a battu le consensus de ventes et de profits sur le trimestre clos, mais ses prévisions ont déçu les opérateurs. La perte nette trimestrielle s'est établie à 35 M$ soit 6 cents par action, contre 143 M$ de déficit un an avant. Le bpa ajusté trimestriel a atteint 46 cents, contre 39 cents de consensus. Les revenus trimestriels se sont appréciés de 10% à 1,22 Md$, contre 1,19 Md$ de consensus de place. En outre, le groupe a fait état d'une enquête interne et précise avoir volontairement contacté la SEC (Securities & Exchange Commission), gendarme financier américain.

Dropbox (-2,2%), le groupe californien, actif dans le stockage et le partage en ligne de fichiers locaux, qui a fait ses premiers pas sur le Nasdaq le 23 mars dernier, vient de publier ses comptes du premier trimestre. La perte nette, creusée par la récente IPO, s'élève à 465,5 M$ (2,13$ par action), contre 33,1 M$ (0,17$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 0,08$. Les revenus s'élèvent à 316,3 M$, contre 247,9 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,04$, pour des revenus de 309 M$.

News Corp (-8,5%) a dévoilé ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les revenus sont de 2,09 Mds$, contre 1,98 Md$ sur la même période de l'exercice précédent. La perte nette s'affiche à 1,13 Md$ (1,94$ par action), contre 0,01$ par action un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,06$, contre 0,07$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,06$, pour des revenus de 2 Mds$.

Thomson Reuters (-3,7%) a publié ses résultats du premier trimestre. La perte nette ressort à 339 M$ (0,48$ par action), contre un bénéfice de 297 M$ (0,41$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 0,28$, contre 0,25$ un an plus tôt. Les revenus montent de 4% à 1,38 Md$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa de 0,27$, pour des revenus de 1,36 Md$.

Verizon (+3%). Le titre de l'opérateur sans fil américain bondit à Wall Street ce jour, après une note favorable de JP Morgan. Le broker vient de rehausser sa recommandation à 'surpondérer' sur la valeur, soulignant l'opportunité 5G, qui devrait commencer à se matérialiser dans les prochains mois.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com