Cotation du 20/07/2018 à 22h48 Dow Jones Industrial -0,03% 25 058,12
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en berne avec les tensions commerciales

Clôture de Wall Street : en berne avec les tensions commerciales
Clôture de Wall Street : en berne avec les tensions commerciales
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Donald Trump a franchi une étape supplémentaire, mardi, dans ses menaces commerciales contre la Chine, en évoquant la taxation de 200 milliards de dollars de produits supplémentaires en provenance de ce pays. La plupart des secteurs ont chuté à Wall Street, tandis que les matières premières ont accusé le coup, dans la crainte d'un ralentissement de la croissance mondiale.

A la clôture, l'indice Dow Jones a reculé de 1,15% à 24.700 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,40% à 2.762 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a cédé 0,28% à 7.725 pts. En Europe et en Asie, les marchés boursiers ont aussi nettement baissé ce mardi dans la crainte d'une montée des barrières douanières : -0,9% pour l'EuroStoxx 50, -3,5% pour l'indice chinois CSI 300 et -1,5% pour le Nikkei japonais.

Sur le marché des changes, le dollar a profité d'un effet de valeur-refuge. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de 6 devises, a gagné 0,29% à 95,05 points. L'euro a fini en recul de 0,34% à 1,1583$. Le yen s'est renforcé face au dollar (+0,5%) et le franc suisse a aussi gagné du terrain face au billet vert (+0,1%) et à l'euro ( +0,4%).

Les marchés obligataires ont aussi profité de la fuite vers des actifs jugés moins risqués, ce qui a entraîné une hausse des cours et une baisse des taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse). Le rendement du T-Bond américain à 10 ans a cédé 3 points de base à 2,89%, tandis qu'en Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans a lâché 3 pdb à 0,37%.

Le soja américain en première ligne en cas de guerre commerciale

Les marchés mondiaux ont donc été ébranlés par les dernières déclarations du président américain Donald Trump. Celui-ci a affirmé qu'après les taxes sur 50 milliards de dollars d'importations chinoises déjà annoncées, les Etats-Unis préparaient une liste de 200 milliards de dollars supplémentaires à taxer. La Chine a immédiatement annoncé qu'elle répliquerait à ce qu'elle considère comme un "chantage" par des mesures du même ordre sur des produits américains.

En réaction, l'indice Reuters/Jefferies CRB des matières premières a chuté de 1,2% mardi, ce qui porte son recul à plus de 6% depuis le 25 mai dernier. Parmi les métaux, le cuivre, le nickel et le zinc ont abandonné plus de 2%, tandis que le cours du pétrole léger américain WTI a cédé 1,18%, à 65,07$ le baril.

Parmi les produits agricoles, le soja a été le plus touché avec un plongeon de près de 3% en séance, de retour au plus bas depuis deux ans. Le soja est de loin de produit agricole le plus exporté par les Etats-Unis vers la Chine, et des droits de douane réduiraient nettement les flux vers ce pays. Selon les analystes, les agriculteurs américains auront du mal à trouver rapidement de nouveaux débouchés pour le soja américain en cas de chute de la demande chinoise pour cette céréale.

Les cours de l'acier et du minerai de fer étaient également en berne, entraînant le cours de Bourse des entreprises du secteur sidérurgique : -3,8% pour ArcelorMittal à Amsterdam, -2,2% pour Thyssenkrupp à Francfort, -2,3% pour Glencore à Londres et -2,7% pour l'ADR de BHP Billiton à New York. Le groupe américain U.S. Steel a aussi abandonné 2,7% à la clôture de Wall Street. Les grandes valeurs industrielles étaient aussi en berne, dont Caterpillar (-3,6%) et DowDuPont (-2,1%). Boeing, très impliqué dans le commerce avec la Chine, et gros consommateur de matières premières, a abandonné 3,8%.

Jusqu'à la fin mai, les cours des matières premières évoluaient encore près de leurs plus haut niveaux depuis 3 ans, soutenus par de bonnes perspectives de croissance mondiale... Cependant, les craintes d'une levée massive de barrières douanières commence à faire craindre que la croissance mondiale ne ralentisse dans les prochains mois.

