Cotation du 18/12/2018 à 22h56 Dow Jones Industrial +0,35% 23 675,64
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street: dégâts limités après une séance compliquée

Clôture de Wall Street: dégâts limités après une séance compliquée
Clôture de Wall Street: dégâts limités après une séance compliquée
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La tempête boursière qui a soufflé jeudi sur les places mondiales, s'est calmée dans la soirée à Wall Street, où les principaux indices ont d'abord perdu entre 2,5% et 3%, avant de rebondir et d'effacer l'essentiel de ces pertes. Le Nasdaq a même fini dans le vert grâce à un rebond technique de nombreuses valeurs technologiques, qui avaient souffert ces dernières semaines. En Asie et en Europe, les indices ont lourdement chuté jeudi après l'arrestation au Canada d'une dirigeante du groupe chinois Huawei, à la demande de la justice américaine, qui a demandé son extradition. Cette affaire pourrait compliquer les négociations commerciales entre Washington et Pékin au moment où une fragile trêve a été conclue le 1er décembre, lors d'une rencontre entre Donald Trump et Xi Jinpng.

A la clôture, l'indice Dow Jones a reculé jeudi de 0,32% à 24.947 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,15% à 2.695 pts et que l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a progressé de 0,42% à 7.188 pts. Plus tôt dans la journée, l'indice européen Euro Stoxx 50 a plongé de 3,3%, tandis que le Nikkei a abandonné 1,9% à Tokyo et que le CSI 300 a perdu 2,1% à Shanghai.

Mercredi, les marchés américains étaient restés fermés (en hommage à l'ex-président décédé George H.W. Bush), mais mardi, les craintes d'un échec des négociations commerciale avaient fait plonger le Dow Jones de 3,1%, le S&P 500 de 3,24% et le Nasdaq de 3,80%.

Le dollar et le pétrole reculent simultanément

Sur le marché des changes, le dollar a reculé jeudi sur fond d'inquiétudes sur la croissance, et alors que les derniers chiffres de l'emploi ont déçu aux Etats-Unis. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à 6 devises de références (euro, yen, livre sterling, franc suisse, dollar canadien et couronne suédoise), est tombé jeudi jusqu'à 96,55 points (-0,53%) en séance, avant de finir la journée à 96,75 pts, en recul de 0,33%. L'euro a gagné 0,34% à 1,1391$ et le yen a grimpé de 0,5% à 112,65 yen/$.

Les marchés obligataires ont profité d'un effet de fuite vers la sécurité des valeurs refuges. Les cours des obligations ont progressé, faisant reculer les taux d'intérêts (qui évoluent à l'inverse des cours). Le rendement de l'emprunt d'Etat américain à 10 ans a reculé de 3 points de base pour revenir à 2,88%. Le rendement du T-Bond à 5 ans est resté sous celui à 3 ans et à 2 ans, une inversion de la courbe des taux, interprétée par les économistes comme un signe avant-coureur d'une récession.

Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse, jeudi, les pays de l'Opep ayant bouclé leur première journée de discussions sans parvenir à s'entendre sur les modalités d'une baisse de production, que les marchés attendaient pour enrayer la chute des cours. Le baril de brut léger américain (WTI) pour livraison janvier a reculé jeudi de 2,65%, à 51,49$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la Mer du Nord pour livraison février a cédé 2,44% à 60,06$ (contrat de février).

A l'issue de la réunion de l'Opep, le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh, a créé la surprise en exprimant ses doutes sur la possibilité d'un accord final. Une nouvelle rencontre aura lieu vendredi, toujours à Vienne, qui inclura les pays de l'Opep et leurs alliés, dont la Russie.

Huawei soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran

Les marchés financiers mondiaux ont été choqués par l'arrestation, mercredi soir au Canada, de la directrice financière de Huawei, le géant chinois des smartphones et des équipements télécoms, à la demande de la justice américaine, qui a demandé son extradition. Cet incident a provoqué une vive réaction de Pékin, et menace d'envenimer les négociations commerciales entre Washington et Pékin, au moment où une trêve semblait se dessiner entre Donald Trump et Xi Jinping après leur rencontre du 1er décembre.

