Cotation du 14/12/2018 à 22h59 Dow Jones Industrial -2,02% 24 100,51
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en berne, la correction s'accélère!

Clôture de Wall Street : en berne, la correction s'accélère!
Clôture de Wall Street : en berne, la correction s'accélère!
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a reculé vendredi soir, mettant un terme à une semaine noire pour les principaux indices boursiers, qui ont chuté de l'ordre de 4% en autant de séances (jeudi ayant été fermé pour Thanksgiving). Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, le plongeon des cours du pétrole, et les craintes de nouvelles hausses de taux de la Fed, ont composé un cocktail nocif pour les investisseurs. Vendredi, le pétrole s'est encore effondré d'environ 7%, plombé par les craintes d'une surproduction l'an prochain, dans un contexte de croissance mondiale moins dynamique.

Le S&P 500 tombe en zone de correction

A la clôture, l'indice Dow Jones a terminé vendredi en baisse de 0,73% à 24.286 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,66% à 2.632 pts et que l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a abandonné 0,48% à 6.938 pts.

Sur la semaine, les trois indices boursiers américains ont reculé respectivement de 4,4%, 3,8% et 4,2%. L'indice S&P 500 perd désormais plus de 10% (-10,2%) par rapport à son dernier record, inscrit le 20 septembre, entrant en zone de correction boursière, alors que le DJIA en est très proche (-9,5%). Le Nasdaq a désormais abandonné 14,6% par rapport à son dernier record inscrit le 29 août.

Depuis le début de l'année, le Dow Jones recule de 1,5% le S&P 500 fléchit de 1,3% et le Nasdaq parvient encore à grappiller 0,5%.

Sur le marché des changes, le dollar a progressé vendredi : l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises, dont l'euro et la livre) a gagné 0,25% à 96,96 points. De son côté, l'euro a chuté de 0,64% à 1,1330$, après la publication d'indices d'activité décevants dans la zone euro, et en particulier en Allemagne en novembre. Sur les marchés de taux, les obligations d'Etat ont été recherchées en tant que valeurs-refuge, faisant reculer les taux (qui évoluent en sens inverse des cours). Le rendement du bon du Trésor américain (T-Bond) à 10 ans a cédé vendredi 2 points de base à 3,04%.

Les "Gafa" abandonnent plus de 20% par rapport à leurs sommets

Les grandes valeurs internet et technologiques ont continué de subir des dégagements, de nombreuses "Gafa" approchant désormais le seuil du "bear marlet" (une chute supérieure à 20% par rapport à leurs pics). Vendredi, Apple a perdu 2,4% (et -25% par rapport à ses récents sommets), Amazon a lâché 0,97% (et -26% par rapport à son dernier pic), Facebook a cédé 2,3% (-39% sur les sommets), Alphabet a cédé 1,2% (-19,7%), Netflix a reculé de 1,2% (-38% par rapport à son record de juillet) et IBM a cédé 1,16% vendredi (-24% sur ses plus hauts). Microsoft s'en sort un peu mieux avec -0,04% vendredi, et un recul de 10,7% sur son dernier pic.

Les marchés ont ignoré les perspective de ventes record pour les commerçants américains pendant le week-end de Thanksgiving... Ce vendredi, le 'Black Friday' a donné l'envoi de ce long week-end qui sera suivi par le 'Cyber Monday', la journée des promotions en ligne. Pour Thanksgiving, le cabinet Adobe Analytics fait état de ventes en ligne en vive croissance, et d'un très probable nouveau record tiré par les achats faits à partir de mobiles (smartphones et tablettes).

Le pétrole retombe au plus bas depuis plus d'un an

La dégringolade du pétrole a repris de plus belle, vendredi, après que le ministre saoudien de l'Energie Khalid Al-Falih a indiqué que le Royaume avait pompé environ 10,7 millions de barils par jour en octobre, ce qui correspond à un record, alors même que Riyad envisage désormais de réduire sa production en 2019, et souhaite convaincre les autres membres de l'Opep et ses alliés, dont la Russie, de suivre cet exemple.

Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a plongé vendredi soir de 7,71%, à 50,42$ sur le Nymex, pour le contrat à terme de janvier. Au moment de la clôture du Nymex, le baril de Brent de Mer du Nord chutait de 6,07%, à 58,80$ pour le contrat à terme de janvier. Les cours sont désormais revenus au plus bas depuis plus d'un an, et le WTI a plongé de plus de 30% depuis ses sommets de début octobre, il y a moins de 8 semaines.

L'Opep et ses alliés doivent se réunir le 6 décembre prochain à Vienne afin de discuter d'une possible réduction de leur production l'an prochain, afin d'enrayer la chute des cours. L'Arabie saoudite, leader du cartel, se heurte cependant à de la réticence de la part de la Russie. Par ailleurs, les Etats-Unis vont continuer d'augmenter l'an prochain leur production de pétrole de schiste, ce qui menace d'annuler les efforts de l'Opep... Le président américain Donald Trump ne cache pas, via ses tweets récents, sa satisfaction de voir les cours du pétrole baisser, ce qui réduit la pression inflationniste sur l'économie américaine.