VALEURS A SUIVRE

Apple (-1,6%) a chuté dans la crainte des conséquences de taxes d'importations sur ses produits... Aux Etats-Unis, le groupe (qui fabrique ses iPhones en Chine) pourrait pourtant être exonéré des droits de douane appliqués par les Etats-Unis à la Chine, si l'on en croit le 'New York Times'. Le journal évoque des discussions à ce sujet entre Donald Trump et Tim Cook, le patron d'Apple. Ainsi, le président américain aurait affirmé au directeur général du groupe californien à la pomme que les iPhones assemblés en Chine seraient dispensés de ces prélèvements douaniers sur les produits chinois. Cook se serait rendu le mois dernier à la Maison Blanche afin de s'entretenir avec Trump. Le patron d'Apple lui aurait expliqué les dommages potentiels de cette taxation additionnelle sur l'activité du groupe de Cupertino en Chine. Trump aurait apparemment été sensible aux arguments de Cook, et lui aurait fait la promesse d'exonérer ses produits...

D'autres valeurs technologiques étaient en recul plus modéré mardi soir, dont Facebook (-0,4%), Alphabet (-0,4%) et Intel (-0,5%). A noter également que le cours de l'équipementier télécoms chinois ZTE Corp a plongé de 10% mardi à la Bourse de Shenzhen. Alors qu'un accord avait été conclu par la Maison Blanche pour que le groupe puisse reprendre ses activités avec les Etats-Unis, le Sénat américain a voté dans la nuit de lundi à mardi un retour des lourdes sanctions visant ZTE ! Celles-ci interdisaient depuis avril à ZTE d'acheter des composants à des groupes américains, ce qui a mené le groupe chinois au bord de la défaillance...

Tesla (-4,9%). Elon Musk a prévenu ses employés hier lundi dans un message électronique, signalant qu'un employé du groupe avait commis "un acte de sabotage important et dommageable". L'employé en question aurait notamment procédé à des modifications non précisées du code du système d'exploitation de production et envoyé des données confidentielles du groupe à des tiers. Selon le courriel en question, que l'agence 'Reuters' a pu se procurer, Musk affirme qu'il a pris connaissance des faits durant le week-end. Le patron de Tesla n'est pas encore en mesure de préciser l'étendue du 'sabotage', selon l'e-mail. L'employé en question désirait une promotion qu'il n'avait finalement pas obtenue. Le nom de l'employé n'est pas précisé dans le message interne de Musk, ajoute Reuters. Le patron de Tesla a par ailleurs affirmé dans ce message que le groupe allait enquêter cette semaine à ce sujet. Le groupe californien tentera notamment de déterminer si l'employé a bien agi seul, ou bien de concert avec une quelconque organisation externe. "Comme vous le savez, il y a une longue liste d'organisations désireuses de voir Tesla périr", a également écrit Musk dans son courriel, évoquant en vrac les vendeurs à découvert, les compagnies pétrolières et gazières, ainsi que les constructeurs automobiles rivaux.

EchoStar (-0,5%) pourrait bien rehausser son offre pour l'acquisition du rival britannique Inmarsat, croit savoir l'agence Bloomberg. Inmarsat avait repoussé l'offre initiale, jugée trop pingre. L'Américain discuterait actuellement du financement d'une offre améliorée. L'agence Bloomberg cite à ce sujet des personnes proches de la question, qui ont demandé à rester anonymes, les plans étant privés. EchoStar travaillerait sur une nouvelle offre avec ses conseiller financiers, mais aucune décision finale n'aurait été prise. Actuellement, Inmarsat capitalise environ 3,3 Mds$, contre 4,4 Mds$ pour EchoStar.

FedEx (-2%) devait publier après la clôture ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 5,68$, pour des revenus de 17,2 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 4,25$ et des revenus de 15,7 Mds$. Lors de la publication des comptes du T3 fiscal, FedEx avait annoncé viser, sur l'exercice, un bpa logé entre 17,90 et 18,30$.

Oracle (-0,5%) annonçait également, après la clôture ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 0,94$, pour des revenus de 11,2 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 0,89$ et des revenus de 10,9 Mds$.

Snap (-5,3%). John Blackledge, analyste de Cowen, vient de réduire ses estimations de revenus sur le dossier pour le trimestre en cours et l'année à venir. Ces nouvelles anticipations sont basées sur des hypothèses plus prudentes en matière d'utilisateurs actifs et de revenu moyen par utilisateur. Le broker fixe un objectif de cours de 9$, ce qui laisse encore un fort potentiel en baisse.

GameStop (+3,6%) poursuit sa progression après deux séances consécutives de vif rebond, pour un gain cumulé de plus de 17%. Le distributeur américain de jeux vidéo a confirmé aujourd'hui avoir engagé des discussions autour d'une potentielle vente de la société. Dans un communiqué, GameStop (qui a racheté Micromania en 2008) explique ainsi être en "discussions exploratoires avec des tiers concernant une potentielle transaction", précisant que "rien ne garantit que ces discussions aboutiront à un accord". Reuters avait rapporté l'existence de ces discussions lundi dernier, citant des sources proches du dossier.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com