Cotation du 24/04/2019 à 22h55 Dow Jones Industrial -0,22% 26 597,05
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : Donald Trump insuffle de l'optimisme aux marchés

Clôture de Wall Street : Donald Trump insuffle de l'optimisme aux marchés
Clôture de Wall Street : Donald Trump insuffle de l'optimisme aux marchés
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a progressé d'environ 1,5% mardi, dans l'espoir d'un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis, et alors que la perspective d'un nouveau "shutdown" semble désormais écartée outre-Atlantique. Donald Trump a indiqué mardi que la date-butoir du 1er mars pour conclure un accord avec Pékin pourrait être quelque peu repoussée, à condition que les discussions aient suffisamment avancé. Par ailleurs, un compromis a été trouvé lundi soir au Congrès sur le mur transfrontalier avec le Mexique, ce qui rend improbable un nouveau blocage des administrations fédérales américaines.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 1,49% à 25.425 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 1,29% à 2.744 pts, et que l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a bondi de 1,46% à 7.414 pts. Plus tôt dans la journée, l'indice CSI 300 de Shanghai avait gagné 0,7%, tandis qu'au Japon, le Nikkei 225 avait bondi de 2,6%. En Europe, l'Euro Stoxx 50 a terminé en hausse de 0,8% (+0,84% pour le CAC 40 à Paris) dans l'espoir d'un accord commercial entre Washington et Pékin.

Sur le marché des changes, le dollar a mis fin à une série de 8 séances haussières consécutives. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de 6 devises de référence (euro, yen, franc suisse, livre sterling, dollar canadien et couronne suédoise) a reculé de 0,36% à 96,71 points dans les échanges interbancaires à New York.

L'euro a regagné 0,45% à 1,1334$, revenant au dessus de 1,13$, mais restant proche de son plus bas niveau depuis 3 mois. La devise européenne a abandonné plus de 1% depuis le début de l'année, sur fond de ralentissement plus prolongé que prévu de la croissance économique en Europe.

Sur les marchés obligataires américains, les taux ont continué de se tendre, mardi, le rendement du T-Bond à 10 ans progressant de 3 points de base pour remonter à 2,68%.

L'Arabie saoudite va réduire plus que prévu sa production pétrolière

Le pétrole a profité des espoirs d'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine, qui serait de nature à soutenir la demande d'or noir en 2019. En outre, le dernier rapport mensuel de l'Opep, publié mardi, a montré la détermination de l'Arabie saoudite et de ses alliés de l'Opep+ à réduire leur production, ce qui a aussi contribué à la hausse des cours.

Le contrat à terme de mars sur le brut léger américain WTI a progressé de 1,32%, à 53,10$ le baril sur le Nymex, tandis que l'échéance d'avril sur le Brent prenait 1,25% à 62,28$ au moment de la clôture du Nymex.

L'Arabie saoudite a annoncé son intention de ramener sa production à 9,8 millions de barils par jour (bpj) en mars, soit plus de 500.000 bpj en dessous du quota prévu par l'accord conclu en décembre par l'"Opep+". Ce facteur l'a emporté sur la révision à la baisse des prévisions de demande mondiale de l'Opep pour 2019.

Donald Trump espère toujours rencontrer Xi Jinping en vue de signer un accord

Les marchés financiers ont apprécié le ton conciliant adopté par Donald Trump, qui semble avoir avoir entendu les craintes des économistes et des marchés financiers en cas d'échec des négociations commerciales avec la Chine et en cas de nouveau "shutdown" des administrations fédérales après vendredi minuit.

Au sujet des négociations avec la Chine, qui ont repris lundi à Pékin, le président américain a affirmé mardi qu'en cas de progrès notables dans les discussions, il pourrait accorder un délai supplémentaire, au delà du 1er mars, avant de relever les droits de douane sur les produits chinois.

