Cotation du 17/01/2018 à 16h08 Dow Jones Industrial +0,53% 25 929,78
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en fanfare, avant un long week-end !

Clôture de Wall Street : en fanfare, avant un long week-end !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le mois de janvier continue de sourire aux actions américaines, Wall Street volant de record en record depuis le début de l'année, aidé par un accès de faiblesse du dollar, des premiers résultats trimestriels encourageants, et des espoirs d'accélération de la croissance via la réforme fiscale de Donald Trump. La hausse du pétrole et une accalmie sur le front géopolitique en Corée du Nord contribuent aussi à l'euphorie ambiante, même si les alertes se multiplient sur les marchés obligataires, où les taux se sont nettement tendus cette semaine.

BlackRock (+3,2%), JP Morgan Chase (+1,6%), PNC Financial (+0,2%) et Wells Fargo (-0,7%), ont annoncé vendredi leurs résultats financiers trimestriels. A contre-courant, Facebook a perdu 4,5% après des déclarations de son patron Mark Zuckerberg.

Des gains de 4% à 5% depuis le 1er janvier à Wall Street !

A la clôture, les trois principaux indices boursiers ont fini sur de nouveaux records absolus, à la veille d'un week-end de trois jours, les marchés étant fermés lundi pour Martin Luther King Day.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,89% à 25.803 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,68% à 2.786 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a avancé de 0,68% à 7.261 pts.
Sur la semaine, les trois indices ont gagné respectivement 2%, 1,5% et 1,7%, et ils affichent des gains de 4,4%, 4,2% et 5,2% depuis le 1er janvier !

Le dollar s'est affaibli, donnant un nouvel élan aux acheteurs d'actions américaines, tandis que l'euro s'est envolé de plus de 1% après l'annonce d'un accord politique en Allemagne en vue de la formation d'un nouveau gouvernement après trois mois de négociations. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises, a chuté de 0,9% à 90,98, tandis que l'euro a bondi de 1,17% à 1,2182$, remontant au plus haut depuis plus de trois ans, en décembre 2014.

Sur les marchés obligataires, les taux ont repris leur ascension dans l'anticipation d'un environnement moins accommodant cette année de la part des banques centrales. Symboliquement, le taux de l'emprunt d'Etat américain à 2 ans est remonté au-dessus de 2% pour la première fois depuis la crise de 2008, après l'annonce d'une accélération de l'inflation en décembre aux Etats-Unis. Le rendement du T-Bond à 10 ans a de son côté gagné 1 point de base à 2,55%, contre 2,47% une semaine plus tôt.

Aux Etats-Unis, l'indice des prix à la consommation a progressé de 0,1% en décembre par rapport à novembre, portant sa progression à 2,1% sur un an. Le 'CPI' hors alimentation et énergie a augmenté de +0,3% par rapport au mois de novembre et de +1,8% en glissement annuel, approchant de l'objectif de 2% de la Réserve fédérale.

Par ailleurs, les chiffres de la consommation américaine pour le mois de décembre 2017 ont confirmé une fin d'année dynamique. Les ventes de détail ont augmenté de 0,4% par rapport au mois précédent, contre +0,5% de consensus et +0,9% un mois plus tôt. Hors automobile, les ventes se sont également appréciées de 0,4%, en ligne avec les attentes. Enfin, hors automobile et essence, le taux de croissance reste de 0,4%, comme prévu. Par ailleurs, les stocks des entreprises ont augmenté de 0,4% en novembre sur un mois, contre un consensus de +0,3% et une performance stable sur le mois d'octobre.

Près de 5% en une semaine pour le pétrole

Les cours du pétrole ont poursuivi leur ascension, vendredi, au plus haut depuis 3 ans. Ils ont affiché leur sixième hausse d'affilée, portant leur progression à près de 5% sur la semaine ! Vendredi, le ministre russe de l'Energie a jugé que le marché mondial n'était "pas encore rééquilibré", apaisant les craintes d'une sortie avant fin 2018 de l'accord mené par l'Opep visant à réduire la production. Le cours du brut léger américain (WTI) a gagné vendredi 0,78%, à 64,30$ (contrat à terme de février sur le Nymex). Le baril de Brent a pris 0,88% à 69,87$, après avoir franchi la veille en séance le seuil des 70$ (contrat à terme de mars).

La hausse s'est poursuivie malgré l'annonce par la firme parapétrolière Baker Hughes d'une hausse de 10 des puits de forages en activité aux Etats-Unis cette semaine, à 752. C'est la première hausse hebdomadaire de cet indicateur depuis le 8 décembre...

A Wall Street, le titre du géant pétrolier Chevron a progressé vendredi de 0,8% (après +3% jeudi), tandis qu'ExxonMobil a pris 0,7%, ConocoPhillips a grimpé de 1,5% et Transocean a pris 0,6%.

