Cotation du 22/01/2021 à 22h59 Dow Jones Industrial -0,57% 30 996,98
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : en baisse, le virus et les tensions politiques inquiètent

Clôture de Wall Street : en baisse, le virus et les tensions politiques inquiètent
Clôture de Wall Street : en baisse, le virus et les tensions politiques inquiètent
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après ses records de vendredi, la Bourse de New York a démarré la semaine sur des prises de bénéfices alors que la Chambre de représentants a entamé une procédure de destitution du président sortant Donald Trump, accusé d'avoir incité ses partisans à investir le Congrès la semaine dernière à Washington. Les marchés surveillent en outre l'évolution rapide de l'épidémie de coronavirus alors que la campagne de vaccination avance plus lentement que prévu. La saison des résultats d'entreprises du 4e trimestre 2020 va démarrer en douceur cette semaine, avec Delta Air Lines et plusieurs banques, dont Citigroup, JP Morgan et Wells Fargo.

A la clôture, l'indice Dow Jones a fléchi de 0,29% à 31.008 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,66% à 3.799 pts, et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a reculé de 1,25% à 13.036 pts. La semaine dernière, les marchés américains avaient démarré l'année 2021 sur les chapeaux de roue, avec des gains de 1,6% pour le Dow Jones, de 1,8% pour le S&P 500 et de 2,4% pour le Nasdaq.

Parmi les secteurs pesant sur la cote ce lundi figurent l'immobilier (-1,6%) qui souffrirait d'une remontée des taux, et les services de communication (-1,7%), sous le poids de Twitter qui a perdu 6,4% sur fond de polémique après la décision du réseau social de suspendre définitivement le compte de Donald Trump. Facebook a aussi perdu 4%, mais Snap (maison mère de Snapchat) a gagné 3,1%. L'action Eli Lilly a bondi de 11,7% après la publication de résultats positifs d'essais cliniques concernant son traitement de la maladie d'Alzheimer.

Le pétrole en mode pause, l'or se reprend, le bitcoin rechute

Les marchés pétroliers ont soufflé après leur "rally" de début d'année. Le brut léger américain WTI a fini stable à 52,25$ le baril (contrat à terme de février sur le Nymex), tandis que le Brent de la Mer du Nord a lâché 0,6% à 55,66$. La semaine dernière, le WTI avait bondi de 7,7% et le Brent avait grimpé de 8,1%, profitant des espoirs de plan de relance US et de l'accord de l'Opep+ pour prolonger ses réductions de production.

Soutenu par les espoirs de stimulus fiscal par l'administration Biden, le rendement du T-Bond à 10 ans a encore gagné 3 points de base lundi pour atteindre 1,14%, au plus haut depuis mars 2020, contre 0,9% il y a une semaine... L'indice du dollar a poursuivi son rebond, gagnant 0,45% à 90,52 points, tandis que l'euro a cédé 0,53% à 1,2154$.

L'or, qui avait plongé de 4,1% vendredi, a regagné ce jour 0,8% à 1.850,80$ l'once pour le contrat à terme de février sur le Comex, tandis que le Bitcoin, toujours aussi volatil, a rechuté à 33.400$ l'unité (-15% sur 24 heures) après avoir frôlé les 42.000$ vendredi dernier.

Craintes de nouvelles violences à l'approche du 20 janvier

Les marchés, qui ne s'étaient pas laissé perturber la semaine dernière par les émeutes au Capitole, surveillent toutefois de près les suites politiques de ces événements violents qui ont fait cinq morts et clivé encore davantage l'Amérique.

Donald Trump, qui avait appelé ses partisans à manifester au Capitole a fini par accepter à demi-mot sa défaite à la présidentielle, tout affirmant qu'il n'assisterait pas à la cérémonie de prestation de serment de Joe Biden, le 20 janvier.

Selon des sources citées par 'Reuters', le FBI s'inquiète du risque de manifestations armées avant le 20 janvier... Face au risque de troubles liés aux actions de partisans de Donald Trump, la Garde nationale des Etats-Unis a été autorisée à déployer jusqu'à 15.000 membres à Washington pour contribuer au maintien de l'ordre lors de la cérémonie d'investiture du président élu démocrate et le Washington Monument sera interdit aux touristes.

