Cotation du 15/11/2018 à 20h48 Dow Jones Industrial +1,00% 25 331,11
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en hausse malgré la poussée de l'inflation !

Clôture de Wall Street : en hausse malgré la poussée de l'inflation !
Clôture de Wall Street : en hausse malgré la poussée de l'inflation !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street a déjoué tous les pronostics mercredi, progressant de plus de 1% en clôture malgré l'annonce d'une accélération de l'inflation aux Etats-Unis en janvier... Cette nouvelle aurait dû logiquement déclencher une nouvelle baisse des cours, mais c'est donc l'inverse qui s'est produit... De fait, l'indicateur-choc de la journée n'a pas été l'inflation, mais les ventes de détail qui, elles, ont beaucoup déçu en janvier, mais aussi en décembre... Wall Street a donc grimpé sur cette mauvaise nouvelle, qui s'est accompagnée d'une rechute du dollar. Les investisseurs ont en effet estimé que la Fed ne prendra sans doute pas le risque de relever ses taux trop vite, au risque de freiner l'économie américaine, dont la consommation des ménages est le principal moteur...

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné mercredi 1,03% à 24.893 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 1,34% à 2.698 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a pris 1,86% à 7.143 pts.
Par rapport à leurs plus bas niveaux de jeudi dernier (où le DJIA avait perdu plus de 10% par rapport à son sommet historique du 26 janvier), les indices ont désormais regagné entre 3% et 4%.

Le dollar repart en baisse, mais les taux américains se tendent

L'indice mesurant la volatilité, le VIX, est retombé sous les 20, qui représente sa moyenne historique, après avoir dépassé les 50 la dernière, au plus fort de la correction boursière... Le Vix a ainsi replongé mercredi de 23% à 19,23.

Sur le marché des changes, la publication des chiffres de l'inflation a initialement fait monter le dollar, mais cette tendance s'est inversée après l'annonce d'une baisse des ventes de détail en janvier. L'euro a d'abord reculé jusqu'à 1,2276$ (-0,6%) face au billet vert, avant de remonter en flèche pour finir la journée autour de 1,2452$ (+0,8%) dans les échanges interbancaires à New York. Face a un panier de 6 devises, le dollar s'affichait également en nette baisse mercredi soir, l'indice du dollar calculé par le marché américain ICE cédant 0,80% à 89.

Les investisseurs sur les marchés obligataires n'étaient visiblement pas sur la même longueur d'ondes que leurs homologues des marchés d'actions. En effet, les taux d'intérêts se sont nettement tendus sur les obligations d'Etat américaines. Le rendement du T-Bond à 10 ans (qui évolue à l'inverse des cours de l'obligation) a ainsi bondi de 9 points de base pour atteindre 2,91%, au plus haut depuis plus de 4 ans... Jusqu'à présent, le Fed a laissé entendre qu'elle était prête à procéder en 2018 à 3 nouvelles hausses d'un quart de point de son principal taux directeur, le taux des "fed funds", actuellement fixé dans une fourchette de 1% à 1,25%. Les chiffres de l'inflation font cependant craindre que la Fed soit amenée à effectuer davantage de tours de vis.

La Fed face à un dilemme si l'inflation monte, mais que la consommation fléchit...

Mercredi, les prix à la consommation ont en effet confirmé une poussée inflationniste en janvier : l'indice CPI a gagné 0,5% sur un mois (contre 0,3% attendu) et 2,1% en glissement annuel (contre 1,9% attendu). Hors alimentaire et énergie, le 'core CPI' a augmenté de 0,3% sur un mois (0,2% attendu) et de 1,8% sur un an (+1,7% de consensus). Début février, les statistiques de l'emploi avaient déclenché l'alerte, en faisant état d'une forte hausse des salaires en janvier (+2,9% sur un an, plus forte progression depuis juin 2009).

En revanche, les ventes de détail ont déçu de manière inattendue, ce qui pourrait aussi faire hésiter la Fed, celle-ci ne tenant pas à provoquer un ralentissement de la croissance économique, qui repose à plus des deux-tiers sur la consommation... Les ventes de détail ont ainsi reculé de 0,3% en janvier par rapport à décembre, alors que le consensus de place s'attendait à une hausse de 0,2%. Pire encore, les ventes de détail de décembre, initialement évaluées à +0,4%, ont été révisées en forte baisse pour ressortir tout juste stables par rapport à novembre...