VALEURS A SUIVRE

JP Morgan Chase (+1,6%) a publié ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus sont de 25,45 Mds$, contre 24,33 Mds$ un an avant. Les profits s'élèvent à 4,23 Mds$, contre 6,73 Mds$ un an plus tôt. Le bénéfice par action ressort ainsi à 1,07$, contre 1,71$ sur la même période de l'exercice précédent. En base ajustée, le bpa trimestriel s'élève à 1,76$. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,68$, pour des revenus de 25,2 Mds$.

Wells Fargo (-0,7%) a présenté ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 6,15 Mds$, contre 5,27 Mds$ un an avant. Le bénéfice par action ressort ainsi à 1,16$, contre 0,96$ un an plus tôt. Les revenus s'élèvent à 22,1 Mds$, contre 21,6 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,07$, pour des revenus de 22,3 Mds$.

BlackRock (+3,2%). Le géant new-yorkais de la gestion d'actifs a plus que doublé ses profits sur le trimestre clos, avec les ETF et un gain non-récurrent lié à la nouvelle législation fiscale américaine. Pour le quatrième trimestre, le groupe a ainsi réalisé un profit net de 2,3 Mds$, contre 0,85 Md$ un an plus tôt. Hors éléments, le bénéfice trimestriel par action a représenté 6,24$, contre un consensus d'environ 6$ à Wall Street. Les actifs sous gestion ont atteint le montant vertigineux de 6.300 Mds$ à fin décembre 2017, en croissance de 22% en glissement annuel.

PNC Financial (+0,2%) a affiché également un bénéfice trimestriel plus que doublé. La banque de Pittsburgh a réalisé un bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de plus de 2 Mds$, contre 973 M$ un an auparavant. Le bénéfice par action a atteint 4,18$, contre 1,97$ un an avant. Le bpa ajusté s'est élevé à 2,29$, contre 2,20$ de consensus.

Facebook (-4,5%). Le géant des réseaux sociaux a annoncé d'importants changements concernant son News Feed. Mark Zuckerberg, le directeur général de la firme, semble vouloir 'rapprocher les gens', selon sa dernière communication, en limitant ainsi les contenus externes passifs. Le CEO prévient que ces changements pourraient affecter 'l'engagement' des utilisateurs à court terme. Le filtre du News Feed sera modifié afin de mettre l'accent sur les partages entre amis et au sein de la famille, ce qui réduirait les contenus des éditeurs et marques.

GameStop (-11%) annonce que ses ventes de fin d'année (9 semaines) s'élèvent à 2,77 Mds$, en croissance de 10,6% en glissement annuel. A magasins comparables, les ventes grimpent même de 11,8% (+13,7% aux Etats-Unis et +7,9% à l'international). Le détaillant américain de jeux vidéo précise que les ventes de sa branche Technology Brands (non incluses dans les ventes à magasins comparables) sont en baisse de 18,6%, plombées notamment par la disponibilité limitée de l'iPhone X et des modifications apportées par AT&T à la structure de rémunération en 2017.

Apple (+1%). D'après les données préliminaires d'IDC (International Data Corporation) concernant les ventes de PC au niveau mondial, Apple aurait vendu 5,77 millions de Mac au quatrième trimestre 2017, soit une progression en volume de 7,3% en glissement annuel. La part de marché du géant de Cupertino dans le secteur des PC s'élève ainsi à 8,2% sur le dernier trimestre de l'année dernière (contre 7,7% un an plus tôt), derrière HP (23,5% de part de marché au T4 2017), Lenovo (22,2%) et Dell (15,7%). Toujours selon IDC, Apple afficherait une part de marché globale 2017 en progression, à 7,6% sur ce secteur, contre 7,1% en 2016. Apple publiera ses résultats trimestriels le 1er février prochain.

IBM (-0,6%) annonce la nomination de James Kavanaugh au poste de Directeur financier du groupe. L'ancien CFO Martin Schroeter est nommé de son côté senior vice president, global markets. James Kavanaugh était jusqu'ici senior vice president, Transformation and Operations, au sein d'IBM depuis janvier 2015. Il avait travaillé chez AT&T, où il occupait le poste de chief financial officer, Americas Global Services, avant de rejoindre le groupe informatique en 1996. Pour mémoire, IBM publiera ses résultats du quatrième trimestre le 18 janvier.

HP Inc. (+2,3%). D'après les données d'IDC - International Data Corporation (résultats préliminaires), HP ressort comme le leader de la livraison de PC (ordinateurs portables, stations de travail et ordinateurs de bureau) au quatrième trimestre. Le groupe aurait livré 16,572 millions de PC sur le dernier trimestre de 2017 à travers le monde, soit une hausse de 8,3% en glissement annuel. La part de marché d'HP grimpe ainsi à 23,5%, contre 21,8% sur la même période de l'exercice 2016. Pour mémoire, la première place était occupée par Lenovo au quatrième trimestre 2016.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Clôture de Wall Street : en fanfare, avant un long week-end !

Partenaires de Boursier.com