La directrice financière de Huwaei, Meng Wanzhou, 46 ans, est aussi la fille du fondateur et directeur général du groupe chinois. Selon la presse, elle est soupçonnée par Washington d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran. A Pékin, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a exigé la remise en liberté "immédiate" de Mme Meng. "Nous exigeons des deux parties que des clarifications nous soient fournies au plus vite quant au motif de cette détention" a aussi déclaré Pékin.

Des signes de faiblesse sur le marché de l'emploi ?

Les inquiétudes sur le front commercial, qui font craindre un ralentissement de la croissance mondiale, ont été quelque peu alimentés par la publication, jeudi, de plusieurs indicateurs macro-économiques décevants aux Etats-Unis. Les choses ont pourtant bien commencé avec l'annonce d'un indice ISM des services meilleur que prévu en novembre, à 60,7.

Mais sur le front de l'emploi, deux indicateurs ont montré des signes de faiblesse, ce qui a inquiété à la veille de la publication, vendredi, du rapport gouvernemental sur l'emploi en novembre. D'une part, le rapport d'ADP concernant l'emploi privé non-agricole, a fait état de 179.000 créations de postes, contre un consensus de place de 195.000 et après 225.000 en octobre.

Par ailleurs, l'étude mensuelle de la firme Challenger, Gray & Christmas a compté 53.073 licenciements en novembre après 76.644 en octobre. Sur ces deux mois cumulés, les destructions de postes atteignent ainsi 128.717, au plus haut niveau depuis 2008 ! En glissement annuel, les destructions d'emplois de novembre grimpent de 51%.

En outre, les commandes à l'industrie ont déçu, avec un recul de 2,1% en octobre sur un mois, une baisse plus prononcée que prévu. Et alors que les tensions commerciales remontent entre les Etats-Unis et la Chine, les chiffres du déficit commercial ont montré qu'il s'était élargi en octobre à 55,5 milliards de dollars, alors que le consensus tablait sur 55 Mds$, et après un niveau de 54,6 Mds$ en septembre.

VALEURS A SUIVRE

Les pétrolières souffert de la chute du cours du brut : -1,3% pour ExxonMobil, -1,1% pour Chevron, -6,2% pour Transocean, -4,7% pour Halliburton et -1,5% pour Devon Energy.

Parmi les technologiques, Apple a cédé 1,1%, mais Alphabet a repris 1,47%, Facebook a pris 1,2%, Amazon a gagné 1,8%, Netflix a bondi de 2,7% et Microsoft a avancé de 0,6%.

Les cours des valeurs financières, qui avaient abandonné environ 4% mardi, ont continué à reculer sous l'effet des craintes pesant sur la croissance et l'approche probable de la fin du cycle de hausse des taux de la Fed. Goldman Sachs a cédé 0,12%, JP Morgan Chase a perdu 1,9%, Morgan Stanley a abandonné 1,2%, Bank of America a lâché 2%, Wells Fargo a chuté de 1,3% et Bank of New York Mellon a lâché 1,7%. Les banques tirent leurs profits de l'écart entre les taux courts (auxquels elles empruntent) et les taux longs (auxquels elles prêtent). L'aplatissement, voire l'inversion de la courbe des taux, auquel on assiste ces derniers jours, est donc une mauvaise nouvelle pour leurs comptes.

Hewlett Packard Enterprise (+6,4%) a publié ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les revenus montent de 3,7% à 7,9 Mds$. Le groupe affiche une perte nette de 0,8 M$ (0,53$ par action), contre une bénéfice de 0,4 M$ (0,23$ par action) un an avant. En non-GAAP, le bénéfice par action s'élève à 0,45$, contre 0,29$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,42$, pour des ventes de 7,8 Mds$. Sur le trimestre actuel, le groupe vise un bpa compris entre 0,33 et 0,37$.