Le cours du pétrole WTI remonte au-dessus des 60$

Les cours du pétrole ont progressé mercredi, profitant notamment de la rechute du dollar et d'une hausse moins importante que prévue des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis la semaine dernière. Le baril WTI a rebondi de 2,38%, à 60,60$ (contrat à terme de mars sur le Nymex), tandis que le Brent de mer du nord a progressé de +2,61% à 64,36$ (contrat à terme d'avril). Autre facteur de soutien pour les cours, le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al Falih, a déclaré que l'OPEP préférerait voir le marché manquer légèrement d'approvisionnements plutôt que mettre fin trop rapidement à l'accord sur une réduction de l'offre, censé expirer fin 2018.

L'or a bondi mercredi de 1,74% à 1.357,50$ l'once, ce qui semble montrer que certains investisseurs restent assez inquiets de la situation générale sur les marchés financiers.

VALEURS A SUIVRE

Cisco Systems (+2%) a publié ses résultats trimestriels après la clôture de Wall Street, qui n'ont pas déçu. Le cours de l'équipementier réseau bondissait de plus de 5% en cotations post-séance.

Twitter (+0,9%) a clôturé en hausse de 8% mardi à Wall Street, à 33,44$, sur des niveaux pas revus depuis plus de deux ans. Le dossier, déjà soutenu en fin de semaine dernière par une publication trimestrielle solide, a profité mardi des résultats meilleurs que prévu de son concurrent chinois Weibo (+6% actuellement), dont le titre a grimpé 9,6% sur le Nasdaq, à 129,66$. Weibo a enregistré des revenus de 377 M$ sur le quatrième trimestre 2017, en croissance de 77% en glissement annuel. Les bénéfices sont de 131 M$, en hausse de 205%, faisant ressortir un bpa de 0,58$ et un bpa non-GAAP de 0,64$. Le nombre d'utilisateurs actifs mensuels s'élève à 392 millions en décembre 2017 (+79 millions en un an), alors que le nombre d'utilisateurs quotidiens grimpe à 172 millions en décembre (+33 millions par rapport à l'année précédente).

Molson Coors Brewing (+6,3%) a annoncé ses résultats du quatrième trimestre. Les ventes augmentent de 4,5% en glissement annuel, à 2,58 Mds$. Les bénéfices sont de 588 M$, contre une perte de 607 M$ un an plus tôt. En non-GAAP, le bénéfice par action s'affiche à 0,62$, contre 0,47$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,56$, pour des revenus de 2,6 Mds$.

SodaStream (+4,8%) a dévoilé ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus progressent de 19,6% en glissement annuel, à 157,7 M$. Les bénéfices progressent de 63,2%, à 25,5 M$. Le bénéfice par action ressort ainsi à 1,13$, contre 0,71$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,80$, pour des revenus de 151 M$. Sur 2018, le groupe vise des revenus en hausse de 12% par rapport à 2017 (543,4 M$), pour un bpa en progression de 5% (3,29$ en 2017).

Baidu (+4,5%), l'entreprise Internet chinoise connue pour son moteur de recherche, a dévoilé ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus grimpent de 29% en glissement annuel, à 3,62 Mds$. Les profits s'affichent à 639 M$, en hausse de 1%, faisant ressortir un bénéfice par action de 1,90$. En non-GAAP, le bpa s'affiche à 2,29$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,16$, pour des revenus de 3,7 Mds$.

MetLife (+3,3%) a dévoilé ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 2,1 Mds$ (1,97$ par action), contre une perte de 2,2 Mds$ (2,03$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,64$, contre 0,95$ un an plus tôt. Les revenus ressortent à 15,75 Mds$, contre 12,63 Mds$ il y a un an. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,08$, pour des revenus de 15,5 Mds$.

Groupon (-9,4%) a trébuché alors que le groupe vient de présenter ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 47,7 M$ (0,08$ par action), contre une perte de 52,6 M$ (0,09$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,07$. Les revenus s'élèvent à 873 M$, contre 905 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa ajusté trimestriel de 0,09$, pour des revenus de 853 M$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com