Les Démocrates entament une procédure de destitution contre Trump

Très remontés, les parlementaires démocrates menés par Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, ont déposé un texte visant à destituer le président sortant, l'accusant d'"incitation à l'insurrection". Le texte pourrait être discuté mercredi à la chambre et s'il était adopté, il doit encore recueillir une majorité des deux-tiers au Sénat, ce qui sera difficile à obtenir. Une autre résolution demandant au vice-président Mike Pence de démettre Donald Trump de ses fonctions a également été présentée à la Chambre.

Au-delà de cette transition présidentielle chaotique, les marchés financiers s'inquiètent d'un climat de violence qui, s'il s'installait durablement aux Etats-Unis serait préjudiciable à la confiance des investisseurs dans le pays. A noter qu'une éventuelle destitution de Donald Trump aurait pour intérêt de l'empêcher juridiquement de se présenter à un nouveau mandat présidentiel dans 4 ans...

Un plan d'aide de "milliers de milliards" dévoilé jeudi par Biden

Les investisseurs sont aussi focalisés sur l'évolution de la crise sanitaire et sur le nouveau plan de soutien très attendu de l'administration Biden. Le président élu a annoncé vendredi qu'il présenterait jeudi son programme économique, et a promis "des milliers de milliards" d'aide. La presse a évoqué un nouveau "package" de 3.000 milliards de dollars, qui ferait doubler environ le montant déjà injecté par l'Etat fédéral, en plusieurs étapes, depuis mars 2020 pour soutenir l'économie.

Joe Biden s'est notamment dit favorable au versement d'un nouveau chèque d'aide de 1.400$ par Américain pour surmonter la crise actuelle. Ce montant se cumulerait avec les 600$ versés dans le cadre du plan a minima adopté avant Noël par le Congrès pour porter l'aide totale à 2.000$ par adulte.

Sur le plan sanitaire, la campagne de vaccination se poursuit en Europe et aux Etats-Unis, une course contre la montre alors que le nombre de cas continue de grimper, notamment sous l'effet de la diffusion du nouveau variant britannique du Covid-19. Le nombre de décès a atteint 1,92 million dans le monde, dont plus de 372.000 aux Etats-Unis, le pays le plus endeuillé par la pandémie. Outre-Atlantique, le nombre de cas avérés de Covid-19 a désormais dépassé 22 millions, avec un record de 300.000 par jour atteint vendredi dernier. Sur 7 jours glissants, le nombre de nouveaux cas quotidiens a atteint en moyenne 254.866, et le nombre de morts a dépassé les 3.100 par jour, avec un pic à plus de 4.000 jeudi dernier.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 6,7 millions d'Americains ont reçu au moins une injection (sur les deux nécessaire pour être fortement immunisé) et 22 millions de doses ont été mises sur le marché, des chiffres inférieurs aux prévisions initiales.

Sur le front des vaccins, le laboratoire allemand BioNTech (+8,4%), associé à l'américain Pfizer (+1,7%), a annoncé lundi être en mesure de produire 2 milliards de doses de vaccin cette année, nettement plus que le précédent objectif portant sur 1,3 milliard de doses. En outre, le patron de BioNTech a indiqué qu'une version du vaccin plus facile à stocker (-80 degrés Celsius actuellement) pourrait être mis au point avant le fin de l'année.

VALEURS A SUIVRE

Twitter s'est illustré en perdant 6,4% après la décision du réseau social de bannir Donald Trump. La suspension permanente du compte Twitter du président sortant, décidée vendredi dernier, relance le débat sur le rôle des réseaux sociaux dans la démocratie et ravive les craintes d'une régulation accrue des réseaux sociaux.