"Si nous sommes proches d'un accord (...) je me vois bien donner du mou pendant un temps", a déclaré Donald Trump à des journalistes lors d'une réunion de membres de son cabinet, tout en soulignant qu'il préférerait ne pas avoir à le faire. Washington a jusqu'ici affirmé qu'en l'absence d'accord le 1er mars à minuit, les droits de douane passeraient de 10% (déjà imposés en 2018) à 25% sur 200 milliards de produits importés de Chine.

Le danger d'un nouveau "shutdown" semble écarté

En outre, le président américain a répété qu'il espérait rencontrer son homologue chinois, Xi Jinping, pour conclure formellement un accord le moment venu. Il y a quelques jours, la Maison Blanche avait exclu une nouvelle rencontre entre les deux dirigeants avant la date-butoir du 1er mars.

Autre signal positif pour les investisseurs : les négociations entre parlementaires républicains et démocrates ont permis d'aboutir lundi soir à un accord de principe sur le financement de la sécurité aux frontières des Etats-Unis, ce qui devrait éviter une nouvelle paralysie de l'administration fédérale, moins d'un mois après le plus long "shutdown" de l'histoire du pays (35 jours à partir du 22 décembre).

A ce sujet, Donald Trump a jugé qu'une nouvelle paralysie partielle de l'administration américaine semblait improbable, tout en critiquant l'accord passé lundi soir au Congrès. "Je ne peux pas dire que je sois content. Je ne peux pas dire que je sois ravi", mais "je ne pense pas que nous allons avoir un nouveau 'shutdown'", a déclaré le président.

VALEURS A SUIVRE

Omnicom (+0,28%), le colosse publicitaire américain, a annoncé avoir dépassé le consensus de bénéfice pour son quatrième trimestre fiscal, aidé par l'amélioration des dépenses publicitaires, en particulier en Europe. La croissance organique européenne est ainsi ressortie à 5,7%, alors que la croissance à comparable aux USA a représenté 2,6%. Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires s'est élevé à 399 millions de dollars soit 1,77$ par action, sur cette période close fin décembre, contre 254 millions de dollars un an plus tôt. Le consensus était de 1,66$ de bénéfice par action. Les revenus trimestriels totaux se sont élevés à 4,1 milliards de dollars, en déclin de 2,2% en glissement annuel et en données consolidées, mais en ligne avec le consensus de place. La croissance organique globale a représenté 3,2%.

Electronic Arts (+5,2%) a annoncé que son jeu vidéo 'Apex Legends', nouveau Battle Royale de chez Respawn Entertainment, avait déjà attiré 25 millions de joueurs sur la première semaine de commercialisation. L'éditeur précise surtout que 2 millions de personnes jouaient au jeu en même temps aux heures de pointe durant le week-end.

Colgate-Palmolive (+0,35%) a dévoilé la nomination, effective le 2 avril prochain, de Noel Wallace au poste de nouveau CEO du groupe. Ian Cook, CEO depuis juillet 2018, deviendra de son côté Executive Chairman pour une durée de 12 mois à partir du 2 avril. Noel Wallace était COO du groupe depuis juillet 2018 et avait rejoint Colgate en 1987.

Molson Coors Brewing (-9,4%) a publié ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 76 M$ (0,35$ par action), contre 716,9 M$ (3,31$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,84$, en progression de 35,5%. Les ventes baissent de 6,2% à 2,42 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,79$, pour des ventes de 2,5 Mds$.

Shopify (+1,37%), plateforme de commerce électronique, a annoncé ses comptes du quatrième trimestre. La perte nette ressort à 1,5 M$ (0,01$ par action), contre une perte de 3 M$ (0,03$ par action) un an plus tôt. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 0,26$, contre 0,15$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 343,9 M$, contre 222,8 M$ un an avant. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,21$, pour des revenus de 327 M$. Sur le T1, le groupe vise des revenus de 305-310 M$.

Under Armour (+6,8%), le distributeur de vêtements, chaussures et accessoires de sport, vient d'annoncer ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 4,2 M$ (0,01$ par action), contre une perte de 87,9 M$ (0,20$ par action) un an plus tôt. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,09$. Les revenus s'élèvent à 1,39 Md$, contre 1,37 Md$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,04$, pour des revenus de 1,38 Md$.

US Foods Holding (-1,8%), groupe US d'agroalimentaire, a dévoilé ses résultats du quatrième trimestre. Les profits sont de 100 M$ (0,46$ par action), contre 256 M$ (1,15$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,56$. Les revenus s'élèvent à 6,04 Mds$, contre 6 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,59$, pour des revenus de 5,9 Mds$.

Sabre (+1,5%), acteur dans le secteur du voyage et du tourisme, a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Le résultat net ressort à 84,4 M$ (0,30$ par action), contre 82,1 M$ (0,30$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 0,34$, en hausse de 6,3%. Les revenus montent de 4,8% à 924 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,33$, pour des revenus de 930 M$. Pour 2019, le groupe vise des revenus compris entre 4,005 et 4,085 Mds$.

Chegg (+7,6%), société californienne spécialisée dans les technologies de l'éducation, a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 5,3 M$ (0,04$ par action), contre 3,7 M$ (0,03$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,25$, contre 0,15$ un an plus tôt. Les revenus montent de 30% à 95,7 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,21$, pour des revenus de 92 M$. Sur 2019, le groupe vise des revenus compris entre 390 et 395 M$, contre 388 M$ de consensus.

Spectrum Brands (+4,9%) et Manchester United (+1,6%) ont annoncé la signature d'un partenariat pluriannuel mondial au titre duquel Remington, la marque de Petit-Electro-Ménager Beauté de Spectrum Brands, deviendra le premier Partenaire Electro-Beauté Officiel de Manchester United Football Club. Le partenariat, qui vise à la fois les équipes féminines et masculines, verra Remington et le club travailler ensemble pour proposer des campagnes marketing à fort impact aussi bien aux supporters de Manchester United qu'aux consommateurs de Remington, explique le groupe.

Qualcomm (+1,6%). WiTricity, société spécialisée dans l'industrie du transfert d'énergie sans fil, a annoncé avoir acheté à Qualcomm Incorporated et Qualcomm Technologies Inc. plusieurs plates-formes technologiques et actifs de PI (propriété intellectuelle), ce qui lui permettra de détenir ou de contrôler plus de 1.500 brevets et demandes de brevets concernant la recharge sans fil. La réalisation de cette transaction fera de Qualcomm Incorporated un actionnaire minoritaire de WiTricity.

FMC (-2,9%), acteur américain de l'industrie chimique, a publié ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus sont de 1,22 Md$, en croissance de 24%. Les profits se montent à 32,4 M$, contre 530 M$ sur la même période de l'exercice précédent. Le bénéfice par action ressort à 0,24$, contre 3,94$ un an avant. En base ajustée, le bpa s'affiche à 1,69$, en progression de 54%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,39$, pour des revenus de 1,17 Md$. Sur le nouvel exercice, le groupe vise des revenus compris entre 4,45 et 4,55 Mds$ (contre 4,73 Mds$ en 2018), pour un bpa entre 5,55 et 5,75$ (contre 6,29$ en 2018).

Wolverine Worldwide (+4,3%), fabricant américain de chaussures basé à Rockford, dans le Michigan, annonce la mise en place d'un nouveau programme de rachats d'actions de 400 M$ sur 4 ans. Le conseil d'administration du groupe annonce également une hausse de 25% du dividende trimestriel, qui passe ainsi de 0,08 à 0,10$ par action.

Gilead Sciences (-3,2%) le laboratoire pharmaceutique américain a annoncé hier soir que son étude clinique de stade avancé (STELLAR-4) d'un traitement de la NASH (stéatohépatite non-alcoolique) n'a pas atteint son principal objectif. Bien que nous soyons déçus que l'étude STELLAR-4 n'ait pas atteint son objectif principal, nous restons déterminés à faire progresser les traitements pour les patients atteints de fibrose avancée due à la NASH, pour lesquels il existe un besoin important non satisfait de traitements efficaces et bien tolérés, explique le groupe dans un communiqué.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com