La rapidité de la chute des cours est cependant en train d'inquiéter les industriels du secteur, dont les cours de Bourse ont souffert ces dernières semaines et encore ce vendredi, à l'instar d'ExxonMobil (-2,7%), Chevron (-3,4%), ConocoPhillips (-2,5%), Transocean (-2,7%%), Halliburton (-3,8%) ou encore de Devon Energy (-5,7%).

Commerce : les négociations s'intensifient à l'approche de la rencontre Trump-Xi

Sur le front commercial, la tension monte à l'approche de la rencontre Trump-Xi prévue la semaine prochaine à Buenos Aires, en marge du sommet du G20. Le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping se disent tous deux prêts pour cette confrontation, dont l'issue reste cependant incertaine. Cité par l'agence 'Bloomberg', Donald Trump semble optimiste, estimant que la Chine souhaite parvenir à un accord. "Nous sommes très heureux de cela", a ajouté le dirigeant américain, qui assure : "Je suis très préparé, je m'y suis préparé toute ma vie"...

Du côté chinois, Wang Shouwen, le vice-Ministre du Commerce, a indiqué que les équipes de négociations commerciales de Washington et Pékin ont été "en contact étroit". Larry Kudlow, le conseiller économique de la Maison Blanche, avait déjà tenu des propos comparables la semaine dernière, affirmant que les négociations avaient repris à tous les niveaux. Wang a également "constaté que les Etats-Unis désiraient conclure un accord afin de mettre un terme aux frictions commerciales avec la Chine. Pékin entend ainsi "travailler avec les Etats-Unis afin de contenir ces conflits", a affirmé le responsable, ajoutant que les décisions commerciales américaines affectent la Chine, mais aussi l'Amérique et le reste du monde.

VALEURS A SUIVRE

Apple a encore cédé 2,5% à 172,29$ après de nouvelles informations du 'Wall Street Journal', qui a affirmé qu'Apple allait baisser le prix de vente de l'iPhone XR au Japon. La firme à la pomme va subventionner des opérateurs télécoms japonais pour qu'ils réduisent les prix de l'iPhone XR, le moins cher des trois derniers modèles d'iPhones commercialisés à l'automne. Ces informations confirment un lancement vraisemblablement très décevant de l'appareil, et vont alimenter les craintes de ralentissement plus général de la demande pour le produit phare d'Apple.

Plus tôt cette semaine, le 'Wall Street Journal' affirmait déjà qu'Apple avait réduit ses commandes de production concernant les trois modèles d'iPhone présentés il y a deux mois (les iPhones XS et XS Max sortis en septembre, et le XR commercialisé en octobre).

Tesla (-3,6%) va baisser ses prix sur les Model S et X en Chine, a fait savoir le groupe, qui entend ainsi compenser l'augmentation des droits de douane consécutive à l'affrontement commercial entre Washington et Pékin. D'après l'agence 'Reuters', le groupe d'Elon Musk réduira ainsi de 12% à 26% les prix de ces deux modèles sur le premier marché automobile mondial. Pékin avait précédemment majoré les tarifs douaniers sur les importations automobiles américaines, pénalisant notamment le groupe de Palo Alto, dont les voitures vendues en Chine sont pour l'heure conçues aux USA.

Tesla a signé le mois dernier un accord foncier en Chine, avec les autorités locales, pour la construction dans la zone de Shanghai, sur environ 860.000 m2, de sa première 'gigafactory' (usine géante) étrangère. La construction du site de Shanghai est estimée à deux milliards de dollars.

Amazon (-0,97%) n'a pas profité du coup d'envoi des ventes de fin d'année. En Allemagne et en Espagne, les salariés de centres logistiques d'Amazon ont fait grève en ce jour de Black Friday. D'après 'Reuters', Amazon a signalé 620 grévistes en Allemagne dans ses sites de Bad Hersfeld (Land de Hesse) et de Rheinberg (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), mais a ajouté que la majorité des salariés continuaient à travailler. Les syndicats réclament de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail.

Facebook (-2,3%) a reconnu avoir répliqué face au milliardaire George Soros par l'intermédiaire de la firme de relations publiques Definers Public Affairs. Elliot Schrage, responsable sortant des communications et de la politique de Facebook, est responsable de l'embauche de Definers. Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg ont toutefois nié avoir eu connaissance de l'engagement de cette firme. Rappelons que Soros avait qualifié Facebook et Google de 'menaces pour la société', dans un discours tenu à l'occasion du Forum économique mondial de Davos en janvier 2018.

United Technologies (+2,6%) a obtenu l'autorisation des régulateurs chinois pour l'acquisition de Rockwell Collins, une nouvelle qui a été saluée par les marchés, en ces temps de tensions commerciales entre Washington et Pékin...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com