AT&T (-0,6%). Bouclée en juin, la fusion entre l'opérateur télécom américain AT&T et le colosse des médias Time Warner pourrait encore être remise en question. Le Département américain de Justice pourra encore faire entendre ses arguments ce jour à l'occasion de la procédure d'appel, devant un panel de trois juges. Le DoJ n'en démord en effet toujours pas, et entend faire annuler après coup cette opération géante de plus de 85 milliards de dollars à laquelle Donald Trump en personne s'était vigoureusement opposé.

Marvell Technology (+3,8%) a annoncé ses comptes du troisième trimestre. La perte nette ressort à 54 M$ (0,08$ par action), contre un bénéfice de 200 M$ (0,40$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa s'affiche à 0,33$. Les revenus s'élèvent à 851 M$, contre 616 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,32$, pour des revenus de 844 M$. Sur le trimestres actuel, le groupe vise des revenus compris entre 790 et 830 M$, pour un bpa logé entre 0,30 et 0,34$.

Tesla (+0,9%) a lancé un processus d'appel d'offres pour la construction de son site chinois de Shanghai, sur lequel doit s'établir sa très attendue gigafactory chinoise, selon des sources et des documents cités par Reuters.

Brown-Forman (+0,6%) a dévoilé ses résultats du second trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 249 M$ (0,52$ par action), contre 239 M$ (0,49$ par action) un an avant. Les ventes s'affichent à 910 M$, contre 914 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,52$, pour des ventes de 940 M$. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa compris entre 1,65 et 1,75$.

PepsiCo (stable) vient de finaliser l'acquisition de SodaStream International Ltd. "Je ne pourrais être plus fier ou plus enthousiaste à l'idée d'accueillir SodaStream dans la famille PepsiCo", a lancé Ramon Laguarta, le directeur général de PepsiCo. Le géant américain des 'soft drinks', éternel rival de Coca-Cola, avait annoncé cet été le rachat du groupe Sodastream, basé en Israël et coté à Wall Street. Ainsi, PepsiCo met la main sur le spécialiste de la fabrication d'appareils de gazéification de boissons, dans le cadre d'une opération de 3,2 milliards de dollars.

Kroger (+3,2%) a dévoilé ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 317 M$ (0,39$ par action), contre 397 M$ (0,44$ par action) un an avant. Les ventes baissent de 0,3% à 27,67 Mds$. En base ajustée, le bpa ressort à 0,48$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,43$, pour des revenus de 27,6 Mds$. Sur 2018, le groupe vise un bpa compris entre 2 et 2,15$.

Costco Wholesale (+3%) a annoncé des ventes de 12,77 Mds$ en novembre, en croissance de 9,8% en glissement annuel. A magasins comparables, les ventes sont en hausse de 9,2%, avec une croissance de 12,2% aux Etats-Unis.

Children's Place (-13,4%) a publié ses comptes du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 49,9 M$ (3,03$ par action), contre 44,1 M$ (2,44$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 3,07$. Les ventes montent de 6,6% à 522,5 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 3,07$, pour des ventes de 511,2 M$. A magasins comparables, les ventes sont en croissance de 9,5%, contre 8,3% de consensus. Sur l'exercice, le groupe vise désormais un bpa compris entre 7,69 et 7,79$, contre une précédente fourchette de 8,09/8,29$. Les ventes sont quant à elles attendues entre 1,955 et 1,96 Md$.

H&R Block (+2%) a présenté ses résultats du troisième trimestre. La perte nette ressort à 176,3 M$ (0,86$ par action), contre 153,6 M$ (0,74$ par action) un an avant. En base ajustée, la perte par action s'affiche à 0,83$. Les revenus s'élèvent à 149 M$, contre 141 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action trimestrielle de 0,93$, pour des revenus de 140 M$.

Korn Ferry (-1,6%) publie ses résultats du second trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 46 M$ (0,81$ par action), contre 36,3 M$ (0,64$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,85$. Les revenus s'élèvent à 506,8 M$, en croissance de 11,3%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,80$, pour des revenus de 484 M$. Sur le troisième trimestre, le groupe vise un bpa entre 0,77 et 0,85$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com