Facebook (-4%), qui a également suspendu pour un temps indéterminé le compte de Trump, a aussi souffert en Bourse, alors que la firme Jefferies a pourtant fait du dossier sa grande capitalisation boursière préférée pour 2021 dans le secteur internet. Facebook remplace à ce titre Amazon, précédente conviction du broker, qui demeure toutefois prudent sur le compartiment suite à la surperformance notable des derniers mois.

Alphabet (-2,3%) a exclu l'application de messagerie conservatrice Parler de son "app store", de même qu'Apple (-2,3%) après la multiplication de messages haineux sur ce réseau. Amazon (-2,%) a aussi suspendu l''app' de sa plateforme d'hébergement. Parler a annoncé lundi soir avoir porté plainte contre Amazon.

Citigroup (+1,6%) a décidé, selon un message interne cité par Bloomberg, de suspendre ses donations politiques suite aux événements de la semaine dernière au Capitole. JP Morgan Chase envisagerait également de suspendre durant six mois ses donations pour les mêmes raisons. Goldman Sachs pourrait enfin réduire également la voilure en la matière.

Tesla Motors (-7,8%) a fait l'objet de prises de bénéfices, après une série de 11 séances de hausse ininterrompues, qui ont porté le titre de record en record et fait du patron Elon Musk l'homme le plus riche du monde devant Jeff Bezos (Amazon). Bank of America vient de relever son objectif de cours sur Tesla de 500 à 900$ sur la valeur, suite au rally de l'action et à la publication des livraisons du quatrième trimestre (180.750 unités pour un total annuel proche des 500.000). BofA juge que "le titre Tesla est tiré par la croissance permise par la valorisation" ! Le broker maintient toutefois son opinion 'neutre'.

Nio (+6,4%), fabricant chinois de voitures électriques haut de gamme coté à Wall Street, devrait lancer une nouvelle marque pour le marché de masse. C'est du moins ce qu'affirme son directeur général.

Pfizer (+1,7%) et son partenaire BioNTech (+8,4%) ont renforcé leur objectif de production de vaccins contre le nouveau coronavirus pour cette année à 2 milliards de doses, les deux partenaires répondant à la très forte demande mondiale. Selon une présentation de BioNTech, les deux groupes ont déjà engagé plus de la moitié de leurs capacités. Le nouvel objectif global de production représente une augmentation de plus de 50% en comparaison du précédent, qui était de 1,3 milliard de doses. La hausse tient compte d'un changement de label permettant aux médecins d'extraire six doses au lieu de cinq de chaque flacon de vaccin.

Il s'agit donc d'une bonne nouvelle, alors que le monde est confronté désormais à la nouvelle menace constituée par les variants du virus. L'Union européenne avait conclu la semaine dernière un accord pour doubler la taille potentielle de son approvisionnement en vaccins de Pfizer / BioNTech - jusqu'à 600 millions de doses.

Eli Lilly (+11,7% !). Le donanemab, un anticorps expérimental ciblant une forme modifiée de bêta-amyloïde appelée N3pG, a montré un ralentissement significatif du déclin d'une mesure composite de la cognition et de la fonction quotidienne chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer symptomatique précoce par rapport au placebo dans des résultats de phase 2. Le donanemab a atteint son critère principal, ralentissant le déclin de 32% par rapport au placebo.

Boeing (-1,5%). Un appareil 737-500 du géant aéronautique de Chicago transportant 62 passagers et exploité par l'Indonésien Sriwijaya Air s'est écrasé ce week-end en mer, peu après avoir quitté Djakarta.

Alibaba (-3,7%). Une source ayant connaissance de la situation a informé le Nikkei d'une réorganisation des activités d'Ant et d'Alibaba via une compagnie holding financière, à la demande des régulateurs. Les activités concernées d'Alibaba seraient celles d'intermédiation de crédit, de vente de fonds mutuels et d'assurance, de crédit en ligne (MYbank), ainsi que Tianhong Asset Management. Ant serait la maison-mère de la nouvelle entité.

Baidu (-8,6%), le moteur de recherche internet chinois, a confirmé ce lundi son intention de créer une entreprise dédiée à la construction de véhicules électriques, en partenariat avec le spécialiste de l'automobile Geely.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !